LinkedIn Twitter Facebook
Afitf
De nouveaux fonds pour le fret

L'Afitf a voté l'allocation de nouveaux fonds destinés au fret ferroviaire, lors du conseil d'administration du 16 février. Une partie de l'enveloppe globale de plus de 145 M€ sera ventilée entre les études et acquisitions foncières pour la réalisation du tronçon transfrontalier du Lyon-Turin (NLF n°53) et deux autoroutes ferroviaires. D'une part, l'Afitf va financer la mise au gabarit haut de l'itinéraire principal de l'axe Atlantique Bayonne-Dourges (Autoroute ferroviaire atlantique) et, d'autre part, l'extension du service de l'autoroute ferroviaire alpine entre Aiton et la région lyonnaise (la Cour de Comptes a pourtant été très réservée sur ces deux lignes, NLF n°60). La pérennisation des lignes capillaires dans le cadre de l'engagement national pour le fret ferroviaire a été aussi englobée dans les avenants et conventions votées.
L'Afitf n'a pas oublié le fleuve en votant le financement du programme pour 2017 de restauration et de modernisation du réseau. SLG
Afitf :
de nouveaux
fonds pour le fret
ferroviaire


Hanjin déclaré
en faillite

FIATA
met en garde
contre les entraves
au libre échange


GB : Rhenus Home
Delivery rachète
Network 4 Home
Delivery

Saint-Gobain
étoffe sa flotte
au GNC


L'UE rappelle
la France à l'ordre
sur la pollution


UPS étoffe son
réseau et réduit
les délais


L'interview
Carl Lauron,
Fondateur de
Buy.co
 
 
 
 
  Hanjin
L'armateur définitivement coulé

Conformément à ce qui a été annoncé le 2 février (NLF n°57), le tribunal central de Séoul a prononcé vendredi dernier la faillite d'Hanjin Shipping, mettant ainsi fin au redressement judiciaire de celui qui fut le 7e armateur mondial. La cour a désigné un liquidateur judiciaire chargé de vendre les actifs disponibles pour rembourser ses créanciers. Début août, les dettes du coréen s'élevaient à 5,37 Mds$, ce qui avait amené la quasi-totalité de sa flotte (141 bateaux) à être immobilisée dans les ports, par peur d'impayés. NB
 
   
 


« Les
économies
ouvertes
se développent
plus vite »,

extrait de la
déclaration de
la FIATA
du 14 février.

Commissionnaires

Le manifeste de la
FIATA contre le protectionnisme

Cela a tout l'air d'un manifeste. Deux pages durant, la FIATA, l'association internationale des commissionnaires de transport, défend le principe du libre échange que la politique de Donald Trump, entre autres, risque fort de mettre à mal. La menace est sérieuse, à en croire les arguments déployés tout au long du document diffusé le 14 février. L'ouverture des marchés et des échanges internationaux comme facteur de développement et de richesse est le leitmotiv de la déclaration. Protéger ce modèle économique est essentiel, assène la FIATA. C'est pour cela que l'association veut promouvoir l'Accord pour la facilitation des échanges dans le cadre de l'OMC. Celui-ci vise à accélérer le mouvement, la mainlevée et le dédouanement des marchandises, y compris des marchandises en transit.
Des mesures de coopération douanières sont également prévues par l'accord. La FIATA souhaite surtout le passage des politiques de contrôle à des politiques de régulation basées sur la confiance où les commissionnaires puissent accompagner les chargeurs avec leur expertise et associer tous les acteurs de la supply chain. SLG
 
 

B2C
Rhenus Home Delivery se développe
en Grande-Bretagne

Rhenus étend sa présence et son offre en Grande-Bretagne, après avoir racheté Network 4 Home Delivery, le 1er février. Ce prestataire de service, spécialisé dans la livraison à deux personnes, l'installation à domicile et le retour de lits et matelas, mais également de produits blancs et de mobilier, est implanté sur Londres et Manchester depuis une dizaine d'années. Il fait à présent partie de Rhenus Home Delivery, la branche de livraison aux particuliers du prestataire allemand. Cette acquisition permet à ce dernier de faire son entrée sur le marché britannique et de proposer des solutions internationales globales, ainsi que des services supplémentaires, comme le dédouanement des marchandises aux clients du réseau du groupe Rhenus. NB
Photo Rhenus ©Network 4 Home Delivery
 
   
 


6,7 Mds€
C'est le montant
des pertes
annuelles
enregistrées par
le e-commerce
et dues à la
mauvaise gestion
interne
des expéditions
de colis, selon
la société Boxtal
Véhicules GNC
Saint-Gobain Distribution Bâtiment
étoffe sa flotte en Rhône-Alpes

Le pool transport rhônalpin de Saint Gobain Distribution Bâtiment (SGDB), situé à Satolas (69), vient de recevoir un nouveau véhicule au GNC (un Iveco Daily de 7,2 t) pour sa division sanitaire-chauffage. Il vient s'ajouter aux deux Iveco Stralis 19 t GNC qui circulent déjà en région parisienne. Le véhicule doit permettre d'assurer les livraisons avant 17 heures et de pouvoir circuler au centre de Lyon, même en cas de pic de pollution. Elle a déjà deux autres camions GNV en région parisienne ; elle en attend deux autres cette année tandis que 6 sont également prévus d'ici 2018 pour l'Ile-de-France et en région. Par ailleurs, SGDB a noué un partenariat avec Iveco dans le cadre du Plan Paris Climat et Grand Lyon. Dès 2013, la société a acquis 6 camions pour les livraisons de clients en express et sur chantier. Le réapprovisionnement des agences franciliennes est aussi assuré par des véhicules au gaz. SLG
 
   
 
  Pollution atmosphérique
La France peut mieux faire
selon la Commission européenne

La France, comme l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni, vient de se voir notifier un dernier avertissement de la part de la Commission européenne pour l'insuffisance des mesure prises pour respecter les limites en matière de pollution atmosphérique. La législation de l'UE fixe des valeurs limite et, en cas de dépassement, les Etats membres doivent adopter et mettre en œuvre des plans et des mesures visant à y mettre fin. Si ce sont bien les autorités des Etats qui doivent décider des solutions à mettre en place, la Commission européenne demande aux pouvoirs locaux, régionaux et nationaux de fournir davantage d'efforts. Bruxelles a retenu 19 villes françaises, dont Paris, Marseille et Lyon, qui ne respectent pas les normes européennes. La Commission menace de saisir la Cour de Justice de l'UE si les pays visés par cet ultime avertissement, n'agissent pas dans un délai de deux mois. Il s'agit là d'un sujet sensible sur lequel l'UE ne veut surtout pas relâcher la pression. Pour preuve, l'audit qui va être lancé très prochainement par la Cour des comptes européenne qui contrôlera les mesures prises à l'échelle de l'Union Européenne pour lutter contre la pollution atmosphérique et qui évaluera également si les fonds de l'UE sont utilisés judicieusement. Les résultats de cette expertise devraient être publiés en 2018. NB
 
 
  Express
UPS diminue certains délais
entre la France et l'Europe

Livrer un colis de Lyon à Budapest en seulement trois jours, de Strasbourg à Milan en deux jours au lieu de trois auparavant, relier Bordeaux à Bucarest en quatre jours contre 5 auparavant ou encore acheminer une commande de Toulouse à Bratislava en trois jours, soit un de moins qu'avant. Voici ce que compte assurer UPS grâce à son programme d'ouverture de nouveaux sites à travers l'Europe. Des nouveaux sites sont notamment annoncés en Belgique, Danemark, France, Allemagne, Hollande, Pologne, Suisse et au Royaume-Uni. En France, un premier centre de tri a été ouvert il y a un an pour un investissement de 26,3 M€ à Lyon-Jonage (69). Au premier trimestre 2018, un nouveau centre de tri et service de livraisons d'un coût de 93,9 M€ sera ouvert à Corbeil-Essonnes/Evry (91). Au total, l'expressiste a prévu d'investir 1,87 Md€ entre 2014 et 2019 pour accélérer les temps de livraison entre les différentes villes européennes. Ces réductions de délai de livraison entre l'Hexagone et des capitales d'Europe en sont les premiers résultats. NB
 
   
 
L'I N T E R V I E W  

Carl Lauron, fondateur de BuyCo
« Digitaliser le transport maritime
pour le rendre plus transparent »

Après l'essor des plates-formes collaboratives dédiées aux transports terrestres, la start-up BuyCo, créée il y a deux ans, a répliqué le modèle pour le transport maritime avec la plate-forme collaborative buycoforgrowth.com. D'abord plate-forme de transitaires, elle vient d'ouvrir aux chargeurs avec l'objectif de simplifier la vie des clients en ajoutant de la transparence à la chaîne logistique. Entretien avec le fondateur, Carl Lauron, ancien dirigeant de CMA CGM.

LA NEWSLETTER DU FRET : On parle beaucoup de plates-formes
collaboratives dans le transport routier.
Pourquoi avoir choisi le maritime ?

CARL LAURON : Il y a en effet beaucoup d'initiatives pour le transport routier mais peu pour le transport maritime. C'est un métier très compliqué et opaque. Je le connais bien parce que j'en viens. J'étais vice-président innovation chez CMA CGM auparavant. L'idée est de trouver les clés pour digitaliser les process de freight forwarding et de shipping qui sont encore très manuels. Aujourd'hui, une opération de transport maritime peut engendrer jusqu'à 200 mails. Nous travaillons avec les transporteurs maritimes pour digitaliser le processus de traitement des dossiers et centraliser toute l'information. La recherche des meilleures routes, les devis, les bookings, l'assurance, la gestion des documents et le suivi des conteneurs deviendront désormais intuitifs.

NLF : Vous voulez amener de la transparence dans un système opaque.
Expliquez-nous !

C.L. : Traiter avec une compagnie maritime ce n'est pas très simple. Le rôle de certains transitaires est d'ailleurs justement de faire le lien. De plus, les prix sont très volatiles et peuvent changer de manière significative au cours du même mois. Pour le client final, cela peut être un cauchemar surtout si les intermédiaires en jouent.

NLF : Vous entendez court-circuiter les intermédiaires ?
C.L. :Non. Nous sommes complémentaires par rapport à des commissionnaires qui n'ont pas digitalisé leur process. Les freight forwarders gardent toute leur place en tant que spécialistes. Avoir ouvert tout récemment la plate-forme aux chargeurs importateurs et exportateurs permet à ces derniers d'avoir une vision complète de l'ensemble de la chaîne et de mieux identifier les tâches de chacun. L'information circule plus vite et la réactivité de tout le système est accrue.

NLF : Qui a accès à la plate-forme ?
C.L. : On y rassemble les transitaires locaux qui peuvent collaborer ensemble. Mais tous les opérateurs de la chaîne logistique sont appelés à se connecter à BuyCo. Le client a ainsi accès à un écosystème où il trouve tous les fournisseurs au même endroit. Les partenaires sont référencés. A ce jour, nous avons une cinquantaine de commissionnaires mais cela évolue constamment.

NLF : Comment envisagez-vous le développement à venir
de la plate-forme ?

C.L. : Aujourd'hui, les transitaires et les transporteurs maritimes et routiers sont déjà connectés. La plate-forme fonctionne dans 30 pays dont la Chine, l'Inde et les Etats-Unis. A terme, tous les acteurs de la supply chain seront intégrés à la plate-forme. Pour 2017 et 2018, nous allons notamment ajouter les importateurs et exportateurs. Parallèlement, nous discutons avec les ports pour les associer également. En ce qui concerne le transport terrestre, nous allons étudier comment assurer le tracking des conteneurs pour le suivi de la marchandise de bout en bout, y compris dans le cas le plus délicat, quand le transport routier est sous-traité. On envisage également d'intégrer les opérateurs de transport ferroviaire et fluvial. Propos recueillis par Silvia Le Goff
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°66
20 février 2017
FÉVRIER

Passé et futur
du Comité UNECE
du transport
fluvial

Le mardi 21
au Palais
des Nations,
Genève



Transpotec
Du mercredi 22
au samedi 25

Salon international
des technologies
du transport,
des services
intermodaux
et de la logistique
Verona Exhibition
Center,
Vérone, Italie


MARS

SITL
Semaine Internationale
du Transport et
de la Logistique

Du mardi 14
au jeudi 16

Paris
Porte de Versailles
Pavillon 1


AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco