LinkedIn Twitter Facebook
Emploi
Embellie dans le transport
et la logistique

En 2015, 12.800 emplois supplémentaires ont été créés (+2,6%) dans l'ensemble de la branche transport et logistique, selon les chiffres livrés hier par l'OPTL (Observatoire Prospectif des métiers et des qualifications dans le transport et la logistique). Sur un total de presque 670.000 effectifs, le TRM représente 338.000 salariés (50,5%). Sur les 11.300 conducteurs supplémentaires en 2015, 7.070 ont été recrutés dans le transport de marchandises. Par ailleurs, reflet naturel de la réorientation du TRM, environ 60% des conducteurs dans le transport de marchandises, sont des conducteurs de proximité : transport régional, dernier km ou messagerie (1.700 salariés de plus par rapport à 2014). A noter la question qui se pose désormais au sujet de la pertinence de la définition de la « longue distance » correspondante à plus de 6 repos journaliers par mois hors domicile. Or, explique Michel Chalot, vice-Président de l'OPTL, ceci ne signifie pas que les chauffeurs parcourent forcément des longues distances. Le respect accru de la réglementation sociale fait que les employeurs préfèrent que les chauffeurs découchent même à 50 ou 60 km de leur entreprise. « Cela est dû aussi à l'impact des rendez-vous, notamment avec la grande distribution, et de leurs aléas sur le respect des amplitudes horaires », ajoute-t-il.
Enfin, il faut aussi remarquer l'effet positif des créations d'entreprises, responsables de près de 2.800 emplois nouveaux pour l'ensemble de la branche (+2,5%). Parallèlement, le nombre de salariés concernés par des liquidations et redressements judiciaires est passé de 12.103 en 2014 à 10.672 en 2015. SLG
Tableau : répartition des effectifs.

Chiffres OPTL :
le transport
et la logistique
créateurs
d'emploi


Le TRM n'a pas
anticipé
sur ses besoins
de recrutement


Trafic
conteneurs
au Port d'Anvers


Italie : contrôle
douaniers
défaillants
dans les ports


DB Schenker teste
les camions
autonomes
avec MAN


L'interview :
Denis Labastrou,
Sed Logistique

 
 
 
 


« En cas de
restriction
de circulation,
il y a deux
verbalisations.
L'absence
de certificat
mène à
une première
verbalisation
à 35 euros,
c'est le préfet
qui en a fait
l'information.
Il y a
une deuxième
verbalisation,
d'un niveau
plus important,
si le véhicule
n'est pas autorisé
à circuler »
,

Yann Mongaburu
, Président du
Syndicat mixte
des transports
en commun
de Grenoble,
cité par
France 3 Alpes,
le 2 janvier
Emploi (2)
Une tension pas anticipée

43 ans et 8 mois de moyenne d'âge : le vieillissement de la population dans la branche transport et logistique se confirme, d'après le rapport 2016 dressé par l'OPTL. Si, en 2005, les 50 ans et plus sont passé de 1% à 35% en 10 ans. Les moins de 35 ans, qui représentaient 30% des effectifs en 2005, ne sont plus que 21% du total, dix ans plus tard. Pour le transport de marchandises, on remarque une présence équivalente de presque toutes les tranches d'âge. En revanche, dans les métiers de la maintenance, les moins de 25 ans sont majoritaires. Malgré ces données, les pratiques de recrutement de conducteurs du TRM sont assez étonnantes. D'une part, 66% des embauches sont le fruit du bouche-à-oreille et 47% de candidatures spontanées. On note par ailleurs une hausse du taux de tension (rapport entre offre et demande d'emploi) pour la conduite longue distance, express et courte distance. En revanche, dans la conception et l'organisation de la chaîne logistique, le taux qui était de 21% en 2014 était nul en 2015 ! On en retient que pour la conduite, le problème de la pénurie des conducteurs est bel et bien présent. A cela, plusieurs raisons : un manque d'anticipation des besoins du fait d'une visibilité à long terme insuffisante et une vision peut-être trop pessimiste de l'avenir couplée à une baisse des effectifs formés (-13% de nouveaux entrants formés à la conduite en marchandises). Bien que les Bac pros aient bien progressé, on note une tendance confirmée à embaucher des personnels expérimentés. Ce qui a aussi joué dans la résorption des naufragés des liquidations retentissantes telles que celles de Mory, au détriment des demandeurs d'emplois moins qualifiés. Tout naturellement, les prévisions pour la fin 2016 étaient à la hausse avec une évolution de 2,8% des effectifs (18.400 unités de plus) pour un total de 687.000 salariés. Enfin, cette année, l'OPTL a poussé ses prévisions à un horizon plus lointain que lors des éditions précédentes. En se positionnant sur une période 2017-2019, l'Observatoire traduit dans une fourchette comprise entre 17.800 et 21.700 effectifs les besoins de conducteurs TRM à horizon 2019. SLG
Tableau  : source OPTL
 
   
 


Port d'Anvers
10 M de conteneurs en 2016

Les navires de fret grossissent et transportent de plus en plus de conteneurs. C'est le constat qu'a fait le Port d'Anvers en 2016. En effet, 458 porte-conteneurs d'une capacité supérieure ou égale à 13.000 EVP (équivalent 20 pieds) ont fait escale au port belge l'an dernier contre 320 en 2015. Ils ont transporté, pour la première fois de l'histoire du port, plus de 10 M d'EVP (+4,2%) pour un tonnage de près de 118 Mt de marchandises (+4,1%), améliorant ainsi la part de marché d'Anvers face à ses concurrents d'Hambourg, Rotterdam et Le Havre. Le port se dit par ailleurs satisfait de ses négociations avec les alliances 2M, Ocean Alliance et The Alliance et prévoit donc de voir cette tendance haussière se poursuivre cette année. Autres points positifs, les volumes de liquides ont également crû de 4,5% pour atteindre plus de 69 Mt et le trafic RoRo a pris 1,9% (4,5 Mt), la croissance des importations compensant la baisse des exportations. A contrario, les trafics de marchandises non conteneurisées et de vrac ont respectivement chuté de 2,4% (9,8 Mt) et de 9,8% (12,4Mt). PM
Photo : Mary Maesrsk ©PSA
 
   
 
 
 

Transport de conteneurs
Les douaniers italiens laxistes

La douane italienne semble peu regardante sur les contrôles des marchandises qui arrivent par bateau sur ses côtes. D'après une grande enquête diligentée par le quotidien transalpin La Stampa, l'augmentation sensible du trafic de marchandises en 2016, estimée à 4%, n'y a rien fait, et seul 1,5% des 10 M de conteneurs qui transitent chaque année par les ports italiens sont sérieusement contrôlés. L'agence des douanes indique quant à elle que seul 1% d'entre eux sont ouverts. Les sous-effectifs ainsi que la lenteur des agents sont pointés du doigt. Sans oublier le manque d'homogénéité entre les différents ports italiens, et la mauvaise collaboration entre douanes des différents pays. L'Italie a entrepris l'an dernier une réforme de ses autorités portuaires pour renforcer leur efficacité et les moderniser, notamment en informatisant bon nombre de procédures. Reste à savoir si cela suffira à faire changer les choses. NB
 
   
 

500.
C’est le nombre
de conducteurs
supplémentaires
en messagerie
entre 2014
et 2015.
Au total,
cette catégorie
représente
9.900 personnes
(source Rapport
OPTL 2016).

Allemagne
DB Schenker va tester
les camions autonomes

Fin novembre, DB Schenker et Man ont signé un accord de principe pour tester ensemble les camions autonomes. Après une étape initiale qui consistera à définir les fondamentaux du projet et des tests ultérieurs, les deux partenaires prévoient de tester - courant 2018 - en conditions réelles des véhicules circulant en peloton, c'est-à-dire une formation d'un minimum de deux camions espacés de 10 mètres et connectés par un ensemble de capteurs et un système d'échange de données. Ces tests débuteront en 2018 et auront lieu sur l'autoroute A9 entre les sites DB Schenker de Munich et de Nuremberg. Ils seront suivis dans une deuxième phase de tests de véhicules sans conducteurs dans les environs de Nuremberg. « Le projet se focalisera sur la demande client de processus complètement transparents mais aussi plus rapides et respectueux de l'environnement. Globalement, nous nous attendons à observer un net gain d'efficacité en liant de nouvelles solutions avec les processus de nos clients. Nous voyons dans ces véhicules connectés et autonomes un énorme potentiel » commente Ewald Kaiser, membre du comité directeur Land Transport de DB Schenker. Pour sa part, le constructeur Man rappelle que si les camions roulant en peloton apportent une diminution de la consommation et du nombre d'accidents sur la route, ils ne deviendront une réalité à grande échelle qu'après la création d'un cadre législatif adapté. Il se dit par ailleurs prêt à commercialiser de tels engins dès lors que ce sera le cas. PM
 
   
 

Erratum info décalée
Chers lecteurs, dans notre enthousiasme pour le brevet sur les entrepôts volants d'Amazon (NLF n° 33), nous en avons fait des soucoupes volantes et les avons déjà envoyés dans l'espace à 13.000 km d'altitude. ! Si un jour, ces OVNI existaient vraiment, ils n'iront pas au-delà des 13.000 m au-dessus de la Terre. Ce qui n'est déjà pas si mal !
 
 
L'I N T E R V I E W
 
Denis Labastrou, Sed Logistique
« L'obtention du DCN
nous a grandement simplifié la tâche »

Début décembre, le prestataire Sed Logistique a obtenu par les douanes le DCN (Dédouanement Centralisé National), devenant ainsi le premier transitaire français à recevoir cette homologation. Entretien avec Denis Labastrou, Directeur Commercial du groupe Sed Logistique.

La Newsletter du Fret : Qu'est-ce que cette certification
vous a apporté, à vous et à vos clients ?

Denis Labastrou : Que du positif ! Avant que nous n'ayons le DCN, les formalités de douanes devaient être remplies à chaque point d'entrée dans un pays de la marchandise. Exemple : une cargaison partie de Chine pour une arrivée à Roissy en passant par Anvers devait accomplir 3 fois les obligations douanières, soit 3 dossiers différents, 3 intervenants différents et 3 douaniers différents. Aujourd'hui, ces formalités ne sont faites qu'une seule et unique fois, c'est-à-dire à Roissy, lieu de réception final, et quel que soit le point d'entrée de la marchandise. Soit un important gain de temps et un risque d'erreur de moins sur les taxes douanières. D'autant que Sed a obtenu début décembre le statut OEA (Opérateur Economique Agrée), ce qui, ajouté à l'obtention du DCN, lui donne une vraie reconnaissance métier mais aussi une reconnaissance et une légitimité dans le domaine du conseil auprès de ses clients, qui, par le bouche à oreille, nous amènent de nouveaux clients.

NLF : Avec quels pays avez-vous le plus d'échanges ?
D.L. : nous sommes très présents au Maghreb, en Afrique de l'Ouest et en Chine, où nous avons installé physiquement et à notre nom, 7 agences.

NLF : Le montage du dossier pour le DCN a-t-il été compliqué ?
D.L. : C'est une démarche longue et la liste des documents est assez importante. Cependant, le dossier a été monté en étroite collaboration avec la douane française, plus précisément les services de Paris Est. Il s'est agi d'un vrai travail d'équipe et d'une véritable collaboration, avec implication de tous les services chez Sed Logistique comme à la douane. Cette dernière tenait autant que nous à l'aboutissement de la démarche. C'est d'ailleurs elle qui nous a proposé de monter et déposer un dossier. On peut dire que c'est une bataille commune.

NLF : Quelles nouvelles certifications ou nouveaux labels
envisagez-vous d'obtenir prochainement ?

D.L. : nous sommes actuellement certifiés ISO 9001 et nous allons obtenir en 2017 la norme ISO 14001 (amélioration continue de la performance environnementale par la maîtrise des impacts liés à l'activité de l'entreprise).
Propos recueillis par Nathalie Bier
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°34
5 janvier 2017
JANVIER 2017

Truck &
Transport 2017

Du vendredi 13
au lundi 16

Le salon
professionnel du
transport routier
Brussels Expo,
Bruxelles


Forum des Rois
de la Supply Chain

Jeudi 19
Présentation
des 8 dossiers
en compétition
pour les Trophées
Paris 12ème


Sirha
Du samedi 21
au mercredi 25

Salon de
la restauration,
de l'hôtellerie
et de
l'agroalimentaire
Eurexpo, Lyon



Congrès
ATEC ITS Frnce

Mardi 24 et
mercredi 25

Les rencontres
de la mobilité
intelligente 2017
Montrouge


Cool Chain
Du lundi 30 janvierau jeudi 2 février
Temperature
Controlled
Logistics Meeting
Excel London,
Londres



Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles


FEVRIER

Salon des entrepreneurs
Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès, Paris


International Railway
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie ferroviaire
Du 15 au 17
Siège de l'UIC,
Paris 15e