LinkedIn Twitter Facebook
Canal Seine-Nord Europe
Rémi Pauvros présidera la société
en charge du projet

Rémi Pauvros a été désigné président de la nouvelle société chargée du projet Canal Seine Nord. C'est ce qu'a déclaré mardi Alain Vidalies, Secrétaire d'Etat chargé des Transport, à nos confrères de la Voix du Nord, dans une interview publiée mardi. La nomination de Rémi Pauvros aurait la bénédiction du président de la République et du Premier Ministre. L'ancien élu et député du Nord avait mené à bien en 2013 une mission de reconfiguration du projet, à la demande de l'ancien secrétaire d'Etat, Frédéric Cuvillier, avant de plancher sur un rapport qu'il a remis en 2015. Mais sa nomination ne fait pas consensus. Le vice-président en charge des transports au Conseil régional des Hauts de France a même menacé le retrait des fonds promis par la région (352 M€) si une concertation n'a pas lieu. En effet, la région aurait préféré Jean-Louis Borloo. Au-delà de la polémique, Alain Vidalies a également apporté quelques nouvelles précisions sur l'avancée de la création de la société de projet du canal Seine-Nord Europe : le décret qui en définit la gouvernance a été transmis au Conseil d'Etat la semaine dernière, et sa publication au Journal Officiel devrait être possible courant février pour arriver à une mise en place vers le 15 mars de ses organes de direction. NB



Rémi Pauvros
désigné
pour présider
Canal Seine Nord


La France signe
le protocole e-CMR


Accord DB
Cargo-Toshiba sur
des locomotives
hybrides


Transport record
de conteneurs
Allemagne-Chine

Un nouveau
dirigeant au Clecat


Trimble-Sotrami :
les gains avérés
du CarCube v.6

 
 
 


ABC cartonne
à Amsterdam
et à Francfort


L'interview :
Audrey Filiali
TLF Overseas


e-CMR
La France enfin signataire
du protocole de Genève

C'est le premier décret de 2017 qui acte la ratification par la France du protocole additionnel à la Convention CMR de 2008, concernant la lettre de voiture électronique. Le texte du protocole, par le biais du décret publié au JO du 4 janvier dernier, établit que la lettre de voiture, ainsi que toute demande, déclaration, instruction, ordre, réserve ou autre communication concernant l'exécution d'un contrat de transport visé par la Convention peuvent être établis sous forme électronique. Celle-ci doit être authentifiée par l'expéditeur et le transporteur via une signature électronique fiable. La CMR électronique (e-CMR) contient les mêmes informations que la lettre CMR traditionnelle. Les parties concernées par le contrat de transport doivent établir les procédures et leur application pour se conformer au Protocole et à la convention en matière d'intégrité de la lettre de voiture, de l'indentification du titulaire des droits qui en découlent, de la façon dont l'aboutissement de la livraison est communiqué ainsi que l'intégrité de indications qu'elle contient. Les procédures établies pour compléter ou modifier la lettre ainsi que le remplacement de la lettre de voiture électronique par un autre document doivent aussi être conformes aux textes internationaux. Rappelons que, avant la France, dix pays avaient déjà ratifié le protocole : Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, République tchèque, Slovaquie et Suisse. L'organisation internationale IRU pousse pour que de nouveaux adhérents ratifient le texte à leur tour. SLG
 
 


+ 11%.
C'est la hausse
du trafic
des navettes
Eurotunnel entre
2015 et 2016.
Au total,
ce sont 1,6 M
de véhicules
qui ont été
transportés
en 2016
Locomotives hybrides
DB Cargo signe avec Toshiba

L'entreprise ferroviaire allemande a récemment signé un accord avec la firme japonaise Toshiba pour la construction de locomotives hybrides d'une puissance de 800 kW, à 4 essieux, et pour l'achat d'une centaine d'entre elles. Le parc de locomotives de DB Cargo est âgé en moyenne de 40 ans. D'où la recherche de solutions innovantes permettant une réduction de la consommation et des coûts de maintenance. Les premières machines devraient être livrées avant la fin 2019. De son côté, Toshiba prévoit l'installation d'une usine pour la production de locomotives hybrides à Kiel, en Allemagne. L'accord avec l'entreprise allemande lui ouvre l'accès au marché européen. Par ailleurs, DB Cargo s'engage à vendre ses anciennes locomotives électriques à un consortium formé par Toshiba et le loueur Railpool pour ensuite louer le matériel dont elle pourrait avoir besoin. Cette possibilité de location serait également ouverte à d'autres entreprises ferroviaires mais DB resterait en charge de la maintenance. La société étudie également la possibilité de mettre dans ce circuit de location 70.000 anciens wagons. SLG
Photo : Jûrgen Wilder, Président du conseil d'administration de BD Cargo. ©DB Cargo
 
 
 
 

Chine
DB Cargo a acheminé
40.000 conteneurs dans ce pays

En 2016, l'entreprise ferroviaire a transporté 40.000 conteneurs depuis l'Allemagne vers la Chine et compte atteindre les 100.000 unités en 2020. Le service est assuré en coopération avec les compagnies ferroviaires de la Pologne, de la Biélorussie, du Kazakhstan, de la Mongolie et de la Chine. La route oscille entre 10.000 et 12.000 km avec plusieurs transbordements à cause des différents écartements de rails présents sur la ligne. Malgré ces difficultés, acheminer la marchandise par le rail représente un gain de temps considérable, estime DB Cargo : un trajet en 12 à 16 jours, soit deux fois plus rapide que par la mer. Les clients les plus intéressés sont ceux qui ont des impératifs de délais liés à des périodes de promotion comme l'industrie de l'habillement, ou, de manière plus classique, les producteurs de biens à forte valeur ajoutée tels que les composants pour le secteur automobile ou de l'électronique. Depuis 2011, par exemple, DB Cargo a un partenariat avec BMW pour transporter des pièces depuis Leipzig et Regensburg jusqu'à la ville chinoise de Shenyang. SLG
 
 
 
Nomination

Jean-François Auzéau
à la tête de l'Institut Douane du CLECAT

Jean-François Auzéau, actuellement Directeur Douane du groupe Ziegler France et Président de la commission douane de TLF Overseas, vient d'être élu à l'unanimité Président de l'Institut Douane (CITI, Customs and Indirect Taxation Institute) du CLECAT, association européenne de commissionnaires et agents en douane, pour deux ans. Diplômé de l'ESSEC et de l'ISUP et également titulaire d'un diplôme d'études comptables supérieures, M. Auzéau a débuté sa carrière en 1974 en tant que commissionnaire de transport et commissionnaire agréé en douane. NB
 
 



« Je veux
la réduction
du temps
de travail
en contrepartie
d'une baisse
de 10% des cotisations ».


Proposition de
Benoit Hamon
lundi dernier
sur France 2

Sotrami/Trimble
L'informatique embarquée
au service de l'express

Les transports Sotrami, expressiste basée dans les Ardennes et actif en Europe pour des clients dans les secteurs automobile, pharmaceutique et alimentaire, a choisi il y a bientôt 10 ans d'équiper en informatique embarquée sa flotte de 30 semi et semi fosses/méga pouvant transporter des marchandises d'un poids compris entre 1 kilo et 30 tonnes. Le maître mot de leur activité étant l'urgence, il lui était indispensable de savoir à tout moment où se trouvaient ses camions. Après un premier prestataire, Trimble a été choisi il y a 6 ans et depuis, le transporteur utilise l'ordinateur de bord Carcube. En mars dernier, la nouvelle version V6 a été installée. Sylvain Tomezak, le responsable d'exploitation de Sotrami, détaille les progrès et améliorations constatés. Un gain de temps d'abord non négligeable, grâce à un téléchargement à distance des données du chronotachygraphe numérique et leur traitement automatisé : plus besoin d'insérer une carte entreprise ni de transmettre la mémoire de masse des chronotachygraphe par une clé USB. La satisfaction des chauffeurs et de l'exploitant, ensuite : « Nous apprécions la meilleure qualité d'affichage sur la cartographie Trimble via la plate-forme FleetWorks, et la position des véhicules est plus précise du fait d'un meilleur signal GPS. La nouvelle aide à la navigation poids lourds offre plus de facilités de paramétrage », précise-t-il. Chez Sotrami, l'installation s'est faite dans l'atelier par le mécanicien de l'entreprise. Le tarif de la nouvelle version est identique à la version précédente et Trimble propose une valeur de reprise sur les anciennes générations. En tout état de cause, l'évolution matérielle reste donc un choix du client. NB
 
   
 
  Air Bridge Cargo
L'opérateur russe a dépassé
les 1.000 vols à Amsterdam
et à Francfort

En 2016, Air Bridge Cargo a réalisé plus de 1.000 vols assurés par des Boeing 747 sur les aéroports d'Amsterdam et de Francfort. Ces chiffres lui permettent notamment de devenir le principal opérateur de fret aérien pour l'escale néerlandaise et le deuxième sur l'aéroport allemand. ABC assure des liaisons en Europe, Amérique du Nord et en Asie (via le hub de Moscou) pour des livraisons en 48 heures quelle que soit la destination. La compagnie a étoffé sa flotte l'année dernière et ajouté Pnom Penh, Seattle, Heathrow et Oslo à ses escales. Et sa croissance devrait se poursuivre encore cette année. SLG
 
   
 
L'I N T E R V I E W
 
Audrey Filali,
Déléguée aux affaires douanières chez TLF Overseas
« Nous allons encourager les acteurs du TRM
dans une démarche OEA »


La Newsletter du Fret : Depuis 8 ans qu'existe
le statut d'OpérateurEconomique Agréé (OEA),
1.600 entreprises, dont une grande partie
sont commissionnaires en douane, ont été
certifiées en France. Quelles sont
les principales attentes de TLF Overseas
en la matière vis-à-vis de la commission
européenne et de l'administration française
des douanes ?

Audrey Filali : Pour le métier que nous représentons, celui des professionnels commissionnaires de transport et représentants en douane, nous attendons de pouvoir obtenir les bénéfices et avantages qui sont mentionnés dans le nouveau Code des Douanes de l'Union (CDU). Nous sommes patients, et nous avons bien conscience qu'il s'agit d'une période de transition, mais nos entreprises sont quand même impactées par des pratiques qui les desservent, alors même qu'elles disposent d'une autorisation OEA.

NLF : Pouvez-vous nous donner un exemple ?
A.F. : Les commissionnaires certifiés OEA utilisent leurs propres garanties pour le compte de leurs clients dans la mise en place d'autorisations de régimes particuliers. Or, depuis le 1er mai 2016 et l'entrée en vigueur du CDU, ils ne bénéficient plus par exemple de réductions sur le cautionnement des droits de douane et de la TVA pour ces opérations. Au motif qu'ils ne sont pas les titulaires de l'autorisation spécifique. C'est un exemple très précis mais très problématique pour nos entreprises, qui sont très déçues de ne pouvoir faire valoir leur certification, sur des sujets qui sont au cœur de notre profession. Nous avons sollicité l'administration générale des douanes sur le sujet, mais aujourd'hui, nous n'avons pas de retours. Nous attendons la publication d'un BOD (bulletin officiel des douanes) sur la transposition d'application du règlement européen.

NLF : Quid de l'opération « Pack routier OEA TLF » dans laquelle TLF
Overseas s'est investie pour accompagner, avec l'aide d'un « parrain »
déjà OEA, les transporteurs routiers dans une démarche de certification
OEA sûreté/sécurité ?

A.F. : Cela fait partie des projets que nous allons mettre en avant en 2017. Après une phase pilote, nous sommes désormais entrés depuis cet été dans la phase de commercialisation du projet. Les entreprises de transport nous contactent, nous les mettons en relation avec notre partenaire Kilean, qui a développé une boîte à outils et un accompagnement spécifique pour cette démarche de certification OEA sur les aspects sûreté/sécurité (pas douaniers). Il y a aujourd'hui un pourcentage très faible de transporteurs routiers qui sont OEA-S. Or cela leur permet non seulement d'être reconnus comme acteur fiable mais aussi de pouvoir bénéficier d'un avantage concurrentiel. Et ce d'autant plus que les donneurs d'ordre certifiés OEA vont être de plus en plus exigeants dans leurs démarche commerciale (dans les appels d'offres par exemple). Tout cela sera bien entendu possible avec la reconnaissance du statut.

NLF : Pouvez-vous nous expliquer le pourquoi du futur standard
européen de compétences en douane que TLF Overseas appelle
de ses vœux ?

A.F. : L'enjeu, c'est la revalorisation de l'expertise de nos entreprises. Depuis le 1er mai 2016, pour pouvoir être OEA simplifications douanières ou si un représentant en douane souhaite offrir ses services dans un autre état membre de l'UE, l'entreprise doit justifier de sa compétence en douane. Pour cela, il existe théoriquement trois possibilités : pouvoir justifier de 3 ans minimum de compétences en matières douanières, apporter la preuve que vos employés ont participé à une formation qualifiante en matière douanière, ou alors être conforme à un Standard de compétence douanière européen. C'est cette dernière option que nous défendons. Nous avons travaillé depuis trois ans au sein du CEN (organisme européen de normalisation) à l'initiative du CLECAT et de la Confiad (Confédération des Agents en Douane) de façon collaborative pour créer ce standard. Celui- ci devrait être publié avant la fin janvier. Il définit les domaines de compétences d'un représentant en douane ainsi que les recommandations concernant la certification de ces compétences. La prochaine étape concerne la mise en application dans chaque Etat membre. L'objectif de TLF Overseas est donc de rencontrer les organismes de certification mais également de continuer à travailler avec les organismes de formation déjà impliqués dans la démarche, afin qu'ils mettent en place les cursus nécessaires, et bien évidemment continuer de collaborer avec l'Administration des douanes françaises.
Propos recueillis par Jean-Luc Rognon
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°39
12 janvier 2017
JANVIER 2017

Truck &
Transport 2017

Du vendredi 13
au lundi 16

Le salon
professionnel du
transport routier
Brussels Expo,
Bruxelles



Forum des Rois
de la Supply Chain

Jeudi 19
Présentation
des 8 dossiers
en compétition
pour les Trophées
Paris 12ème


Sirha
Du samedi 21
au mercredi 25

Salon de
la restauration,
de l'hôtellerie
et de
l'agroalimentaire
Eurexpo, Lyon



Congrès
ATEC ITS Frnce

Mardi 24 et
mercredi 25

Les rencontres
de la mobilité
intelligente 2017
Montrouge


Cool Chain
Du lundi 30 janvierau jeudi 2 février
Temperature
Controlled
Logistics Meeting
Excel London,
Londres



Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles



FEVRIER

Salon des
entrepreneurs

Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès,
Paris


International
Railway

Du 15 au 17
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie
ferroviaire
Siège de l'UIC,
Paris 15e


Passé et futur
du Comité UNECE
du transport
fluvial

Le mardi 21
au Palais
des Nations,
Genève