LinkedIn Twitter Facebook
Résultats
Geodis, locomotive de la hausse du CA

Le groupe SNCF a terminé 2016 avec 32,3 Mds€ de CA (+2,8%) et une marge opérationnelle en baisse de (4,1 Mds€, -6,3%) liée à une rentabilité plus faible du transport ferroviaire des voyageurs, apprend-on dans le communiqué sur les résultats 2016 diffusé le 27 février. Selon le groupe, c'est la branche logistique qui a permis de trouver des leviers de croissance et notamment la création de Geodis America, résultat de l'acquisition de la société OHL. SNCF Logistics représente en effet 10 Mds€ de CA, grâce à Geodis (transport multimodal et logistique), à l'augmentation du fret ferroviaire en Europe (+12% en volume), à STVA (logistique automobile) et à la société de gestion d'actifs Ermewa. Le dynamisme semble se manifester plutôt à l'international (55% de l'activité de SNCF Logistics) alors que le trafic de marchandises hexagonales reste à relancer en 2017. C'est encore Geodis qui est cité parmi les filiales performantes en termes de rentabilité. A noter que 170.000 chargeurs sont clients de la SNCF à travers le monde. Bien que les gains de productivité aient été soulignés lors de la présentation des résultats, la dette du groupe reste considérable : 44,9 Mds€, en hausse par rapport à 2015 (42,2 Mds€). SNCF Mobilités, qui comprend le transport de voyageurs et la branche fret et logistique, cumule 7,9 Mds de dette nette. C'est donc SNCF Réseau qui leste le groupe par sa dette depuis plusieurs années. Conséquence : étant supérieure à la règle d'or (les conditions à respecter pour atteindre l'équilibre budgétaire), elle interdit à SNCF Réseau tout financement des projets de développement. Ce qui n'a pas empêché cette branche d'investir essentiellement dans le renouvellement. En 2016, 5,2 Mds€ (sur 8,6 Mds€ au total dont 65% sur fonds propres) ont été investis et plus de 1.100 km de voies renouvelés. 1.500 chantiers ont été lancés dont la moitié la nuit. Ce qui n'est pas forcément du goût des opérateurs de fret. Mais la SNCF insiste aussi sur le programme de digitalisation et d'industrialisation de la maintenance du réseau en promettant de poursuivre ses efforts dans la massification et l'optimisation des temps de travaux. Cela tombe bien : c'est ce qu'a vivement souhaité Alain Vidalies lundi, à la suite du 4ème Comité de suivi de la sécurité ferroviaire. SLG

Résultats SNCF :
Geodis
en locomotive
mais la dette
reste colossale


Les freight
forwarders
en retard pour
le commerce
digital


Chantal Kirmann
nouvelle
Présidente
du groupement
Evolutrans


Les Transports
Giacomin viennent
de réceptionner
un Stralis NP


Le Parlement
de l'UE pour
un rééquilibrage
des quotas
d'émissions


L'info décalée :
XPO Logistics en
délicatesse avec
les syndicats US
   
 
 
 


2,7%.
C'est le taux
d'intérêt
des pénalités
de retard
exigibles le jour
suivant la date
de règlement
figurant sur
la facture, fixé au
1er janvier 2017
pour l'année,
dans le cadre
de la loi
de modernisation
de l'économie
ou « loi LME ».
Enquête
Les freight
forwarders sont-ils
prêts pour le commerce digital ?

Freightos, plate-forme israélienne de réservation de fret, a mené pour la 2e année consécutive une enquête pour déterminer combien, parmi les 20 principaux Freight Forwarders¹ (FF), sont réellement prêts pour le commerce digital. La méthodologie est simple : se faisant passer pour le représentant d'une jeune société importatrice en pleine expansion, un collaborateur de Freightos a demandé une cotation pour un service en lots partiels entre la Chine et Chicago (volume, poids, incoterms etc. sont fournis) via leur site internet et mesure la rapidité et la qualité de leur réponse. Résultat ? Trois commissionnaires de transport ne proposent toujours pas le moindre formulaire de demande de cotation (quatre en 2015), les formulaires de deux d'entre eux n'ont pas fonctionné malgré plusieurs tentatives, sept n'ont pas pris la peine de suivre la demande par un appel téléphonique et seulement neuf ont, au final, fourni une cotation (idem 2015). Seulement trois d'entre eux, un de moins qu'en 2015, sont parvenus à envoyer une cotation et la suivre d'un appel. Autre constatation : il faut aux freight forwarders en moyenne 101 heures pour répondre avec une cotation envoyée manuellement (11 de plus qu'en 2015), et 15 heures (+7) pour que cette cotation soit suivie d'un appel téléphonique. Au terme de cette enquête, le vainqueur, bien qu'il n'ait pas décroché le téléphone, est Kuehne + Nagel pour la simple et bonne raison qu'il est le seul à proposer un système de cotation automatique et instantanée, devançant de ce fait ses concurrents de quatre jours en termes de réactivité. Freightos en conclut que la digitalisation de la Supply Chain et de ses procédures demeure une promesse qui n'est, à une exception près, pas suivie de faits. Il préconise non seulement une rapide digitalisation de l'acte de vente mais également un réel effort marketing de la part des freight forwarders. En effet seulement 30% d'entre eux ont recours à des liens de recherche payants et 20% éditent un blog, deux actions à même de générer du trafic sur leur site web. PM
(note 1) UPS, Pantos Logistics, Expeditors, Ceva, UTi, Panalpina, KWE, C.H. Robinson, Kerry Logistics, DHL, Helmann, Yusen Logistics, DB Schenker, Nippon Express, Damco, Bolloré, Sinotrans, DSV, APL Logistics et Kuehne + Nagel
 
 

Nomination
Chantal Kirmann nouvelle Présidente
du groupement Evolutrans

La présidence du groupement de transporteurs Evolutrans, qui était assurée depuis 2014 par Bernard Lataste, est désormais confiée à Chantal Kirmann, dirigeante des Transports Setak, basée à Pamiers, en Ariège. L'assemblée générale du groupement, qui compte à ce jour 89 adhérents, l'a élue pour un mandat de trois ans. Agée de 53 ans, Chantal Kirmann est membre du comité directeur d'Evolutrans depuis 2012. Denis Zanon, dirigeant de Zanon Transports, reste Directeur Général du groupement. A noter également l'arrivée de Lionel Daziano (Transports Daziano) et de Grégory Ogé (TSE France) au sein du Comité Directeur d'Evolutrans. NB
 
 


« L'auto-
matisation et
le numérique
vont devenir
les fers de lance
de notre secteur
au bénéfice
de nos clients
entreprises
ferroviaires »
,

a déclaré
Patrick Jeantet,
Président délégué
du directoire
SNCF et Pdg de
SNCF Réseau,
le 27 février.

Iveco GNL/C
Les Transports Giacomin viennent
de réceptionner un Stralis NP

Le 21 février, Thierry Hautier, Pdg du groupe éponyme, s'est vu remettre les clés d'un Iveco Stralis Natural Power, version GNL/C, par le Directeur général délégué d'Iveco France, Thierry Kilidjean. Le véhicule sera confié aux Tranports Giacomin (150 véhicules moteurs) filiale du groupe depuis 2015, basée à Saint-Pierre-Du-Mont (40). La société l'aura en test pendant six mois, comme prévu par le partenariat qui lie le constructeur au prix « Transporteur de l'année » que le groupe Hautier a remporté en mars 2016, grâce à son association avec les Transports Giacomin. Pour Hautier, il s'agit du premier camion fonctionnant au gaz dans sa flotte de 350 véhicules moteurs, livré pour récompenser le transporteur pour son engagement dans le transport durable. Le modèle de 400 chevaux dispose de la même puissance que son équivalent diesel et est équipé d'une boite de vitesse robotisée. Ce véhicule sera exploité pour le compte d'Intermarché sur la région Sud-Ouest dans le cadre de leur stratégie de « logistique verte ». Le ravitaillement en GNL se fera à la station de Castets-des-Landes (mise en place par le transporteur Mendy). Le groupe Hautier compte 4 filiales réparties sur l'Hexagone et emploie 410 salariés. NB
 
   
  De droite à gauche : Stéphane et David Giacomin, Directeurs de la filiale de transport éponyme, Thierry Hautier, PDG du Groupe Hautier et Thierry Kilidjean, Directeur Général Délégué Iveco France lors de la remise des clés du Nouveau Stralis NP le 21 février dernier.  
 


Pollution

Le Parlement de l'UE pour
un rééquilibrage des quotas d'émissions

Le 15 février, le Parlement européen a adopté une proposition de la Commission visant à réduire de 2,2% chaque année les crédits carbone (système SEQE mis en place pour encourager les initiatives de réduction des GES). Le texte prévoit notamment la création d'un fonds pour compenser les émissions maritimes, améliorer l'efficacité énergétique faciliter les investissements dans les technologies innovantes et réduire les émissions de CO2. Cette mesure tente de pallier l'absence d'un système comparable au sein de l'OMI, les efforts du transport maritime en matière d'environnement faisant par ailleurs débat (voir NLF n°41). Par ailleurs, le secteur de l'aviation devrait recevoir 10% de quotas d'émissions en moins par rapport à la période 2014-2016, pour s'aligner aux autres secteurs émetteurs. Les revenus issus de la mise aux enchères de ces quotas pourraient être investis dans des actions contre le changement climatique dans l'UE et dans les pays tiers. La proposition doit maintenant être examinée par le Conseil avant de revenir au Parlement européen. SLG
 
   
   
 
 
Bradley Jacobs, CEO d'XPO Logistics,
hué par les syndicats US

Journée houleuse que celle du 27 février. Le lendemain de l'ouverture de la conférence TPM (Transpacifc Maritime) à Long Beach (Californie), Bradley Jacobs a été hué par une délégation du syndicat Teamsters, très remonté contre le groupe de transport et logistique pour les conditions de travail de ses salariés américains. Une centaine de manifestants ont fait irruption dans la salle brandissant des banderoles avec le slogan « Non à la course au profit de XPO ». L'union syndicale Teamsters accuse notamment la société d'avoir payé grassement des consultants  pour mater et réduire l'action syndicale au silence. Les revendications des salariés des activités ferroviaires et maritimes portent à la fois sur les salaires, les horaires de travail et les conditions de sécurité. Sans oublier le fait que des collaborateurs, qui se considèrent de facto salariés, sont rémunérés comme s'ils étaient indépendants. Du lourd, socialement parlant. Mais Bradley Jacobs a choisi de minimiser en relativisant le poids des syndicats dans ses activités et le rôle des Teamsters en particulier. « Je ne crois pas aux Teamasters. Je crois à certains syndicats », a-t-il indiqué. Et le même d'ajouter « En Europe, nous avons des relations cordiales, respectueuses et courtoises. Cela marche bien ». C'est bizarre, cela nous avait un peu échappé. SLG
Photo : XPO ©caughtinthemoment.com
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°73
1 mars 2017
MARS
Breakbulk China
Du lundi 13 au
jeudi 16

Salon consacré
au transport
de volumes
exceptionnels
Shanghai World
Expo Exhibition
& Conference
Center,
Shanghai



SITL
Semaine Internationale
du Transport et
de la Logistique

Du mardi 14
au jeudi 16

Paris
Porte de Versailles
Pavillon 1



SIFER
Salon
International
de l'Industrie
Ferroviaire

Du mardi 21 au
jeudi 23

Grand-palais,
Lille


AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco