LinkedIn Twitter Facebook
4e trimestre 2016
La route et le fer en légère baisse

Le TRM et le fret ferroviaire ont enregistré une légère baisse au quatrième trimestre 2016, selon les chiffres diffusés par les services statistiques du ministère de l'Environnement (SOes), le 7 avril. Pour la route et le fer, le recul affecte surtout les trafics nationaux tandis que les flux internationaux repartent à la hausse. Dans le détail, le TRM (pavillon français) est pratiquement stable (–0,3% en t/km après un rattrapage de +3,3%). Cette quasi-stabilisation fait suite à un recul de plusieurs années. Le transport routier national se replie (-0,5%) tandis que le transport routier international, plus volatile, augmente (+3,2% après -10,0%). Quant aux produits transportés, les biens intermédiaires, les machines et matériels de transport reculent le plus fortement (-10,4% et -12,4%). Le transport de matériaux de construction se stabilise (+0,2%). Si les prix du transport augmentent (+0,5% après +0,2%), le prix de revient longue distance 40 t croît plus fortement (+1,4%) en raison de la hausse du coût du gazole professionnel. Cependant, le bilan pour l'année 2016 est positif avec une hausse de 1,2%, après deux années consécutives de baisse. En ce qui concerne le fret ferroviaire, il a accusé une légère baisse (-0,3%) après deux trimestres à forte évolution (+6,0% au troisième trimestre). Dans ce cas également, le trafic national recule (-2,5%) tandis que le fret international progresse (+3,3%), au dernier trimestre 2016. Les prix du fret ferroviaire restent stables (0,0%). Sur l'année 2016, le fret ferroviaire intérieur recule de 4,9% alors qu'il avait progressé de 5,0% en 2015. SLG



4e trimestre
2016 :
la route
et le fer en
légère baisse


Conjoncture :
le fret aérien
s'en sort mieux
que les ports
et les fleuves


Brexit :
contraction
de l'export vers
le Royaume-Uni


Croissance :
Star's Service
recrute
500 personne
s

Etats-Unis :
GLS rachète
Postal Express


MAN :
un camion
électrique
produit en série
d'ici fin 2018


E-commerce :
Zalando teste
le client
géolocalisé
 

L'info décalée :
Où va
la politique sociale
européenne ?
 
 
 
 
  Conjoncture (suite)
Le fret aérien s'en sort mieux
que les ports et les fleuves

Comme pour le TRM et le fret ferroviaire, le trafic fluvial a connu un trimestre chahuté avec une baisse globale de 8,7% (-16,5% en national et +4,8% à l'international) par rapport à l'année précédente, comme souvent souligné dans la NLF. Le secteur a été fortement impacté par la mauvaise campagne céréalière (–42% pour le transport de produits agricoles). Résultat : 2016 aura été la troisième année de recul consécutive avec -8,4% pour le transport intérieur fluvial et -20,8% pour la filière agroalimentaire. En revanche, le transport de matériaux de construction progresse de 6,8% du fait de la hausse de l'activité dans le secteur des travaux publics sur le bassin de la Seine et d'une reprise des exportations de sable et de gravier au départ des ports français sur le bassin rhénan. En ce qui concerne le transport maritime, les sept principaux ports français (hors La Rochelle) ont connu un ralentissement de leur activité (+0,4% après +2,4%). L'import augmente (+1,1%) tandis que l'export marque un nouveau repli (-1,0% après -4,5%). Le pétrole brut débarqué et les vracs solides et liquides reculent (-3,7% et -2,5%). Enfin, le fret aérien se redresse (+3,8%) après trois trimestres consécutifs de baisse. Ses prix continuent de baisser et marquent un -2,0% au quatrième trimestre. SLG
 
 


+1,5%.
C’est la hausse
du prix
du transport
routier
de marchandises
au 4e trimestre
2016
(source SOes,
Ministère de
l’Environnement).
Brexit
Contraction de l'export
vers le Royaume-Uni

Depuis le referendum sur le Brexit, en juin dernier, le Royaume-Uni a vu progresser ses importations au cours de 2016, sauf pour celles depuis l'Union Européenne et notamment la France. Même si l'incertitude demeure sur l'impact du Brexit sur le commerce extérieur, dans toutes les hypothèses, le Royaume-Uni sera sans doute moins ouvert qu'aujourd'hui. Depuis le référendum du 22 juin, l'activité britannique est restée relativement solide, avec une croissance du PIB de +1,8% en 2016, après +2,2% en 2015. Cependant, exprimées en euro, les importations sont peu dynamiques (+1,7% après +8,6% en 2015), en lien avec la dépréciation de la livre sterling de 11,4% par rapport à l'euro. En 2016, la France est le deuxième pays européen le plus impacté par le recul des importations britanniques, après l'Allemagne, premier fournisseur du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni est le cinquième client de la France, avec 31,2 Md d'exportations mais nos ventes reculent deux fois plus vite que celles de l'UE. Le secteur le plus touché est l'automobile. La chimie est aussi en baisse tout comme les importations de boissons dont la France reste néanmoins le premier fournisseur pour le Royaume-Uni. A l'inverse, l'export de produits pharmaceutiques français a connu une hausse importante en 2016 ainsi que les produits aéronautiques. Enfin, les ventes françaises de textile /habillement/ cuir et de bijoux progressent aussi en 2016 alors que la demande du pays pour ces produits s'inscrit à la baisse. NB
 
 
 
 

Emploi
Star's Service recrute
500 collaborateurs cette année

Chauffeurs-livreurs, responsables de quai et dispatcheurs, préparateurs de commandes, fonctions supports pour le siège : le Groupe Star's Service recherche différents profils. 500 postes en CDI sont à pourvoir cette année, pour faire face à l'arrivée de nouveaux clients (du marché du retail et de la santé, en pleine expansion) mais également pour renforcer les équipes en place. Ces nouvelles recrues bénéficieront du Forsedis (centre de formation interne du spécialiste du dernier kilomètre, créé en 1998) mais pourront également intégrer l'Université Star's Service, qui a pour mission d'apporter à ses cadres et managers un diplôme reconnu par l'Etat. La première promotion de cette Université (diplômée en 2015) a préparé et passé le MUM (Manager d'Univers Marchand), l'équivalent d'un BTS. « Nous sommes fiers d'annoncer que 95% de nos managers, à quelque niveau que ce soit, sont issus de la promotion interne », se réjouit Pierre-Charles Carré, Responsable Formation du groupe, qui travaille d'ores et déjà sur un nouveau programme de formation. NB
 
   
 

Etats-Unis
GLS rachète Postal Express

GLS vient de racheter Postal Express, entreprise de messagerie et de transport express dans les Etats de Washington, de l'Oregon et de l'Idaho. La société est spécialisée notamment dans les livraisons de nuit pour le marché B2B et a réalisé un CA de 42 M$ (39,6 M€) pour 8,7 M de colis livrés en 2016. Postal Express conserve l'intégralité de sa flotte d'environ 200 véhicules. Elle détient aussi un réseau de 15 hubs et emploie 400 collaborateurs. L'opération, d'un montant de 13,3 Mds$ (environ 12,5 M€) s'inscrit dans la continuité du rachat de GSO (Golden State Overnight) réalisé par GLS en octobre dernier. GSO est présent en Californie avec une flotte de 300 véhicules. Cette dernière opération traduit une stratégie d'expansion géographique définie de « prudente et ciblée » par Rico Bach, CEO du groupe GLS, actuellement présent dans 42 pays. SLG
 
   
 


« Un projet
de loi
d’habilitation
pour simplifier
le droit du
travail de
décentraliser
la négociation » :


c’est ce
qu’Emmanuel
Macron

a l’intention
de faire
dès l’été
s’il est élu,
d’après
ses déclarations
au
Journal
du Dimanche
du 9 avril.
MAN
Son camion électrique produit
en série d'ici fin 2018

Lancé dans la recherche sur les camions électriques depuis 2009, MAN travaille actuellement sur un dernier prototype de tracteur 100% électrique pour la distribution urbaine, le MAN City-Truck. Le camion est propulsé par une batterie lithium-ion et est doté d'un système de « biberonnage » permettant la recharge lors des pauses du conducteur ou pendant les opérations de chargement et de déchargement. Une deuxième batterie peut être logée sur le côté du châssis. Avec un plein, et dans certaines conditions d'utilisation, le camion a une autonomie de 200 km. Le véhicule a la même charge utile qu'un véhicule de la gamme TGS (gamme longue distance) car les batteries sont situées sous la cabine, au-dessus de l'essieu avant, à la place du moteur diesel. Dans la lignée de ces expérimentations, des véhicules ayant comme base la série MAN TGM (gamme distribution) avec un châssis 6x2, seront utilisés pour des essais dans neuf sociétés partenaires du Conseil autrichien de la logistique durable (CNL) dès la fin de cette année, en vertu d'un accord signé entre le constructeur et le CNL fin février. Alors que MAN avance parallèlement sur le développement de bus 100% électriques qui devraient être produits en série à la fin de 2019, la production en série de camions électriques est prévue d'ici fin 2018 sur le site de Steyr, en Autriche. Depuis 2009, MAN a mis au point le MAN Metropolis, véhicule de collecte des ordures ménagères de 26 tonnes (2012) et a présenté son évolution -un ensemble tracteur + semi de 18 t- au dernier IAA. SLG
 
   
 
  e-commerce
Zalando expérimente la livraison
du client géolocalisé, en Belgique

Choisir l'heure (quasi) exacte et le lieu de livraison de sa commande, par exemple au restaurant où vous déjeunerez demain, où encore chez belle-maman au moment du thé, entre 16 et 17 heures. Pouvoir être livré alors qu'on promène son chien dans un parc ou lorsqu'on fait du shopping dans une rue commerçante. Et en plus, vous pouvez être contacté par le livreur quand vous n'êtes pas sur le lieu du rendez-vous pour vous proposer de vous retrouver là où vous êtes à ce moment-là, voici la dernière option de livraison du e-commerçant Zalando et testée depuis cette semaine dans trois grandes villes Belges. Cette nouvelle offre a été mise au point et fonctionne en partenariat avec la jeune start-up belge Parcify, qui propose une application qui vous géolocalise, et envoie ses coursiers à votre rencontre pour vous remettre votre fameux et tant attendu colis. Elle pourrait bien révolutionner le dernier kilomètre, en répondant exactement aux attentes des consommateurs de plus en plus exigeants (NLF n°92). NB
 
   
 
 
Où va la politique sociale européenne ?
Alors que les candidats à la présidentielle s'époumonent sur la directive détachement et que les 27 sont loin de faire front commun sur l'harmonisation sociale, on peut relire les cinq scenarios esquissés dans Livre blanc sur l'avenir de l'Europe, publié le 1er mars par la Commission européenne. Selon que l'on opte pour un renforcement des pouvoirs de l'Union ou, au contraire, pour celui des Etats, les conséquences sur la politique sociale ne seront pas les mêmes. Illustration. Dans le cas où l'UE se recentrerait sur le marché unique, son leitmotiv serait la réduction de la réglementation communautaire. Ce qui amènerait une stagnation ou un renforcement des différences avec le risque d'un nivellement par le bas, estime la Commission. Dans le cas d'une Europe à deux vitesses, l'UE à 27 cesse d'agir ou intervient moins dans des domaines où son action n'est pas perçue comme pertinente ou probante (santé publique, des volets de la politique sociale et de l'emploi). Ce qui n'empêcherait pas un groupe d'Etats d'adopter des dispositions complémentaires de plus en plus similaires en matière de droits du travail et de protection sociale, indépendamment de la nationalité ou du lieu de résidence. Cette logique du désengagement de l'Union de la politique sociale et de l'emploi serait encore plus flagrante dans le cas où l'Europe ferait le tri entre les politiques qui resteraient de son ressort et celles qui resteraient de compétence nationale. L'une des conséquences immédiates de ce choix serait que les salaires, la législation sociale et les niveaux de taxation restent très variables à travers l'Europe, les nouvelles normes ne réglementant que le strict minimum. Enfin, dans une optique plus volontariste, l'Union à 27 la coordination est poussée beaucoup plus loin en matière budgétaire, sociale et fiscale. Le choix entre ces options n'est évidemment pas neutre pour toutes les sphères qui touchent de près ou de loin les transports (le commerce, l'environnement). Ceci dit, le Livre blanc n'est qu'une brique de l'ensemble de documents produits par l'Union cette année pour définir l'avenir dont elle aura envie. Prochaine étape, le document sur la dimension sociale de l'Europe, que la Commission devrait livrer fin avril. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°102
11 avril 2017
AVRIL

Salon EVER
MONACO 2017

Du mardi 11
au jeudi 13

Exposition
et conférences
Internationales
sur les énergies
renouvelables
et les véhicules
écologiques
Grimaldi Forum,
Monaco


RETAIL CHAIN
Le mardi 25
Cœur Défense,
Paris La Défense



MEDFEL
Salon de la filière
fruits et légumes

Du mardi 25
au jeudi 27

Parc des congrès
et des expositions
Perpignan

MAI

TRANSPORT
LOGISTIC

Du mardi 9 au
vendredi 12

Messe
Munich


NAVEXPO

Salon
de l'industrie
maritime

Du mercredi 10
au vendredi 12

Port de Lorient