LinkedIn Twitter Facebook
Déraillement
40 t de bioéthanol déversées
près de Lyon

Un train de fret a déraillé ce matin à 4h30 au niveau de la gare de triage de Sibelin, située à cheval sur les communes de Feyzin et Solaize, sans faire de blessés. Trois wagons ont quitté les rails et une fuite s'est produite sur l'un d'entre eux qui contenait 60 tonnes de bioéthanol, provoquant le déversement de 40 tonnes de carburant sur les voies, indique la Préfecture du Rhône. La préfecture a déclenché le plan Orsec. La fuite a pu être contenue au bout de deux heures d'intervention. Le trafic a été interrompu entre Lyon-Saint-Etienne et Lyon-Marseille. Les pompiers, en liaison avec la SNCF, vont procéder au dépotage des autres wagons. Les opérations devraient durer toute la journée. SLG


Déraillement
d'un train de fret
près de Lyon


Lille-Marseille :
des camions au GNV
en pré et post
acheminement
 
 
 


TIP propose un
Véhicule Utilitaire
électrique à
la location


Interlog gère
la Tour de Contrôle
pour Europe Snack


Petit gabarit :
« Agir pour
le fluvial »
enfonce le clou


Malherbe obtient
le certificat
Certipharm


DHL enrichit sa
flotte électrique
avec le dernier
Colibus #2017


L'interview :
Arnaud Bilek,
Gaz'Up
Transport combiné
TAB complète
son offre ferroviaire
par des camions au GNV

Deux mois après le lancement de la ligne ferroviaire qui relie le Port de Lille et le Port de Marseille (Terminal MedEurope et Terminal Continental de Marseille le Canet), et qui passe par Bonneuil-sur-Marne, TAB vient d'annoncer la mise en service d'une flotte de 6 camions au GNV pour assurer le pré et post acheminement des flux qui transitent sur la ligne (meubles, boissons, électroménager, etc.). La flotte dédiée comprend 5 camions dotés de 500 km d'autonomie au départ de la région parisienne et 1 au départ de Lille (des Iveco boîte robotisée). Une dizaine de véhicules supplémentaires – dont deux Scania boîte manuelle _ viendront s'ajouter d'ici le mois de juin à Marseille. Ceci vient compléter le service de transport combiné qui réalise actuellement des économies de CO2 de 1,5 tonne par UTI (Unité de transport intermodal) et par jour. Les calculs sont faits en comparant un trajet route et un trajet rail-route : sur 951 km, le premier émet 1.400 kilos de CO2 et le second 230 kilos. A noter que depuis le début du service, 2.500 UTI ont été transportées en marchandises générales. Avant la fin de l'année, TAB mise sur une centaine de tonnes par jour soit l'équivalent de 70 camions qui prendront le rail au lieu de la route. SLG
 
 
  Logistique urbaine
TIP propose un Véhicule Utilitaire
électrique à la location

Le loueur TIP Trailer Services a décidé de se positionner sur le marché la logistique du dernier kilomètre et propose un eVan « converti » par son partenaire turc BD Auto. Ce VUL est équipé d'un moteur électrique et dispose d'une autonomie de 200 kilomètres pour une vitesse maxi de 90 km/h. Silencieux et confortable (nous l'avons testé pour vous), il est configurable à la demande (caisse réfrigérée par exemple). La batterie lithium-ion de 62 Kw/h est plate. Posée sur le châssis elle n'empiète pas sur le volume disponible. « Beaucoup de nos clients ont déjà manifesté leur intérêt pour ce genre de véhicule », confie Didier Felice, Directeur Général de TIP pour l'Europe du sud. « En effet, l'abaissement du seuil des pics de pollution, la loi de transition énergétique, les chartes en faveur d'une logistique durable... sont autant d'éléments qui vont contraindre les transporteurs à utiliser des véhicules propres. Les messagers et les expressistes s'y préparent déjà. C'est pourquoi, en tant qu'apporteur de solutions, nous devons disposer d'une offre qui corresponde parfaitement à cette évolution. Nous pensons que notre véhicule électrique constitue une vraie alternative pour circuler librement en centre-ville et réaliser sans contraintes les livraisons du dernier kilomètre ». A ce jour, ce type de véhicule n'est pas disponible chez les constructeurs traditionnels. Il n'existe que chez un seul carrossier français : il s'agit de l'Electron II proposé par Gruau depuis fin 2016 sous de multiples carrosseries. Le premier véhicule est arrivé début février chez TIP sur son site du Plessis Pâté (91) et est déjà chez un client expressiste pour une phase de test grandeur nature à Orléans. Plusieurs grands noms du transport comme DHL et TNT l'utilisent déjà, notamment en Grande-Bretagne ou aux Pays-Bas. JPG
Photo : Didier Félice, Directeur Général de TIP Trailer
Services Europe du Sud à l'intérieur du e-Van

 
 
 
 


« L'absence ou
la raréfaction
de transport de
marchandises
par exemple
[conduit]
généralement à
l'envasement et
à la prolifération
d'algues dans
les canaux
qui affectent de
la même façon
les autres
activités
fluviales »,

note le collectif
« Agir pour
le fluvial »
,
dans son
communiqué
du 9 mars.
Délais de livraison
Une Tour de Contrôle
pour Europe Snack

Interlog Logistic s'est vu confier le pilotage des transports de distribution d'Europe Snacks, spécialiste des snacks apéritifs commercialisés sous les marques de distributeurs. Le nouveau plan de transport sur le TMS collaboratif (Transport Management Services) Click&Track est en place depuis février. A partir d'Orléans, la Tour de Contrôle Transport (TCT) d'Interlog gère l'organisation quotidienne des expéditions de l'industriel avec planning de chargement et tracking des livraisons. L'entreprise vendéenne a choisi cette solution car elle juge que la capacité de transport s'annonce difficile pour les années à venir et parce que la part transport représentait à elle seule 50% des anomalies du service client. Si les litiges dus à la marchandise existent, ce sont surtout les retards de livraison qui sont sources de réclamations. Le plan de transport mis en œuvre s'attèle à régler ce problème en priorité, l'objectif On time delivery devant être atteint avec notamment la mise en place d'un système d'alerte qui signale un incident dans le processus de livraison en cours. Sébastien Mare, responsable Supply Chain Europe Snacks, explique que cette mise en place a permis une réorganisation de ses services et l'affectation d'un collaborateur à un nouveau poste pour améliorer leurs processus internes et leur fiabilité. « Cela s'inscrit dans une démarche globale de « digitalisation » de l'ensemble de nos processus supply chain, de l'approvisionnement à la livraison, en passant par la planification des opérations logistiques et industrielles ». Interlog Logistic est une filiale d'Interlog Group. L'an dernier, ses TCT ont organisé et supervisé 120.000 transports mutualisés ou mono-industriels. NB
Photo : Europe Snack ©Philippe Berthau
 
   
 
  Petit gabarit
« Agir pour le fluvial » enfonce le clou

Une charte d'orientation et la transformation dans une nouvelle fédération font partie des projets du collectif « Agir pour le fluvial » qui s'est réuni le 22 février dernier. Créé en début d'année (NLF n° 44), cet ensemble d' organismes membres -des bateliers, des fédérations de transporteurs et des acteurs du transport combiné (entre autres)- a insisté sur la nécessité de réhabiliter les réseaux à petit gabarit. Ceux-ci sont aussi importants pour assurer des itinéraires interbassins solides et faciliter la complémentarité des trafics. « L'absence ou la raréfaction de transport de marchandises par exemple [conduit] généralement à l'envasement et à la prolifération d'algues dans les canaux qui affectent de la même façon les autres activités fluviales », note le collectif dans son communiqué du 9 mars. Et le même de rappeler que le réseau fluvial maillé est crucial pour rendre la voie d'eau attractive et compétitive. Par ailleurs, « Agir pour le fluvial » prône la coopération des acteurs-usagers du réseau fluvial pour identifier des causes communes et rechercher ensemble des solutions convergentes. En somme, les mêmes arguments brandis par les acteurs économiques et politiques réunis le 8 mars au Sénat, autour des projets à grand gabarit inscrits dans des corridors européens (NLF n° 80). SLG
 
 


127.494.
C'est le nombre
de camions
transportés
en février par
les navettes
Eurotunnel.
Le trafic a baissé
de 6%
par rapport
à février 2016.
Produits pharmaceutiques
Malherbe labellisé Certipharm

Le transporteur Malherbe a obtenu début janvier la certification Certipharm pour le transport de produits de santé tels que médicaments, vaccins, parapharmacie, vétérinaire etc. Par cette certification, Malherbe souhaite développer en moyens propres cette activité qui représente aujourd'hui 2% de son CA.
La labellisation a été accordée après un audit du siège (Direction et Services supports) et trois exploitations (2 à Rots et 1 à Saint-Quentin-Fallavier). Parmi les points sur lesquels le groupe a mobilisé une équipe de 25 personnes figurent le suivi continu de 120 véhicules frigorifiques et le paramétrage d'alertes des températures. NB
Photo : Malherbe ©Franck Castel
 
   
 
  Logistique urbaine
DHL enrichit sa flotte électrique
avec le dernier Colibus #2017

DHL Express France présente à la SITL (espace Transport Next Generation), qui démarre demain à Paris, le Colibus #2017, la dernière version du véhicule électrique dont l'expressiste détient déjà six exemplaires. Ceux-ci circulent en Ile-de-France, à Strasbourg, Bordeaux et à Biarritz. Le nouveau Colibus, carrossé par Durisotti, offre une meilleure étanchéité et qualité des larges ouvrants ainsi qu'une hauteur permettant de traiter la manutention debout. Conçu pour la livraison urbaine, ce véhicule utilitaire de 8 m3 peut atteindre 940 kg de charge utile. Il possède une autonomie de 152 km et une vitesse maximale de 80 km/h, avec une consommation autour d'1€ d'électricité au 100 km. De plus, son seuil de chargement très bas facilite l'accès à bord. L'extension de la flotte électrique de DHL Express France s'inscrit dans la démarche globale de réduction des émissions de CO2 du Groupe, appelée GoGreen. Dans un premier temps, Deutsche Post DHL Group s'engage à accroitre au niveau international l'efficacité carbone de ses activités et de celles de ses sous-traitants de 50% d'ici 2025, par rapport à 2007. A horizon 2050, il vise la suppression totale des émissions issues de ses opérations logistiques. Pour l'instant, l'objectif de réduction de 30% en 2020 a été atteint en 2016. NB
 
 
L'I N T E R V I E W  
  Arnaud Bilek,
co Fondateur
de Gaz'Up
« La filière transport
doit être active
dans la promotion
du Bio-GNV »

Faire des transporteurs les investisseurs, les gestionnaires et les utilisateurs des stations GNV pour faciliter le développement de ce carburant. C'est le principe de Gaz'Up qui propose un modèle économique innovant pour impliquer les utilisateurs dans le développement du Bio-GNV. Son co-fondateur, Arnaud Bilek, engagé depuis longtemps dans l'accompagnement des transporteurs en matière de réduction des émissions, nous explique le concept.

LA NEWSLETTER DU FRET : Qu'est-ce que Gaz'Up ?
ARNAUD BILEK : Gaz'Up est un collectif de transporteurs qui vise à créer les conditions pour que le transport routier devienne le moteur de la transition écologique dans les transports. En associant des véhicules propres et silencieux à la valorisation des déchets en biogaz, le tout en lien avec les acteurs locaux et les territoires pour favoriser l'économie circulaire, Gaz'UP est un outil sans équivalent pour les transporteurs qui veulent devenir les premiers acteurs du transport durable de demain.

NLF : Combien de transporteurs
avez-vous convaincus ?

A.B. : Nous comptons actuellement 15 transporteurs partenaires de toutes tailles, qui contribuent financièrement au fonctionnement de Gaz'UP et qui ont investi dans des stations dont 2 ouvriront dès cette année : une GNLC à Auxerre en juin et une GNC à Toulouse en octobre. Une dizaine d'autres projets sont actuellement à l'étude. Et nous comptons sur notre présence à la SITL 2017 pour inciter un maximum de transporteurs à nous rejoindre. Mais nous ne raisonnons pas en termes de nombre de stations à ouvrir. Notre objectif consiste à faire bouger les mentalités pour que la filière du transport prenne une part active dans le développement du bio GNV. C'est une volonté forte de nos transporteurs : faire du camion un outil de dépollution en créant un véritable débouché pour le biogaz.

NLF : Vous affichez une démarche innovante,
y compris en termes de financement. Qui assure
les investissements pour les stations ?

A.B. : Les transporteurs sont au cœur de la démarche. C'est l'originalité de Gaz'UP qui est de ce point de vue LE réseau de stations GNV des transporteurs écoresponsables. Le capital de Gaz'Up ne compte aucun opérateur gazier, ni aucun organisme financier. Concernant les stations, à partir du moment où un collectif est localement capable de concentrer 20 poids lourds, il est assez simple de financer l'installation avec le modèle Gaz'UP. Ainsi, avec leurs camions gaz, les transporteurs peuvent se doter de leur propre infrastructure de distribution de GNV au meilleur prix et devenir eux-mêmes les acteurs de cette révolution pour garder la maîtrise de leur avenir.

NLF : Comment est constitué le capital de Gaz'Up ?
A.B. : Gaz'Up est une start'up dont le capital et l'organisation sont actuellement en train d'évoluer. Il est donc délicat de répondre à cette question car de nombreux changements vont intervenir dans les prochains mois. Ces évolutions permettront de renforcer Gaz'UP sans en modifier l'ADN : les stations qui appartiennent aux transporteurs et à leurs partenaires locaux (collectivités, producteurs de biométhane, autres facilitateurs) détiennent la société Gaz'UP qui en retour assure l'exploitation des stations pour le compte des transporteurs. En ce sens, Gaz'UP est une coopérative qui garantit aux transporteurs de conserver à long terme la maîtrise de leur approvisionnement en Bio GNV. C'est un modèle qui pourrait également être appliqué à d'autres énergies. Et nous y réfléchissons déjà !

NLF : Qui assure la fourniture de biogaz ?
Etes-vous en lien avec des sites de méthanisation ?

A.B. : Nous travaillons actuellement à la finalisation d'accords-cadres avec des producteurs de biométhane pour sécuriser notre accès à du GNV d'origine renouvelable au même prix que le GNV d'origine fossile. La logique coopérative de Gaz'UP séduit énormément les producteurs de biométhane. Nous espérons aboutir rapidement.
Propos recueillis par Silvia Le Goff
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°81
13 mars 2017
MARS
Breakbulk China
Du lundi 13 au
jeudi 16

Salon consacré
au transport
de volumes
exceptionnels
Shanghai World
Expo Exhibition
& Conference
Center,
Shanghai



SITL
Semaine Internationale
du Transport et
de la Logistique

Du mardi 14
au jeudi 16

Paris
Porte de Versailles
Pavillon 1



SIFER
Salon
International
de l'Industrie
Ferroviaire

Du mardi 21 au
jeudi 23

Grand-palais,
Lille


AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco