LinkedIn Twitter Facebook
INVITATION 12 mai conférence Paris-Dauphine
Déjà plus de 250 inscrits à la conférence
« réduction du CO2 » !

La réduction des émissions polluantes vous sensibilise puisque vous êtes déjà plus de 250 inscrits à la conférence qui se tiendra à l'Université Paris Dauphine le 12 mai prochain. Aujourd'hui plus que jamais, le transport de marchandises est confronté à un véritable défi : comment exercer une activité indispensable à la vie du pays, tout en restant soucieux de l'environnement et de la santé publique ? Cette conférence a pour objectif de faire un point sur les contraintes environnementales et réglementaires actuelles et à venir, sur les motorisations, sur les infrastructures et réseaux ainsi que sur les initiatives qui permettent de réduire l'empreinte environnementale lors des opérations de transport sur routes comme en centre-ville. Constructeurs de véhicules industriels, fournisseur d'énergie et experts échangeront leurs avis. Cette conférence est gratuite et ouverte à tous.
Programme
et inscription en ligne.

Invitation
Conférence
du 12 mai 2017


1.000 conducteurs
à Bruxelles contre
le dumping social


Reverse logistics
autour
du traitement
des coproduits
de la mer
 
 
 

Logistique verte :
le Club Demeter
s'agrandit


Des feuilles de
carton à la place
des palettes


Krone, deuxième
carrossier
à rejoindre la
plate-forme
digitale d'Astrata

Freight
forwarding :
Damco passe
au digital


L'info décalée
Bonheur
au travail :
comment
fonctionnent les
jeunes que le TRM
peine à recruter
Socle social européen
1.000 conducteurs à Bruxelles
contre le dumping social

Hier matin, 500 camions se sont rassemblés à Bruxelles pour une manifestation contre le dumping social. Alors que la Commission européenne a présenté un document de réflexion en 20 points pour renforcer le socle social européen, quelque 1.000 conducteurs auraient pris part à la manifestation organisée par le syndicat européen ETF (NLF n°106), selon la presse belge. Le rassemblement, auquel ont aussi participé des délégations syndicales venues des pays de l'Est, s'est déroulé au rond-point Schuman à Bruxelles, devant les institutions européennes. Les conducteurs routiers s'opposent aux propositions de la Commission en matière de temps de repos et réclament l'application du salaire du pays où les chauffeurs réalisent leur prestation de transport pour mettre fin au dumping social. Cette demande rejoint la mesure prévue par la Loi Macron en France -mais aussi dans d'autres pays- qui prévoit la rémunération des travailleurs détachés dans un pays sur la base du salaire minimum qui y est en vigueur. Le document de réflexion pour sa part, s'inscrit dans la continuité du Livre Blanc sur l'avenir de l'Europe (NLF n°102) qui ne fait qu'esquisser les scénarios possibles. Dans l'option où l'Europe serait la moins interventionniste, elle continuerait de promouvoir la libre circulation des personnes en prévoyant les règles sur la sécurité sociale des travailleurs mobiles et le détachement des travailleurs. Elle renoncerait à statuer en matière de temps de travail et de repos. Dans l'après-midi, les syndicats devaient rencontrer la commissaire européenne aux transports Violeta Bulc qui fera connaître ses propositions sur le droit social du transport fin mai. SLG
 
 
  Reverse logistics
Le traitement des coproduits de la mer
au cœur d'un partenariat Stef-Veolia

Stef et Veolia ont mis en place une boucle de transports liée au traitement des coproduits (ou déchets et invendus) du poisson pour la zone Méditerranée. Stef optimise ses flux en s'assurant le retour après avoir livré les commerçants. A l'aide de caisses palettes mises à disposition par Veolia, le transporteur récupère les sous-produits du poisson et les achemine vers le site Stef de Plan d'Orgon (13). De là, ils sont ensuite transportés jusqu'au centre de traitement Veolia de Sète.
D'ici la fin de l'année, 500 tonnes de sous-produits seront traitées (le partenariat est en place depuis début février) avec un objectif de 2.500 tonnes de produits valorisés par an, à horizon 2019. Le partenariat a vocation à être déployé sur d'autres régions françaises et en priorité sur le grand sud de la France. SLG
 
   
  Joël Gentil, Directeur Veolia Méditerranée et
Michel Fons
, Directeur des activités Seafood chez Stef
 
 
 
 


20.
C'est le nombre
de principes et
droits essentiels
contenus dans
la proposition
relative au socle
des droits sociaux
adopté hier par
la Commission
européenne.
Logistique verte
Le Club Demeter s'agrandit

Sephora, Intermarché et Unilever rejoignent le Club Demeter, association de chargeurs qui expérimente des solutions logistiques innovantes et tournées vers le développement durable depuis 2002. Ces trois sociétés ont déjà mis en place des actions pour « verdir « leur supply chain. ITM LAI (ITM Logistique Alimentaire Internationale) est la filiale logistique alimentaire du Groupement des Mousquetaires dédiée aux enseignes Intermarché et Netto. ITM LAI emploie près de 7.500 salariés répartis sur 36 plates formes logistiques et 9 établissements de transport. Avec 2.000 tournées par jour en moyenne, la société traite près de 900 millions de colis pour 12 millions de tonnes de marchandises par an. ITM LAI est aussi partenaire des transporteurs Mendy pour la livraison de ses points de vente par des camions roulant au gaz. Sephora a fait le choix, depuis plusieurs années avec le prestataire Deret, de faire livrer ses magasins parisiens par des véhicules électriques. Enfin, Unilever vise, pour 2020, un niveau d'émissions de CO2 issu du réseau logistique ramené au moins à celui de 2010. Et ce, malgré des volumes considérablement plus élevés. Cela représentera une amélioration de 40% de l'efficacité en matière de CO2, assure l'industriel. Pour atteindre cet objectif, Unilever compte réduire le kilométrage des camions, utiliser des véhicules à émissions moindres, recourir à d'autres types de transport comme le train ou le bateau et améliorer le rendement énergétique de ses entrepôts. SLG
 
   
  Les camions électriques Deret livrent les magasins Sephora  
 


« Je suis
convaincu
que le social
doit être
et sera
la priorité
de cette
Commission
(…)
parce que,
quand on voit
la percée
du populisme,
la réponse
est d'abord
sociale »,


a déclaré
Pierre
Moscovici
,
Commissaire
européen
aux affaires
économiques,
lors d'un
point presse
lundi.
Emballages
Des feuilles de carton à la place
des palettes

Le département R&D de CGP Coating Innovation, spécialisée dans la transformation de papier et de films d'emballage, a développé une alternative aux palettes bois. La PME française propose de les remplacer par des feuilles de cartons (slip-sheet), capables de porter une charge allant jusqu'à 2,5 tonnes, et adaptées à toutes catégories de produits quel que soit le mode de conditionnement. L'utilisation de ces feuilles de carton réutilisables permet une augmentation des volumes chargés (30% de plus pour un chargement de caisses en conteneur) et une réduction des coûts de transport. Son prix, entre 1 € et 3 € est également attractif, ainsi que le gain de place en entrepôt et dans le camion, sans oublier le temps gagné lors du chargement. Sa manutention, qui nécessite moins de personnel, s'effectue à l'aide de chariots équipés soit de fourches à rouleaux soit d'un système pousseur-tireur, des équipements standard proposés par la quasi-totalité des fabricants de chariots. CGP Coating a développé également toute une gamme d'intercalaires de palettisation anti glisse qui stabilisent la marchandise à toutes les étapes et a créé une machine qui les découpe automatiquement, intégrée directement sur les chaines de palettisation. Par ailleurs, l'entreprise a mis au point dans son « technical center » près de Bourges (18) un simulateur doté d'une multitude de capteurs qui, après enregistrement d'un trajet personnalisable, reproduit tous les chocs et cahots subis par la cargaison tout au long de son parcours, aussi bien dans l'usine que dans le camion lors du transport ou de la manutention. L'objectif de cette simulation est de concevoir dès le début la solution d'emballage la plus appropriée et la plus efficace. Le groupe a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 65 M€ dont 80% à l'export. Il compte parmi ses clients Danone, Nestlé, BASF, Henkel, PSA Peugeot Citroën, Kellogs ainsi qu'Unilever. NB
 
   
 
  Télématique
Krone, deuxième carrossier à rejoindre
la plate-forme digitale d'Astrata

Toujours fidèle à sa volonté de plate-forme télématique ouverte, Astrata Europe BV annonce l'intégration de la solution télématique de Krone à sa plate-forme FleetVisor. Après Schmitz Cargobull en mars dernier (NLF n°82), un nouveau fabricant de remorques européen a choisi l'offre de gestion de flotte de l'éditeur hollandais pour avoir une vision complète et globale sur le transport de ses marchandises à température dirigée. Grâce à cette intégration, les clients d'Astrata qui utilisent la solution Krone Telematics peuvent directement visualiser toutes les données des remorques et des températures dans le portail FleetVisor, ainsi que d'autres informations sur les conducteurs et les véhicules, issues de l'informatique embarquée d'Astrata ou d'une autre solution partenaire. Une large gamme de fonctionnalités Krone Telematics est intégrée dans la plate-forme FleetVisor, offrant un accès en temps réel aux informations indispensables pour le transport, parmi lesquelles notamment l'emplacement précis de la remorque, la température, l'état de l'ouverture de la porte ou encore le niveau de la batterie. L'éditeur est actuellement en train de finaliser les négociations avec d'autres fabricants (dont un de remorques et un autre de blocs frigorifiques) intéressés par l'intégration de leurs propres solutions dans FleetVisor. NB
 
   
 
  Freight forwarding
Damco passe au digital

Twill, c'est le nom du nouveau « Freight Frowarder Digital » lancé par Damco pour « simplifier la gestion des expéditions ». Grâce à cet outil, les chargeurs peuvent (instantanément) obtenir des devis, consulter les documents de transport et le statut des expéditions et gérer proactivement les exceptions. « Nous comprenons que tout le monde n'est pas expert en transport. Twill a été conçu pour rendre la procédure de réservation de fret aussi simple que possible. Nous suivons une approche agile et développons le produit autour des besoins du client » commente Troles Storving, CEO de Twill Logistics. L'utilisation de cet outil sera initialement ouverte aux flux Chine – Royaume Uni avant d'être élargie à d'autres flux et services. La marque britannique d'accessoires vestimentaire Randa Accessories a pu tester l'outil en avant-première : « Cette plate-forme nous offre une meilleure visibilité sur nos expéditions ce qui signifie que nous savons où se trouvent les marchandises dans notre supply chain à tout moment. Avant, nous nous reposions sur des procédures manuelles, notamment des échanges constants de mails avec nos équipes en Chine, mais Twill nous permet désormais de retrouver toutes les informations nécessaires dans un espace facile à utiliser » témoigne Jo Southwell, Responsable Logistique de la marque. Twill est le résultat de la volonté de Damco, ainsi que celle de sa maison-mère Maersk, de digitaliser la supply chain des chargeurs. PM
 
 
 
Bonheur au travail : comment fonctionnent
les jeunes que le TRM peine à recruter

Les transporteurs ont du mal à trouver des conducteurs pour remplacer ceux qui partiront à la retraite. La pénurie est encore là. La raison souvent invoquée par les sociétés en manque de jeunes candidats est souvent la même : ils veulent rentrer chez eux le soir et ne sont pas motivés par la longue distance. Alors, tous fainéants ? Pas vraiment. Les générations Y et Z (les jeunes nés entre les années 80 et 2000) n'ont définitivement pas la même vision de l'entreprise que leurs parents. L'équilibre vie professionnelle et vie personnelle devient de plus en plus important : 36% d'entre eux ne veulent pas adapter leurs horaires à ceux de l'organisation, selon une enquête menée par le cabinet Happyperformance en Belgique mais qui est transposable en France. Au passage, ce fameux « work-life balance » est l'un des axes majeurs du socle social européen présenté hier par la Commission de Bruxelles. Mais attention : ceci ne veut pas dire que les nouvelles générations ne veulent pas s'investir. Elles ont juste déplacé le curseur en partant du principe qu'ils ne veulent pas être phagocytés par leur travail. Entretenir de bonnes relations avec les collègues, faire un travail qui a du sens et avoir des tâches variées viennent en tête de leurs critères de bonheur au travail (toujours selon la même enquête). La motivation vient de la reconnaissance, celle des clients avant celle des managers, pour les plus jeunes. Mais aussi par le travail d'équipe. Ces générations s'inscrivent d'ailleurs plus dans le cadre d'une communauté que dans celui de l'entreprise, avec laquelle ils ne comptent pas « se marier ». Ils donnent pour acquis qu'ils vont bouger au bout d'un certain temps. Mais ils ont le sens des responsabilités et sont demandeurs d'autonomie. Cet éclairage peut aider à instaurer un dialogue entre les deux cultures générationnelles de l'entreprise qui s'entrechoquent aujourd'hui dans le transport routier. Avec une donne complémentaire qui vient des camions autonomes et du métier de conducteur qui pourrait être amené à se réinventer de toute façon.
« Ni le salarié, ni l'employeur n'ont la réponse seuls. Ils doivent la trouver ensemble. Je déconseille au chef d'entreprise de réfléchir seul à comment attirer des jeunes »,
conseille Laurence Vanhée, Fondatrice du cabinet Happyformance et première « Directrice du bonheur en entreprise » notamment à la Sécurité sociale belge. Au fil de différentes interventions dans des institutions telles que le Parlement européen, la Maif ou Carrefour France, elle s'est persuadée que la solution est à rechercher dans le dialogue entre chefs d'entreprises et salariés. Si l'on ne peut pas se passer de conducteurs qui partent à la semaine, une réorganisation du travail est à trouver permettant aux salariés de ne pas sacrifier une vie de famille à laquelle ils ont envie de redonner la juste place. Et à l'entreprise de prospérer. SLG
Photo : Laurence Vanhée ©Peoplesphere
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°113
27 avril 2017
AVRIL

MEDFEL
Salon de la filière
fruits et légumes

Du mardi 25
au jeudi 27

Parc des congrès
et des expositions
Perpignan

 
MAI

Vendredi 12 CONFERENCE
PARIS DAUPHINE
Organisée par SCMagazine en partenariat avec TIP Trailer Services
« Comment réduire votre empreinte
carbone
transport ? »

De 14h à 18h Université Paris Dauphine


TRANSPORT
LOGISTIC

Du mardi 9 au
vendredi 12

Messe
Munich



NAVEXPO

Salon
de l'industrie
maritime

Du mercredi 10
au vendredi 12

Port de Lorient