LinkedIn Twitter Facebook
Asie
Une chaîne logistique qui fleure bon…

Parce que l'industrie française de la parfumerie et des cosmétiques est le 2e secteur exportateur de l'hexagone après l'aéronautique, et que 80% de sa production est exporté dans le monde entier en transitant pour la plupart par la vallée de la Seine et le Port du Havre, le pôle de compétitivité Cosmetic Valley lance début décembre un projet baptisé Cosvapex (COSmetic VAlley performance Export). Son but est d'améliorer la chaine logistique de ces entreprises en consolidant et en renforçant la compétitivité à l'export, en optimisant la chaine d'approvisionnement, en sécurisant les flux export et en développant la logistique des retours. Ce projet mobilise un groupement de grands noms de la parfumerie et de la cosmétique, dont Dior, Guerlain, Sephora, Hermes, Lampe Bergé, ainsi que plusieurs partenaires, notamment Haropa/Ports de Paris Seine Normandie, l'Institut des Sciences et Etudes Logistiques, le CRITT T&L, Logistique Seine-Normandie ou encore l'Institut de Droit International des Transport. La douane et Soget participent également à ce programme qui devrait durer 18 mois et qui bénéficie d'un budget total de 577.249 €, financé à 47% par l'Etat, la Région Normandie et l'Europe, à travers les fonds CPIER et FEDER. NB
 
Export :
une chaîne
logistique
qui fleure bon


Formation :
Gonesse
est désormais le
plus grand centre
Promotrans


Maroc :
10 départs par
semaine pour
l'export d'agrumes
marocains


Spécial Pollutec :
solutions
« vertueuses »
dans le transport
 
 
 
 
Formation
Gonesse est désormais
le plus grand centre Promotrans

Mais que fait donc la Présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse au volant d'un poids lourd ? Réponse : elle inaugurait la semaine dernière le plus grand centre de formation Promotrans jamais construit, situé à Gonesse (95), dans la ZAC des Tulipes Sud, et réalisé avec le concours de la Région Île-de-France, pour le soutien de l'apprentissage. Outre un simulateur de conduite (et quatre autre simulateurs), les installations, qui s'étendent sur 30.000 m2, comprennent 40 salles de cours, un entrepôt logistique de 2.353 m2, 3 pistes de manœuvre pour poids lourds, et un atelier mécanique de 800 m2. L'établissement développe les compétences des salariés (FIMO, FCO, TP, CACES, Permis...) et prépare les apprentis (CAP, Bac professionnel logistique, etc) à devenir de véritables experts terrain dans sept domaines d'activité dont le transport de marchandises et la logistique/Supply Chain. JLR
 

« Nous sommes
là pour convaincre
les chargeurs de
passer au fluvial
et leur faire
connaître notre
plan d'aide »,

Pierre-Yves
Bourven,

chargé de mission
d e report modal
chez VNF, sur
le salon Pollutec.
 
   
 


70 %.

C'est le
pourcentage
des émissions
de particules
attribuables
au système de
freinage sur des
véhicules Euro 6,
selon
Olivier Saint Cricq,
DG de Telma.
Maroc
10 départs par semaine pour
l'export d'agrumes marocains

CMA CGM, implanté au Maroc depuis 2002 et 1er transporteur de produits agricoles depuis ce pays vers le reste du monde en containeurs réfrigérés, renforce dès ce mois de novembre, son offre pour l'export d'agrumes et de primeurs, avec 6 services saisonniers. Ce sont 10 départs par semaine qui relient le pays à la Russie, à l'Europe et au Moyen-Orient : le groupe dessert, en direct du Maroc, la France, l'Espagne, l'Arabie Saoudite et les Emirats Unis grâce à 3 services hebdomadaires, 3 autres allant à la même fréquence vers Europe du Nord et en Russie. CMA CGM emploie 1.200 collaborateurs au Maroc, répartis entre les agences et les sociétés du groupe. NB
 
 
 
 
S P E C I A L  P O L L U T E C  
Motorisations
Scania parie sur le gaz

« La France est le premier marché européen pour le gaz », analyse Daniel Groszek, Responsable produit chez Scania France. Sur le stand Scania du salon Pollutec, le châssis P 280 LB6X2*4MSA au GNC pour la collecte des ordures ménagères a été présenté. Le constructeur est confiant dans le marché français qui s'est finalement ouvert au gaz. « Les ventes sont en augmentation constante ; elles doublent chaque année depuis 2014. En 2016, nous avons vendu environ 230 véhicules », précise-t-il. Les transports Jardel, à Toulouse, viennent de leur commander 10 camions. Des sociétés comme Staf, Véolia, Biocoop ou Derichebourg font également partie des clients des solutions gaz. Et Scania compte séduire d'autres acquéreurs, tant chez les collectivités que chez les transporteurs. Pour ceux-ci, le surcoût reste de l'ordre de 25.000 à 30.000 €, rappelle le responsable produit. Scania propose de plus en plus de la location via sa captive Griffon Location (Scania Rent en 2017). Les aides nationales et régionales viennent également en aide aux clients transporteurs. Cependant, le facteur qui a vraiment facilité l'essor de ces véhicules « c'est la demande des chargeurs de la grande distribution soucieux de leur image », observe-t-il. « Ils proposent des accords commerciaux avantageux pour compenser l'investissement demandé au transporteur », explique Daniel Groszek. Le constructeur continue de faire évoluer sa gamme : si aujourd'hui la puissance maximale proposée est de 340 chevaux, elle pourrait atteindre les 400 chevaux fin 2017 sur des modèles équipés de la boîte robotisée Opticruise. Par ailleurs, Scania travaille sur d'autres motorisations alternatives au diesel : actuellement, un prototype 100% électrique relayé par un système filaire est testé en Suède. Et le constructeur peut déjà proposer des camions roulant au HVO, un biodiesel d'origine animale qui n'est pas encore autorisé en France et qui permet des économies de CO2 allant jusqu'à – 45%. SLG
 
 
Daniel Groszek, Responsable produit Scania devant le châssis GNC
présenté à Pollutec
 
 
MAN
Une BOM pour les hyper-centres

S'il y a un salon où les villes sont à l'honneur c'est bien Pollutec. Le rendez-vous lyonnais qui a démarré ce matin et se poursuit jusqu'à vendredi accueille une foison de solutions « vertes » pour le traitement des déchets, de l'eau et, bien-sûr, le transport. La collecte des déchets est l'un des sujets phares. Et l'occasion pour les constructeurs d'innover pour répondre à des contraintes spécifiques propres aux villes. Le MAN TGM 19-250 est une BOM (benne à ordures ménagères) unique en France de par…son étroitesse : 2,32 m de large à l'avant et 2,36 m à l'arrière. Ce modèle, dit « en voie étroite », répond à une demande croissante des acteurs publics et des spécialistes privés de la propreté, soucieux de l'accès dans les hyper-centres. Le modèle est destiné essentiellement au marché français. Le châssis et la cabine sont fabriqués en Allemagne avec le concours d'un atelier spécialisé de Bourg-en-Bresse qui apporte les modifications nécessaires pour atteindre la « taille critique ». « Ce n'est pas la peine de monter à une gamme supérieure (au-delà des 19 tonnes) car cela implique aussi un nombre supérieur de marches à monter pour le conducteur », explique Kilian Leroy, ingénieur produit dans la division Véhicules spéciaux chez MAN. Le véhicule est référencé UGAP. Ce qui permet de le vendre aux acteurs publics hors procédure d'appels d'offres. Quant à sa motorisation, il s'agit d'un Euro 6c pouvant rouler au diesel HVO (voire article ci-dessus). Avec un petit pas de côté, MAN a profité du rendez-vous lyonnais pour présenter pour la première fois en France, le TGE, son premier VUL. Dévoilé en septembre dernier à Hanovre, à l'occasion de l'IAA, l'utilitaire se veut très alléchant de par la large palette de carrosseries possibles. Produit en Pologne, dans une nouvelle usine Volkswagen près de Potsdam, le véhicule sera commercialisé par des équipes dédiées, a précisé Erwan Le Bail, directeur de la nouvelle unité VUL. Pour les services, le constructeur s'appuie sur son réseau PL. Si aujourd'hui, il est proposé avec une motorisation diesel, MAN travaille sur un VUL 100% électrique qui pourra être présenté fin 2017. SLG
Photo ci-dessus : La BOM voie étroite présentée par MAN
 
 
Erwan Le Bail, Directeur de la division VUL de MAN devant le MAN TGE  
 
Coquelle
« Nous sommes un transporteur
respectueux de l'environnement »

Pollutec n'est pas un salon qui regorge de transporteurs en tant qu'exposants. Le groupe Coquelle figure parmi les rares exceptions. « Nous avons une sensibilité pour l'environnement et nous sommes un transporteur responsable » déclare Stéphane Juillard, Directeur du site de Moirans-en-Montagne, dans le Jura. La société qui emploie 72 chauffeurs est attentive à l'environnement aussi bien dans ses locaux que dans la gestion du parc. « Les pièces de nos véhicules sont recyclées, et nous utilisons de l'eau de pluie pour laver nos citernes. Et, bien-sûr, nos conducteurs sont formés régulièrement à l'éco-conduite. Le parc est entièrement Euro 6 et il est renouvelé tous les trois ans ». Ce choix s'explique par la volonté de garder une flotte jeune et qui se revend bien sur le marché de l'occasion : la plus-value réalisée au moment de la revente permet de financer le renouvellement. Les coûts d'entretien sont aussi minimisés. Autre atout d'un parc jeune : « les tarifs du Mont Blanc sont plus avantageux », souligne le gérant d'une société qui a été championne des traversées du Tunnel. « 75% de notre activité se fait en Italie » explique Stéphane Juillard. Vingt véhicules sont d'ailleurs dédiés au transport de jouets, matériel d'isolation et de produits divers à destination de ce pays. La présence de Coquelle à Pollutec s'explique aussi par l'opportunité de regarder les offres des constructeurs, notamment dans le domaine du gaz. Mais le salon peut être évidemment pourvoyeur de nouvelles affaires. « On regarde aussi toute la filière des déchets pour voir la suite donnée à ceux que nous transportons. Il peut y avoir des opportunités pour des voyages retour », indique le directeur de la société jurassienne. SLG
 
 
Christophe Coquelle, Président du groupe Coquelle (à gauche)
avec
Stéphane Juillard, Directeur du site de Moirans-en-Montagne
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire, modifier vos coordonnées :
http://websun.supplychainmagazine.fr/NL-Fret/INS.php
Pour vous désabonner, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°16
30 novembre 2016
NOVEMBRE
POLLUTEC
Du mardi 29 au vendredi 2
décembre,

27e édition
du salon consacré aux technologies innovantes pour l'environnement
avec un focus sur
la ville durable et
la restauration
de sites naturels
en emprise
routière
Lyon Eurexpo

Transport
Security Expo

Mercredi 30 et
jeudi 1er décembre
Salon consacré
à la sécurité
dans les transports,
Londres

DÉCEMBRE
Conseil
des ministres
européens
du transport

Jeudi 1er


La Nuit
du Shortsea

Mercredi 7
Cité de
la céramique,
Paris



World Class
Logistics

Mardi 13
Salon de
la logistique internationale,
Paris
Cœur Défense