LinkedIn Twitter Facebook
 


Camions
électriques :
deux projets
d'infrastructures


Le projet
E-way Log
associe
les chargeurs


Messagerie :
une nouvelle
agence GLS
en région
parisienne


Messagerie :
un nouveau
site rennais
pour XPO


Catalogne :
l'expressiste MRW
et le fabricant
de batterie TAB
s'en vont


Platooning :
DB Schenker
conduira des tests
en Suède
PL électriques
Les infrastructures s'adaptent

À côté de la motorisation gaz, qui décolle tout juste (NLF n°202), la solution électrique n'en est qu'à ses balbutiements. Car, au-delà du véhicule lui-même, se posera la question de son autonomie et de son alimentation. « Le véritable problème du véhicule électrique, ce n'est pas le véhicule, mais la charge », indique Jean Patrick Teyssaire, président d'Electric Road, une association dont le rôle consiste à accélérer le déploiement des mobilités dites propres. L'association a profité du salon Autonomy, qui s'est déroulé du 19 au 20 octobre à Paris pour faire le point sur deux projets qu'elle soutient, liés au transport de marchandises. E-way corridor, financé par l'Ademe, consiste en une étude de faisabilité pour l'expérimentation d'un corridor électrique autoroutier en Vallée de Seine, sur l'autoroute A13 destiné à la propulsion dynamique de véhicule lourd. De nombreux industriels sont impliqués dans ce projet, comme Alstom, Bombardier, Sanef, Michelin ainsi que « plusieurs constructeurs de poids lourds », fait savoir, Jacques Van Wittenberghe, associé d'Electric Road. Les camions pourraient être alimentés par un système de rail électrique, ou par des pantographes (comme l'expérimentent Siemens et Scania en Allemagne sous la marque « eHighway »), voire par induction. « Nous finaliserons cette étude en retenant la meilleure forme de propulsion pour recevoir un feu vert ou non de l'Ademe en juin 2018, ce qui permettrait de lancer ensuite une phase de test où le financement sera beaucoup plus conséquent », précise Jacques Van Wittenberghe. Au-delà de cette expérimentation, le coût du déploiement d'une telle solution pourrait être dantesque, de l'ordre de 5 Mds€ pour équiper un tiers du réseau autoroutier national (soit 3.200 km), selon un rapport commandité par un consortium dont fait partie Geodis et des sociétés comme Engie, EDF, Vinci Autoroutes ou encore ATMB (NLF n° 90).
 
  De gauche à droite : Jean Patrick Teyssaire, président et
co-fondateur d'Electric Road,
Jacques Van Wittenberghe,
co-fondateur. ©G. Hamon
 
 
 
 
  Camions électriques (suite)
Le projet E-way Log associe
les chargeurs

Probablement plus facile à mettre en place, le second projet, E-way Log (logistique urbaine) entend montre la faisabilité d'un démonstrateur pilote pour le rechargement électrique de camions de livraisons. Le projet associe notamment les distributeurs Carrefour et Monoprix, ainsi que le Club Demeter. « Nous souhaitons recharger des camions électriques de 19 et 26 t lors de leur passage en plate-forme logistique, ou lors de la livraison en magasin. La recharge pourrait s'effectuer par induction ou par patin, il s'agira également de travailler sur l'optimisation de la charge, et de déterminer à quel moment les camions auront besoin d'une recharge partielle en cours de tournée. On envisage aussi de mutualiser la station de recharge avec d'autres véhicules comme des BOM électrique ou des VUL pour la livraison de plateaux repas », détaille Jacques Van Wittenberghe. Seul bémol, le projet a été engagé avec la précédente majorité du Conseil régional. « Le projet est techniquement faisable, nous espérons le feu vert de la région Île-de-France pour le début 2018, ce qui permettrait de démarrer l'expérimentation en 2019 ». GH
 
 


5 Mds€.
C'est le coût
estimé par
une étude pour
équiper un tiers
du réseau
autoroutier
national
(soit 3.200 km)
pour l'autoroute
électrique.
Messagerie
Une nouvelle agence GLS
en région parisienne

Jusque-là directement intégrée au hub central situé dans la même localité, l'agence GLS de Fleury-Mérogis dispose dorénavant de son propre espace de 3.200 m². Objectif : pouvoir faire face à l'augmentation des flux de volumes de colis traités, soulager le hub national et offrir aux destinataires un espace d'accueil dédié. DIL
Pour lire
la suite
 
 
 
 
 
  Messagerie (suite)
XPO inaugure un nouveau site rennais

C'est à Pleumeleuc, près de Rennes que XPO a inauguré une nouvelle plate-forme dédiée à la messagerie palettisée, vendredi dernier. Le site, où ont été transférées les activités auparavant gérées à Loscouet, a une superficie de 4.500 m² (2.000 m² supplémentaires) avec 50 portes à quai. La plate-forme compte, parmi d'autres innovations, un système de calage des camions semi-automatique pour améliorer la sécurité des employés. La nouvelle agence, créée pour faire face aux pics d'activité dans la région, emploie 85 personnes et d'autres effectifs sont en train d'être recrutés. De nouvelles embauches sont prévues pour les années à venir. Au total, XPO détient 24 agences en France pour l'activité de messagerie palettisée. SLG
 
   
  L'inauguration du site breton en présence des élus,
le 20 octobre.
 
 


« Les convois
de camions ne
pourront offrir
leur plein
potentiel que
lorsque
plusieurs camions
de marques
différentes
sauront
communiquer
et s'associer »,

justifie
Viktor Akesson,
consultant
chez DB Schenker
Consulting AB.
Catalogne
L'expressiste MRW et le fabricant
de batterie TAB s'en vont

Depuis le référendum sur l'indépendance de la Catalogne, de nombreuses grandes sociétés menacent de quitter cette communauté autonome, c'est notamment le cas des banques CaixaBank et Danco de Sabadell et de l'opérateur autoroutier Abertis. Deux acteurs de la logistique sont passés de la menace à l'action, il s'agit de MRW et de TAB. Fondée en 1977 et basée à L 'Hospitalet de Llobregat (Barcelona), MRW est un spécialiste du transport urgent comptant 1.300 implantations et 61 plates-formes logistiques en Espagne, au Portugal, à Gibraltar, Andorre et au Venezuela. Selon Cuadernos de Logistica, il prévoit la relocalisation de son siège dans la communauté de Valence en raison de « l'incertitude du panorama socio-politique de ces dernières semaines ». C'est aussi la raison qui a poussé TAB à déplacer le sien à Madrid. Fondé en 1965 en Slovénie, TAB a ouvert sa branche espagnole en 2005. Il y produit une gamme de batteries au plomb et au gel, à usage industriel et connues des utilisateurs de chariots élévateurs, ainsi que des batteries de moto. PM
 
 
 
  Platooning
DB Schenker conduira
des tests en Suède

L'allemand DB Schenker va devenir un transporteur expert en platooning. Le groupe de transport et logistique est déjà engagé avec le constructeur MAN pour tester cette solution en Allemagne. Les convois circulent actuellement à vide sur l'autoroute mais devraient être chargés dès l'an prochain pour relier des centres logistiques entre Munich et Nuremberg, jusqu'à trois fois par jour. En 2019, DB Schenker mènera également des tests de platooning en Suède, dans le cadre du projet Sweden4Platooning, en associant cette fois-ci deux constructeurs de marques différentes, Scania et Volvo Trucks. « Les convois de camions ne pourront offrir leur plein potentiel que lorsque plusieurs camions de marques différentes sauront communiquer et s'associer », justifie Viktor Akesson, consultant chez DB Schenker Consulting AB, une filiale conseil suédoise spécialisée en projets logistiques. Il est encore trop tôt pour déterminer sur quelles routes seront effectuées ces tests, et avec combien de véhicules au total. « Nous avons proposé plusieurs pistes dont nous attendons l'approbation par les autorités. Cette expérimentation s'effectuera exclusivement en Suède et ne sera pas transfrontalière », détaille Viktor Akesson. Ce dernier précise que les camions seront conduits par des chauffeurs « maisons » et qu'aucun véhicule ne roulera sans personne à bord. « Lorsque les camions se suivent à un intervalle d'une seconde à la vitesse de 80 km/h, les premiers essais montrent que le potentiel d'économie de carburant varie de 3 à 7%, selon l'emplacement du véhicule dans le peloton », explique Gunnar Tornmalm, responsable du service Développement de Scania. « En dehors des gains attendus en terme d'émissions de CO2, nous souhaitons observer quels peuvent être les autres avantages d'un convoi inséré dans des conditions réelle de trafic », indique pour sa part Mats Grundius, PDG de DB Schenker Suède. Le projet Sweden4Platooning surveillera particulièrement les échanges entre véhicules, et la façon dont ils parviendront à communiquer avant de parvenir à former un peloton, tout comme les aspects sécuritaires. Plusieurs instituts de recherche suédois sont mobilisés, de même l'équivalent du ministère des Transports suédois. « Ce projet ouvre la voie à l'introduction des convois sur les routes publiques », veut ainsi croire Hamid Zarghampour, responsable stratégique au département des Véhicules connectés et automatisés de l'Administration suédoise des transports. Un discours qui tranche avec la frilosité hexagonale sur le sujet. GH
 
   
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Anne Kerriou
Rédactrice en Chef
Actu-Transport-Logistique.fr
Tél. 01 81 69 85 64
a.kerriou@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°207
24 octobre 2017
OCTOBRE

Mardi 24
Colloque
national
de l'AFRA

Palais du
Luxembourg,
Paris


NOVEMBRE

Mercredi 15
Objectif OFP
Levallois


Jeudi 16
GNTC
Assemblée générale


Du mardi 21
au mercredi 22
Assises
de l’Économie
de la Mer

Le Havre


Du mardi 21
au samedi 25
Solutrans
Lyon Eurexpe


Du mercredi 29
au jeudi 30
Riverdating
Paris