LinkedIn Twitter Facebook
CFA
Accord signé entre l'Etat
et les partenaires sociaux

Hier, le secrétaire d'Etat aux transports Alain Vidalies et les partenaires sociaux ont signé un protocole d'accord portant sur la réforme de la protection sociale et l'ouverture de négociations sur le régime qui succédera au CFA à partir de 2019 (NLF n°104). Celui-ci entrera en vigueur au 1er janvier 2021 et concernera les demandes formulées après le 31 décembre 2020. Selon l'accord, les partenaires sociaux poursuivront les travaux engagés par l'accord du 20 avril 2016 sur la réforme de la protection sociale.
Les négociations sur la modernisation du régime de fin d'activité propre au transport routier s'ouvriront au second semestre 2017 pour s'achever fin 2019. Un dispositif de transition entre le régime actuel et le futur est également prévu par l'accord signé. Celui-ci précise aussi que le forfait social de 20% – versé par le Fongecfa pour les conducteurs du TRM – dû au titre des cotisations sur un régime de cessation anticipée s'appliquera pour les seuls CFA liquidés à partir du 1er janvier 2018 sur la part des allocations issue du financement des employeurs. D'ici fin 2020, l'Etat et les partenaires sociaux s'engagent à maintenir le financement du dispositif actuel pour répondre à toutes les demandes reçues jusqu'au 31 décembre 2020. SLG



CFA :
accord signé
entre l'Etat
et les
partenaires
sociaux


Les opérateurs
du transport
combiné
en colère


2,5 Mds€
d'engagés
par l'Afitf entre
2016 et 2017

STG teste deux
groupes frigo
sans moteur sur
des véhicules GNC


Les chargeurs
passent
commande sur
le portail
de leur
transporteur
 
 
 
 


Mise en service
du plus grand
porte-conteneur
au monde


DHL s'agrandit
en Pays-
de-la-Loire

Spécial
Présidentielles :
Les candidats
répondent
à l'OTRE
Grèves SNCF
Le GNTC en colère réclame
des indemnisations

Le GNTC monte au créneau et il est... remonté ! Il réclame « des actes » à l'Etat qui ferait la sourde oreille face à sa demande d'indemnisation des adhérents pénalisés par les grèves SNCF du premier semestre 2016. En octobre dernier déjà, le GNTC avait demandé à la SNCF et à l'Etat une indemnisation estimée à 10 M€ (NLF n°3) au titre des 400 trains supprimés sur les 1.400 prévus entre le 9 mai et le 25 juin 2016. Les entreprises du transport combiné estiment qu'un mois de revenus est ainsi parti en fumée et déplorent que les appels lancés à l'Etat et à la SNCF soient quasiment restés sans suite. Seule une réponse laconique de Ségolène Royal en février les informait que « le dossier avait été transmis au service concerné » (DGITM), explique Jean-Yves Plisson, délégué général du groupement. Aujourd'hui, le ton du groupement du transport combiné rail-route est très amer, presque désabusé : « ces acteurs du TCRR ne comprennent pas que l'Etat ne s'engage pas plus en la matière [le transport durable et la lutte contre la pollution NDLR] après l'accord de Paris... », écrit le GNTC en s'adressant directement à la ministre de l'environnement Ségolène Royal. Pour les acteurs du combiné, le bilan du ministère est très mitigé et ils ont l'impression désagréable d'un manque de reconnaissance pour les efforts qu'ils ont déployés pour un transport plus vertueux. Au gouvernement suivant de décider de la suite à donner à leurs réclamations. SLG
 
 



Infrastructures
2,5 Mds€ d'engagés par
l'Afitf entre 2016 et 2017

L'agence de financement des infrastructures de transport a voté mardi son rapport annuel d'activité. Ses engagements sont en hausse par rapport aux deux exercices précédents : 2,4 Mds€ contre 1,4 Md€ et 0,4 Md€, respectivement. Ils concernent à la fois les projets prévus dans le cadre des contrats de plan Etat-Région pour la période 2016-2020 ainsi que ceux portant sur l'amélioration des réseaux routier et fluvial existants. Au titre de l'exercice 2017, l'Afitf a engagé une somme de 105 M€.
La remise en état des lignes ferroviaires capillaires notamment dans le Grand-Est et dans le Centre-Val-de-Loire prévoit trois nouvelles opérations et une aide supplémentaire de 5,5 M€ est prévue à cette effet. L'Agence allouera également 2,9 M€ à la réfection de la desserte ferroviaire du terminal multimodal de Mourepiane, dans l'enceinte du Grand Port de Marseille. Rappelons qu'en février dernier, l'Afitf avait voté des fonds importants pour le fret et notamment pour les autoroutes ferroviaires (NLF n° 66). SLG
 
 
 
 


« Un cadre
règlementaire
d'accès
au marché
et d'accès à
la profession
est
fondamental
pour le bon
fonctionnement
du marché
des transports
routiers »,


a déclaré
Benoît Hamon
en réponse à
l'un des points de
la plate-forme
présentée
par l'OTRE
aux candidats à
la présidentielle.

Environnement
STG teste deux groupes frigo sans
moteur sur des véhicules GNC

La société STG (1.200 camions frigo) exploite depuis deux mois sur deux de ses quatre porteurs GNC un groupe frigo sans moteur Carrier. Celui-ci est alimenté par un module Eco-drive qui prend son énergie d'une pompe hydraulique pilotant, à son tour, une génératrice. Ces groupes ont été montés sur deux porteurs Volvo dédiés à la distribution urbaine sur Paris. « Outre la baisse des émissions de CO2, les deux camions ne font pratiquement aucun bruit et respectent la norme Piek », précise Gwénaël Hermenier, Responsable atelier chez STG. « Leur boîte complètement automatique rend la conduite plus souple et plus agréable. De plus, le groupe est très facile à gérer pour les conducteurs : un simple bouton pour la mise en marche et un écran tactile très intuitif pour suivre les deux températures des caisses. Pour l'atelier, les choses sont aussi plus simples car « l'absence de moteur sur le groupe frigo réduit considérablement l'entretien et le moteur électrique est fiable » ajoute-t-il. En termes de consommation, STG a remarqué qu'il n'y a pas une grosse différence entre le gaz et le diesel (25 kilos contre 25 l/100 km). Les porteurs GNV (deux Scania en plus des Volvo) se trouvent en région parisienne et le ravitaillement se fait à la station du site Sogaris de Rungis.
La société, signataire de la Charte Ademe, envisage d'élargir son parc de véhicules au gaz en fonction du développement du réseau de stations. SLG
 
   
 


105 M€.
C'est le
montant des
engagements
votés mardi
par l'Afitf
pour le transport
ferroviaire
pour 2017.
TMS
Les chargeurs passent commande
sur le portail de leur transporteur

C'est la nouveauté du système TAS-TMS de Wolters Kluwer Transport Services (WKTS). Dans sa nouvelle version, le système TMS permet aux clients des transporteurs de passer directement la commande de transport sur le portail du TMS (le TAS-TMS en l'occurrence) de leur prestataire de transport. Le transporteur leur donne un accès direct et confidentiel pour qu'ils puissent commander directement la prestation de transport. Plus besoin de mail, fax ou coups de fil et, surtout de saisie manuelle par le transporteur. La commande est directement acquise dans son TMS. « Le transporteur voit, en fonction de ses moyens, s'il peut gérer la commande ou pas. Dans ce cas, il peut la basculer sur la bourse de fret. Le client, de son côté, a accès au suivi en temps réel de sa commande (état du chargement, situation du camion, heure de livraison prévue etc.) », explique Stéphane Eliasu, Directeur commercial FS France et Benelux de Wolters Kluwer Transport Services. La nouvelle version du système a été présentée à la dernière SITL. Depuis, des « pilotes » sont en cours chez des transporteurs français. Au Benelux, d'autres sociétés déjà équipées avec TSA-TMS ont acheté le module complémentaire permettant la saisie automatisée par le client. « Avant de se décider, les transporteurs ont besoin de faire valider la nouvelle option par leurs clients », précise-t-il. Pour lui, en plus d'alléger la charge des transporteurs lors de la prise de commande, cette nouvelle offre répond aussi au besoin accru, chez les donneurs d'ordres, de suivre en temps réel l'état de la prestation de transport. Par ailleurs, il est possible que le TAS-TMS s'interface avec le TMS des chargeurs Transwide, précise-t-on chez WKTS. SLG
Photo : Stéphane Eliasu, Directeur commercial
FS France et Benelux WKTS
 
 
  MOL
Mise en service du plus grand
porte-conteneur au monde

Immédiatement après en avoir accusé réception le 27 mars dernier, Mitsui OSK Lines (MOL) a mis en service le plus grand porte-conteneur au monde, le Triumph. Construit en Corée du Sud par Samsung Heavy Industries, il a une capacité de 20.170 EVP et mesure 400 m de long pour 58,8 m de large. Navigant sur la route maritime FE2 opérée par « The Alliance », il a démarré son voyage inaugural en Chine à Xingang puis rejoint Dalian, Qingdao et enfin Shanghai le 10 avril dernier. De là, il reprendra la mer direction Ningbo, Hong Kong, Yantian et Singapour avant d'emprunter le Canal de Suez pour enfin gagner Tanger, Southampton, Hambourg, Rotterdam et le Havre. Il fera escale sur le chemin retour à Tanger et à Jebel Ali (Dubaï). « Ce navire d'une capacité de 20.170 EVP est équipé de nouvelles technologies améliorant la performance environnementale et réduisant la consommation de carburant » commente Akihiko Ono, Senior Managing Executive Officer de la division Liner de MOL. « Le déploiement de nos navires de 20.000 EVP va aider MOL à approfondir les relations avec ses clients et jouera un rôle historique dans l'expansion du commerce international ».
Le Triumph est en effet le premier d'une série de six méga porte-conteneurs commandés à Samsung et qui feront bientôt la fierté de l'armateur japonais. PM
 
   
 
  Express
DHL s'agrandit en Pays-de-la-Loire

DHL a investi 1 M€ pour répondre à la hausse des volumes liée au e-commerce dans l'Ouest de la France. A Chemillé (49), l'expressiste a emménagé dans un nouveau site de 2.000 m² (1.700 m² d'entrepôt) pour traiter les volumes croissants - +6% entre 2015 et 2016- pour le département du Maine-et-Loire. Le nouveau site est équipé d'une chaîne de tri motorisée et d'un système de chargement/ déchargement direct des camions. Pour desservir la Loire-Atlantique et la Vendée, DHL a dédoublé son installation de Saint-Aignan Grand Lieu. Un nouveau site de 2.700 m² traite 3.700 colis par jour (+12% entre 2015 et 2016) avec les mêmes équipements qu'à Chemillé. L'ancien site sert désormais pour traiter les arrivées de colis par la route et depuis l'aéroport de Nantes ainsi que les formalités douanières avant distribution dans 11 départements. Depuis ce site, l'entreprise livre aussi le centre-ville nantais en triporteur et en s'appuyant sur le réseau Relais-Colis. Parallèlement, DHL va étoffer aussi ses effectifs : 7 nouveaux collaborateurs seront recrutés cette année en renfort des 80 personnes employées sur les deux sites de Saint-Aignan de Grand Lieu. SLG
 
   
  Le site de Saint-Aignan Grand Lieu (44).  
 
S P É C I A L  P R É S I D E N T I E L L E S  
Les candidats répondent à l'OTRE
En janvier dernier, l'OTRE avait soumis une plate-forme de questions/ revendications aux candidats à la présidentielle (NLF n° 44). Tous les candidats n'ayant pas fait connaître leurs réponses à temps, voici les positions d'Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan sur des points-clés qui n'ont pas déjà été abordés lors de nos précédents « zoom » sur les présidentielles (NLF n° 93 et n°96).

Accès à la profession. Benoît Hamon est pour la réglementation de l'accès à la profession. Tout comme Nicolas Dupont-Aignan, favorable à un cadre réglementaire spécifique au TRM. Emmanuel Macron estime que le transport de marchandises doit être interdit aux véhicules de moins de 3,5 t non enregistrés par une entreprise détenant une licence de transport.

Plates-formes digitales. Benoît Hamon est favorable à leur encadrement et à leur assujettissement aux normes valables pour le transport. Plus nuancé, Nicolas Dupont-Aignan évoque le risque de l'émergence d'un modèle social low cost et le besoin d'assurer une concurrence loyale. Contre l'ubérisation, Jean-Luc Mélenchon souhaite faire jouer pleinement son rôle de régulateur à l'Etat.

CFA. Trois candidats sont favorables au maintien du financement par l'Etat : Nicolas Dupont-Aignan, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

Défiscalisation des heures supplémentaires. Seul Nicolas Dupont-Aignan y est clairement favorable. Le candidat de la France insoumise souhaite revenir à un taux de 25% mais il n'a pas encore arrêté le volet défiscalisation. Benoît Hamon, n'est pas pour la défiscalisation des heures supplémentaires.

Permis de conduire professionnel.
Le candidat de Debout la France y est favorable. Pour le candidat socialiste, la question n'est pas envisagée mais elle sera étudiée. Idem pour Jean-Luc Mélenchon qui renvoie le sujet aux négociations paritaires. Péages d'autoroutes. Une politique tarifaire incitative en fonction du principe « pollueur-payeur » est privilégiée par le candidat du PS. Choix inverse pour Jean-Luc Mélenchon qui privilégie le report modal. Les péages seront gratuits sur les tronçons amortis, selon Dupont-Aignan qui veut (comme Mélenchon) renationaliser les autoroutes.

Transition énergétique du parc. Si le « verdissement » des flottes fait consensus, Benoît Hamon s'inscrit dans la continuité du quinquennat Hollande : poursuivre la prime à l'achat d véhicules électriques, « le temps que le marché soit sûr », et les efforts sur les véhicules hybrides et GNV. Il est pour la fin des niches fiscales pour les carburants conventionnels. Tout comme Jean-Luc Mélenchon, également favorable aux véhicules hybrides et, en général, à des carburants moins polluants. Nicolas Dupont-Aignan a annoncé 1 Md€ pour la transition énergétique des particuliers et des entreprises et une borne de recharge électrique dans chacune des 11.000 stations-service à la fin du quinquennat. Par ailleurs, Benoît Hamon comme Emmanuel Macron sont pour la neutralité technologique (ouverture à plusieurs solutions du moment où elles s'avèrent efficaces pour l'environnement).

Cabotage et lutte contre la concurrence déloyale. Benoît Hamon et Emmanuel Macron se placent plutôt dans la continuité de ce qui a déjà été fait ou prévu. Les deux évoquent la création d'une Agence européenne du transport routier et la généralisation du chronotachygraphe intelligent. Pour le candidat socialiste, il faudra aussi établir une liste noire des transporteurs et utiliser le chrono pour suivre aussi les données relatives aux cotisations sociales, application du salaire minimum etc. Il doit être aussi obligatoire pour les -3,5t (point où Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Luc Mélenchon le rejoignent). Nicolas Dupont-Aignan est pour une refonte du droit du cabotage et pour un renforcement des contrôles sur les véhicules étrangers. Le renforcement des contrôles et des sanctions est une nécessité partagée par Benoît Hamon. Seul Emmanuel Macron a clairement répondu au sujet de l'étendue des cas d'immobilisation des véhicules n'ayant pas les documents de transport obligatoires à bord. Le candidat d'En marche ! la préconise aussi pour les VUL.

Service minimum dans les ports. Seul Nicolas Dupont-Aignan est favorable à son instauration. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon n'osant pas se prononcer clairement en sa faveur pour protéger le droit de grève. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°108
20 avril 2017
AVRIL

TRANSRUSSIA
Salon international
du fret et de
la logistique

Du mardi 18
au jeudi 20 avril

Crocus Expo IEC,
Moscou



RETAIL CHAIN
Le mardi 25
Cœur Défense,
Paris La Défense



RAIL POWER
EUROPE

Salon européen
des stratégies
de l'industrie
ferroviaire

Du mardi 25 au
mercredi 26 avril
Olympia Exhibition,
Londres



MEDFEL
Salon de la filière
fruits et légumes

Du mardi 25
au jeudi 27

Parc des congrès
et des expositions
Perpignan

MAI

Vendredi 12 CONFERENCE
PARIS DAUPHINE
Organisée par SCMagazine en partenariat avec TIP Trailer Services
« Comment réduire votre empreinte
carbone
transport ? »

De 14h à 18h Université Paris Dauphine


TRANSPORT
LOGISTIC

Du mardi 9 au
vendredi 12

Messe
Munich


NAVEXPO

Salon
de l'industrie
maritime

Du mercredi 10
au vendredi 12

Port de Lorient