LinkedIn Twitter Facebook

Stratégie

Elisabeth Borne
apporte son soutien à la filière logistique

Elisabeth Borne est venue assurer de son soutien et de son engagement les participants à la matinée TLF/TLF Overseas qui s'est tenue hier à Issy-les-Moulineaux, réunis pour aborder l'avenir de la filière logistique française. Elle a notamment indiqué que la compétitivité de la France faisait partie des priorités du gouvernement et du Président de la République. Avant de s'entretenir un moment avec les représentants des fédérations, elle a souligné son positionnement en matière d'égalité des règles sociales en Europe. A ce sujet, elle a rappelé les propositions prises récemment dans le cadre européen concernant la révision de la directive sur le détachement et le Paquet Mobilité de la Commission européenne (NLF n°139). Sur le volet social, elle a notamment indiqué qu'elle travaille de concert avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, pour limiter la durée du détachement à 12 mois et élargir les critères de rémunérations des travailleurs à d'autres composantes que les salaires telles que les frais de déplacement. C'est la ligne qu'elle défendra lors du prochain rendez-vous européen, le conseil des ministres des transport le 23 octobre prochain. Ses propos ont peut-être rassuré l'assistance à qui on avait rappelé les freins et les menaces qui pèsent encore sur les acteurs de la supply chain française. En effet, le contrat de filière logistique pour renforcer voire défendre la place de la France dans le bouleversement des flux mondiaux ainsi que l'application du Code Douanier de l'Union ont été parmi les sujets qui ont marqué la matinée. Qu'il faille aller plus loin par rapport à France Logistique 2025 a été une évidence pour les intervenants et l'assemblée de ce rendez-vous clôturé par une intervention de la ministre Elisabeth Borne. La Chine, l'Allemagne et les Etats-Unis ont adopté une stratégie mondiale structurée, bien avant la France au demeurant, a rappelé Laurent Livolsi, Maître de conférences en Sciences de Gestion au Cret-Log (Université d'Aix-Marseille). SLG


Elisabeth Borne
apporte son
soutien à la
filière logistique


Débat :
quelles suites
pour France
Logistique 2025 ?


Supply chain :
l'environnement
ne doit pas être
un frein


Cyberattaque :
Petya a aussi
frappé TNT,
la SNCF et Auchan


TMS : l'éditeur
Sigma rachète
Cinatis

Ceva relie
la province
de Guangdong
et l'Allemagne
par le train
   
  La ministre des transports Elisabeth Borne,
hier à la journée TLF/TLF Overseas ©S.LeGoff
 
 
 
 

Stratégie
Quelles suites pour
France Logistique 2025 ?

Lors de la rencontre TLF d'hier, l'approche de plus en plus agressive de la Chine a été notamment détaillé via les exemples d'achat de ports en Grèce et autres investissements massifs à travers le monde et notamment en Afrique. L'Allemagne de son côté tire sa force d'une approche « E2I2E » autrement dit, d'export-import-export basée sur une délocalisation partielle de la production industrielle plutôt en Europe centrale et l'appui sur des champions nationaux. Sans oublier la connexion de ses « villages de fret » aux réseaux européens d'infrastructures. L'émergence des nouvelles portes d'entrée en Europe et les investissements logistiques qu'opèrent les pays de la façade méditerranéenne, laissent aisément présager d'un déplacement des centres névralgiques vers l'Est, souligne l'économiste. Et le même de prévenir : « attention à ne pas faire de la France la Bretagne de l'Europe », en faisant allusion aux ports de la façade atlantique qui pourraient être lésés par ces nouveaux équilibres. « Le Havre pourrait devenir le dernier port européen touché », a-t-il insisté. A quoi, Herbert de Saint-Simon, Président de TLF Overseas a retorqué que la menace logistique chinoise ne se fait pas encore sentir et que la France a aussi ses champions nationaux capables d'offrir des solutions aux entreprises exportatrices. Par ailleurs, la France doit valoriser ses points forts et les avantages concurrentiels vis-à-vis de ses voisins, a indiqué Eric Hémar, Pdg d'ID Logistic. Aucun doute ne subsiste sur l'existence des compétences nécessaires. Elles peuvent par exemple être mises au profit de solutions innovantes voire de modèles en matière de livraison urbaine, suggère Eric Bellissent, vice-président Océan France-Maroc de DB Schenker. Mais, une fois de plus, c'est le cadre fixé par les autorités qui doit permettre aux opérateurs de s'épanouir... SLG
 
 


2.000.

(plus de)
C'est l'estimation
des utilisateurs
touchés par
la cyberattaque
Petya de mardi.

Stratégie (suite)

Les contraintes
environnementales ne doivent pas
être un frein

Au niveau de l'Overseas, la question de la compétitivité des ports reste un sujet d'actualité. Comme déjà évoqué par Herbert de Saint Simon, président de TLF Overseas. Il y a quelques temps dans notre newsletter (NLF n°115), l'Etat a un rôle à jouer pour améliorer la desserte de l'hinterland notamment au Havre. La bonne application du CDU en France est aussi très importante pour attirer des opérateurs, surtout en vue du libre choix du centre de dédouanement, selon la fédération qui réclame par ailleurs plus de stabilité sociale : « la réforme des ports a laissé des traces il a fallu du temps pour regagner la confiance des armateurs », a-t-il rappelé. Pour François Soulet de Brugière, Président du Conseil de surveillance du Port de Dunkerque, i faut que les ports aient une offre diversifiée – et non pas des spécialisations – pour attirer les clients. Pour Eric Hémar, Pdg d'ID Logistic, il est important que la France arrête de perdre des places dans le classement mondial. Et le même de prévenir face au risque que le sujet environnemental ne soit pas en frein aux actions à entreprendre. Sans quoi, les flux passeront ailleurs que par la France, lance-t-il. La nécessité d'un cadre stable et lisible a été d'ailleurs rappelée à plusieurs reprises.
Pour Yannick Buisson, DG de FM Logistic France, il faut une stabilité du cadre législatif notamment pour ceux qui souhaitent investir dans les entrepôts. « On nous donne un délai de trois ans. C'est trop long par rapport aux temps des chargeurs qui se situent plutôt entre 12 et 18 mois ». Pour Eric Hémar, la question de la fiscalité est critique lorsque l'on sait que selon la destination d'un site logistique, le différentiel de taxation peut varier de 1 à 4. SLG
 
 
 
 


« Le social
est un levier
à actionner
au service
de l'attractivité
du secteur »

a déclaré
la ministre
des Transports
Elisabeth Borne,
hier, lors
de la matinée
TLF/TLF
Overseas.
Cyberattaque
Petya a aussi frappé TNT,
la SNCF et Auchan

Comme déjà Maersk (NLF n°151), entre autres entreprises touchées à travers le monde, TNT, la SNCF et Auchan ont aussi été durement impactés par la cyberattaque dont l'un des noms qui circulent est Petya et qui a sévi mardi dans plusieurs pays dont l'Ukraine, la France et la Russie. Encore hier, on pouvait lire sur le site de l'expressiste le message suivant : « Tout comme de nombreuses entreprises et institutions à travers le monde, certains de nos systèmes placés au sein du réseau TNT sont actuellement victimes d'interférences. Nous travaillons à la mise en place rapide de solutions afin d'aider au mieux les clients qui font face à une interruption limitée de leurs opérations de ramassage et de livraison, mais aussi dans l'accès au système de suivi des colis. Nous nous excusons pour tout désagrément occasionné. Certains systèmes étant affectés, veuillez contacter votre Service Client local par téléphone pour continuer à utiliser nos services d'expédition ». La veille, Fedex avait diffusé une note pour confirmer que TNT avait été affectée de manière significative et que ces opérations et communications avaient été perturbées. Les réseaux nationaux et régionaux étaient opérationnels mais au ralenti. FedEx avait mis en place des services de remplacement. Enfin, l'expressiste n'était pas à même de mesurer l'impact financier de la cyberattaque. Par ailleurs, la SNCF a également été touchée mais elle a assuré avoir pu protéger ses trafics et contenu l'attaque. Auchan a aussi été attaqué en Ukraine. Dans ce pays, qui au fil des heures semble être la vraie cible de la cyberattaque, Auchan Retail venait de signer un accord le 20 juin avec le distributeur ukrainien Karavan portant sur le rachat de ses activités. SLG
 
 
  TMS
L'éditeur Sigma rachète Cinatis

L'éditeur de solutions logicielles pour la supply chain Sigma a l'intention de racheter Cinatis, fournisseur de la solution TMS éponyme. La solution Cinatis propose une « Tour de contrôle » des flux de transport basée sur des services EDI, web et mobiles. L'offre couvre le pilotage de flux, la traçabilité, la mutualisation et la reverse logistics. Cinatis s'adresse aux distributeurs, industriels et prestataires logistiques pour les accompagner dans leur transformation digitale. Cette opération finalise le partenariat que les deux sociétés avaient conclu en mars dernier et permet à Sigma de s'affirmer sur le créneau de l'optimisation du transport. Par conséquent, Steven Gerard, Président de Cinatis, prendra la responsabilité de l'offre supply chain au sein du groupe Sigma. SLG
Photo : Philippe Oleron, Président du groupe Sigma
 
 
  Liaisons Chine-Europe
Ceva relie la province de Guangdong
et l'Allemagne

En collaboration avec la China Railway Company, Ceva Logistics lance un nouveau service de fret ferroviaire entre le sud de la Chine et l'Allemagne. Avec pour point de départ Shilong une ville de la province du Guangdong proche de Shenzhen et Hong Kong, les trains emprunteront la « route méridionale » et rejoindront Hambourg après avoir fait escale à Manzhouli (Chine), Zabakalsky (Russie), Brest (Biélorussie) et Malaszewicze (Pologne), soit un périple de 17 à 19 jours. Ce nouveau service représente, selon Ceva, une alternative plus intéressante économiquement et un gain de temps et deux jours par rapport aux autres options existantes. Parmi celles-ci se trouve la « route septentrionale » proposée par Ceva depuis 2010, elle relie Suzhou à Tilburg (Pays-Bas) via Changsha, Shenyang, Hefei, Chongqing, Chengdu, Zhengzhou et Wuhan pour la partie chinoise du trajet et Moscou, Varsovie, Lodz, Duisbourg, Hambourg et Nuremberg côté Europe. Le prestataire néerlandais propose des services de transport en lots complets et partiels au départ de la Chine. Ils sont gérés par des équipes rail et routes situées à Shenzhen. Le suivi en temps réel de ces expéditions est accessible via le portail web 24h/24. PM
 
   
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en chef adjointe
Tél : 01 80 91 56 33
silvia.legoff@scmag.fr

Nathalie Bier
Rédactrice
Tél. 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

Karine Dino
Chef de publicité
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°152
30 juin 2017
JUIN

La Nuit de l'Etoile
Vendredi 30
La Baule


JUILLET

Mardi 11
FORUM D'ÉTÉ
Organisé par
SCMagazine
et ESCP Europe
« Les nouveaux
Busines Models
en SupplY Chain »
De 9h à 17h15
ESCP Europe
Paris 11e


Du jeudi 13 au
dimanche 16
Salon du véhicule
électrique
et Hybride

Val d'Isère