LinkedIn Twitter Facebook
Transport combiné
Hupac mise sur la Chine en 2017

Hupac, opérateur suisse de transport combiné qui fête ses 50 ans ce mois-ci, a clôturé 2016 avec 737.000 expéditions par route, soit une hausse de 11,5%, selon les éléments diffusés le 1er juin, lors d'une conférence de presse. Début 2017, les trafics transalpins ont marqué une progression de 9,3% tandis que l'ensemble de ses flux ont crû de 7,8% par rapport à la même période de 2016. Cette tendance devrait néanmoins s'inverser d'ici à la fin de l'année à cause de travaux de mise au gabarit prévus jusqu'en 2020 et qui impliqueront la fermeture de la ligne de Luino, à la sortie du Gothard. Après les deux liaisons lancées en 2016 entre les Pays-Bas, et la Belgique d'un côté (respectivement Venlo et Zeebruges) et l'Italie de l'autre (respectivement Busto Arsizio et Novara), Hupac a lancé aussi la navette ferroviaire entre la plate-forme multimodale du Havre et Ludwigshafen en partenariat avec Novatrans. Les liaisons entre le Benelux/ Allemagne et l'Italie via le Simplon fonctionnent bien et les fréquences ont été augmentées. Les liaisons avec la Chine sont aussi prometteuses pour Hupac. Fin mai, un train complet de 800 m de long et 3.000 tonnes, a relié Korla, au nord-ouest du Pays à destination de la France via l'Allemagne pour l'industriel chinois de la chimie Markor. Il doit traverser six pays avant d'arriver la semaine prochaine. Ce mois-ci, l'opérateur annonce également le lancement d'une liaison entre Ludwigshafen et les terminaux de Brest et Malswewicze en Biélorussie.
Cette année, Hupac souhaite passer à 450 plates-formes ferroviaires et vient de signer un contrat pour l'achat de 8 nouvelles locomotives multisystèmes (compatibles avec des réseaux électriques différents). Les premières seront livrées en 2018. SLG


Hupac mise
sur le fret
ferroviaire
vers la Chine


Hupac pointe
les freins
au combiné
en Europe


Le brasseur
Gallia 1890
confie ses
transports
à Chronotruck


Eurodecision
lance Scop
pour l'ensemble
de la Supply Chain


Clasquin étoffe
son offre
overseas
STEF achète
le catalan
Transports
Badosa


CO2 :
CMA CGM veut
réduire les
émissions de 30%
avant 2025
 
 
 
 
  Transport combiné (suite)
Hupac pointe les freins
au combiné en Europe

Lors de la présentation de ses résultats, le 1er juin, le président du Conseil d'administration d'Hupac, Hans-Jörg Bertschi, s'est longuement attardé sur le problème que posent certaines réglementations nationales pour la rentabilité du transport combiné. Rentabilité d'autant plus essentielle au vu de l'arrêt des aides publiques que la Suisse octroie au transport ferroviaire, prévu pour la fin 2023. Le gain de productivité attendu du fait qu'une locomotive en moins sera nécessaire pour tracter les trains à travers le tunnel du Saint-Gothard, ne sera effectif qu'à partir de 2020 quand le tunnel de base de Ceneri sera opérationnel (NLF n° 25). « Les trains de 2.000 tonnes et de 740 mètres avec un gabarit de 4 mètres sont un prérequis pour des opérations rentables de transport combiné. Or, il y a encore des restrictions sur la longueur des trains en Allemagne et en Belgique et sur leur poids maximum en Italie », a souligné Hans-Jörg Bertschi. Pour le président d'Hupac, le passage aux trains de 740 mètres en Allemagne serait crucial surtout pour faire face aux gains que va obtenir le transport routier – qui bénéficie déjà d'un avantage compétitif dû au bas prix du gazole – avec le platooning, les méga-camions et des véhicules qui consomment moins. En revanche, la discussion en cours en Allemagne sur la réduction des prix des sillons est considérée comme une piste à suivre pour la Suisse. SLG
 
 


+ 7,8%.
C'est la
progression des
trafics opérés
par l'opérateur
de transport
combiné Hupac
dans les premiers
mois de l'année.
Plates-formes digitales
Le brasseur Gallia 1890 confie
ses transports à Chronotruck

Gallia 1890, bière à l'origine parisienne, a choisi Chronotruck (NLF n°83) pour revoir son mode de distribution et livrer ses clients finaux depuis son lieu de production. Guillaume Roy, directeur de la brasserie, qui distribue maintenant sur un territoire beaucoup plus large que la région parisienne, déclare avoir enregistré une baisse de 20% de son budget livraison en digitalisant son transport via la plateforme collaborative et avoir « gagné en indépendance et réactivité, en ne passant plus par un distributeur et son service logistique ». De plus, le client apprécie le fait de ne plus avoir à négocier en direct avec des transporteurs et fait confiance à la plate-forme pour obtenir les meilleurs prix. Basé sur la géolocalisation de transporteurs proches en situation de retour et prêts à charger, Chronotruck fait fonction de commissionnaire et optimise les coûts de transports, assurés principalement par des PME. La plate-forme de mise en relation permet aux expéditeurs de baisser leurs coûts logistiques en automatisant l'affrètement et le suivi et aux transporteurs de trouver des clients à proximité de leurs véhicules vides. A ce jour, environ 20% de ses clients lui confie l'exclusivité de leurs flux. « Un chiffre qui augmente tous les mois », se réjouit Rodolphe Allard, l'un des co-fondateurs de la start-up lancée officiellement en 2016. NB
 
   
  Rodolphe Allard, co-fondateurs de la start-up  
 


« Les trains de
2.000 tonnes
et de
740 mètres
avec un
gabarit de
4 mètres sont
un prérequis
pour des
opérations
rentables
de transport
combiné »,


a déclaré
Hans-Jörg
Bertschi,

Président
du Conseil
d'administration
d'Hupac,
le 1er juin.

Plates-formes digitales (suite)
Eurodecision lance Scop pour
l'ensemble de la Supply Chain

Le spécialiste des algorithmes d'aide à la décision devient éditeur en lançant sa propre plate-forme web dédiée à l'optimisation de la Supply Chain. Baptisée Scop, celle-ci repose sur différents composants développés par Eurodecision en capitalisant sur l'expérience accumulée au fil des projets réalisés pour ses clients. « Nous pouvons désormais leur proposer des fonctionnalités regroupées sur une seule et même plateforme SaaS, pensée pour être modulaire, sur mesure et parfaitement adaptée aux problématiques liées aux métiers de la Supply Chain », indique dans un communiqué Ronan Bars, Directeur Général d'Eurodecision. L'outil en question promet à ses utilisateurs une meilleure maitrise de leurs coûts et l'optimisation de leurs ressources clients, ainsi qu'une aide à la prise de décision aux niveaux stratégique, tactique et opérationnel. Il repose sur 5 modules : un 1er de network design pour les choix de localisation de sites ou de stocks et l'optimisation globale des flux, un 2e de sourcing pour sélectionner et évaluer ses prestataires, transporteurs compris. Les 2 modules suivants relèvent de la planification : celle du transport et des tournées, ou celle de la production et des stocks, notamment dans une optique S&OP. Le dernier est dédié aux prévisions, qu'elles soient budgétaires ou opérationnelles, par exemple. La plate-forme Scop fait également office de boîtes à outils en proposant des fonctionnalités comme la gestion/comparaison de scénarios et d'alertes, ou d'analyse de données. MR
 
 
  Clasquin
Le commissionnaire étoffe
son offre overseas

La présence en Asie est l'un des atouts de Clasquin, commissionnaire de transport. Hong Kong, Chine, Japon, Singapour, Malaisie : être dans les pays où les clients ne sont pas (encore) présents pour assurer toutes les opérations de transport et logistique est la carte que la société souhaite jouer dans le cadre de sa nouvelle activité d'overseas logistics. Clasquin s'adresse notamment à un portefeuille de PME qui exportent dans des secteurs aussi variés que la cosmétique, le luxe, la parfumerie, le vin, l'agroalimentaire, la pharma ou l'industrie automobile. En plus des prestations de pilotage des flux, douane et entreposage, la société assure également les flux financiers.
« On s'occupe notamment de la facturation et de collecter l'argent sur ces territoires »
, précise David Canard Volland, en charge de l'overseas logistics. De plus, Clasquin met ses bureaux à disposition de ses clients pour leur assurer le back-office notamment dans le cadre de l'accompagnement d'une première implantation. Clasquin se positionne comme une PME au service des PME. C'est aussi dans cette posture qu'il aborde les nouvelles alliances maritimes en s'efforçant de proposer la meilleure offre à ses clients dans une situation où il y a moins de flexibilité qu'auparavant, reconnaît David Canard Volland. Une PME qui « pèse » toutefois 230.000 expéditions par an et qui a réalisé un CA de 65,6M€ au 1er trimestre 2017, en hausse de 25%. SLG
Photo : David Canard Volland, en charge
de l'overseas logistics
 
 
  Transport frigorifique
STEF achète le catalan
Transports Badosa

Le groupe STEF a annoncé hier avoir acquis la société catalane Transports Badosa, renforçant ainsi son offre en logistique et transport sous température dirigée en Espagne. L'entreprise familiale, fondée en 1970 et acteur majeur du transport du froid dans la péninsule ibérique, dispose d'une plate-forme frigorifique de 3.100 m2 dans la province de Gérone, au cœur d'un secteur agro-alimentaire situé à proximité d'un nœud autoroutier européen. Une collaboration avec STEF pour ses expéditions vers l'international avait été initiée depuis 2014. Transports Badosa a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 12,6 M€ grâce à ses 76 collaborateurs et sa flotte de 34 véhicules. NB
 
   
 
  CO2
CMA CGM veut réduire les émissions
de 30% avant 2025

Un taux de 4% par conteneur transporté : c'est le pourcentage de réduction de CO2 que CMA CGM a atteint en 2016. Le groupe, qui avait déjà amélioré sa performance de 50% entre 2005 et 2015, entend arriver à – 30% d'ici 2025. Membre du Clean Cargo et adhérent de la charte bleue des Armateurs de France, CMA CGM a été récompensé pour sa lutte contre le changement climatique par le Carbon Disclosure Project en 2015 et 2016. Les résultats enregistrés s'expliquent par l'optimisation opérationnelle de la flotte, les avancées technologiques qui améliorent l'hydrodynamisme des navires, l'armement moderne de porte-conteneurs mais également par un programme d'éco-conteneurs respectueux de l'environnement. L'armateur compte pour arriver à son objectif de 2025, sur l'application de nouvelles technologies telles que des combustibles alternatifs comme le gaz naturel liquéfié, à travers des partenariats avec les groupes Total et Engie. NB
 
   
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°135
7 juin 2017
JUIN

ITS EUROPEAN
CONGRESS

Systèmes
de transport
intelligent
Du lundi 19
au jeudi 22

Palais des Congrès
Strasbourg

Du lundi 19 au
dimanche 25

SIAE
Le Bourget


Du mardi 27 au
jeudi 29
TOC Container
Supply Chain
Europe

Salon international
du transport
maritime RAI
Amsterdam

JUILLET

Du jeudi 13 au
dimanche 16
Salon du véhicule
électrique
et Hybride

Val d'Isère