LinkedIn Twitter Facebook
Ports
Plus de transparence financière
en Europe

Le système de redevances et de financements que les ports européens reçoivent des compagnies maritimes et des gouvernements devrait être plus clair désormais. Mercredi dernier, après 15 ans de débats, les députés européens ont adopté un règlement sur l'accès au marché des services portuaires. Les nouvelles règles vont s'appliquer -si le Conseil de l'UE les entérine- à plus de 300 ports de l'UE, ceux mentionnés dans les orientations pour le réseau transeuropéen de transport (RTE-T). Les ports doivent afficher clairement dans leurs systèmes de comptabilité les financements publics reçus et améliorer la transparence, de sorte que les services portuaires et les redevances liées aux infrastructures soient fixés. Les États membres devraient par ailleurs veiller à ce qu'une procédure efficace soit prévue pour gérer les plaintes. Les dispositions sur la transparence financière s'appliquent également aux opérateurs de manutention des marchandises. « La transparence financière est au cœur de l'accord, qui devrait faciliter le travail de la Commission européenne sur un régime d'aide publique cohérent et encourager les investissements dans les ports », a souligné le rapporteur du texte, l'Allemand Knut Fleckenstein (S&D). Le règlement prévoit également des conditions dans le cas où les ports souhaiteraient fixer des obligations minimales aux fournisseurs de services (remorquage, amarrage et soutage ou la collecte de déchets générés par les navires), ou voudraient limiter le nombre de fournisseurs pour garantir, par exemple, la sécurité et durabilité environnementale. Par ailleurs, les fournisseurs de services portuaires seront tenus de respecter de nouvelles exigences en termes de formation adéquate des employés, avec un accent particulier sur les aspects liés à la santé et à la sécurité. SLG
 

Le règlement
sur la
transparence
financière
des ports adopté


Aide au report
modal en Italie


Une liaison
pas comme
les autres entre
Australie et Italie


Le nouveau SMIC
est arrivé


Fiscalité :
une menace pour
l'e-commerce ?

L'info décalée :
la route solaire
inaugurée
au début
de l'hiver
 
 
 
 
  Report modal
L'UE autorise 393 M€
d'aides publiques en Italie

La Commission européenne a donné hier le feu vert aux aides accordées par l'Etat italien pour le report du transport de marchandises de la route vers le rail et la mer. Au total, il s'agit d'un budget de 393 M€, dont 255 M€ vont au fret ferroviaire et 138 M€ au transport maritime. Dans le premier cas, ce sont tous les opérateurs ferroviaires actifs en Italie qui seront destinataires de cette enveloppe. Et ce, au titre des frais liés à l'infrastructure et des coûts externes qu'ils doivent soutenir. Selon la Commission européenne, ce sera surtout le sud du pays qui bénéficiera d'un rééquilibrage entre les modes de transport. En ce qui concerne la mer, les transporteurs sont incités à mettre en place de nouvelles liaisons maritimes ou à améliorer les services existants. SLG
 
   
 


Optimisation
Une liaison charter
+ long courrier pour DB Schenker

Baptisé « Cargo supermarket », la solution proposée par la compagnie russe de fret aérien Volga-Dnepr a permis tout récemment à DB Schenker d'acheminer des clapets à bille depuis la ville de Perth en Australie jusqu'à Milan. Le transport a été réalisé par un vol charter en Ilyushin jusqu'à Singapour puis par un Boeing 747 jusqu'à l'aéroport italien de Milano Malpensa. Les clapets ont voyagé dans des caisses en bois. L'intérêt de cette solution a été de coupler la vitesse à la réduction des ruptures de charge, mais aussi de réduire les transferts par camion entre les hubs tout en préservant la sécurité de la marchandise, selon Robert Van de Weg, vice-président senior des ventes et du marketing de la compagnie qui opère dans le fret aérien au service de l'industrie depuis 25 ans. Et le même d'indiquer un intérêt croissant pour cette offre. SLG
Photo : un Ilyushin IL-76TD-90VD comme celui utilisé pour la liaison entre Perth et Singapour.
 
 
 
 


« Il reste
22 branches
pour lesquelles
la grille
des salaires
comporte
au moins
un coefficient
inférieur
au Smic »,

a déclaré hier
Myriam
El Khomri

lors de
l'annonce de
l'augmentation
du Smic
au 1er janvier
prochain
Social
Le Smic revalorisé de 0,93 %
au 1
er janvier 2017
Le Smic sera bien revalorisé de près de 1 % au 1er janvier, portant ainsi le salaire horaire brut à 9,76 €. Par conséquent, le salaire minimum mensuel sera de 1.153 € nets pour un temps plein, à savoir un gain de 11 € par rapport à 2016. C'est ce qu'a annoncé hier la ministre du Travail Myriam El Khomri devant les représentants des organisations syndicales et professionnelles. Un décret en Conseil des Ministres ce mercredi entérinera cette revalorisation annuelle, basée sur l'évolution de l'indice des prix et sur la moitié de l'évolution annuelle du pouvoir d'achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE). La ministre a toutefois déclaré que pour augmenter le pouvoir d'achat des ménages, elle privilégiait la négociation salariale dans les branches et les entreprises, ainsi que l'accès à la formation professionnelle, grâce au Compte personnel de formation (CPF) déjà en place aujourd'hui, et au Compte personnel d'activité (CPA), dont l'entrée en vigueur est fixée au 1er janvier 2017. Une information qui ne manquera pas d'intéresser les partenaires sociaux qui planchent ces temps-ci sur les NAO du transport routier. La proposition d'une revalorisation de +0,2% avancée par les organisations patronales ne laisse pas présager d'un grand écart par rapport au Smic revalorisé, pour les premiers coefficients du moins. Les valeurs actuellement en vigueur pour la profession sont de 9,68 € pour les coefficients de 110 à 120 M, de 9,71 € pour les 128 M et de 9,73 € pour les 138 M. Ce qui revient à trois coefficients en deçà du nouveau Smic. NB
 
 


1.889 heures
par km.

C'est la mesure
des
encombrements
routiers de file
de circulation
en 2015.
Source CNIR
E-commerce
Les plates-formes B2C en danger?

Un nouvel article du projet de loi de finances rectificative pour 2016, qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2018, pourrait obliger les sites de e-commerce entre particuliers à déclarer à l'administration fiscale les coordonnées des vendeurs (particuliers ou sociétés) ainsi que le montant des transactions réalisées. La fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a fait part de son inquiétude concernant de nouvelles législations sur les plates-formes de vente en ligne BtoC comme CtoC, dans un communiqué diffusé le 19 décembre. Si elle réaffirme son soutien entier vis-à-vis de la lutte contre la fraude fiscale, la Fevad soulève les soucis de confidentialité mais aussi la surcharge administrative que la disposition pourrait imposer aux entreprises proposant leurs produits sur les plates-formes de vente en ligne. Elle souligne également que cette disposition a été imposée et non discutée avec les organismes représentatifs, et demande qu'un bilan soit d'abord tiré des précédents dispositifs récemment mis en place, ou sur le pont de l'être, avant de procéder à de nouveaux décrets et de nouveaux textes. Il en va de l'avenir des plates-formes de e-commerce en général, estime la fédération. Ceci dit, l'article en question a été adopté au Sénat avant d'être examiné par la commission mixte paritaire. NB
 
 

 
La route solaire inaugurée le lendemain du solstice d'hiver
Le 22 décembre, lendemain du solstice d'hiver, Ségolène Royal se rendra pour la deuxième fois dans l'Orne pour inaugurer la route solaire, la fameuse Wattway. Drôle d'option pour le lancement de cette route recouverte de panneaux solaires et qui doit produire de l'énergie. L'inauguration aura lieu à Tourouvre-au-Perche dans l'Orne, au même endroit où la ministre de l'écologie s'était déjà rendu le 24 octobre dernier, 2016, à l'occasion du lancement des travaux (voir NLF n°4). Les premiers panneaux ont été posés sur la RD 5 qui va donc produire 790 kWh par jour. Ce sont 1.000 km de routes solaires que prévoit le plan national pour la route à énergie solaire. On peut toutefois espérer des rendez-vous plus ensoleillés autour de ce projet auquel, visiblement, tient beaucoup Mme Royal. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°30
20  décembre 2016
JANVIER 2017
Forum des Rois
de la Supply Chain

Jeudi 19
Présentation
des 8 dossiers
en compétition
pour les Trophées
Paris 12ème



Congrès
ATEC ITS France

Mardi 24 et
mercredi 25

Les rencontres
de la mobilité
intelligente 2017
Montrouge


Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles

FEVRIER

Salon des entrepreneurs
Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès, Paris


International Railway
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie ferroviaire
Du 15 au 17
Siège de l'UIC,
Paris 15e