LinkedIn Twitter Facebook
Péages
L'Arafer analyse les retombées
du plan de relance

Le premier rapport de l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) « Synthèse des comptes des concessions autoroutières », mis en ligne hier, pourrait plaire aux transporteurs routiers qui ont récemment tiré l'alarme sur les hausses des péages annoncées pour 2017. Les compensations prévues par l'accord lié au plan de relance autoroutier (signé entre l'Etat et ASF, Escota, Cofiroute, APRR, AREA, Sanef et SAPN) en contrepartie du gel des tarifs de péages (et malgré l'allongement de la durée des concessions), au 1er janvier 2015, vont représenter un total de 500 M€ sur la durée restante des concessions. Ce qui, pour les usagers, signifie une hausse de +0,33% à +0,82%, selon les sociétés. Ces compensations sont prévues sous forme d'une hausse tarifaire spécifique, lissée sur les années 2019 à 2023 et viennent « s'ajouter à la trajectoire de base prévue par les contrats (70% de l'inflation sur les années 2019 à 2023 pour les sept sociétés concernées) ». Par ailleurs, en 2015, les sociétés concessionnaires avaient enregistré un résultat net en hausse de 16,5% et des dividendes en hausse de... 127,5% ! Le chiffre d'affaires en 2015 a été de 9,4 Md€, tiré notamment par les péages liés à un trafic dynamique. Le trafic a augmenté de 2,9% avec une plus forte hausse chez les PL. Ceci étant posé, le président de l'Arafer, Bernard Roman, tient à préciser qu'il était « prématuré, dès ce premier exercice, de tenter une évaluation de la rentabilité [des sociétés concessionnaires NDLR], faute d'une définition objective et partagée de ces fameux taux [ les taux de rentabilité interne des concessionnaires, NDLR] ». Conscient de la sensibilité du sujet et des polémiques qu'il a déjà soulevées, le président de l'autorité joue l'apaisement en annonçant une consultation publique pour recueillir, au-delà des sociétés, les observations plus larges d'autres acteurs intéressés. SLG
 
L'Arafer analyse
les hausses
des péages


The Alliance :
procédure
préventive
anti-faillite


Franprix loue
des Scania au gaz


Fruits et légumes
livrés dans les
stations alpines


Légère hausse
du commerce de
détail en Europe

TAG Logistik
pousse à fond la
géolocalisation


L'info décalée
CMA CGM s'invite
au Vendée Globe
 
 
 
 
  The Alliance
Les compagnies anticipent
la faillite de l'un des leurs
La faillite de Hanjin a laissé des traces et a marqué toute la profession. L'alliance qui réunit Hapag-Lloyd, K Line, MOL, NYK e Yang Ming a pris l'initiative de prévoir un fonds de réassurance en cas de défaillance de l'un des membres. Ce fonds doit servir concrètement à régler les frais d'acheminement des navires vers les ports et de déchargement, pour éviter que les cargaisons ne soient jetées à la mer. The Alliance sera opérationnelle en avril prochain. Cette mesure doit donner plus d'aisance aux compagnies membres dans le cadre de leurs négociations commerciales. La proposition de dispositif a déjà été déposée à La Commission fédérale américaine. William Doyle, l'un des commissaires, interviewé par le site américain Joc, s'est félicité de la démarche et a souhaité que d'autres alliances telles que 2M et Ocean Alliance (voir NLF n° 5) suivent l'exemple. SLG
 
   
  Hapag Lloyd, l'un des membres de The Alliance vient de fusionner avec UASC, (NLF n° 14)  
 


500 M€
C'est le montant
des hausses
de péages
d'ici la fin
des concessions
autoroutières,
selon l'Arafer.
GNC
Franprix loue 20 Scania
pour les livraisons dans Paris

Franprix vient de passer commande auprès de Scania de vingt véhicules gaz en location, qui seront réceptionnés en 2017 pour la livraison de ses magasins parisiens. Ce sont des porteurs 340 chevaux GNC équipés de la boite automatique Scania Opticruise (voir NLF n*8) qui ont été retenus par le distributeur français, après avoir été testés pendant 6 mois. Dans le cadre de ce contrat de location, les châssis gaz seront entretenus au sein du réseau Scania, et les périphériques chez Franprix. Le contrat s'inscrit dans la stratégie de l'enseigne d'une livraison propre dans Paris, initiée dès 2012 avec Norbert Dentressangle (puis XPO) mixant transport routier et fluvial. « Nous sommes pionniers de la livraison urbaine par voie fluviale et livrons près de 180 magasins via la Seine », explique Christian Bens, Directeur logistique de Franprix avant de préciser que « Quarante containers par jour sont ainsi acheminés au pied de la Tour Eiffel ; ce qui a permis de réduire en 2016 le trafic routier de quelques 10.400 camions représentant plus de 200.000 km routiers ». La location concerne cette fois-ci le parc propre de Franprix (déjà composé de 140 véhicules). Le distributeur livre ses quelque 1.000 magasins depuis une plate-forme pour son activité produits secs de 73.000 m² à Chennevières-sur-Marne. NB
 
 
 
 

Produits frais
La livraison des chefs
des stations de ski

La maison Colom met en place une logistique spécifique lui permettant d'approvisionner quotidiennement en fruits et légumes, depuis Rungis, les grandes stations des Alpes (Courchevel, Méribel, Tignes et Val d'Isère), malgré les contraintes de froid, de neige et d'attitude. Les fruits arrivent à Chambéry puis sont acheminés vers les grands restaurants de montagne dans des camions conservant toutes leurs qualités. Il s'écoule moins de 24 heures entre la passation de commande et la livraison, et les chefs des tables renommées des stations de ski ont accès, sans rupture d'approvisionnement, à leurs produits, notamment exotiques, qu'ils ne trouvent pas sur place. NB
 
   
 


« Mon approche,
c'est la
concertation »,

Bernard Roman,
Président
de l'Arafer.

Europe
Commerce de détail
en hausse en octobre

Le commerce de détail a augmenté de 1,1% en octobre 2016 par rapport au mois précédent dans la zone euro, et de 1,2% dans l'UE. Sur un an, l'évolution a été de 2,4% dans la zone euro et de 3,5% dans l'ensemble des 28 pays membres. C'est le constat dressé par Eurostat et publié hier. Dans le détail, on observe une hausse des parts des produits non alimentaires (+2,3% entre septembre et octobre). La catégorie « produits alimentaires, boissons et tabac » a crû en moindre mesure : à peine +0,2% entre septembre et octobre quel que soit le périmètre pris en compte. En revanche, entre octobre 2015 et octobre 2016, les produits non alimentaires ont évolué de 3,3% dans la zone euro et de 4,9% dans l'ensemble de l'Union. La deuxième catégorie a crû de 2,1% dans la zone euro et de 2,5% dans l'UE. Enfin, le Luxembourg et la Slovénie sont en tête des pays ayant enregistré les plus fortes hausses sur les deux périodes. Ils sont accompagnés par l'Allemagne et le Royaume Uni, où le commerce a progressé le plus, entre septembre et octobre. En revanche, sur l'année, la Roumanie et la Lituanie figurent parmi les pays les plus dynamiques. La France reste stable d'un mois sur l'autre et marque une progression de 1,7% sur un an. SLG
 
 
  TAG Logistik
Le chant des sirènes
pour mieux gérer sa flotte

C'est un chant un peu strident, certes, mais efficace, aux dires de Clément Lagarde, responsable d'exploitation chez Tag Logistik, qui a adopté la solution de géolocalisation de Fleetmatics pour ses besoins de gestion de flotte. Le messager, qui travaille avec TNT, FEDEX et Chronopost ainsi que pour des répartiteurs pharmaceutiques, n'obtenait pas avec son précédent système les informations ni services souhaités. Après 1 an d'utilisation de la solution Fleetmatics, il estime avoir amélioré ses tournées, et réduit sa consommation totale de carburant entre 15% à 25%, notamment en suivant le comportement routier des chauffeurs, grâce à une carte personnelle liée également au camion utilisé, qui détecte et prévient de tout dépassement de vitesse autorisée et de toute conduite à risque. Un système d'alerte prévient le chauffeur et le gestionnaire de flotte, mais une sonnerie pouvant être réceptionnée sur smartphone, se déclenche également lors de tout mouvement de camion après les heures d'utilisation autorisées, lors d'un vol par exemple. Tag Logistik possède un parc de plus de 70 véhicules. NB
 
   
  Clément Lagarde, Responsable d'exploitation
de Tag Logistik.
 
 

 
CMA CGM s'invite dans le Vendée Globe
Hier matin, vers 9 heures, le navigateur Kito de Pavant, participant à la course en solitaire Vendée Globe, a été victime d'une grave avarie suite à une collision avec un objet flottant non-identifié alors qu'il naviguait dans le Nord des îles Crozet. Le choc a provoqué une importante voie d'eau l'obligeant à demander secours alors qu'il occupait la 10e place de la course. C'est le navigateur lui-même qui a contacté le Marion Dufresne, ravitailleur des terres australes françaises, propriété de CMA CGM qui allait lui porter secours, étant le navire le plus proche. Au moment de l'appel, le navire était à 10 milles nautiques du voilier. Il devait l'atteindre en soirée. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire, modifier vos coordonnées :
http://websun.supplychainmagazine.fr/NL-Fret/INS.php
Pour vous désabonner, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°21
7  décembre 2016
DÉCEMBRE
La Nuit
du Shortsea

Mercredi 7

Cité de
la céramique,
Paris


World Class
Logistics

Mardi 13
Salon de
la logistique internationale,
Paris
Cœur Défense

JANVIER 2017

Trucks &
Transport 2017

Du vendredi 13
au lundi 16

Le salon
professionnel
du transport
routier, Bruxelles



Forum des Rois
de la Supply Chain

Jeudi 19
Présentation
des 8 dossiers
en compétition
pour les Trophées
Paris 12ème



Congrès
ATEC ITS France

Mardi 24 et
mercredi 25

Les rencontres
de la mobilité
intelligente 2017
Montrouge


Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles