LinkedIn Twitter Facebook
 


Travailleurs
détachés :
un accord
au goût amer


Le groupement
Astre s'ouvre
à l'overseas en
rachetant ACI


En 2020,
35% de la flotte
du groupe
Jost roulera
au GNL


Piraterie
maritime :
le nombre
d'incidents
poursuit
sa décrue


P&O
Ferrymasters :
5e fréquence
entre Poznan
et Rotterdam
Travailleurs détachés
Un accord au goût amer
pour le transport routier

Le Conseil des ministres du Travail européens est parvenu à un accord sur la révision de la directive « travailleurs détachés » le 23 octobre. Ce texte confirme que les règles du détachement s'appliquent bien au secteur du transport routier, ce dont s'est félicitée la ministre française du Travail, Muriel Pénicaud, à l'issue du Conseil. En revanche, l'accord entérine aussi « une application ad hoc et différée » de la directive révisée dans le transport, le temps que des dispositions spécifiques soient négociées dans le cadre du Paquet Mobilité. Autrement dit, durant la période de transition, c'est toujours l'ancienne directive de 1996 qui s'appliquera. Muriel Pénicaud, comme sa collègue des Transports Élisabeth Borne, ont martelé que les salariés français du secteur restent protégés par la loi Macron de 2015, qui instaure le salaire minimum. Mais les professionnels du transport routier, aussi bien côté patronal que côté salariés, ont émis des réserves, quand ils n'ont pas carrément laissé exploser leur colère. La FNTR et TLF demandent comment sera vérifié le paiement effectif du salaire français à un conducteur européen ayant réalisé soit un cabotage, soit un transport international sur le territoire français. L'OTRE estime quant à elle que la France a « capitulé en rase campagne devant la pression et les exigences des pays d'Europe centrale et de la péninsule Ibérique ». Elle s'inquiète en conséquence d'une fragilisation dans les négociations du paquet Mobilité et demande par ailleurs aussi des garanties sur l'application de la loi Macron et un renforcement des contrôles. Pour la Fédération européenne des travailleurs du transport (ETF), enfin, le compromis européen fait des chauffeurs routiers « des citoyens de seconde zone de l'Union européenne », offrant « une porte de sortie facile pour les sociétés de transport qui veulent accéder à des marchés domestiques du transport routier en pratiquant le dumping social sur les salaires ». AK
Pour en
savoir plus
   
  Il a fallu 12 heures de négociations aux ministres du Travail et des Affaires sociales de l'Union européenne pour trouver un compromis sur la révision de la directive « travailleurs détachés ». ©Union européenne  
 
 
 


« La France a
capitulé en rase
campagne devant
la pression et
les exigences des
pays d'Europe
centrale et
de la péninsule
Ibérique »,

estime
l'OTRE
après l'accord
sur les
travailleurs
détachés.
Freight Forwarding
Astre s'ouvre à l'overseas
en rachetant ACI

Astre, premier groupement européen de transport et de logistique avec environ 170 PME actionnaires, vient d'annoncer le lancement d'Astre Overseas, suite au rachat du commissionnaire de transport Air Cargo International (ACI). Cette PME réalise un chiffre d'affaires de 15 M€ et emploie 30 salariés en France (Roissy, Orly, Lyon, Marseille et Clermont-Ferrand) et aux États-Unis (San Francisco). Les compétences internes d'ACI, qui conservera sa dénomination pendant encore un certain temps, vont désormais permettre aux adhérents transporteurs et logisticiens du groupement Astre de pouvoir répondre aux demandes de leurs clients sur des problématiques overseas, notamment sur l'organisation de différents modes de transport (maritime, fluvial, aérien, ferroviaire, multimodal), l'acheminement des marchandises, la prise en charge des procédures administratives et douanières ou encore le stockage sous douane. Astre Overseas est ainsi considérée comme une nouvelle solution réseau du groupement, au même titre que Astre Palet System, Astre Chariot ou Astre Location. JLR
 
   
 


500.
C'est le nombre
de camions
Iveco Stralis
roulant au GNV
qui intégreront
la flotte
du groupe belge
Jost d'ici 2020.
Camions
En 2020, 35% de la flotte
du groupe Jost roulera au GNL

C'est un gros coup pour Iveco et la motorisation GNV. Le groupe de transport et logistique Jost vient de signer un accord pour la fourniture de 500 camions Stralis NP alimentés au GNL. Le groupe belge, qui compte actuellement 1…400 camions (pour 3…000 remorques), entend ainsi convertir 35% de sa flotte au GNL d'ici 2020. Les 150 premiers véhicules entreront en service au cours de l'année 2018 et remplaceront des anciens véhicules à moteur diesel datant de 4 à 5 ans. La société exploite déjà 132 Stralis, dont deux fonctionnant au gaz naturel comprimé (GNC). À titre de comparaison, cette commande représente à elle seule les deux tiers du marché des camions GNV en France sur 2017 (GNC et GNL confondus), puisque cette année les immatriculations devraient s'établir à 750 unités (voir NLF n°205). « Il s'agit d'un tournant décisif pour notre activité, car nous amorçons un retrait stratégique de notre dépendance au diesel au profit d'une « logistique verte », à la demande de nos clients qui souhaitent un transport plus durable. Notre excellente expérience des véhicules diesel Stralis Euro 5 EEV nous a permis d'établir une relation solide avec Iveco, soutenue par un très bon réseau de service en Belgique », justifie Roland Jost, propriétaire du groupe éponyme. Le constructeur indique que les émissions de CO2 du Stralis NP sont jusqu'à 10% inférieures à son équivalent diesel, en fonction de la mission et de la composition du gaz (et nettement plus avec du biométhane). Sur la longue distance, les émissions de NOx sont réduites de 50% par rapport au diesel et les niveaux de particules sont équivalents au diesel Euro 6. Le gaz permet également de réduire les niveaux de bruits d'environ 50%.
Le groupe Jost compte par ailleurs investir dans sa propre infrastructure de ravitaillement en GNL, avec le projet d'ouvrir jusqu'à trois stations dans ses principaux centres d'exploitation en Belgique. GH
 
   
  La commande du groupe Jost représente à elle seule
les deux tiers du marché des camions GNV en France
sur 2017. ©Iveco
 
 
 
 
  Piraterie maritime
Le nombre d'incidents
poursuit sa décrue

Le Bureau maritime international fait état de 121 actes de piraterie entre janvier et septembre 2017. C'est 20 de moins que pour la même période de 2016, et surtout bien en-deçà du pic de 190 incidents pour les trois premiers trimestres de 2015. Mais les variations géographiques restent importantes. Les trois principaux pays touchés, à savoir l'Indonésie, le Nigeria et les Philippines, représentent la moitié des incidents recensés. L'Asie du Sud-Est conserve son triste leadership, avec environ un tiers des actes répertoriés. L'Afrique suit de peu avec 42 attaques, dont 20 pour le seul Nigeria (contre 31 en 2016). Le continent sud-américain, enfin, passe de 16 à 20 attaques, avec une progression continue au Venezuela, qui enregistre 11 actes en 2017 contre 3 en 2016 et 1 seul en 2015. Les navires les plus touchés sont les vraquiers, suivis des pétroliers et des porte-conteneurs. AK
 
 

Ferroviaire
P&O Ferrymasters augmente les
fréquences entre Poznan et Rotterdam

P&O Ferrymasters ajoute une 5e rotation par semaine sur son service ferroviaire reliant la ville polonaise de Poznan au port de Rotterdam, ce qui représente une augmentation de capacité de 25%. Lancé il y a quatre mois, ce service est assuré en collaboration avec la société logistique polonaise Erontrans et l'opérateur ferroviaire LTE Netherlands. Chaque train, dont le trajet dure 20 heures est composé de 36 remorques pouvant transporter chacune 28 tonnes. Une fois parvenues au terminal Europoort de Rotterdam, les marchandises sont acheminées en Grande-Bretagne par P&O Ferries. AK
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Anne Kerriou
Rédactrice en Chef
Actu-Transport-Logistique.fr
Tél. 01 81 69 85 64
a.kerriou@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°208
25 octobre 2017
NOVEMBRE

Mercredi 15
Objectif OFP
Levallois


Jeudi 16
GNTC
Assemblée générale


Du mardi 21
au mercredi 22
Assises
de l’Économie
de la Mer

Le Havre


Du mardi 21
au samedi 25
Solutrans
Lyon Eurexpe


Du mercredi 29
au jeudi 30
Riverdating
Paris