LinkedIn Twitter Facebook
Camions autonomes
Anticiper les menaces sur l'emploi

Selon un rapport coordonné par le Forum international du transport (FIT, rattaché à l'OCDE)*, les pouvoirs publics doivent envisager des moyens de gérer la transition vers les camions sans chauffeur afin d'éviter les bouleversements sociaux que pourraient entraîner les pertes d'emploi. Certes, les véhicules autonomes permettront aux entreprises de réaliser des économies, de réduire les émissions polluantes et l'accidentalité. Ils pourront aussi « résoudre » le problème de la pénurie de conducteurs en réduisant la demande de professionnels de 50% à 70% aux Etats-Unis et en Europe d'ici 2030. Autrement dit, cette évolution technologique majeure pourrait entraîner la suppression de plus de 6 millions d'emplois ! D'où les recommandations émises par le rapport pour accompagner la transition vers ce scenario et issues de la concertation avec les constructeurs, les organismes du transport routier et les syndicats. Un conseil consultatif de transition devrait donner son avis sur toute question ayant trait à l'emploi. Il faudrait instaurer un permis provisoire pour influer sur le rythme de l'adoption des nouveaux véhicules autonomes et indemniser les chauffeurs licenciés. Le rapport préconise également de faire évoluer la réglementation internationale et routière tout comme les normes techniques applicables à ces camions. Pour le FIT, il faudrait poursuivre les projets pilotes pour tester les camions autonomes, les technologies réseau et les protocoles de communication. Pour son secrétaire général, José Viegas, « les camions autonomes pourraient circuler couramment sur de nombreux axes routiers d'ici une dizaine d'années ». Aucun doute ne serait donc permis sur leur avènement à moyen terme. SLG
*Le rapport a été rédigé par l'IRU, l'ACEA et la Fédération internationale des ouvriers du transport.


Camions
autonomes :
6 M d'emplois
menacés
d'ici 2030


Formation :
se préparer à
la disparition
des conducteurs
routiers


Formation :
que faire
dans l'immédiat ?


DB Schenker
choisit le GNV
pour livrer
le centre de Paris


Ouest Rail,
nouvel acteur
à La Rochelle et
à Nantes
Saint-Nazaire
Transport frigo :
Dachser rachète
Papp Italia
 
 
 
 

Formation
Se préparer à la disparition
des conducteurs routiers

Même si cette hypothèse peut paraître excessive, finalement elle ne l'est pas tant que cela. L'AFT, qui a géré ces deux dernières années la transformation imposée par la loi de réforme de la formation professionnelle de 2014, doit répondre à un défi autrement plus important. « D'ici 20 ans, les camions autonomes auront définitivement remplacé les conducteurs », a annoncé l'économiste Nicolas Bouzou en clôture de l'assemblée générale de l'AFT, hier à Paris. A la profession d'anticiper ce changement en se posant les bonnes questions sur les emplois de demain, afin d'éviter le désespoir des « mis de côté » par les grandes innovations technologiques, a-t-il lancé. Comment attirer des jeunes et aider les entreprises qui ont du mal à recruter dans la perspective d'un métier qui doit foncièrement évoluer voire disparaître ? C'est tout le défi qui attend la filière professionnelle. Pour le relever, Jean-Paul Deneuville, Président de l'AFT a clairement insisté sur la nécessité de créer une cohésion dans les actions avec l'OPCA, Promotrans et les fédérations professionnelles. Par ailleurs, il estime nécessaire une déclinaison sectorielle de la formation professionnelle qui est « illisible » pour les entreprises. Outre les opérations « séduction » pour attirer du sang neuf (voir article suivant), la profession et les organismes en charge de la formation doivent réfléchir sérieusement à l'évolution des métiers qui sont peut-être menacés de disparition. Et le conducteur routier en fait partie. « Toute la chaîne et tous les métiers sont impactés par la digitalisation, y compris les chefs d'entreprise », reconnaît Jean-Paul Deneuville qui indique que cette évolution a déjà été intégrée dans la formation des cadres. Pour les autres, le travail d'évolution se situe aussi au niveau de l'Education nationale avec une refonte des programmes et des diplômes. SLG
 
   
  Jean-Paul Deneuville (au pupitre), président de l'AFT
et l'économiste
Nicolas Bouzou
 
 


6,4 M.

C'est le nombre
d'emplois
de chauffeurs
menacés par
les camions
autonomes
en Europe et
aux Etats-Unis,
selon le Forum
international
des transports.
Formation (suite)
Que faire dans l'immédiat ?

L'AFT va concentrer son action sur le développement du recrutement des entreprises du transport et de la logistique. Ceci implique une meilleure connaissance des besoins. C'est pour cela qu'une cartographie de la demande émanant des entreprises va être réalisée, avec le concours nécessaire des organisations professionnelles, a souligné le président de l'AFT Jean-Paul Deneuville. Parallèlement, il faudra intensifier les actions locales pour mieux faire connaître le secteur, développer les visites en entreprises et dans les établissements de formation. En effet, les candidats intéressés par la filière sont moins nombreux que par le passé, ainsi que les enseignants, a-t-il déclaré. Le transport et la logistique continuent de souffrir, visiblement, d'un problème d'attractivité au moment où les sociétés peinent à trouver les ressources dont elles ont besoins. En 2016, l'AFT a dépensé 85% de la « ressource affectée » par le gouvernement (60,3 M€) pour le financement de la formation professionnelle. Au total, 40.561 personnes ont reçu une formation de conducteur routier (contre 31.500 en 2015) dont 14.431 FIMO pour le transport de marchandises. Les fonds ont aussi financé 4.500 apprentis et 2.500 étudiants dans les écoles de transport et logistique.
Au niveau des établissements scolaires et de l'enseignement supérieur, ce sont 21.000 étudiants qui reçoivent le soutien de l'AFT. Une nouvelle convention a été signée à cet effet, le 9 mai dernier avec le ministre de l'Education nationale et de l'enseignement supérieur pour légitimer les actions menées dans le cadre de la « ressource affectée ». Entre autres, il s'agit aussi du renouvellement et du développement du parc de camions qui compte aujourd'hui 300 véhicules, de la formation matières dangereuses à près de 2.000 élèves et du renforcement des compétences propres au secteur pour 2.300 enseignants. SLG
 
 


Environnement
DB Schenker choisit le GNV
pour livrer le centre de Paris

Après Rouen (NLF n°118), c'est à Paris que DB Schenker a choisi de réaliser des livraisons par camion GNV. L'agence de Paris Centre utilise désormais un véhicule au gaz naturel pour livrer une partie du coeur de la capitale, à raison d'une centaine de km par jour et plus 25 clients desservis. Cet investissement fait suite à l'achat de six Iveco GNV déployés en Seine Maritime. Par ailleurs, la stratégie « verte » de la société touche d'autres villes. A La Rochelle, le centre-ville est également livré par un camion roulant au gaz naturel et des véhicules électriques. A Toulouse, c'est un VUL électrique qui a été choisi tandis qu'un véhicule hybride de 7,5 t dessert le centre-ville d'Angers et de Troyes et la ville de Saint-Omer. Des triporteurs sont utilisés pour les livraisons à Rennes, Nantes, Bordeaux et au Mans. SLG
 
   
 


« Nier le camion
autonome,
ce serait du
refoulement,
comme dirait
Freud.
Ne le faites
pas ! »,

a lancé
Nicolas Bouzou
en marge
de l'Assemblée
générale
de l'AFT,
hier, à Paris.
Opérateurs ferroviaires
Ouest Rail, nouvel acteur à La Rochelle
et à Nantes Saint-Nazaire

Le groupement formé par le loueur de wagons Millet et Regiorail sera le nouveau partenaire des ports de La Rochelle et Nantes-Saint-Nazaire pour leur desserte ferroviaire, depuis le retrait d'Euro Cargo Rail de l'OFP Atlantique en décembre dernier. Les deux entités, réunies dans Ouest Rail, ont été retenues à l'issue de l'appel d'offres lancé par les deux ports pour trouver un successeur après le 30 juin, date de retrait effectif annoncée par Euro Cargo Rail. A partir du 1er juillet, le nouvel opérateur assurera les opérations de traction au sein de l'OFP Atlantique dont les autres actionnaires sont les ports de La Rochelle (50,2%) et de Nantes-Saint-Nazaire (24,9%). D'ici à cette date, Euro Cargo Rail assure la transition pour éviter toute rupture du service. SLG
 
 
 
  Transport frigo
Dachser rachète Papp Italia

Dachser annonce le rachat complet en début d'année du spécialiste italien de la logistique alimentaire Papp Italia. Partenaire en Italie depuis 2010, le prestataire allemand est entré dans le capital de Papp Italia en 2012 à hauteur de 50%. Puis, en 2013, ils ont formé avec une dizaine d'autres logisticiens alimentaires européens l'European Food Network, le plus grand réseau (d'un point de vue géographique) de transport alimentaire sous température dirigée d'Europe.
« Papp Italia a une vaste expérience et expertise en tant que logisticien de l'alimentaire ainsi qu'un portefeuille de services de logistique contractuelle sophistiqué. Les commerces sont livrés via la plate-forme de cross-docking laquelle autorise une grande proportion de livraisons en direct avec à la clef des temps de livraison et une efficacité de manutention imbattables »
commente Alfred Miller, Managing Director chez Dachser Food Logistics. Fondée à Pradelle di Nogarole Rocca il y a 20 ans, Papp Italia compte 170 collaborateurs et dessert, depuis son hub de Vérone, quelque 1.200 clients grâce à un réseau de petits transporteurs. En 2016, son entrepôt multi-température de 17.000 m² a vu transiter 220.000 tonnes de nourritures et son CA a atteint 37 M€. PM
 
   
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°131
31 mai 2017
MAI

Mercredi 31 et
jeudi 1er juin

SELFI
Salon du transport
frigorifique
Espace 1924
Circuit
de Montlhéry


EXPOBIOGAZ
Mercredi 31 et
jeudi 1er Juin

Hangar 14,
Bordeaux

JUIN

Du lundi 19 au
dimanche 25

SIAE
Le Bourget


Du mardi 27 au
jeudi 29
TOC Europe

Salon international
du transport
maritime RAI
Amsterdam

JUILLET

Du jeudi 13 au
dimanche 16
Salon du véhicule
électrique
et Hybride

Val d'Isère