LinkedIn Twitter Facebook
Ports de Lille
Le fer et le fleuve insufflent une
bonne dynamique au 1
er trimestre
Le transport combiné sur l'axe Lille-Marseille, opéré par T3M/Greenomdal ainsi que l'essor du fluvial vers Dunkerque, avec l'opérateur NPS et la Mer du Nord, avec Danser sont les principaux facteurs de croissance des flux qui ont transité par Ports de Lille au premier trimestre. Fin mars, un peu moins de 40.000 EVP avaient été opérés, soit une progression de 33% par rapport à 2016. Ce qui présage d'une année 2017 à 150.000 EVP, soit 10.000 de plus que l'objectif fixé par Ports de Lille. L'activité sur Lille Conteneurs Terminal (LCT), qui représente 72% de l'activité conteneurisée de Ports de Lille, a été particulièrement dynamique avec 28.013 EVP manutentionnés au 1er trimestre 2017 soit un bond de +52% par rapport à la même période de 2016. Si tous les modes sont en hausse, celle du ferroviaire continue d'être spectaculaire (+90%) drainée surtout par la nouvelle ligne Lille-Marseille. Par ailleurs, on assiste à une hausse des transbordements des conteneurs voyageant sur les rails sur des trajets intra-européens vers le fleuve pour gagner les ports et vice-versa. Cette intermodalité a concerné plusieurs centaines de conteneurs depuis le début de l'année. Le flux le plus courant reste celui des conteneurs acheminés par barge depuis Dunkerque ou Anvers jusqu'à Lille où ils « prennent » le train en direction de Bordeaux et quant aux marchandises transportées, le Ports salue « l'inventivité des chargeurs » sans en dire plus, confidentialité des affaires oblige. A ce jour, l'équilibre entre modes voit la route et le fleuve quasiment ex aequo (39% pour la voie d'eau et 40% pour la route) et le ferroviaire à 21%. En 2016, la répartition avait été de 43% pour le fleuve, de 39% pour la route et 18% pour le fer (NLF n° 70). Le développement du port intéresse des chargeurs de la grande distribution, de l'industrie automobile, papetière et agro-alimentaire, indique Dominique Drapier, du département marketing, innovation et prospective de Ports de Lille. SLG


Port de Lille :
1er trimestre
en hausse


FNTR :
son livre blanc
pour
les candidats à
la présidentielle


Containerships
mise sur le gaz
pour ses bateaux
et camions


Les transports
TLR
au service
du business
agricole


UPS améliore
sa solution
Flex Global View

XPO fait rouler
des méga camions
en Espagne
L'info décalée :
Maersk
réhabilite
les turbovoiles
 
 
 
 
  Fédérations
La FNTR édite un livre blanc à
l'occasion du nouveau quinquennat

La FNTR compile ses revendications et propositions à l'adresse des candidats à la présidentielle, pour une politique des transports tenant compte des enjeux à venir, à la veille du nouveau quinquennat. Après TLF qui a édité récemment une étude suite à un travail conjoint avec la Commission Transport du Medef (NLF n°78), la Fédération Nationale des Transports Routiers vient de publier fin mars un livre blanc, qui reprend et développe en trois thèmes phares les revendications et propositions qu'elle porte depuis plusieurs mois auprès des candidats et de leurs équipes de campagne. « Ouvrir la route pour le prochain quinquennat » s'articule autour d'axes principaux : donner de la compétitivité aux entreprises du transport routier, soutenir et favoriser la transition énergétique et écologique du secteur, et intégrer que le transport est le secteur où se jouent les enjeux de la nouvelle économie. D'où la demande d'un ministère à part entière. « Il ne s'agit plus de traiter le secteur du transport routier par le prisme des vieilles images ou avec des solutions éculées comme l'écotaxe ! Nos entreprises n'en sont plus là depuis longtemps et attendent qu'on leur permette de développer leurs solutions innovantes pour être compétitives, recruter, créer de la richesse et renforcer leur engagement en faveur de l'environnement » affirme Jean-Christophe Pic, Président de la FNTR. Au vu de certaines propositions exprimées par les candidats à la présidentielle (NLF n°93 et n°96), pas sûr que tous ces vœux seront exaucés. NB
 
 


161 GW.
C'est la production
mondiale
supplémentaire
(en giga watts)
d'énergie
renouvelable
en 2016 ;
l'énergie solaire
est en tête
avec 71 GW
(données
International
Renewable Energy
Agency-IRENA)
GNL
Containerships mise sur le gaz
pour ses bateaux et camions

La compagnie finlandaise Containerships présente en Europe, Russie et en Afrique du Nord, a décidé de frapper fort en termes de renouvellement de sa flotte. Le 7 avril deux cérémonies de lancement de chantier marqueront le début de la construction de deux navires propulsés au GNL qui lui seront livrés fin 2018 par les chantiers chinois Wenchong Shipyard. La société a reçu des fonds européens de 16,9 M€ dont 10,7 M€ seront investis pour le verdissement de la flotte et la somme restante pour le développement d'un réseau de stations d'avitaillement avec d'autres partenaires. Parallèlement, Containerships veut développer aussi sa flotte de camion au gaz qui devrait passer des 40 actuellement à 150-200 véhicules à terme et a déjà investi dans une station au Royaume-Uni. Au total, les investissements pour le GNL avoisinent les 200 M€. SLG
 
   
 
 
 


« Un gros
navire porte
conteneurs
produit
la même
quantité
d'oxyde
de soufre que
50 millions
de véhicules
diesel »,

rappelle l'Union
Internationale
du Gaz
(UGI)
dans son rapport
« Pour la promotion
d'un transport
maritime
plus propre »,
publié le 23 mars
dernier.
Transport exceptionnel
TLR a assuré la logistique des
machines agricoles sur le salon SIMA

TLR (Transport Logistique Robinet) a acheminé, installé puis ramené plus de 200 machines agricoles pour l'édition 2017 du SIMA à Paris (Mondial des fournisseurs de l'agriculture et de l'élevage). Kubota, New Holland, John Deere ou encore Case IH, ont fait appel à ses services pour amener à bon port leurs toutes dernières productions. Les conducteurs de TLR se sont aussi occupés de leur installation. Cette polyvalence a contribué à la notoriété de TLR auprès des professionnels du machinisme agricole, de l'énergie ou du BTP et de la chimie, mais aussi de l'événementiel. Cette société familiale, créée en 1946 dans la région d'Orléans, est en effet spécialiste du transport de machines agricoles, de pièces de générateurs pour le compte d'Engie, d'engins de chantier et plus généralement, de tous les équipements professionnels, ainsi que de liquides industriels et matières dangereuses. Son offre couvre l'approvisionnement des usines, la logistique de distribution sur réseaux spécialisés, la gestion des retours et le support SAV, la distribution nationale et européenne en lots, sans oublier la messagerie avec ses partenaires dans le cadre du groupement FLO. Aujourd'hui, TLR (35 M€ de CA et 450 cartes grises) souhaite développer sa clientèle industrielle en s'ouvrant à l'aéronautique et aux énergies nouvelles. La société veut également étendre son activité Supply Chain en se positionnant aussi en amont et en aval des flux actuellement traités et dans le co-manufacturing. NB
 
   
 

Logiciels
UPS améliore sa solution
Flex Global View

Depuis hier, Flex Global View, outil de suivi et de gestion du fret aérien, maritime et terrestre, des bons de commandes et des droits de douane, proposé par UPS, comporte des nouveautés. Les utilisateurs ont accès à de nouveaux tableaux de bords réorganisés qui permettent de trouver plus facilement les données recherchées. Un tableau de bord dédié aux conteneurs de fret maritime, où la recherche de données pourra se faire par transporteur, port de chargement et de déchargement, ainsi que par expéditeur ou destinataire, est désormais proposé. Enfin, les clients pourront recevoir des alertes détaillées de livraison par expéditions et/ou par déclarations en douane après enregistrement sur le système et recherche spécifique. D'autres améliorations de Flex Global View sont encore prévues tout au long de l'année. NB
 
   
 


Méga camions
XPO au service de Renault
en Espagne

XPO Logistics a mis en circulation cinq « méga camions » pour optimiser les flux de transport et les émissions polluantes de son client Renault en Espagne. Depuis le 24 décembre 2015, date de la modification de l'annexe IX de la Règlementation Générale des Véhicules, les camions composées de deux remorques et mesurant jusqu'à 25,25 m peuvent en effet circuler librement en Espagne avec un PTAC maximum de 60 tonnes. En trois mois, ces véhicules ont parcouru 160.000 km sur les routes de la Galice et de la Castille. Renault compte en effet deux usines dans le nord de l'Espagne (Valladolid et Palencia), économisant au passage 13t de CO2. « Le méga camion constitue un investissement important dans notre flotte de véhicules spéciaux, il nous fournit un avantage concurrentiel dans le transport en combinant des flux clients et est plus écologique » se réjouit José Luis Arenas, DG des Solutions Transport chez XPO Logistics Iberia.
Eduardo Herrera-Sinovas, Directeur Logistique de Renault Espagne, exprime, lui aussi, sa satisfaction : « Pour notre entreprise, l'expérience du méga camion a été très positive. Son utilisation a contribué à l'amélioration de la productivité dans les usines espagnoles. Elle aide d'autre part notre réseau de fournisseurs à réduire leurs coûts logistiques ». Devant ce succès, XPO entend élargir cette expérience à d'autres flux et agrandir sa flotte à 15 méga camions. Le prestataire souhaite ainsi finir l'année avec une économie totale de 50t de CO2 réalisée grâce à ces véhicules. Rappelons que le groupe Renault-Nissan a introduit une clause environnementale dans le choix des prestataires transport. L'industriel est engagé dans la démarche Fret 21 (NLF n° 55). PM
 
   
 
 
Maersk réhabilite les turbovoiles
Deux énormes cylindres de 30 m de haut et de 5 de large, mus par le vent, vont propulser un pétrolier de 240 m de long, à partir du premier semestre 2018 pour des tests prévus jusqu'à fin 2019. En réutilisant une invention des années Vingt -les turbovoiles de l'ingénieur allemand Anton Flettner-l'armateur estime que cette combinaison d'énergie éolienne et électrique permet d'économiser 10% des émissions de CO2 (1.000 tonnes de carburant). Maersk avait déjà testé les turbovoiles sur un ferry ro-ro avec des économies de 6% de CO2. Pour réaliser ce nouvel essai, la compagnie s'est rapprochée de la société finlandaise Norsepower, spécialisée dans la production de turbovoiles et de la branche maritime de Shell. Comment marchent les turbovoiles ? L'arrivée du vent sur les cylindres crée une zone de haute pression d'un côté et de basse pression de l'autre. Ce qui se traduit par une force perpendiculaire à la poussée du vent et une énergie plus forte que celle nécessaire pour faire tourner les voiles (50 kW). Le sens de rotation des cylindres (qui peuvent produire jusqu'à 3 MW par vent favorable) peut être corrigé selon les changements de direction du vent. Cette solution « écolo » qui fait appel à une découverte d'il y a un siècle a plus de chances aujourd'hui de rencontrer l'intérêt des armateurs sommés de réduire leurs émissions polluantes. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°98
5 avril 2017
AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco


RETAIL CHAIN
Le mardi 25
Cœur Défense,
Paris La Défense



MEDFEL
Salon de la filière
fruits et légumes

Du mardi 25
au jeudi 27

Parc des congrès
et des expositions
Perpignan

MAI

TRANSPORT
LOGISTIC

Du mardi 9 au
vendredi 12

Messe
Munich


NAVEXPO

Salon
de l'industrie
maritime

Du mercredi 10
au vendredi 12

Port de Lorient