LinkedIn Twitter Facebook
Organisation
Michelin supprime 1.500 postes
en France

La nouvelle organisation lancée par le groupe Michelin en mars dernier pour « améliorer la réactivité et préserver la compétitivité de l'entreprise » a été détaillée la semaine dernière. Le groupe, dont les résultats 2016 ont été largement bénéficiaires (NLF n°64) et qui vise 1,2 Md€ de gain de compétitivités entre 2017 et 2020, va réduire ses effectifs. Cependant, Michelin ne prévoit pas de départs contraints mais mise sur les départs à la retraite et sur des propositions de mobilité internationale. Au total, 1.500 personnes devront quitter l'entreprise entre 2018 et 2021. En France, 5.000 personnes quitteront la société d'ici 4 ans (dont 2.000 à Clermont Ferrand) et, dans la plupart des cas, il s'agira de départs à la retraite dont 970 ne seront pas remplacés. Par ailleurs, 1.000 personnes supplémentaires seront embauchées sur le site clermontois sur les 3.500 nouveaux recrutements prévus en France. Aux Etats-Unis, ce sont 450 collaborateurs dans les fonctions centrales qui sont concernés. Là aussi, il s'agit, entre autres, de départ à la retraite prévus pour la même période. Ces réajustements sont la conséquence de la nouvelle organisation qui doit accompagner notamment la digitalisation et l'internationalisation du groupe. Celui-ci va structurer son dispositif commercial en 10 nouvelles régions : Afrique-Inde-Moyen Orient, Amérique du Sud, Amérique Centrale, Amérique du Nord, Asie de l'Est et Australie, Chine, Europe Centrale, Europe du Nord, Europe d Sud, Europe Orientale. Parallèlement, l'offre sera ventilée en 14 « lignes business » et 8 directions opérationnelles feront le lien entre les nouvelles régions et les lignes business. Quant aux directions corporate, elles seront recentrées sur leurs missions stratégiques. En France, le groupe compte installer des nouvelles activités qui vont générer, entre autres, 250 emplois hautement qualifiés, liés aux matériaux de haute technologie et à la digitalisation. D'ici le 1er janvier 2018, le groupe proposera à chacun de ses salariés une mission au sein de la nouvelle organisation sachant que 290 postes de collaborateurs et cadres devraient être placés au plus près des clients dans d'autres pays. SLG
Photo : Jean-Dominique Senard, Président
du groupe Michelin


Michelin
supprimera
1.500 postes
entre 2018
et 2021


Livraison
urbaine :
Cdiscount
testera un drone
d'ici 2019


Tred Union :
2e Challenge
du meilleur
exploitant
de l'année


DB Schenker
teste l'eDucato
de TIP Trailer
Services
dans Paris


Location :
Charterway mise
sur les services
et la courte
durée


Location :
un parc
aux énergies et
équipements
renouvelés
 
 
 


5.000.
C'est le nombre
de personnes
qui devraient
quitter le groupe
Michelin en France
d'ici 2021.
Livraison urbaine
Cdiscount testera un drone d'ici 2019

À l'occasion du salon du Bourget qui s'est tenu la semaine dernière, l'e-commerçant Cdiscount s'est engagé dans la livraison par drone en centre-ville. « C'est avec la conviction que l'avenir de la distribution de colis se joue désormais dans les airs que Cdiscount a fait de la livraison un de ses axes majeurs d'innovation », a déclaré à cette occasion la filiale de Casino dans son communiqué diffusé le 21 juin. Le projet, baptisé poétiquement Pelican (Projet d'Etude de Livraison de Colis Aérien en Nouvelle-Aquitaine) est soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine dans le cadre de l'appel à manifestation d'intérêt « Drone City ». Plusieurs partenaires comme Thales, Air Marine, Ims, Robotics Industry, Onera et Serma Technologies se sont associés à l'aventure. Il s'agit de développer un drone permettant d'assurer le transport sécurisé de produits allant jusqu'à 5kg en zone urbaine, avec l'objectif de raccourcir encore plus les délais : bientôt, les livraisons ne seront plus décomptées en jours, mais en heures. Un prototype devrait voler d'ici deux ans entre l'entrepôt de Cestas (33) et des points relais situés dans l'agglomération bordelaise. La phase d'industrialisation devra quant à elle attendre une évolution de la réglementation. Cdiscount n'en est pas à son premier essai en milieu urbain puisque l'enseigne avait réalisé un premier test de livraison par drone de jouets aux enfants hospitalisés à l'hôpital Pellegrin de Bordeaux, « une première en Europe ». Et il n'est pas non plus le seul. Pour anticiper de futurs problèmes de régulation, le géant Amazon, qui teste des livraisons par drone depuis 2013, a annoncé en mai dernier l'ouverture d'un centre de développement à Clichy (92), destiné à développer un logiciel de trafic aérien pour ses drones de livraison « Prime Air » (NLF n°139). Et si l'on veut se faire une idée d'un futur hub de distribution par drone, on peut se reporter au brevet déposé par Amazon en 2015, mais diffusé seulement le 22 juin dernier, dans lequel la firme de Jeff Bezos imagine une tour de livraison multi-niveaux destiné à gérer le décollage et l'atterrissage des drones avec une connexion multimodale d'approvisionnement et livraison par mode routier. GH
 
   
 


« La livraison
par drone
constitue
une véritable
révolution
echnologique et
commerciale
qui nous
permettra
d'améliorer
durablement
ce qui constitue
le cœur
du métier de
Cdiscount,
à savoir la
satisfaction
des attentes
et des besoins
de nos clients »,


a déclaré
Emmanuel
Grenier
, Pdg
de Cdiscount.

Tred Union
2ème édition du Challenge
du meilleur exploitant de l'année

Pour la deuxième fois, le groupement Tred Union va lancer son « Challenge du meilleur exploitant de l'année ouvert à tous les exploitants et affréteurs volontaires des sociétés adhérentes (128 à ce jour). Le concours prévoit des simulations de journée type, pimentée par des épreuves de rapidité, où vont se mesurer 13 binômes d'exploitants sur différents aspects de leur métier : gestion des véhicules, des lots, des conducteurs, des clients etc. Pour cette édition, les candidats auront affaire à GED MOUV' le nouveau service de traçabilité mutualisé de B2P qu'ils devront utiliser obligatoirement lors de certaines épreuves. Ils devront également se confronter à l'utilisation plus intensive de l'informatique embarquée avec le partenaire Transics. Les épreuves auront lieu sur le site strasbourgeois de la société ECF. L'exploitant qui se distinguera pour ses compétences et son investissement sera récompensé lors d'une cérémonie qui se déroulera à Saint-Malo le 18 octobre. Au-delà des lots, les gagnant obtiendront la reconnaissance des pairs, souligne le groupement. Lors de la première édition, en 2015, Réjane Tabaret (PLS Querlioz) et Mathilde Murguet (STIC) avaient remporté le Challenge. SLG
 
 
  Les deux gagnantes de l'édition 2015 : Réjane Tabaret, aux côtés de Joël Vigneron, Président de Tred Union, et Mathilde Murguet (première à partir de la droite).  
 
 
 
  Electrique
DB Schenker teste le VUL de
TIP Trailer Services dans Paris

Après avoir démarré les livraisons dans Paris avec un véhicule GNV (NLF n°131), DB Schenker se lance dans l'électrique. Depuis quelques jours, l'entreprise teste un Ducato électrique manufacturé par BD Auto pour TIP Trailer Services. Le VUL offre un volume de 15 m3, une charge utile de 820 kg et dispose d'une autonomie de 200 km.
Ce véhicule a aussi été récemment adopté par Star's Service qui dispose d'une flotte de Kangoo ZE électriques et qui a récemment inauguré un parking 100% électrique sur le toit d'un site Geodis dans le 18e arrondissement de Paris (NLF n°143). SLG
 
   
 
  Location
Charterway mise sur les services
et la courte durée

La filiale de Mercedes Benz, spécialisée dans la location de véhicules industriels des marques Mercedes et Fuso, a dévoilé lundi sa stratégie, à l'occasion de ses 25 ans. La société créée en 92 vise un doublement du taux de pénétration (4% des immatriculations de la marque en 2016) pour cette année. Avec 60% de clients chez es PME ou des TPE, Charterway mise notamment sur le développement de la location courte durée – de 24 h à 24 mois – pour aider les petites entreprises à tester soit un véhicule soit un marché. « L'idée est qu'il y ait zéro surprise pour le client pour lesquels les coûts sont connus », résume Jean-Marc Diss, Directeur Général de Mercedes Benz France. Le loueur s'appuie sur le réseau des 218 points de services appartenant à Mercedes Benz et souhaite étoffer sa structure dédiée à Charterway afin de couvrir les principales agglomérations françaises d'ici la fin de l'année*. Le positionnement du loueur est clairement d'aider le transporteur – ou le distributeur – à optimiser ses coûts d'exploitation. Au second semestre, le loueur fait évoluer son offre longue durée en garantissant l'absence d'indexation du loyer durant toute la durée du contrat, une franchise restitution, une compensation kilométrique au besoin (pour lisser le kilométrage entre véhicules du parc loué et éviter les dépassements par rapport au contrat de location), la vignette Crit'Air, l'entretien et l'extension de garantie, les visites réglementaires. D'autres services sont proposés en option comprenant la gestion des pneus, la gestion administrative, le lavage extérieur du véhicule ou encore le règlement de la taxe à l'essieu sans oublier les dispositifs d'informatique embarquée Uptime et Fleetboard. En courte durée, l'assurance tous risques, l'entretien, la gestion des pneumatiques, l'assistance administrative, ls contrôles techniques, les lubrifiants et la taxe à l'essieu font partie du « package ». Par ailleurs, Charterway propose des conditions de loyer privilégiées et souples. Si, par exemple, un véhicule est gardé plus longtemps que prévu, c'est le tarif le plus avantageux qui s'applique et ce, depuis le 1er jour du contrat de location. Si, en revanche, le véhicule est rendu avant l'échéance, le loyer réglé correspond à l'usage réel du véhicule. Le mot clé de Charterway est la flexibilité et le contrat peut être revu à tout moment. SLG
*Note : Charterway est déjà présent à Paris, Rennes, Nantes, Bordeaux, Lyon et Strasbourg.
 
   
  Jean-Marc Diss (à dr.), Directeur Général de Mercedes Benz France avec Cyril Bauguin, Directeur Général de Charterway ©P.Monceaux
 
 
  Location (suite)
Un parc aux énergies et
équipements renouvelés

En avril dernier, le parc courte durée de Charterway comptait 6.860 véhicules en Europe sur un total de 25.000 camions attendus pour cette année et en constante croissance depuis sa création. En France, il est de 350 unités (y compris pour les relais) sur un total de 2.700 véhicules. Il est composé majoritairement de tracteurs et comprend 150 véhicules neufs sur la période 2016-2017. Toutes les motorisations proposées par Mercedes et Fuso pour les VUL et les PL sont également proposées à la location. Par exemple, un Vito électrique a été ainsi testé par un client. Le loueur se présente comme un assembleur et achète les composants dont le client a besoin : bennes, semis, carrosserie frigo etc. Il s'appuie pour cela sur sa captive de financement, MBFS, précise Jean-Marc Diss Directeur Général de Mercedes Benz France. Cette année, des nouveaux équipements vont être intégrés à la flotte dédiée à la location tels que des appareils à bras, des bennes et bi-benne ou encore approche chantier. Ceci afin de mieux répondre à des pics d'activités mais aussi à de nouveaux marchés qui se profilent comme ceux issus du Grand Paris, explique Cyril Bauguin, Directeur Général de Charterway. SLG
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Chef de publicité
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°150
28 juin 2017
JUIN

Deliver #2
Salon de
la logistique
Du mardi 27
au mercredi 28

Berlin

Du mardi 27 au
jeudi 29
TOC Container
Supply Chain
Europe

Salon international
du transport
maritime RAI
Amsterdam



Value chain
Pharma

Mercredi 28
Paris, La Défense


La Nuit de l'Etoile
Vendredi 30
La Baule

JUILLET

Mardi 11
FORUM D'ÉTÉ
Organisé par
SCMagazine
et ESCP Europe
« Les nouveaux
Busines Models
en SupplY Chain »
De 9h à 17h15
ESCP Europe
Paris 11e


Du jeudi 13 au
dimanche 16
Salon du véhicule
électrique
et Hybride

Val d'Isère