LinkedIn Twitter Facebook
Alliance du routier
Le nivellement vers le haut

Le protocole signé le 31 janvier par neuf pays européens (NLF n°53) vise plusieurs sujets sur lesquels les fédérations de transporteurs se battent depuis des années : le repos hebdomadaire des conducteurs dans les véhicules, la concurrence déloyale des <3,5t, les sociétés « boîtes aux lettres » et les fraudes au chronotachygraphe. Sur le premier point, les ministres ont opté pour un nivellement des règles vers le haut, sur le modèle de ce qu'a prévu la loi Savary en France. Autrement dit, l'adoption de règles qui empêchent/ sanctionnent le repos hebdomadaire dans les véhicules. Les ministres attirent notamment l'attention sur la nécessité, pour les entreprises, de revoir leur organisation du travail avec, comme objectif d'empêcher « les entreprises de transport non établies d'enchaîner des cycles d'opérations de plusieurs mois, avec les mêmes conducteurs, en dehors de leur pays d'origine ». Autrement dit, la coalition des pays du nord et de l'Ouest de l'Europe déclare la guerre aux entreprises de l'Est qui occupent leurs parkings pendant le week-end. Les <3,5 t sont aussi clairement visés. Les signataires souhaitent que s'appliquent à ces véhicules les mêmes conditions d'accès à la profession que le paquet routier impose pour le transport avec des plus gros véhicules. De plus, la circulation de VUL provenant de pays tiers au sein de l'UE n'est plus acceptable, ont-ils déclarés. SLG

Alliance
des routiers :
l'harmonisation
sociale avant tout

Alliance
des routiers :
renforcer
la coopération


Iveco deuxième
derrière
Renault Trucks
en France


Accord CMA CGM
Total sur
des carburants
« verts »
Labellisation
conjointe Certibruit
et Objectif CO2


Maxx Intermodal
Systems adopte la marque Rhenus


L’info décalée :
A l’étranger,
téléphonez
« léger » !


 
 
 
 
  Alliance du routier (suite)
Priorité à une réelle
coopération internationale

L'échange d'informations et de données ainsi qu'une plus forte coopération entre les gouvernements et au sein des organismes transnationaux ont été évoqués. A ce sujet, l'adoption de la e-CMR et la ratification par un plus grand nombre de pays (NLF n°39) rendrait les contrôles plus efficaces. Tout comme le changement de statut d'Euro Control Route qui va devenir un Groupement européen de coopération territoriale. Enfin, les Etats estiment que la plate-forme européenne créée en 2016 pour lutter contre le travail non déclaré pourrait aussi contribuer à une meilleure coopération entre eux. Concernant la fraude au chronotachygraphe, la septième résolution de l'Alliance indique que l'on pourrait aussi raccourcir la durée de la période transitoire avant l'adoption des chronotachygraphes intelligents. Certaines dispositions n'entreront en vigueur qu'en 2019. Or, toutes ces intentions sont louables mais reste aussi à voir si elles feront plier les pays où les pratiques anti-concurrentielles sont le plus courantes. D'autant plus que désormais deux camps s'affrontent. Les pays de l'Est s'étant positionnés dès 2016 contre les mesures jugées « disproportionnées » prises par certains Etats de l'Ouest (salaires minimums et interdiction du repos hebdomadaire dans les véhicules notamment) et la Commission européenne ayant lancée l'enquête (contre la France et l'Allemagne notamment) en abondant dans leur sens. Quoiqu'il en soit, l'harmonisation sociale est un préalable pour que les signataires de l'Alliance acceptent une libéralisation ultérieure du cabotage. SLG
 
 


Constructeurs
Iveco se classe 2
e
sur le marché français des VI

Avec 14,8% des immatriculations totales en 2016, Iveco arrive en deuxième position derrière Renault Truck sur le marché français, ont annoncé Pierre Lahutte, Président d'Iveco et Thierry Kilidjean, directeur général délégué d'Iveco France, lors d'une conférence de presse le 31 janvier. L'année dernière, 46.771 véhicules de plus de 6 t ont été immatriculés avec une progression plus marquée pour la moyenne gamme (de 6 à 16 t) qui a été de 9,5% par rapport à 2015. L'Eurocargo et la version lourde du Daily ont permis à la marque italienne d'obtenir 33,1% de parts de marché. A ces chiffres doivent s'ajouter les très bonnes ventes du segment utilitaires (+8,2%) et des véhicules au gaz : Iveco a commercialisé 543 véhicules l'année dernière et détient 60% du marché des + 3,5 t au GNV où les immatriculations ont augmenté de 134%. Iveco a reçu 230 commandes pour son Stralis NP, commercialisé depuis janvier, émanant d'entreprises de toute taille. Les principaux clients étant Picq et Charbonnier, Jacky Perrenot et Mauffrey. A noter que Jacky Perrenot, membre du projet Equilibre (NLF n°51) a commandé 96 camions GNV en 2016 et s'est engagé sur plus de 200 pour cette année, indique le constructeur. Par ailleurs, les offres de services ont aussi connu une embellie avec +76,1% des contrats de maintenance vendus (1.500 contrats supplémentaires) et une augmentation de 65% des financements vendus par la captive Iveco Capital. En 2016, six nouveaux centres ont étoffé le réseau de service du constructeur. SLG
Photo : l'Iveco Stralis NP présenté au dernier IAA d'Hanovre
 
 
 
 


« Le CICE
est utile, mais
ce n'est pas
suffisant.
Je transforme
donc le CICE
en allègement
de charges
durable »,

a déclaré hier
le candidat à
la présidentielle
Emmanuel
Macron
,
interviewé par
France Inter.
Environnement
Accord CMA CGM et Total
pour des carburants plus vertueux

L'armateur CMA CGM et Total ont signé un accord d'une durée de trois ans portant sur les énergies alternatives pour le transport maritime. Le groupe pétrolier s'engage à fournir à l'armateur du fioul à 0,5% de soufre, à 3,5% pour les navires équipés d'un scrubber (système permettant de réduire les émissions de polluants grâce à une cheminée de nettoyage des gaz d'échappement), ainsi que du GNL qui n'émet pas d'oxydes de soufre (SOx). Dans ce contexte, la filiale de Total spécialisée dans la fourniture de carburants marins (Total Marine Fuels), est devenue au 1er février 2017 Total Marine Fuels Global Solutions. Les deux signataires anticipent les règlementations à venir dans le domaine énergétique pour le transport maritime. En effet, la teneur en soufre du carburant marin doit atteindre 0,5% de teneur en soufre, au plus tôt, en 2020. A noter que le sujet est d'actualité ces jours-ci puisqu'il a été abordé -sous l'angle notamment des navires hybrides diesel-électriques- dans le cadre du salon Euromaritime, qui fermera ses portes ce soir à Paris. NB
 
 
  Patrick Pouyanné (à g.), Pdg de Total, et
Rodolphe Saadé, Vice-Président du Groupe CMA CGM
©Guillaume Perrin/Total
 
 


53,1 Mds€.
C'est le chiffre
d'affaires du
TRM français
en 2016,
selon la FNTR
sur la base
des données
du CCFA,
de l'Insee,
du SOeS
et d'Ellisphere.
Bruit et pollution
Des passerelles entre les labels
Certibruit et Objectif CO
2
Les opérations mises en place pour réduire les nuisances sonores lors des livraisons pourront être reconnues à la fois pour obtenir les labels Certibruit et Objectif CO2. Concrètement, les transporteurs qui s'engagent à mettre en place des livraisons de nuit avec des véhicules conformes à la norme Piek seront aussi éligibles au label qui reconnaît les efforts en matière d'émissions de CO2. Le rapprochement entre l'AFT et Certibruit, émetteurs des deux certifications, est assez logique. L'investissement dans des véhicules au gaz ou hybrides (moins polluants et moins bruyants), la formation des chauffeurs et un schéma de livraison de nuit sont bénéfiques pour réduire les émissions sonores et polluantes en ville. La livraison de nuit est toutefois déterminante car elle est jugée particulièrement vertueuse du fait qu'elle réduit la congestion et les émissions pendant la journée. D'où l'idée de rendre possible une double certification pour les transporteurs les plus vertueux.
Ceux-ci devront toujours déposer un dossier auprès des deux organismes. En effet, les deux labels nécessitent des procédures un peu distinctes puisque, par exemple, un audit est prévu pour le label Objectif CO2 alors que la certification Certubruit implique une formation des conducteurs aux bonnes pratiques de livraison de nuit ainsi qu'une déclaration de la flotte concernée. Cependant, la possibilité d'un guichet unique est envisagée à terme, précise Eric Devin, président de Certibruit. Rappelons que, à ce jour, les transporteurs labellisé Objectif CO2 sont de loin plus nombreux que ceux ayant la certification Certibruit : une trentaine contre 2 en cours de certification pour le bruit. SLG
 
 
  Logistique
des conteneurs

Maxx Intermodal
Systems inscrit sa croissance
dans le groupe Rhenus

Maxx Intermodal Systems, commissionnaire de transport multimodal de conteneurs et filiale à 100% du groupe Rhenus depuis 2006, agit désormais sous le nom de Rhenus Intermodal Systems. La société est spécialiste des flux vers et depuis la Russie, les Pays de l'Est et l'Asie. Ce changement, qui souligne son appartenance au groupe, est dû d'une part, à une plus grande notoriété de la marque Rhenus dans les régions où opère Maxx Intermodal Systems et, d'autre part, à la démarche entreprise fin 2016 par le prestataire allemand, qui consiste à changer le nom de chacune de ses entreprises en Russie, puis dans les autres pays d'Europe de l'Est. Cette procédure s'est terminée début janvier 2017 au Kazakhstan. A présent, l'objectif affiché de Rhenus Intermodal Systems est de stimuler ses activités commerciales et sa croissance en Russie et Asie Centrale via l'ouverture de nouveaux bureaux, mais également de développer ses activités en Iran et Turquie. NB
Photo : ©Rhenus SE & Co. KG
 
   
 
 
La fin des frais d'itinérance sur la téléphonie mobile
Retenez cette date : 15 juin 2017. Non, ce n'est pas l'entrée en vigueur d'une nouvelle norme ou, pire, d'une nouvelle taxe. C'est au contraire, une date de délivrance. En effet, à partir du 15 juin prochain, ce sera la fin des frais liés aux appels, sms et navigations internet à l'étranger. La Commission européenne, le Parlement et le Conseil européen ont enfin trouvé un accord et pu annoncer la (bonne) nouvelle hier en tenant un engagement prévu de longue date : la réduction puis la disparition de ces coûts additionnels, souvent prohibitifs, que les opérateurs facturent en plus des abonnements souscrits par les particuliers ou les entreprises. De plus, si les utilisateurs dépassent leur forfait, les frais liés au dépassement ne dépasseront pas les plafonds définis de manière générale, à savoir : 3,2 centimes par minute pour les appels et 1 centime par SMS. Pour la navigation sur internet la réduction des plafonds se fera progressivement passera de 7,7€ par giga au 15 juin 2017 à 2,5 € au 1er janvier 2022. SLG
 
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°54
2 février 2017
JANVIER 2017

Cool Chain
Du lundi 30 janvier
au jeudi 2 février
Temperature
Controlled
Logistics Meeting
Excel London,
Londres



Euromaritime/
Eurowaterways

Du mardi 31
janvier au
jeudi 2 février

Salon des
secteurs maritime
et fluvial Paris,
Porte de Versailles


FEVRIER

Salon des
entrepreneurs

Mercredi 1er
et Jeudi 2

Palais des Congrès,
Paris


Journée Portes Ouvertes AFPA Jeudi 2
Dans tous
les centres AFPA


Jeudi 2
COMPLET
Conférence DESCARTES
« Livraison
à domicile :
Le client assigné
à résidence ? »
Intervenants Butagaz, Cogepart
et Houra
Partenaire : SCMagazine
De 15h30 à 19h Paris Salons
de l'hôtel des
Arts et Métiers


International
Railway

Du 15 au 17
Espace de
rencontres avec
les leaders
de l'industrie
ferroviaire
Siège de l'UIC,
Paris 15e


Passé et futur
du Comité UNECE
du transport
fluvial

Le mardi 21
au Palais
des Nations,
Genève