LinkedIn Twitter Facebook
COSCO et CMA CGM
Accord stratégique pour
l'investissement
et l'exploitation portuaire

Les leader chinois et français du transport maritime conteneurisé, COSCO et CMA CGM, membres d'Ocean Alliance (CMA CGM, COSCO Container Lines, Evergreen Line et Orient Overseas Container Line) ont signé, il y a six jours, un protocole d'accord en vue de renforcer leur coopération stratégique en matière d'investissement et d'exploitation portuaire, à l'échelle mondiale (voir aussi NLF n° 5). La coopération privilégiera les ports couverts par Ocean Alliance à savoir environ 100 ports d'escale et près de 500 port-pairs. Parallèlement, les deux parties ont également accepté de fournir un soutien aux ports dans lesquels l'autre partie a déjà investi. Rappelons que les routes touchées par la principale alliance maritime mondiale concernent surtout les liaisons Europe-Asie-Méditerranée. SLG

COSCO et
CMA CGM signent
un accord
de coopération stratégique


Le Sénat approuve
le lancement
des travaux
du Lyon-Turin


Le plan de
financement des
autoroutes dévoilé
FM Logistic signe
la charte de
livraison urbaine
durable de Paris


Véhicules
utilitaires
életriques testés
dans la Capitale


Ce que prévoit
l'OPCA Transport
et Services
pour 2017


L'info décalée Transport
ou marchandises,
un seul métier
à terme ?
 
Au centre, Zhang Wei, Vice-Président et DG de COSCO Shipping Ports et Farid Salem, Directeur Général Délégué de CMA CGM avec Huang Xiaowen, DG adjoint de Cosco Shipping Corporation Limited Chine et Président de Cosco Shipping Ports, Fang Meng, DG adjoint de Cosco Shipping Ports, Jean-Yves Duval, Directeur régional de CMA CGM Singapour et John Wang, Président de CMA CGM Chine).  
 
 
 

Projet Lyon-Turin
Oui politique du Sénat mais
le financement pose encore question

Le Sénat a procédé hier au vote définitif d'approbation de l'accord pour l'engagement des travaux de la section transfrontalière de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin, qui avait été signé en février 2015 entre les gouvernements italiens et français (voir NLF n°22, n°20 et n°4). Ce projet bénéficie de la part de l'Union européenne, d'une subvention de 813,8 M€ pour la période 2014-2019, ce qui correspond aux taux maximaux possibles de cofinancement par l'EU (40% du coût total). La mise en service de cette liaison ferroviaire, prévue pour 2029, permettra, à l'horizon 2035, d'assurer plus de 40% des échanges de marchandises dans la zone, contre 8,8% en 2015, soit un report estimé de 700.000 poids lourds vers le rail, selon le gouvernement. La signature a été saluée par un communiqué conjoint d'Harlem Désir et Alain Vidalies, respectivement secrétaires d'Etat aux Affaires européennes et aux Transports mais aussi par le Comité pour la Transalpine qui rassemble des supporteurs du projet du monde politique, économique et associatif et qui estime le nombre de camions remplacés à 1M. Avec l'approbation de cet accord, l'opérateur franco-italien TELT, en charge de la réalisation et de l'exploitation du tunnel, peut désormais lancer dès cette année les appels d'offres nécessaires à la poursuite du chantier dont la livraison est programmée à l'horizon 2030, souligne le Comité. Cependant, si le vote du Sénat n'est que l'énième feu vert politique de l'Etat français au projet, le volet du financement reste toujours sensible. Comme le souligne François Lépine, vice-président délégué du Comité pour la Transalpine, « il y a malgré tout urgence à pérenniser sur le long terme le financement de la part française du tunnel. D'un coût certifié de 8,6 Mds d'euros (en € 2012), celui-ci est financé à 40 % par l'Union Européenne, 35% par l'Italie et 25% par la France. Il y a également urgence à accélérer la programmation des voies d'accès françaises au tunnel mais aussi à relancer de manière dynamique les politiques de développement du fret ferroviaire en France, et cela bien en amont de la mise en service du tunnel transfrontalier ».
Le groupe écologiste au Sénat, qui s'est opposé au vote, souligne la gabegie financière du projet : « par la voix de Leila Aïchi, sénatrice écologiste de Paris, le groupe écologiste a regretté que si le désengorgement des axes routiers était bien l'objectif environnemental de ce projet en 1991, les prévisions qui ont présidé à son lancement se sont révélées être très largement surévaluées », a-t-il souligné dans un communiqué diffusé hier. NB
Photo : Leïla Aïchi, Sénatrice écologiste de Paris
 
 


« Un maillon
crucial
du corridor
transeuropéen
méditerranéen
reliant
la péninsule
ibérique à
la Slovénie et
la Hongrie.
La position
de centre
de gravité de
la France
au cœur de
l'Europe
s'en trouvera
confortée »,


ont déclaré
Harlem Désir et
Alain Vidalies,
respectivement
secrétaires d'Etat
aux Affaires
européenne et
aux transports,
au sujet du
Lyon-Turin, dans
un communiqué
diffusé hier.
Autoroutes
De nouvelles hausses de péages
en plus de 800 M€ de fonds publics

Une enveloppe de plus de 800 M€ pour des interventions sur le réseau autoroutier sera prise en charge à parts égales entre l'Etat et les collectivités territoriales, a annoncé hier le Secrétaire d'Etat aux transports. Le reste sera financé par « une faible augmentation des péages, limitée de 0,1 à 0,4 % par an de 2019 à 2021 conformément aux objectifs initiaux de ce plan », ajoute le communiqué ministériel. De quoi enchanter les usagers et les transporteurs en particulier qui sont vent debout depuis, notamment, septembre dernier, quand le plan de co-financement a été annoncé (voir NLF n°15 et n°44). A quoi va servir cet argent ? Ces financements iront à 32 projets de type échangeurs et à 25 interventions de type aires de covoiturage et aménagement pour le milieu naturel. La région Auvergne-Rhône-Alpes en cumule 14 avec les réseaux ASF, Area et APRR, suivie par PACA (11 projets) pour les réseaux Cofiroute et Escota. Les travaux devraient démarrer dès la fin de cette année. Et le gouvernement de rassurer : « cet accord prend en compte les hypothèses actualisées en matière de prévision de trafic et d'inflation, suivant les dernières recommandations de l'Arafer. Il comprend également des clauses contractuelles dans le cadre de la régulation renforcée mise en place depuis 2015 ». Pas certain que ces précisions soient suffisantes à calmer les inquiétudes du TRM. SLG
 
 
 
 
 


40%.
C'est le taux
que devraient
atteindre les flux
ferroviaires
de marchandise
entre Lyon
et Turin
à horizon 2035.
Logistique urbaine
FM Logistic signe la Charte livraison
urbaine durable de Paris

FM Logistic France a signé le 6 janvier dernier la charte de la Logistique Urbaine Durable (LUD). La société, déjà engagée au sein du club Demeter et de l'Aslog, et signataire de la Charte Ademe C02 depuis 2006, est associée à Paris&Co dans la création d'une plate-forme d'innovation sur le thème « Logistique et Mobilité Urbaine Durable », qui vise à développer le projet CityLogin à Paris, déjà déployé à Rome depuis 2014. Il s'agit de la livraison du dernier km en hyper-centre par des véhicules hybrides (version romaine) et par des VUL opérés par Greenway, 100% électriques dans la version parisienne, démarrée sous forme d'expérimentation en mars 2016. Les livraisons concernent un marché B2B. Mais CityLogin est aussi déployé à Madrid et en cours de déploiement à Moscou, Varsovie et Milan. SLG
 
   
 
  Véhicules électriques
Un service partagé de VUL
en test dans Paris

La Ville de Paris, avec le soutien de l'Ademe, a lancé officiellement ce matin une expérimentation d'une durée d'un an d'un nouveau service d'autopartage de véhicules utilitaires électriques qui sera proposé aux professionnels (artisans et commerçants) dans les 2e et 3e arrondissements. L'objectif de « VULe partagés » est de les inciter à limiter voire à abandonner l'utilisation polluante de leur « propre » véhicule professionnel. Dix VUL électriques, dont 1 frigorifique (la plupart sont des modèles Peugeot Partner et Citroën Berlingo) sont mis à disposition des commerçants et artisans du quartier de Montorgueil (2e et 3e arrondissements de Paris), sur 5 stations d'autopartage (chacune accueillant deux véhicules) : Rue Palestro, Rue du Ponceau, Rue d'Alexandrie, Rue Etienne Marcel et Rue Réaumur. A ce jour, 25 commerçants sont d'ores et déjà inscrits à la plateforme opérée par la société Clem' pour expérimenter ce service. Pour utiliser un véhicule, il suffit ensuite de s'authentifier sur le site www.vulepartages.fr, qui envoie par SMS un code permettant d'ouvrir une boite à clés située à proximité des véhicules. Il existe trois formules, une sans engagement (Flex, 5,5 € la demi-heure en heure de pointe) et deux avec abonnement (70 ou 200 € par mois avec engagement de trois mois), possibilité de réserver sur des créneaux fixe chaque semaine et tarif préférentiels (respectivement -20% et -40% par rapport aux tarifs Flex). Si l'expérimentation est concluante, le service a vocation à s'étendre sur le territoire parisien. Le service viendra alors compléter l'offre Utilib, la version utilitaire de l'Autolib, lancé par la Mairie de Paris en décembre 2014. JLR
 
   
 

Formation professionnelle
L'OPCA dévoile
ses projets pour 2017

En 2017, L'OPCA Transports et Services, qui vient d'obtenir la certification ISO 9001 version 2015, compte poursuivre et renforcer cette année ses actions, en lançant une offre spécifique dédiée aux TPE, une campagne d'information à destination des actifs sur l'importance de la formation, la poursuite de partenariats déjà engagés avec Klesia, l'AFT et la FEP (Fédération des entreprises de propreté), ainsi que la signature de nouvelles collaborations, tel l'accord paraphé hier avec l'Agefiph concernant l'emploi des personnes handicapées dans le secteur privé. Les actions pour favoriser l'emploi vont également être poursuivies et développées en 2017. L'Organisme Paritaire Collecteur Agrée gère les contributions des entreprises destinées au financement de la formation professionnelle dans la branche Transports routiers, maritimes et fluviaux, ainsi que ports et manutention portuaire. Depuis novembre 2015, il est organisme collecteur de taxe professionnelle. NB
 
 
 
Passagers ou marchandises, un seul métier à terme ?
Les plates-formes de conducteurs pourraient finir de bousculer les codes dans le domaine du transport, n'en déplaise aux fédérations professionnelles qui sont, encore récemment, montées au créneau en demandant au gouvernement d'intervenir (NLF n°44). Dernière en date, la solution QUp permettra à des groupements de toutes tailles (de 5 à 1.000 chauffeurs) de calquer le système des grandes plateformes pour le mettre à disposition de petites flottes de province qui pourront ainsi avoir leur propre application mobile. Si dans un premier temps, la plate-forme vise à offrir un service de transport de personnes, elle ne s'interdit pas, à terme, de livrer de la marchandise. « QUp s'adresse aussi aux sociétés d'ambulance, de livraison, ou toute activité ubérisable », précise-t-elle dans un communiqué. Le mot qui fâche est brandi comme un étendard. Il faut s'attendre à ce que les lignes bougent sérieusement et que les frontières s'effacent devant ce mouvement qui croit dur comme fer que l'on peut transporter des hommes comme des colis. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°50
27 janvier 2017
JANVIER 2017

Cool Chain
Du lundi 30 janvierau jeudi 2 février
Temperature
Controlled
Logistics Meeting
Excel London,
Londres



Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles


FEVRIER

Salon des
entrepreneurs

Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès,
Paris


Journée Portes Ouvertes AFPA Jeudi 2
Dans tous
les centres AFPA


International
Railway

Du 15 au 17
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie
ferroviaire
Siège de l'UIC,
Paris 15e


Passé et futur
du Comité UNECE
du transport
fluvial

Le mardi 21
au Palais
des Nations,
Genève