LinkedIn Twitter Facebook
Overseas
Ocean Alliance sur les flots

Lancée le 3 novembre dernier (NLF n°5), Ocean Alliance est enfin opérationnelle depuis le 1er avril. Elle réunit CMA CGM, le plus gros contributeur avec 119 navires sur les 323 concernés, le chinois Cosco Container Lines et Orient Overseas Container Line (OOCL, basé à Hong Kong), et le taïwanais Evergreen Line. Ce sont 40 nouveaux services maritimes qui sont lancés par l'armateur français sur les axes Asie-Europe, Asie-Méditerranée, Asie-Mer Rouge, Asie-Moyen-Orient, Transpacifique, Asie-Côte Est de l'Amérique du Nord et Transatlantique. Le port du Havre est point de départ et d'arrivée de la ligne Transatlantique et sur le service Asie-Europe du Nord avec le port de Dunkerque, opérés par CMA CGM. Le port de Marseille Fos figure parmi les ports touchés par les boucles opérés par Cosco Shipping. Quant au transit time, il faudra désormais 7 jours entre Le Havre et New York et 9 jours entre Miami et Le Havre. De nouveaux services directs sont également créés, notamment une ligne reliant en direct l'Asie du Sud Est (Thaïlande, Indonésie, Malaisie) et les Etats-Unis. Pour un service maritime donné, les navires de l'offre Ocean Alliance escaleront tous dans les mêmes terminaux, simplifiant la gestion pour le client. Par ailleurs, un centre de coordination des opérations, qui suivra en permanence la régularité des navires, le respect des horaires ainsi que le bon déroulement des opérations portuaires, a été mis en place au niveau mondial. En complément des services maritimes escalés, CMA CGM et ses filiales proposeront une offre de solutions terrestres et logistiques dans chacun des pays concernés. Il s'agit de solutions ferroviaires, routières et fluviales et de centres de dépôts permettant d'offrir une solution complète  de la chaine logistique et des livraisons porte-à-porte à des prix compétitifs. NB


Démarrage de
Ocean Alliance
depuis
le 1er avril


Nouveau service
Ro-Ro entre
Le Havre et
Santander


Jean-Marc
Roué,
nouveau
Président
d'Armateurs
de France


Démarrage
officiel
de MB Uptime
chez Mercedes


Zebra optimise
le chargement
des remorques
L'interview :
Philippe Canetti,
DG de DAF
« Priorité
à la norme,
pas à la
motorisation ! »
 
 
 
 


« Du premier
jour de mon
élection,
je supprimerai
la directive
travailleurs
détachés, c'est
inacceptable
que
des personnes
viennent
de Roumanie,
de Pologne,
d'Espagne et
ne payent pas
les charges
sociales quand
nos artisans,
nos
indépendants
les payent »,


a déclaré
Nicolas
Dupont-Aignan

(Debout la France),
lors du débat
télévisé
de mardi soir
entre tous
les candidats
à la présidentielle,
sur BFM TV.
Overseas
Nouveau service Ro-Ro sur l'Europe
du Nord avec escale au Havre

Dès ce mois d'avril, un nouveau service Ro-Ro hebdomadaire est mis en place entre Santander (Espagne), Haropa-Port du Havre, Portbury (UK) et Rosslare (République d'Irlande). Cette liaison est opérée par Neptune Lines, un armement Short Sea grec, traditionnellement spécialisé dans le transport des véhicules en Méditerranée et Mer Noire. C'est la première fois que cette compagnie maritime, présente dans vingt pays et qui escale dans 40 ports avec 17 navires rouliers, développe un service en Europe du Nord. La première escale au Havre du PCTC (Pire Car and Truck Carrier) Neptune Dynamis a eu lieu hier. Il a chargé des véhicules utilitaires dans l'usine de Sandouville située dans la zone portuaire. Ce navire de 158 mètres de long et 24 de large pour un tirant d'eau de 8,7 mètres, peut accueillir à bord 1.800 unités. D'autres marchandises, telles que des véhicules légers, des tracteurs, des engins TP, des grues mais aussi des colis statiques sur semi-remorque, entre autres, peuvent également être embarquées. Promaritime international a été nommé agent général de Neptune Lines et vient d'ouvrir un bureau opérationnel à proximité du terminal roulier. Les escales havraises de ce nouveau service seront réalisées tous les mercredis et opérées par la SMR (Société de Manutention du Roll on Roll Off). NB
 
 
 

Nomination
Jean-Marc Roué, nouveau Président
d'Armateurs de France

L'Assemblée Générale d'Armateurs de France a élu mardi à sa présidence Jean-Marc Roué, déjà trésorier depuis 2011. Jean-Marc Roué est actuellement Président du Conseil de Surveillance de Brittany Ferries et Président du BP2S (bureau de promotion du transport maritime à courte distance) depuis 2015. « Je me donne pour absolue priorité le développement de toutes les entreprises maritimes françaises travaillant sous pavillon français, et j'entends la faire partager pleinement au plus haut niveau de l'Etat. Diversifiée, moderne et bien structurée, notre flotte doit demeurer, aujourd'hui comme demain, au cœur de l'ambition maritime de la France », a-t-il déclaré lors de cette nouvelle nomination. NB
 
 
 
 


323.

Ce sont
les navires
qui assurent
les service de
Ocean Alliance,
opérationnelle
depuis
le 1er avril.
Outils de gestion
Démarrage officiel de MB Uptime
chez Mercedes

Depuis début mars, tous les camions de la gamme lourde de Mercedes Benz – et bientôt de toutes les marques du groupe Daimler – sont équipés du boîtier Truck Data Center de série. Cette centrale d'information du camion, reliée à 400 capteurs et calculateurs installés sur le véhicule, est le pivot du système MB Uptime. Ce portail représente, en quelque sorte, l'évolution de la solution d'informatique embarquée Fleetboard. Les données recueillies sont analysées par un serveur central auprès du service après-vente qui détecte les incidents-type et indique les actions correctrices à entreprendre. Lorsqu'un risque de panne est détecté, c'est le Centre d'assistance clientèle, basé à Maastricht, qui alerte le transporteur pour convenir avec lui de l'arrêt le plus opportun – compte tenu de l'itinéraire, des pauses du conducteur et de la disponibilité des pièces nécessaires – afin de réduire le temps d'immobilisation du véhicule. MB Uptime, qui a été testé depuis 2013 sur 16 flottes en Europe et notamment en Allemagne et en Pologne, permet un suivi permanent des véhicules et des conducteurs (conduite et données sociales) avec de réels gains de rentabilité. Le suivi du parc et la maintenance préventive sont particulièrement affinés, indique-t-on chez le constructeur. En France, MB Uptime est proposé à un tarif mensuel de départ de 21€ par camion. Des conditions plus avantageuses sont prévues en fonction de la durée de l'abonnement ou des services associés. SLG
 
 

Optimisation
Une solution 3D pour le chargement
des remorques

Zebra présente en ce moment, à l'occasion du salon Promat de Chicago, son offre SmartPack Trailer. Basée sur des capteurs 3D et des caméras au niveau des quais de chargement, cette offre (matériel, logiciel et solution d'analyses) permet de connaître l'espace réellement disponible dans une remorque, en collectant diverses données opérationnelles, telles que la densité de la charge, les images de chargements en cours, le nombre de paquets scannés et chargés par heure. Cette visibilité permet d'augmenter performance et rentabilité. L'offre est reliée au système ERP du transporteur et permet d'alerter le conducteur de la fin proche du chargement et ainsi fluidifier la succession de véhicules aux quais de chargement. L'entreprise tire également profit des images prises à l'intérieur de la remorque pour suivre et vérifier les techniques de levage utilisées par le personnel, tout en permettant aux contrôleurs en charge des quais de prendre des décisions immédiates pour aider les équipes à rationaliser et accélérer la procédure. Ce qui contribue à minimiser le turnover des manutentionnaires, mais aussi à réduire significativement les risques de blessure, de vol, de perte et de détérioration des marchandises. SmartPack Trailer constitue la première brique d'un ensemble de solutions pour un « réseau de distribution intelligent ». NB
 
   
 
L'I N T E R V I E W  
Philippe Canetti,
Directeur général
de DAF Trucks France
« Priorité à la norme,
pas à la motorisation ! »

DAF Trucks poursuit ses rencontres auprès des différents acteurs de la supply chain pour convaincre de la pertinence de son offre diesel Euro 6 par rapport aux contraintes environnementales. Pour le constructeur, la norme devrait faire foi et non pas d'autres « religions » privilégiant telle ou telle motorisation. Entretien avec Philippe Canetti, Directeur général de DAF Truck France.

LA NEWSLETTER DU FRET : Où en êtes-vous de vos rencontres
pour défendre votre offre diesel EURO 6 ?

PHILIPPE CANETTI : Avec notre XF/CF Euro 6 MX-11, nous en sommes à la troisième évolution et ses performances environnementales sont meilleures que celles des véhicules au gaz fossile. A chaque fois que nous rencontrons des transporteurs, on le leur explique et, souvent, ils sont d'accord avec nous. Certains nous disent que le gaz est plus coûteux et pas toujours pertinent surtout pour des flux où le camion doit se dérouter souvent, comme pour les échanges de palettes, par exemple.

NLF : Avez-vous vu des chargeurs, comme vous en aviez l'intention
P.C. : Nous avons commencé à en rencontrer quelques-uns. Nous rencontrons une écoute particulière : ils savent que ce diesel est bon mais pour des raisons de communication, ils choisissent de privilégier les véhicules au gaz. Ils ont du mal à adhérer et, déjà, à accepter de nous rencontrer. Nous avons aussi rencontré l'Ademe et leur avons fourni exactement les mêmes certificats que nous avions transmis à l'UTAC pour l'homologation. Nous allons aussi rencontrer les élus. Je pense que le passage des flottes de bus ou de camions municipaux au gaz influence l'opinion publique, au détriment du diesel qui ne jouit pas d'une bonne image. Et c'est dommage car notre camion Euro 6, dans sa version Silent, est aussi éligible au label Certibruit pour les livraisons de nuit, tout comme les véhicules au gaz.

NLF : A votre avis, quelle est l'approche la plus pertinente pour
apporter une solution efficace aux enjeux environnementaux ?

P.C. : Je pense qu'il faut privilégier la norme plutôt qu'une motorisation. L'important est ce que l'on fait pour respecter la première. Chez DAF, on travaille aussi sur la réduction des particules issues du freinage, à la fois par le régulateur et le frein moteur MX Engine Brake, mais aussi par le coaching des conducteurs. On leur montre comment moins solliciter la pédale surtout sur les longues distances. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que nos véhicules ont pu être acquis par des collectivités locales, dans le cadre du marché de l'UGAP(*) comme l'atteste récemment la livraison de deux bennes à ordures ménagères à la communauté d'agglomération du Grand Angoulême.

NLF : Est-ce le cadre réglementaire qui va vous orienter dans
vos recherches, comme il peut orienter le choix des transporteurs ?

P.C. : Oui. Par exemple, nous avons participé aux tests multimarques de platooning (véhicules en convoi), l'été dernier aux Pays-Bas. Nous avons également procédé à des tests avec le HVO (Hydrotreated Vegetable Oil, carburant 100% renouvelable) ailleurs qu'en France. Dans les deux cas, il faut un cadre. Dès que les règles seront fixées, on suivra.

NLF : A propos de camions connectés, plusieurs marques communiquent
sur leurs plates-formes de gestion de flotte. Comment se situe DAF
Connect dans cet univers ?

P.C. : Nous avons livré les premiers véhicules équipés avec DAF Connect fin janvier. C'est une solution « véhicule connecté » qui vient compléter l'offre de services avec un système de gestion de flotte, un outil de coaching pour les conducteurs et une maintenance prédictive des parcs. Il s'agit d'une plate-forme ouverte, gérée en mode SaaS permettant de suivre en continu les performances des véhicules et des conducteurs. Il est proposé à 1.200 € sur trois ans avec un boîtier plus sa connexion à la plateforme et il passera à un mode Open Data milieu 2017. Ceci permettra d'exploiter un véhicule connecté grâce au transfert des données à l'exploitant à partir des principales plates-formes du marché. DAF Connect est aussi multimarques. Il vise dans un premier temps les PME qui n'ont pas encore d'informatique embarquée. Ensuite, il s'adressera à toutes les flottes avec l'Open Data.

NLF : Vous allez ouvrir un nouveau distributeur en région parisienne.
Qu'attendez-vous de DAF Paris ?

P.C. : Les travaux sont en cours pour une ouverture en juin. Le site de Massy fait partie d'un nouveau dispositif que DAF va déployer en région parisienne avec deux TRP Shop pour la fourniture de pièces détachées à l'ouest et à à l'est d'ici quelques mois. Nous nous adressons autant aux grands comptes de la région parisienne qu'aux flottes de porteurs TP et de distribution, notamment pour les derniers entrepôts avant le dernier km. Je pense que le Grand Paris va pousser ces PME à investir. On compte surtout reprendre les parts de marché que nous avions avant la fermeture de la concession, fin 2016. Ceci nécessitera plusieurs mois de reconquête. Propos recueillis par Silvia Le Goff
Photo ©S.LeGoff
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°99
6 avril 2017
AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco


RETAIL CHAIN
Le mardi 25
Cœur Défense,
Paris La Défense



MEDFEL
Salon de la filière
fruits et légumes

Du mardi 25
au jeudi 27

Parc des congrès
et des expositions
Perpignan

MAI

TRANSPORT
LOGISTIC

Du mardi 9 au
vendredi 12

Messe
Munich


NAVEXPO

Salon
de l'industrie
maritime

Du mercredi 10
au vendredi 12

Port de Lorient