LinkedIn Twitter Facebook
Présidentielles
L'AUTF veut faire
bouger les lignes
pour le prochain quinquennat

L'Association des Utilisateurs de Transport de Fret (AUTF) a présenté mardi après-midi les grandes lignes de sa « plate-forme 2017 », un programme de 11 mesures sur lesquelles elle invite la prochaine majorité à s'appuyer pour mettre en œuvre sa future politique en matière de transport de marchandises au niveau des infrastructures, de l'environnement et de la réglementation sociale (voir lien ci-dessous). Ces mesures se répartissent dans quatre orientations stratégiques portant sur la stratégie portuaire (Mesures n°1 et 2), le routier en tant qu'acteur essentiel de la transition énergétique (Mesures n°3 à 6), la nécessité d'établir un cadre favorable au développement du fret ferroviaire et fluvial (Mesures n°7 à 10), et la définition de la trajectoire de la fiscalité environnementale (Mesure n°11). « Nous voulons surtout un changement de modèle sur la manière dont sont mises en œuvre les politiques logistique et transport. Il faut arrêter le dogmatisme et les objectifs incantatoires et adopter une attitude de pragmatisme, avec davantage d'implication des acteurs et l'élaboration de plans d'actions où chacun se reconnaît, avec la mise en place pas à pas de mesures concrètes » a lancé Denis Choumert, le Président de l'AUTF en ouverture de la conférence. « II y a un raz-le-bol, nous en avons assez de participer à des conférences sur les attentes des uns et des autres, sur les obstacles, les freins et puis au final rien ne se passe, même si petit à petit cela est en train de changer » a-t-il ajouté. En déplorant par ailleurs que les « excellents » rapports de la Cour des Comptes publiés sur différents sujets du transport, revenant avec la régularité d'une comète, n'entraînent jamais de véritables plans d'action au niveau politique. Parmi les mesures phares de cette plate-forme 2017, citons notamment la proposition de doter le secteur du TRM d'un fonds d'aides au renouvellement et à la modernisation de la flotte par l'octroi de soutiens financiers à l'acquisition de véhicules propres (Mesure n°4), l'harmonisation nationale des réglementations urbaines sur les droits d'accès, de circulation et de stationnement en ville, ou encore la proposition faite à SNCF Réseau de transformer l'allocation des sillons de fret en une véritable offre de service globale, avec alertes en amont et solution de backup en cas de problème (Mesure n°7). Une autre proposition, qui ne figure pas telle quelle dans les 11 mesures, est de nommer au gouvernement un ministre de plein exercice « de la Logistique et des Transports ». « Ce n'est pas que symbolique, cela élève le niveau de décision au-delà du secrétaire d'Etat » a souligné Denis Choumert. JLR
Photo : Denis Choumert ©DR
Pour voir l'ensemble du document
« Plate-forme 2017 »


Les souhaits
de l'AUTF pour les
présidentielles


MAN lancera
en septembre
RIO pour piloter
la Supply Chain

Avec RIO,
MAN s'ouvre
au multimodal


Egalité hommes-
femmes :
féminisation
versus pénurie


L'AFT lance
« Itinéraire
égalité »
pour la mixité
dans le transport


Optimisation
des rendez-vous : pour l'Oréal,
les transporteurs
le valent bien
 
 
 
  RIO
MAN se positionne en pilote
de la Supply Chain

Après l'annonce à l'IAA de Hanovre en septembre dernier et avant le lancement officiel à la rentrée prochaine, le constructeur allemand a livré quelques précisions sur le projet de plate-forme digitale pour la supply chain baptisée RIO (« ruisseau » en espagnol pour rendre l'idée de la fluidité). Partager les informations véhicules, itinéraires, heure d'arrivée pour la livraison, rendez-vous pour l'entretien, voire les quais disponibles... RIO doit permettre de disposer de toutes les données utiles aux transporteurs et à tous leurs partenaires en temps réel pour optimiser les flux au sein de la chaîne logistique. En cela, rien de révolutionnaire par rapport à ce que des éditeurs de logiciels, de fournisseurs de solutions de TMS ou d'autres plates-formes collaboratives proposent déjà aux transporteurs. Seulement voilà : pour la première fois, le challengeur est un constructeur de bus et de camions qui souhaite ouvrir sa plate-forme à toutes les marques de poids lourds pour faciliter la tâche des PME ayant des parcs mixtes. Il ne se positionne pas vraiment comme concurrent des autres constructeurs mais plutôt des fournisseurs de solutions télématiques. La plate-forme est accessible via toute sorte de supports (PC, tablettes, smartphone) selon l'utilisateur. Les informations véhicule accessibles sur la plate-forme sont celles issues des FMS (Fleet management system) proposés par les constructeurs. Chez RIO, on parle de « coopétition », mélange de coopération et de compétition dans l'intérêt de toute la chaîne logistique. La solution digitale de MAN propose son boîtier appelé Rio Box et produit par Stoneridge(*). Il assure l'interface entre le conducteur et sa société qui collecte, grâce à la plate-forme, toutes les données nécessaires à la bonne organisation de sa tournée (geofencing, chargements supplémentaires sur la route pour remplir le camion, rendez-vous atelier, donnée du chrono etc.). La RIO Box équipera les camions du groupe Volkswagen dès la rentrée prochaine et pourra être installée en retrofit sur les véhicules des autres marques. Dès son lancement, le boîtier intégrera le système de navigation GPS et, en 2018, il sera compatible GNSS. Aucune obligation d'achat cependant, assure-t-on chez MAN pour les camions qui ne sont pas du groupe. A noter que RIO veut aussi innover avec les transporteurs. Son X Lab, sorte de start-up au sein de RIO met au point des solutions pour des situations très concrètes : elle travaille avec des transporteurs pilotes à un système (Rio Share) qui s'inspire du car-sharing et qui répond à la problématique de la gestion des clés des véhicules partagés entre plusieurs conducteurs en utilisant le smartphone. Le check-up du véhicule est aussi géré par le système et s'en trouve simplifié. Ce projet, qui devrait se terminer en septembre vise à aboutir à une interface entièrement intuitive qui s'affranchirait du problème des langues. SLG
*note : qui fabrique également des chronos
intelligents (NLF n°65)
.
Photo ci-dessus : Matthias Muller, ingénieur
chez Rio avec la Rio Box
 
   
  De gauche à droite : Serge Lardy, chef de projet Rio Europe de l’Ouest, Clément Rimmele, Responsable CRM & Communication at MAN Truck & Bus France, Thomas Fabri, Directeur Marketing MAN Truck & Bus France, Sven Kielgas, Consultant stratégie pour RIO et Greta Langgärtner, marketing manager public experience », RIO.  
 


2%.

C'est le
pourcentage
de femmes
conductrices
dans le TRM,
a-t-on rappelé
hier, lors de
la présentation
du dispositif
« Itinéraire
égalité ».

Rio (suite)

Une plate-forme
multimarque et multimodale

Pour que RIO soit une plate-forme la plus complète possible en termes de data, la structure créée par MAN rencontre des partenaires potentiels chez les manufacturiers (Michelin, par exemple), des carrossiers (Schmitz Cargobull et Krone) ou des fabricants de navigateurs (Tom Tom), pour en citer quelques-uns. Chaque partenaire aura droit d'intégrer son application sur RIO. Les clients auront le choix des services qu'ils souhaitent sur un mode « pay per use » comme sur Apple ou Android. Ces partenariats sont la vraie valeur ajoutée de RIO, explique Anna Singbartl, business development manager. A terme, les partenaires de la plate-forme devraient pouvoir y échanger leurs propres informations. On peut imaginer, par exemple, qu'il soit possible de connaître et d'ajuster en temps réel l'heure d'arrivée du camion à sa destination en fonction de l'itinéraire, de la météo, des données portuaires (informations élaborées par la start up Synfio), mais aussi d'un chargement ajouté en cours de route pour remplir le camion ou assurer le retour, fourni par la start up Loadbox (mise en relation de transporteurs pour optimiser le chargement). RIO permettra justement d'agréger toutes les informations, quelle qu'en soit la source. En revanche, les données des transporteurs sont protégées et ne peuvent être diffusées qu'avec leur accord. Les chargeurs sont aussi destinataires de la plate-forme qui pourrait s'ouvrir aux autres modes de transport, dès 2018, selon l'accueil que le TRM lui aura réservé. « Le camion n'est qu'une porte d'entrée », indique Serge Lardy, Chef du projet Rio pour l'Europe de l'Ouest. Les ambitions sont grandes pour MAN qui admet rechercher par RIO une nouvelle source de revenus à moyen/long terme. Sans pour autant amener une « ubérisation » du transport. Le transporteur doit sortir gagnant dans l'affaire, précise Thomas Fabri, Directeur marketing. Mais c'est surtout une porte d'entrée chez les transporteurs, qu'ils soient déjà clients de MAN ou pas, qu'ils soient équipés de solutions télématiques ou pas, précise-t-il. Même si aujourd'hui, les prix ne sont pas encore définis (en théorie la plate-forme sera proposée sous forme de package comprenant le boîtier) et on ne sait pas encore qui va soutenir le coût du transfert des données. En attendant le lancement, dès début avril la force de vente et le SAV vont être formés et des tests démarreront chez des clients sélectionnés dans plusieurs pays dont l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Autriche. MAN mise sur Solutrans, en novembre prochain à Lyon car la France est le deuxième marché européen par importance après l'Allemagne. SLG
Photo : Serge Lardy, Chef de projet RIO
pour l'Europe de l'Ouest

 
 


« Itinéraire
égalité »
enlève l'image
de gros bras
et ouvre
la profession
aux femmes »,

a déclaré hier
Denis Schrim,
Vice-Président
du CPNE lors de
la présentation
le 8 mars
des guides
élaborés
par l'AFT.
Egalité homme-femme
Les femmes, recours
contre la pénurie ?

Le recrutement de femmes dans les métiers de la conduite a été amplifié par les difficultés à trouver des conducteurs. Mais la féminisation du secteur est toujours assez timide. Dans le TRM, les femmes ne représentent que 10% des emplois et à peine 2% des postes de conduite et, sur les 3.700 inscrits aux formations de l'AFTRAL, on ne compte que 11% de jeunes filles, a-t-on rappelé hier lors de la présentation du dispositif « Itinéraire égalité » mis en place par l'AFT (voir article suivant). Pourtant, sur le terrain, des mesures facilitant le travail des femmes (notamment sur les opérations d'arrimage et de débâchage) ont déjà été prises. Les embauches dans le secteur se font en CDI à 90% et à temps complet et les écarts de salaires entre homme et femme sont très faibles.
Christine Clément, dirigeante de Clément SAS, n'a embauché sa première conductrice qu'en 2005 tout simplement parce qu'aucune femme ne s'était présentée auparavant. Aujourd'hui, son entreprise compte 15% de femmes chauffeurs. Un sixième des candidats ce sont des femmes informées par le bouche-à-oreille de sa volonté de recruter du personnel féminin. Quant à la société Routiers Bretons, dont Mickaël Goalec est le DRH, elle a recruté sa première conductrice en 1999 et en compte à ce jour 16, ainsi qu'une cariste et deux exploitantes. Au-delà de ces témoignages, il ressort la nécessité que l'Education nationale informe davantage sur ces métiers et leur attractivité pour les jeunes filles. Ce qui aiderait à chasser la fausse image qu'elles en ont. C'est aussi l'enjeu du projet Matilda, mis en place pour lutter contre les préjugés. Carine Chevrier, Déléguée générale à l'emploi et à la formation professionnelle de l'AFT, a souligné le « fort engagement mené par la branche Transport dans l'action continue » ainsi que le label « Alliance » lancé par le ministère de l'emploi, qui distingue la diversité, l'égalité et la mixité professionnelle. NB
 
   
  Carine Chevrier, Déléguée générale à l'emploi et à
la formation professionnelle et
Jean-Paul Deneuville,
Président Délégué Général de l'AFT

 
 
  Egalité homme-femme (suite)
Des guides pour sensibiliser
les transporteurs

L'AFT a présenté hier « Itinéraire égalité », un ensemble de guides déclinés en version papier et site web pour agir en faveur de la mixité homme/femme et de l'égalité professionnelle dans le secteur du transport. Ils s'adressent aux dirigeant(e)s, responsables RH ainsi qu'aux partenaires sociaux. Mis en page sous forme de rubriques (obligations légales, diagnostic social, outils à destination des RH, bonnes pratiques et lutte contre les préjugés), le site présente à chaque fois, des cas concrets et des tutoriels explicatifs. Des spots vidéos sont également mis en ligne, finissant par cette interrogation : « Et si les freins étaient aussi dans nos têtes »... Ces guides seront très prochainement relayés en régions par les délégué(e)s régionaux de l'AFT en lien étroit avec les représentant(e)s locaux de l'OPCA Transports et Services, des organisations professionnelles et des organisations syndicales. Le site quant à lui sera 100% complet d'ici une à deux semaines. « Itinéraire égalité » a bénéficié du Fonds Social Européen qui a débloqué 30 M€ pour aider la France dans ces projets égalité. NB
 
   
  Lancement d'Itinéraire égalité.
De gauche à droite :
Roland Famin et Valérie Castay,
Chefs de projet « Itinéraire Egalité », Mickaël Goalec,
DRH Les Routiers Bretons,
Christine Clément,
Dirigeante des Transports Clément,
Denis Schirm,
Vice-Président CPNE,
Jean-André Lasserre, Directeur
des Relations institutionnelles et des études à l'AFT,

Carine Chevrier,
Déléguée générale à l'emploi
et à la formation professionnelle et
Jean-Paul Deneuville,
Président Délégué Général de l'AFT
 
 
  Gestion des quais
L'usine L'Oréal de Caudry optimise
ses rendez-vous transporteurs

Basé à Caudry, dans le département du Nord, le site industriel Sicos du groupe l'Oréal est spécialisé dans les technologies d'émulsion, pour les produits de soins, mascaras et fonds de teint (4.500 références). Chaque jour, l'usine est approvisionnée par une centaine de fournisseurs, ce qui représente un flux de 22 à 26 poids lourds et entre 500 et 700 palettes à réceptionner. A la suite d'une réflexion lancée fin 2015 sur la digitalisation et l'automatisation des rendez-vous transporteurs, le site a sélectionné en janvier 2016 le module de planification des quais de la solution Transwide de WKTS (Wolters Kluwer Transport Services). Le logiciel en mode Saas est utilisé depuis mars par les 35 collaborateurs du département Flux et par plus 80% des fournisseurs (transporteurs, affréteurs, transitaires). « Il était essentiel pour nous de mettre la charge des quais en adéquation avec notre capacité de déchargement et d'éviter ainsi les pics d'activité, synonymes de désorganisation et de risques de sécurité pour nos collaborateurs » indique Maxime Jospin, responsable des flux de l'unité de production Sicos. D'après l'éditeur, la solution permet la gestion et l'optimisation sur 26 créneaux horaires. Les arrivées des camions sont donc « lissées », les chauffeurs n'attendent plus et les collaborateurs gèrent de manière optimale la réception des palettes. Le planning des réceptions, édité la veille, est accessible également depuis le poste de garde afin que chaque chauffeur, dès son arrivée, puisse être contrôlé sur la prise de rendez-vous, le créneau de réservation et la marchandise livrée. Par ailleurs, la solution propose le calcul automatique du taux de service des fournisseurs (ponctualité, qualité...) et des pénalités de retard. JLR
 
   
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°79
9 mars 2017
MARS
Breakbulk China
Du lundi 13 au
jeudi 16

Salon consacré
au transport
de volumes
exceptionnels
Shanghai World
Expo Exhibition
& Conference
Center,
Shanghai



SITL
Semaine Internationale
du Transport et
de la Logistique

Du mardi 14
au jeudi 16

Paris
Porte de Versailles
Pavillon 1



SIFER
Salon
International
de l'Industrie
Ferroviaire

Du mardi 21 au
jeudi 23

Grand-palais,
Lille


AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco