LinkedIn Twitter Facebook
Fédérations F
NTR et TLF snobent l'appel de l'OTRE

Dire que l'accueil que TLF et FNTR ont réservé à l'appel au rassemblement lancé hier par l'OTRE (NLF n°77) a été tiède est un euphémisme. La fédération les encourageait à faire front commun pour s'adresser et être entendues par les candidats à l'élection présidentielle. Mais, visiblement, aucune des deux fédérations n'a que faire de cette initiative. TLF, par la voix de son vice-Président Claude Blot, trouve l'initiative louable mais précise qu'elle n'a pas attendu cet appel pour se mobiliser et qu'un travail sur le sujet du transport et de la mobilité a été fait dernièrement avec la commission Transport du Medef, qui a abouti à l'édition d'un livre blanc. Même réaction auprès de la FNTR, qui a également contribué à l'élaboration de cette étude. La fédération juge cette démarche tardive car arrivant plus d'un mois après le lancement de sa propre plate-forme. La lettre signée par la présidente de l'OTRE Aline Mesples, invoquant « l'intérêt premier et vital des entreprises de la branche » semble destinée à rester…Lettre morte. NB
Photo : Claude Blot


FNTR et TLF
snobent l'appel
de l'OTRE


Fretly s'apprête
à digitaliser
les appels d'offres
transport


Renfe et DB
sanctionnées
en Espagne


Volvo peaufine
l'hybride pour
la longue distance
 
 
 


American Airlines
Cargo
fait un carton
à Londres


DDS enrichit
ses solutions
pour chargeurs et
commissionnaires


L'interview :
Chantal Kirmann,
Evolutrans
Plates-formes collaboratives
Fretly s'apprête à digitaliser
les appels d'offres transport

Une de plus ! La start-up Fretly a prévu de lancer commercialement d'ici l'été sa plate-forme collaborative transport sur un segment bien particulier, celui des appels d'offres structurés (pas le marché spot) visant à déboucher sur un contrat cadre dans le domaine du transport routier de marchandises au niveau national ou au départ de France, du colis au camion complet. Le service est pour l'instant testé en version beta auprès d'une dizaine de chargeurs. La première étape de la prestation est une sorte de base de données de sourcing. Les informations détaillées des chargeurs et des transporteurs inscrits gratuitement sur le site sont analysées par différents algorithmes pour déterminer les profils compatibles. La deuxième étape, le lancement d'appel d'offres proprement dit, propose au chargeur un environnement proche de celui d'une place de marché. Il pourra y renseigner toutes les informations qui lui permettront de spécifier les caractéristiques de son appel d'offres. Mais attention, et c'est là l'originalité de l'approche hybride de Fretly, il n'est pas laissé à lui-même : un expert en achat transport l'accompagne qualitativement dans sa démarche, afin notamment de s'assurer que le cahier des charges est pertinent et que les transporteurs sélectionnés sont bien en phase avec la stratégie de l'entreprise.
« Je suis convaincu qu'une solution logicielle permet de faire gagner du temps, mais elle ne doit être qu'un support à la décision, car l'achat transport n'est pas un achat comme les autres, la compétence humaine y joue encore un très grand rôle. C'est pour cela que notre offre de service associe la partie automatisation du transactionnel de notre plate-forme, avec sa rapidité d'exécution pour comparer un très grand nombre de données, et la dimension conseil, qui reste très importante »
nous a confié l'un des fondateurs de Fretly, Philippe Adjadj. Le sujet lui est plus que familier puisqu'il a exercé pendant plus de 15 ans les fonctions de directeur des achats, notamment en transport et logistique, dans des sociétés telles que TNT Express France ou Rhenus Logistics.Fretly se positionnerait donc comme concurrent d'outils tels que TiContract (Transporeon) ou d'offres de consulting comme BP2R, mais avec une cible résolument orientée PME et ETI. JLR
Photo : Philippe Adjadj, Fondateur de Fretly
 
 


500 Mds€.
C'est le montant
des
investissements
prévus pour
le « paquet
connectivité »
européen
(réseau de
télécommunication)
à horizon 2025.
Espagne
Renfe et Deutsche Bahn épinglées
pour pratiques anticoncurrentielles

Dans un communiqué diffusé lundi, la Comisión Nacional de los Mercados y la Competencia (CNMC), autrement dit l'autorité espagnole de la concurrence, a annoncé qu'elle infligeait à l'opérateur historique espagnol Renfe, ainsi qu'à l'opérateur historique allemand Deutsche Bahn une amende d'un montant total de 75,6 M€. Motif : pratiques anticoncurrentielles dans le secteur du transport ferroviaire de marchandises. Selon la CNMC, les deux sociétés et leurs filiales avaient mis au point un système d'alliances leur permettant de bénéficier de relations client-fournisseur privilégiées les unes envers les autres, limitant ainsi la concurrence sur le marché espagnol de transport ferroviaire de marchandises.
A eux deux, Renfe et DB détiennent 80% de ce marché en Espagne, et se retrouvent même en situation de monopole sur le segment du transport ferroviaire pour les industries automobile et sidérurgique. Pour Renfe, accusée d'abus de position dominante, l'amende s'élève à 65 M€, ce qui représente la sanction financière la plus lourde jamais infligée par la CNMC à une entreprise. DB et ses filiales devront de leur côté payer la somme de 10,5 M€. La Renfe a d'ores et déjà annoncé son intention de faire appel. JLR
 
   
 


« Nous
assistons à
des utilisations
abusives
de ce droit »,

a déclaré
Bruno Gazeau,
Président
de la FNAUT,
à propos du droit
de grève,
lors des
Etats généraux
de la mobilité
durable.
Hybride
Volvo travaille sur un modèle
longue distance

Avec le Volvo Concept Truck, Volvo Trucks a mis au point son premier véhicule hybride, un modèle FH, pour les opérations longues distances. Combiné aux autres améliorations apportées au véhicule, la réduction totale de la consommation de carburant et des émissions de CO2 est d'environ 30%. Depuis la présentation du concept truck en mai 2016, la nouvelle version inclut une chaîne cinématique hybride qui récupère l'énergie lors des descentes présentant une déclivité supérieure à 1%, ainsi que pendant le freinage. Cette avancée s'ajoute aux améliorations en matière d'aérodynamisme, de résistance au roulement et de réduction du poids. L'énergie récupérée est stockée dans les batteries du véhicule et utilisée pour alimenter le véhicule en mode électrique sur des routes plates ou légèrement vallonnées. Sur de longues distances, la chaîne cinématique hybride permettra de couper le moteur thermique jusqu'à 30% du temps de conduite réalisant ainsi une économie de carburant de 5 à 10%, suivant les caractéristiques et le type de véhicule et le cycle de conduite. Elle permet également de conduire en mode tout-électrique sur une distance maximale de 10 km, avec 0 émission et un faible niveau sonore. Parallèlement, une version améliorée du système d'aide à la conduite I-See analyse la configuration du terrain pour déterminer le choix le plus économique et le plus efficace entre le moteur diesel et le moteur électrique, ainsi que le meilleur moment pour utiliser l'énergie récupérée. Les recherches concernant le Concept Truck ont été menées avec le département américain de l'énergie, à l'origine du programme SuperTruck. Rappelons que le constructeur commercialise depuis plusieurs années son modèle FE hybride conçu essentiellement pour des applications urbaines. SLG
 
   
 
  Grande Bretagne
American Airlines Cargo bat
des records à Heathrow

489.849 kilos : c'est le nouveau record de fret (le quatrième du genre depuis août 2016) atteint en une seule journée par American Airlines Cargo, la semaine dernière, à l'aéroport de Londres Heathrow (LRH). Ce chiffre comprend 276 tonnes de marchandises à l'export, direction les Etats-Unis, et 214 tonnes dans le sens inverse. Ont notamment été expédiés des produits pharmaceutiques et alimentaires (saumons, légumes...) ainsi que des pièces de sidérurgie particulièrement lourdes. Parmi les importations se trouvaient d'autres denrées alimentaires (salades, asperges) et des équipements destinés au secteur pétrolier, notamment à Aberdeen (Ecosse) et dans la Mer du Nord. American Airlines a remarqué, à cette occasion, une demande particulièrement forte de services de fret aérien à destination de Charlotte, Philadelphie, New York et Dallas/Fort Worth, siège de la compagnie américaine. PM
 
   
 
  TMS
DDS Logistics enrichit ses
solutions pour chargeurs et transitaires

DDS Logistics enrichit ses solutions de gestion du transport et de commerce international. Tout d'abord, en ajoutant à tous ses logiciels des fonctionnalités répondant à la nouvelle réglementation sur les déclarations de la masse brute vérifiée des containeurs (VGM), en vigueur depuis juillet 2016. Le chargeur ou le transitaire peut alors envoyer le poids des conteneurs aux compagnies maritimes. Le transfert des données peut se faire également depuis la plate-forme e-commerce INTTRA, et la saisie des données peut être déléguée aux différents fournisseurs qui renseignent alors directement les champs VGM grâce à l'accès préalable à la plate-forme collaborative web. De plus, le TMS DDS Shipper (dédié aux chargeurs) permet à présent de gérer les matières dangereuses. La gestion des étiquettes messagerie et du suivi des colis est maintenant rendue possible avec le service de création d'étiquettes transporteurs. De son côté, DDS Freight (à destination des transitaires), est désormais pourvu d'un CRM -outil de gestion de la relation clients- et enrichi d'un nouveau module de cotation plus optimisé. Un comparateur d'offres, ainsi que des fonctionnalités de gestion électronique des documents (GED) améliorées, sont également inclus. Les deux solutions sont d'ailleurs disponibles sur tablette. Par ailleurs, la plate-forme collaborative Join2ship, développée par DDS Logistics (NLF n° 9), continue d'être testée par un panel d'utilisateurs. Elle devrait être ouverte d'ici la rentrée de septembre, avec une fonction de prise de rendez-vous gratuite, et suivi de livraison payant à la charge de l'expéditeur. NB
 
   
 
L'I N T E R V I E W
 
Chantal Kirmann, Présidente d'Evolutrans
« 2017 est une année charnière pour Evolutrans »

C'est la nouvelle Présidente d'Evolutrans. Chantal Kirmann, qui dirige par ailleurs les Transports Setak (dont le siège est à Pamiers, en Ariège), a succédé fin janvier à Bernard Lataste à la présidence du groupement de transporteurs, pour un mandat de trois ans (voir NL Fret n°73) Elle a accepté de partager avec nous quelques-uns des sujets en cours de réflexion au sein d'Evolutrans.

LA NEWSLETTER DU FRET : Comment Evolutrans appréhende-t-il la prolifération des plates-formes collaboratives autour du transport ? Envisagez-vous de développer votre propre outil en interne ?
CHANTAL KIRMANN : Lors de nos Etats généraux en novembre dernier, sous l'égide de Bernard Lataste, nous avons décidé de créer de nouvelles commissions au sein d'Evolutrans, notamment pour répondre à la soif de dynamisme d'un certain nombre de jeunes chefs d'entreprises au sein de notre groupement. C'est ainsi que s'est formée la commission de R&D, qui a déjà commencé à se mettre au travail. Ces plates-formes digitales font partie de son périmètre d'investigation. Il y a matière à beaucoup de réflexion, et pour ma part, beaucoup d'inquiétudes aussi. En tout cas, la réflexion est engagée, et des échanges se font également avec le CJE, le « comité des jeunes evolutransiens » qui est présidé par Perle Becker (Transports Becker).

NLF : Avez-vous des objectifs en termes de nombre d'adhérents ?
C.K. : Aujourd'hui, Evolutrans compte près de 90 adhérents, soit une centaine de sociétés en comptant les filiales. Notre but n'est pas de devenir une grosse machine de guerre. Nous sommes des régionaux, avec une philosophie de PME souvent familiales et locales. C'est par la proximité avec nos clients que l'on se démarque des grands groupes. Le fait que nos adhérents soient des acteurs régionaux ne nous empêche pas de travailler ensemble, bien au contraire. Le bureau d'Evolutrans, qui compte aujourd'hui trois permanents, se fait le relais des certains appels d'offres, comme cela a été le cas dans le Sud-Ouest, une région que je connais bien, avec Chep, ou encore avec Total, pour le compte duquel la distribution de pellets de bois est effectuée par trois adhérents d'Evolutrans.

NLF : L'utilisation du GNV fait-elle partie des questions d'actualité pour Evolutrans ? Quel pourrait être son rôle en la matière ?
C.K. : Aujourd'hui, à ma connaissance, nos adhérents n'ont pas dans leur parc de camions roulant au GNV. Mais cela viendra sans doute, certains chargeurs commencent à le demander au niveau des flottes. Nous savons qu'à un moment donné, nous allons être confrontés à cette question et qu'il faudra par exemple mener une réflexion avec un fournisseur de GNV, comme nous l'avons fait en référençant des fournisseurs d'AdBlue.

NLF : quels sont vos autres chantiers pour 2017 ?
C.K. : Lors de nos Etats généraux, nous avons également constitué une commission formation qui a engagé une réflexion sur la manière d'accompagner et de former les jeunes chefs d'entreprises, souvent livrés à eux-mêmes, mais aussi sur les moyens de fidéliser nos équipes et d'attirer de nouveaux collaborateurs. 2017 est une année charnière pour Evolutrans, une année de dynamisme, d'impulsion pendant laquelle nous allons chercher à développer de nouveaux projets en R&D, dans la formation, mais aussi en matière de communication et d'animation. Par ailleurs, nos produits Volupal (réseau national de distribution pour les lots de 1 à 6 palette) et Volulots (transport de longueurs et lots palettisés de 7 à 15 palettes) seront peut-être rejoints demain par d'autres offres. Nous sommes encore dans les grands travaux. Nous communiquerons plus largement au deuxième semestre après notre séminaire annuel, prévu en mai.
Propos recueillis par Jean-Luc Rognon
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°78
8 mars 2017
MARS
Breakbulk China
Du lundi 13 au
jeudi 16

Salon consacré
au transport
de volumes
exceptionnels
Shanghai World
Expo Exhibition
& Conference
Center,
Shanghai



SITL
Semaine Internationale
du Transport et
de la Logistique

Du mardi 14
au jeudi 16

Paris
Porte de Versailles
Pavillon 1



SIFER
Salon
International
de l'Industrie
Ferroviaire

Du mardi 21 au
jeudi 23

Grand-palais,
Lille


AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco