LinkedIn Twitter Facebook
 


Les transporteurs
espagnols
s'opposent
à l'écotaxe
basque


Canal
Seine-Nord :
fin de pause
en vue


Heppner
agrandit sa
plate-forme
logistique
de Rennes


CMA CGM
se renforce
dans les îles
du Pacifique


L'info décalée :
Quand
les chemins
de fer
lituaniens
démontent
les rails
pour freiner
la concurrence...
Espagne
Les transporteurs espagnols
s'opposent à l'écotaxe basque

Le projet d'écotaxe régionale dans la province basque espagnole du Gipuzkoa ne passe pas auprès des transporteurs. Cette province limitrophe de la France compte en effet instaurer, en janvier 2018, un péage pour les camions de plus de 3,5 t qui utilisent une portion très fréquentée de la nationale 1 entre Irun, la ville frontière avec Hendaye, et la ville d'Etzegarate, située elle aux portes de la Navarre (cf. NLF n°169).
Les différentes organisations patronales, réunies au sein du Comité national des transports, ont fait part, en fin de semaine dernière, de leur « rejet absolu » de cette taxe et demandent au Conseil du Gipuzkoa de renoncer à son projet. Une délégation de représentants du transport routier a en effet rencontré, vendredi dernier, Aintzane Oiarbide, la députée responsable des infrastructures de la province. Cette dernière a défendu la nécessité d'instaurer une aide au financement des infrastructures, avec la volonté de reporter une partie du trafic camion sur l'autoroute.
Selon madame Oiarbide, le principe du système de collecte – appelé AT – vient d'être approuvé par l'Union européenne. Ce que conteste Juan José Gil, secrétaire général de la Fenadismer, principale fédération de transport espagnol. « Le rapport européen valide uniquement le principe du calcul de la taxe, mais n'indique pas si cette taxe est compatible avec la directive européenne sur la non-discrimination », déclare-t-il. Selon ce dernier, le fait d'avoir instauré des portiques au sud et au nord de la province indique une volonté manifeste d'exempter les transporteurs locaux. À ce sujet, le Comité national des transports a déposé un recours administratif en février dernier devant la Haute Cour du pays Basque (resté à ce jour sans réponse).
Les transporteurs espagnols rappellent par ailleurs que leur secteur contribue largement au financement des infrastructures par le biais des taxes sur le gazole. L'an passé, près de 380 millions d'euros ont ainsi été reversés à la province du Gipuzkoa, alors que la province basque n'en a dépensé que 44 M€ pour l'entretien des routes. Les organisations patronales sont décidées à faire monter la pression et n'excluent pas de manifester pour faire part de leur opposition.
« Nous prendrons position sur de possibles actions le 18 octobre prochain, lors d'une réunion à laquelle participeront toutes les organisations de transport », précise par mail Juan José Gil. La marche à blanc du système AT devrait démarrer d'ici quelques jours. Bidegi, l'exploitant du réseau, promet de mettre en place sur son site Internet toutes les informations pratiques « dans quelques semaines »... GH
 
 
 


27,873.

C'est, en millions
d'euros, l'amende
infligée
par Bruxelles
aux chemins
de fret lituaniens,
qui ont empêché
la concurrence
sur le marché du
fret ferroviaire.
Canal Seine-Nord
Fin de pause en vue

Le gouvernement ouvre finalement la porte à la réalisation du canal Seine-Nord. Dans un entretien opportunément accordé au Courrier Picard le jour du déplacement d'Emmanuel Macron à Amiens (voir NLF n°192), Élisabeth Borne, la ministre des Transports, affirme que « tous les éléments sont sur la table pour trouver une solution ». Son collègue Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, annonce quant à lui qu'un compromis a été trouvé. « L'État est prêt à avancer avec les collectivités sur la base d'un nouveau montage qu'elles proposent, avec une société de projet régionale et une méthode de travail pour arriver à boucler le plan de financement », précise la ministre des Transports. Les collectivités territoriales paieront les factures les premières années et garantiront l'emprunt. En échange, l'État confirme le principe du financement d'un montant d'un milliard d'euros, ajoute Gérald Darmanin. Reste maintenant à trouver la ou les recettes affectées qui garantiront l'absence de dérapage budgétaire. Des négociations sont en cours. Élisabeth Borne affirme avoir jusqu'à mars 2018 pour clarifier la position et les besoins auprès de l'Union européenne, qui cofinance le projet. AK
Photo :
Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, a clairement exclu une éventuelle écotaxe régionale pour financer le canal Seine-Nord. ©Anne Kerriou
Pour en
savoir plus

 
 


« Le rapport
européen valide
uniquement
le principe
du calcul
de la taxe,
mais n'indique
pas si
cette taxe
est compatible
avec la directive
européenne
sur la non-
discrimination »,

déclare
Juan José Gil,
secrétaire général
de la Fenadismer,
à propos
de l'écotaxe
basque.
Logistique
Heppner agrandit sa plate-forme
de Rennes

Le groupe Heppner vient de terminer les travaux d'agrandissement et de rénovation de sa plateforme logistique située dans la zone artisanale de Brécé, près de Rennes. Aujourd'hui, 1.600 m2 et 22 portes à quais viennent renforcer les locaux et quais de livraison existants pour une surface totale de 4.500 m2. Cette agence couvre quotidiennement 30 pays et voit transiter 7.000 colis et 2.500 expéditions chaque jour. Côté chiffre d'affaires, elle revendique 17 M€, dont 35% à l'international. « Il était nécessaire d'équiper notre agence avec les dernières solutions technologiques et de procéder à un agrandissement pour accompagner la hausse de l'activité », a expliqué Christophe Rebulard, directeur régional Bretagne chez Heppner, dans un communiqué de presse. DIL
 
 
« Il était nécessaire d'équiper notre agence avec les dernières solutions technologiques et de procéder à un agrandissement pour accompagner la hausse de l'activité », explique Christophe Rebulard, directeur régional Bretagne. ©Heppner  
 
 
 


Conteneurs
CMA CGM se renforce
dans les îles du Pacifique

Le groupe CMA CGM vient de racheter Sofrana Unilines, spécialisé dans le transport maritime par porte-conteneurs en Océanie et dans les îles du Pacifique. Par ce biais, l'armateur tricolore met la main sur une flotte de 10 navires opérant sur huit voies commerciales et desservant 21 ports en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et dans les îles du Pacifique. Le groupe marseillais exploite déjà 16 lignes desservant les principaux ports d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, d'Asie du Nord, d'Asie du Sud-Est, d'Inde et d'Amérique du Nord. DIL
 
   
  Avec ce rachat, l'armateur tricolore met la main sur une flotte de 10 navires opérant sur huit voies commerciales et desservant 21 ports. ©CMA CGM  
 
 
Quand les chemins de fer lituaniens démontent les rails
pour freiner la concurrence...

Les entreprises de fret ferroviaire ne manquent pas de ressources pour tenter de ralentir la concurrence qui les menace. Mais la version lituanienne est sans précédent ! En 2008, AB Orlen Lietuva, une filiale de la société pétrolière polonaise PKN Orlen implantée en Lituanie, envisage de modifier l'organisation de ses flux de transport. Client majeur des chemins de fer lituaniens, elle projette de faire passer ses marchandises par la Lettonie en ayant recours à une autre entreprise ferroviaire. Qu'à cela ne tienne. Au mois d'octobre, les chemins de fer lituaniens, qui officient à la fois comme transporteur et gestionnaire d'infrastructure, décident de démonter les 19 kilomètres de voie qui connectent la Lituanie à la Lettonie, à proximité de la raffinerie d'Orlen. Conséquence : Orlen se voyait contrainte d'emprunter une route bien plus longue pour rejoindre les ports lettons si elle voulait déployer son nouveau schéma logistique. Saisie de l'affaire, la Commission européenne vient de rendre son verdict : 27,873 millions d'euros d'amende pour les chemins de fret lituaniens, reconnus coupables d'avoir empêché la concurrence sur le marché du fret ferroviaire. AK
Pour lire
la suite

 
 
En coupant l'accès le plus court à la Lettonie, les chemins de fer lituaniens ont de facto empêché l'usine Orlen de recourir à un autre opérateur de fret ferroviaire. ©Union européenne  
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Anne Kerriou
Rédactrice en Chef
Actu-Transport-Logistique.fr
Tél. 01 81 69 85 64
a.kerriou@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°193
4 octobre 2017
OCTOBRE

Samedi 7
Congrès de
l'Unostra

Cournon
d'Auvergne (63)


Mardi 10
Congrès
de la FNTR

Palais des Congrès
Issy-les-Moulineaux


Mardi 17
Congrès
de l'OTRE

Stade de France,
Saint-Denis


Mercredi 18
et jeudi 19
Top Transport Europe
Palais du Pharo
Marseille