LinkedIn Twitter Facebook
Vous lisez à présent la dernière Newsletter du Fret de l'année. La rédaction s'octroie une pause pour les Fêtes et sera ravie de vous retrouver dès le 4 janvier. Nous vous souhaitons une excellente fin d'année et un fantastique démarrage de 2017 !

Nouveau tunnel
sous le
Bosphore


Un navire GNL
pour
Brittany Ferries
 
 
 
 
 

Accueil
des chauffeurs
automatisé
chez Bonilait


Zoomalia -
DPD France :
c'est reparti
pour deux ans


Renault Trucks
peaufine
l'import et
la production
en Iran


Tournée solidaire
en Moldavie


L'interview
Vincent
De Guillebon,
Fondateur
de Citéliv
Eurasia
Le nouveau tunnel sous
le Bosphore interdit aux camions

Le nouveau tunnel Eurasia, inauguré le 20 décembre en Turquie, relie l'Europe à l'Asie en passant sous la mer. Long de 5,4 kilomètres, dont un tronçon de 3,4 km sous le Bosphore, le tunnel sous-marin permet de rallier la ville de Göztepe (côté asiatique) depuis celle de Kazliçesme (côté européen) en seulement 15 minutes au lieu d'une heure trente ou deux heures quand le trafic est dense. L'autoroute payante qui se trouve dans le tunnel devrait être empruntée par 120.000 véhicules par jour. Sur deux étages, l'ouvrage a été réalisé par un consortium alliant le groupe privé de construction turc Yapi Merkezi et le sud-coréen SK Group. Le projet a nécessité un investissement de 1,245 Md$, dont un prêt de 960 M$, et presque six ans de travaux. Mais tout ceci ne concerne pas le trafic de poids lourds, qui sont interdits dans le tunnel, au même titre que les bus, dépanneuses ou motos. Il faut espérer que les camions trouveront la route traditionnelle moins encombrée du fait du délestage que l'ouvrage rendra possible. Eurasia n'est que l'une des infrastructures que le gouvernement turc a planifiées. Plus tôt dans l'année, le troisième pont sur le Bosphore a été inauguré (en août). Réalisation gigantesque, le pont Yavuz Sultan Selim comporte deux fois quatre voies pour la circulation, et deux voies ferrées. SLG
 
 
 


GNL
Un nouveau navire
pour le Transmanche

C'est avec les chantiers allemands Flensburger Schiffbau que la compagnie maritime Brittany Ferries a signé une lettre d'intention de commande pour la construction d'un nouveau navire propulsé au GNL. Le contrat pour la construction proprement dit devrait être signé en avril prochain. Il s'agit d'un ferry qui assurera trois allers/retours quotidiens entre Caen/Ouistreham et Portsmouth à partir de 2019. Il viendra s'ajouter au service assuré aujourd'hui par un autre navire, le Mont Saint Michel. Il a une capacité de 2.600 mètres linéaires soit 130 semi-remorques ou 550 voitures et 64 semi-remorques. L'activité fret de la compagnie a connu une augmentation de 23% depuis 2012 (25% sur les lignes Transmanche et 17% sur les lignes d'Espagne). Entre 2015 et 2016, le trafic fret a enregistré une hausse de 12% du nombre de camions et remorques transportés. Le Transmanche a connu une augmentation de 10% (169.000 véhicules) tandis que les liaisons avec l'Espagne ont crû de 22% (35.000 véhicules en comptant aussi les liaisons avec l'Irlande) depuis l'ouverture d'un nouveau service ro-ro. SLG
 
   
 
 
 


« En dépit
du Brexit,
nous restons
confiants en
notre capacité
à continuer
de développer
et moderniser
notre réseau
d'autoroutes
de la Mer
au service
du tourisme et
de la logistique
des régions
de l'Arc
Atlantique »,

Christophe
Mathieu,

Président
du Directoire de
Brittany Ferries.

Accueil des chauffeurs
Ce que l'accès poids lourds
automatisé a changé chez Bonilait

A Chasseneuil du Poitou, sur son usine de production d'ingrédients laitiers pour l'industrie alimentaire, Bonilait-Protéines (groupe Sodiaal) compte plus de deux ans de recul en ce qui concerne l'utilisation d'un système automatisé pour l'accueil des chauffeurs, le contrôle d'accès et la traçabilité/ sécurisation des flux de véhicules. « C'est un changement complet de mentalité, en interne comme chez nos clients. Le projet a permis de fluidifier tous nos flux entrants » nous a confié avant-hier Emmanuel Guichard, le Responsable prévisions, planification et approvisionnements chez Bonilait-Protéines. Sur le site arrivent chaque jour entre 80 et 100 poids lourds, dont une quarantaine de citernes liquides, des conteneurs pour l'export et jusqu'à 60 remorques bâchées (affrétées par les clients qui viennent enlever les produits). La solution mise en place depuis 2014 est constituée, d'une part, d'un outil de prise de rendez-vous transporteur Optidock de GFI et, d'autre part, de la plate-forme e-Gestrack de Stackr, avec une partie logicielle (contrôle d'accès, reporting, traçabilité) et des équipements (bornes avec écran tactile, lecteurs de reconnaissance automatiques des plaques d'immatriculation). Auparavant, les camions pouvaient attendre plusieurs heures dans une file unique qui pouvait compter jusqu'à quinze véhicules. Avec le nouveau système, aucun camion ne peut se présenter sans rendez-vous, ni entrer sur l'une des deux voies d'accès au site si le chauffeur n'a pas saisi sur écran tactile son numéro de commande. Le camion est ensuite pesé, avec lecture automatique de sa plaque, en entrée comme en sortie. Une fois sur le site, après avoir remis les documents à l'accueil poids lourds, le chauffeur sait à quel quai de chargement / déchargement il doit se rendre en consultant un panneau lumineux. Au total, les poids lourds ne restent pas plus d'une heure sur le site. « Il y a eu trois à six mois d'adaptation car il a fallu que tout le monde joue le jeu, notamment nos clients, qui sont davantage obligés d'anticiper les choses avec leurs transporteurs » reconnaît Emmanuel Guichard. « Le reporting nous permet aussi d'avoir une mesure factuelle des taux de services et de pouvoir concentrer nos efforts sur les problèmes récurrents et pas sur du ressenti » a-t-il ajouté. A ce jour, le système e-Gestrack compte une trentaine de références en France dont des sites XPO, Easydis, Decathlon ou encore Bombardier. JLR
 
   
  Photo : e-gestrack Bonilait ©JL.Rognon  
   
  Photo : Bonilait ©JL.Rognon  
 
  E-commerce
Zoomalia reconduit son
partenariat avec DPD France

Zoomalia, leader de la vente en ligne de produits pour animaux de compagnie, vient de reconduire son partenariat avec DPD France pour une durée de deux ans. Le contrat était déjà en place depuis 2013 avec la livraison dans le réseau de relais Pickup. Depuis 2015, la livraison à domicile a été ajoutée. Désormais, le partenariat comporte, en plus de la distribution, la gestion du SAV pour le suivi des colis. DPD enlève jusqu'à 800 colis par jour, voire quasiment le double en début de semaine suite au pic de commandes passées le week-end, et effectue plusieurs ramasses quotidiennes depuis les entrepôts de Zoomalia situés dans les Landes. Ensuite, 80% des colis sont expédiés à J+1 et 20% à J+2. La Belgique est également livrée sous 2 à 3 jours. SLG
 
 


2.155,00€.

C'est le montant
du salaire brut
mensuel
(pour 200 heures)
d'un conducteur
longue distance,
à l'embauche.
Ce montant
pourrait évoluer
suite aux NAO
en cours dans
le TRM.
Prochain
rendez-vous pour
les partenaires
sociaux,
le 23 décembre.
Iran
Renault Trucks signe
deux contrats avec Arya Diesel Motors

Renault Trucks a renouvelé sa coopération avec l'importateur iranien Arya Diesel Motors, en signant hier deux contrats. Le premier reconduit leur collaboration entamée en 2006 et porte sur l'importation, la distribution et les activités après-vente des gammes T, C et K. Pour rappel, Arya Diesel Motors a été créée pour représenter le constructeur en Iran en distribuant, dans un premier temps, des véhicules complets, puis en procédant à l'assemblage de Renault Kerax et Premium, dans un site industriel au sud-ouest de Téhéran, jusqu'à l'embargo de 2012. C'est sur ce site que va avoir lieu, à partir du deuxième trimestre 2017, l'assemblage des Renault Trucks T. C'est justement l'objet du deuxième contrat conclu le 21 décembre. « L'Iran est un marché important et historique pour Renault Trucks. Notre ambition est d'atteindre, à terme, 15% de parts de marché sur ce territoire », explique Bruno Blin, Président de Renault Trucks. Le réseau Arya Diesel Motors compte 30 points de vente, 18 points de services sur le territoire iranien. NB
 
 
  De gauche à droite, Christophe Martin (SVP Renault Trucks International), Hirbod Jenabzadeh (Membre du comité de direction d´Arya Diesel Motors), Bruno Blin (Président Renault Trucks)  
 
  Solidarité
Tournée Timocom
pour les orphelins de Moldavie

Quatre camions contenant au total 146 cadeaux offerts par le personnel de la bourse de fret Timocom viennent d'arriver en Moldavie. Ces présents de Noël ont été distribués aux enfants de l'association Speranta (espoir en moldave) qui s'occupe d'orphelins et de sans-abris mineurs. L'idée d'associer les équipes Timocom à cette opération est venue d'un employé de l'éditeur informatique, qui est également chauffeur routier. Le projet a immédiatement séduit ses collègues qui ont entrainé leur progéniture dans l'aventure, et commencé dès cet été à emballer vêtements, jouets, produits d'entretien et autres friandises et victuailles. La distribution de ces cadeaux de Noël s'est déroulée par -9° après un périple de 44 heures dans une ambiance de joie et de fête. « La reconnaissance de ces enfants ne peut se traduire par des mots. Je crois que ces enfants y repenseront longtemps, tout comme moi », déclare Jochen Dieckmann, à l'origine de cette belle aventure. Un joli projet commun qui, pour ces enfants comme pour le personnel de Timocom, illustre l'esprit et la magie de Noël. SLG
Pour voir
la vidéo
 
   
 
L'I N T E RV I E W
 
Vincent De Guillebon, Fondateur de Citéliv
« Nous sommes moins chers qu'un sous-traitant en 3,5 t »

A 31 ans, et avec une expérience de 6 ans dans le monde du transport et de la logistique (notamment chez Bp2R, Stef, et Decathlon), Vincent De Guillebon vient de créer il y a à peine trois mois la société Citéliv de livraison urbaine à Lille.

La Newsletter du Fret : Quel est la vocation de Citéliv ?
Vincent De Guillebon : l'objectif est de proposer des solutions delivraison urbaine en véhicules propres sur le centre-ville de Lille, dans un premier temps. Nous sommes implantés non loin du Port Fluvial, sur une surface de 200 m2, sur laquelle nous pouvons effectuer les opérations de réception des marchandises et leur éclatement sur les différentes tournées.

NLF : De combien de véhicules disposez-vous à l'heure actuelle ?
V.DG : aujourd'hui nous avons quatre vélovans à assistance électrique, et nous en auront quatre autres courant mars. Courant janvier 2017, notre flotte va s'étoffer, avec deux utilitaires électriques, des Nissan NV 2000 de 5 à 6 m3 et 700 kg de capacité.

NLF : à qui s'adresse votre offre ?
V.DG : tout d'abord aux transporteurs, messagers ou expressistes pour lesquels nous présentons une bonne alternative à un 19t ou un 3,5t pour livrer l'hypercentre de Lille en petits colis. Nous sommes moins chers qu'un sous-traitant en 3,5t et nettement plus flexible qu'un expressiste qui part de l'extérieur de Lille : nous sommes capables avec un de nos véhicules de faire 3 ou 4 tournées par jour là où un expressiste n'en fait que deux au maximum. L'avantage de cela, c'est que l'on peut s'adapter aux contraintes horaires de nos destinataires. L'objectif est de proposer des livraisons jusqu'à 20h ou 21h. Nous nous adressons également aux grossistes, aux commerçants et e-commerçants.

NLF : Qui sont vos premiers clients ?
V.DG : notre premier partenaire est la société Stef. L'agence de Lesquin nous remet tous les jours des colis de moins de 100 kg à livrer dans l'hypercentre. Nous avons équipé pour cela deux de nos vélovans de caisses isothermes pour le frais et l'ultra frais et notre dépôt a été équipé d'une chambre froide. Par ailleurs, nous avons démarré en octobre les livraisons à raison de deux à trois par semaine pour le CMDU (Centre Multimodal de Distribution Urbaine) du port de Lille, dans le cadre de leur offre de stocks déportés de proximité pour les commerçants en centre-ville.

NLF : Quels sont les projets futurs pour 2017 et au-delà ?
V.DG : La première année, nous allons déjà consolider l'activité sur Lille, pérenniser le concept, structurer l'offre et l'organisation. Nous avons vocation à nous étendre, avec l'ouverture d'autres dépôts à Villeneuve d'Ascq, Roubaix ou la Madeleine. Dans une deuxième phase, mais pas avant 2018, nous prévoyons de développer le concept dans d'autres villes des Hauts-de France, à Arras, Dunkerque, Amiens et Valenciennes. Propos recueillis par Jean-Luc Rognon
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°32
22  décembre 2016
JANVIER 2017
Forum des Rois
de la Supply Chain

Jeudi 19
Présentation
des 8 dossiers
en compétition
pour les Trophées
Paris 12ème



Congrès
ATEC ITS France

Mardi 24 et
mercredi 25

Les rencontres
de la mobilité
intelligente 2017
Montrouge


Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles

FEVRIER

Salon des entrepreneurs
Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès, Paris


International Railway
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie ferroviaire
Du 15 au 17
Siège de l'UIC,
Paris 15e