LinkedIn Twitter Facebook
CIMER
Un rendez-vous très attendu
Quelles ambitions pour les ports français ? C'est la question que posent les transporteurs, les commissionnaires, les chargeurs et les armateurs, à deux jours de l'ouverture du CIMER (Comité interministériel de la mer) qui se déroulera le 4 novembre à Marseille. Ce rendez-vous est très attendu puisque le doute plane chez les professionnels quant à la volonté de l'Etat de redonner une réelle compétitivité aux ports français. Ces derniers mois, la réflexion a été nourrie aussi par la loi sur l'économie bleue et d'autres travaux (dont le colloque du TDIE du 11 octobre dernier) portant sur le bilan de la réforme portuaire de 2008. Le communiqué commun aux organisations des différents opérateurs concernées (TLF, AUTF, AMCF et Armateurs de France), diffusé le 26 octobre, réitère des demandes adressées au gouvernement : la simplification administrative, la stabilité et la fiabilité juridique et sociale, la réforme de la domanialité portuaire comme gage pour des investissements sécurisés, des investissements dans les infrastructures pour améliorer les liaisons avec l'hinterland portuaire et développer le transport multimodal. Enfin, les acteurs économiques souhaitent aussi une harmonisation fiscale avec les ports voisins et aussi une approche par axe et par façade. Le rapport du TDIE a notamment souligné la concurrence du Port d'Anvers vis-à-vis des ports de la façade atlantique. Enfin, le développement de l'hinterland et la cohérence avec d'autres politiques nationales, dont la stratégie nationale pour la logistique 2025, sont considérés comme prioritaires. SLG
Photo ©Port de Marseille-Fos

 

CIMER,
un rendez-vous attendu

Messagerie : 123palette
soigne les clients
occasionnels

Lyon-Turin :
en avant
la diplomatie

Labels environ-
nementaux : mobilisation
autour du CO2


UPS enrichit
sa flotte avec
12 Boeing 747-8
cargo


Toucango :
attention,
sommeil


L'info décalée :
la route
qui éclaire

 
 
 
 



Messagerie
123 palette soigne
les clients occasionnels

La plateforme 123palette.fr, lancée en juin par Viapost Transport Management, a connu un réel démarrage à partir de la rentrée. A ce jour, cette solution de messagerie palettisée -ciblant surtout les ETI/PME qui doivent expédier ponctuellement leurs produits- traite 30 à 40 commandes par semaine. « L'objectif est d'atteindre les 50 commandes par jour, en 2017 », note Christophe Baboin, DG de Viapost Transport Management. « Notre cible est essentiellement B2B avec un fonctionnement très simple via le site internet. Lesenvois vont de la ½ palette jusqu'à 6 palettes maxi, enFrance et en Europe. Les clients peuvent faire une simulation on line et le paiement se fait par CB ou par virement SEPA.Le principe étant d'optimiser le remplissage de notre réseau transport avec des commandes moyennes comprises entre 1et 2 palettes. Pour cela, nous nous appuyons sur le maillage conséquent de La Poste (130 plates-formes cross-dock) », explique-t-il. Jusqu'à présent, ce service a été utilisé pour le transport de marchandises les plus diverses telles que boissons, produits cosmétiques, articles de loisirs créatifs ou encore équipements sportifs ou de camping. A la différence des plates-formes collaboratives ou de mise en relation, la prestation s'appuie sur le réseau transport existant pour le compte de La Poste et un service client. La traçabilité et le suivi des litiges sont également assurés, rassure Christophe Baboin. 123palette est loin d'être l'unique service proposé par Viapost Transport Management. L'organisateur de transport propose également du fret management et du pilotage de flux. Parmi ses références, des enseignes telles que Nocibé, Kiabi ou encore un acteur d'envergure de la grande distribution. SLG
Photo : Christophe Baboin, Directeur Général
de Viapost Transport Management
 
 


« Le fret aérien
ne fonctionne
pas toujours
de manière
aussi efficace
qu'on le
souhaiterait »,

a déclaré

Denis Choumert, Président
du conseil
des chargeurs européens,
dans une interview au magazine
ACW Daily News.
Lyon-Turin
Encore une loi
mais toujours pas d'argent

Il est temps pour le législateur d'entériner le travail diplomatique. Lors du Conseil des Ministres du 26 octobre dernier, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a présenté le projet de loi autorisant l'approbation de l'accord franco-italien de février dernier concernant l'engagement des travaux pour le tunnel international du Lyon-Turin de 57,5 km. Cet accord avait été suivi par un protocole additionnel définissant la répartition des coûts : 8,3 Md€ (valeur estimée en 2012) dont 25% à la charge de la France et 35% à la charge de l'Italie, l'Union Européenne finançant le solde. Mais, le financement de ce grand projet de plus en plus contesté n'est toujours pas clair. Il souffre du manque global de ressources suffisantes pour financer les infrastructures de transport. Manuel Valls aurait évoqué l'apport de l'Eurovignette, tout comme Alain Vidalies en septembre dernier. Encore faut-il qu'elle soit prévue par la loi des Finances. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Quant à appeler à contribution les camions franchissant aujourd'hui les frontières alpines, c'est une piste qui n'est pas plus solide bien qu'elle ait été évoquée. Par ailleurs, la Commission finances du Sénat a demandé, dans un rapport remis début octobre, d'augmenter l'enveloppe de l'Afitf pour pouvoir faire face aux engagements pris par la France sur ce projet. SLG
 
 



+4,2%

C'est la hausse
du fret aérien mesuré
en tonnes/km pour
les 20 prochaines
années, selon
les prévisions
de la division
Cargo de Boeing,
annoncées lors
de l'International
air cargo forum,
la semaine
dernière, à Paris.

Labels environnementaux
Grande mobilisation contre le CO2
Il n'y a pas que le label Objectif CO2. Alors que, courant octobre, trois nouvelles entreprises – Olano, Repussard, Sotradel – ont reçu le label promu par l'Aft et l'Ademe, portant à 24 le nombre total d'entreprises labellisées, le groupe Transalliance a annoncé avoir obtenu le label Lean&Green, reconnu dans d'autres pays que la France tels que l'Allemagne, le Luxembourg ou les Pays Bas. Mais pouvoir arborer le label européen n'est pas une fin en soi. C'est au bout de 5 ans que l'on voit si les efforts paient. Si on reçoit l'étoile, l'entreprise a atteint ses objectifs. Pour Transalliance, il s'agit de réduire de 20% ses émissions de CO2 à horizon 2020. Déjà signataire par deux fois de la Charte Ademe et engagé dans une démarche interne globale de développement durable, le groupe travaille sur l'amélioration de plusieurs items : la modernisation de la flotte, le recours à des carburants alternatifs, notamment le gaz, la formation des conducteurs et la réorganisation des plans de transports pour réduire les km improductifs et le recours accru au multimodal. « Les objectifs se déclinent entre autres par une réduction de 5% sur la consommation en faisant la chasse aux km improductifs et une baisse de 10% via le multimodal », explique Fabrice Gabriel, Responsable du programme interne de développement durable Ecoblue chez Transalliance et du centre de formation qui est aussi ouvert à d'autres entreprises telles que GRDF ou Stef. La modernisation du parc est assurée aussi chez les sous-traitants. Quant au GNV, après l'inauguration d'une station GNC, GNL et azote liquide à Fléville-devant-Nancy, le 21 juin dernier, le groupe a investi dans une deuxième qui devrait ouvrir prochainement près de Metz. En ce qui concerne le multimodal, Transalliance exploite déjà trois lignes de fret ferroviaire : Perignan-Rungis, Rungis-Avignon et Rungis-Montauban pour le transport de fruits et légumes. La démarche du groupe passe aussi par le centre de formation à l'éco-conduite. Par aulleurs, le groupe coopère aussi avec la société 450 qui propose un compte épargne CO2. Pour s'y retrouver parmi les labels et les agences de notation, Transalliance suit les préconisations de ses clients, conclut Fabrice Gabriel. SLG
 
   
 
  Fret aérien
UPS enrichit sa flotte
avec 12 Boeing 747-8 cargo

La société UPS vient de commander 12 gros porteurs Boeing 747-8 pour étoffer sa flotte qui compte déjà 237 appareils en propre et 413 avions affrétés. Ces avions peuvent contenir jusqu'à environ 140 tonnes de marchandise soit 30.000 colis. La répartition du chargement comporte 34 conteneurs sur le pont principal et 14 dans les compartiments inférieurs. Leur commande va permettre de satisfaire une demande de fret croissante, le gros des flux étant au sein des Etats-Unis ou vers les Etats-Unis. Les Boeing 747-8 sont aussi plus économes en carburant et en émissions de gaz. Ils ont une autonomie de 4.340 miles nautiques, soit un peu plus de 8.000 km. SLG
 
   
 


Toucango
Contre la baisse d'attention au volant
Développé par la start up Innov+ avec des chercheurs du CNRS de Grenoble, Toucango est un boîtier qui allie capteurs optiques et un logiciel de reconnaissance faciale, apte à guetter tous les signes d'hypovigilance ou d'inattention chez les conducteurs professionnels. Dès leur manifestation, des alertes visuelle et sonore sont déclenchées. Jusque-là, Toucango a séduit des entreprises de transport de voyageurs mais il a été aussi adopté par Cetup, société de messagerie avec une flotte d'environ 70 VUL. Les livraisons sont assurées H 24 et 7j/7. D'où la traque à l'hypovigilance des conducteurs. La société, 2ème prix ce l'innovation à la SITL 2016, cherche à séduire les transporteurs tout comme les constructeurs de véhicules pour l'installation en série ou en seconde monte de son dispositif, ainsi que les fabricants de GPS, systèmes de géolocalisation ou de chronotachygraphes. Ceci afin d'éviter aussi la multiplication de boîtiers sur le tableau de bord ou le pare-brise des camions. Le système Toucango peut être aussi monté sur un GPS existant ou couplé à un smartphone. Innov + l'exposera au salin Expoprotection qui se tient à Paris Porte de Versailles, du 7 au 9 novembre. SLG
 
 
 
La route qui donne de l'énergie
Alors que se multiplient les expérimentations de véhicules autonomes (dernier en date un camion MAN sans conducteur pour l'assistance aux chantiers routiers présenté vendredi dernier en Allemagne), la route s'est dit qu'elle ne devait pas rester spectatrice. D'où le lancement, en France, quelques jours plus tôt, de la production de la route solaire, solennellement marqué par la présence de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal sur la chaussée de la RD 5, dans l'Orne : la première route qui produit de l'électricité grâce à une surcouche de panneaux solaires. La route solaire Wattway est produite par SNA, filiale de Colas. Les panneaux photovoltaïques sont posés sur la chaussée sans besoin de travaux de génie civil et sont adaptables aux routes du monde entier, clame le site du ministère. La petite départementale va donc produire 790 kWh par jour. Plus prosaïquement, 1 km de route permet d'éclairer une ville de 5.000 habitants. Ce sont 1.000 km de routes solaires que prévoit le plan national pour la route à énergie solaire. Des chiffres qui réchauffent alors qu'on va vers la COP 22 et que l'accord de Paris est entré en vigueur vendredi. SLG
Photo ci-dessus : Ségolène Royal lors de lancement de la route Wattway
 
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire, modifier vos coordonnées :
http://websun.supplychainmagazine.fr/NL-Fret/INS.php
Pour vous désabonner, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°4
2 novembre 2016
NOVEMBRE
Riverdating
Mercredi 9

Rendez-vous d'affaires européen autour du transport fluvial, mutimodal
et de la logistique. Parc des Expositions Rouen

All4Pack,
salon
de l'emballage

Du lundi 14
au jeudi 17

Paris Nord Villepinte


Intermodal Europe Du mardi 15
au jeudi 17

Salon dédié notamment
au transport
de conteneurs, Rotterdam


Objectif OFP
Mardi 15
Journée de rencontres
et d'échanges fret ferroviaire et OFP, Levallois


Value Chain Parts
Salon de
la Supply Chain de
la pièce détachée
Mardi 22
Cité Internationale
de Lyon


Supply Chain Event Mardi 22 et
mercredi 23

Salon des innovations
en logistique animé par Supply Chain Magazine, Paris, Porte de Versailles


Healthcare
Coldays

Mardi 22 et
mercredi 23
Logistique
des produits thermosensibles, Espace Double Mixte, Lyon


Madrid Logistics
& Distribution

Mercredi 23 et
jeudi 24
,
Feria de Madrid


MOST Motorways
of the Sea Training
Du samedi 26 au mardi 29

Formation au transport multimodal et autoroutes de la mer sur un bateau de Barcelone à Rome-Civitavecchia


POLLUTEC
Du mardi 29 au vendredi 2
décembre,

27e édition
du salon consacré aux technologies innovantes pour l'environnement
avec un focus sur
la ville durable et
la restauration
de sites naturels
en emprise routière


Transport
Security Expo

Mercredi 30 et
jeudi 1er décembre
Salon consacré
à la sécurité
dans les transports, Londres

DÉCEMBRE
World Class
Logistics

Mardi 13
Salon de
la logistique internationale,
Paris
Cœur Défense