LinkedIn Twitter Facebook
 


Centre-Val
de Loire : trois
transporteurs
routiers
sanctionnés


Espagne :
l'écotaxe basque
sur la N-1
pourrait faire
des petits


Port de Marseille :
la diversification
permet une
quasi stabilité
du trafic


Le trafic du port
de La Rochelle
à nouveau en
baisse
en 2017


Chéreau réinvente
la semi-remorque
frigorifique
Centre-Val de Loire
Trois transporteurs routiers
sanctionnés

Une interdiction de cabotage sur le territoire français pour deux transporteurs espagnols et une immobilisation de véhicules contre une société française : le préfet de la Région Centre-Val de Loire a prononcé une série de sanctions en réponse à des infractions à la législation sur le transport routier de marchandises. La société Langlais, un transporteur basé à Saint-Jean-de-Braye dans le Loiret, est sanctionnée pour de multiples infractions constatées entre avril 2015 et novembre 2017. L'entreprise écope d'une sanction d'immobilisation de deux véhicules, pour une durée de deux mois. Le préfet de la Région Centre-Val de Loire a par ailleurs prononcé des sanctions lourdes à l'encontre de deux transporteurs espagnols : Ascension Garcia, basée à San Javier, et Logistica Penalver, installée à Motril. Elles font l'objet d'une interdiction d'effectuer des opérations de cabotage sur le territoire français pour une durée d'un an, qui prend effet à compter du 15 février 2018. Cette décision vient sanctionner « l'accumulation d'infractions lors de transport de cabotage, dont des délits de cabotage irrégulier et des délits de modification ou d'emploi irrégulier du dispositif de contrôle du temps de conduite (tachygraphe) », précise la préfecture dans un communiqué. AK
Dessin : les contrôles routiers dans le Centre-Val de Loire ont permis de relever notamment des infractions sur le cabotage et les temps de conduite et les temps de conduite et de repos. ©Adobe Stock
Pour en
savoir plus

 
 
 


« Nous notons
un engouement
sans précédent
pour les espaces
fonciers,
avec
55 hectares
de surfaces
logistiques
et entrepôts
développés et
commercialisés
en 2017 »,


se réjouit
Christine Cabau
Woerhel,

présidente
du directoire
Grand Port
Maritime
de Marseille.

Espagne
L'écotaxe basque sur la N-1
pourrait faire des petits

La mise en route du premier tronçon écotaxe d'Espagne par la province basque du Gipuzkoa, le 9 janvier dernier sur la Nationale 1 (N-1), donne des idées à sa voisine d'Alava. Cette petite province basque autonome, située au sud du Gipuzkoa, étudie en effet la possibilité d'installer des portiques sur la N-240. Cette mesure obligerait les poids lourds en transit à se reporter sur l'autoroute voisine AP-68. La semaine dernière, Josu López Ubierna, conseiller régional adjoint aux Infrastructures routières, a ainsi présenté à la Chambre régionale d'Alava une étude juridique et technique visant à interdire les véhicules lourds sur un tronçon de la N-240 partant de la limite de la province de Biscaye jusqu'à la jonction N-240/A-3006. Ce rapport, commandé par la Province, considère l'établissement d'un péage comme « la meilleure solution » pour atténuer le trafic de transit PL. Pour l'instant, il ne s'agit que d'une hypothèse, a indiqué M. López Ubierna, en précisant que les poids lourds n'étaient pas plus impliqués que les autres catégories de véhicules dans les accidents relevés sur la N-240. « Pour l'heure, les conditions ne sont pas réunies », a-t-il précisé. Toutefois, la province fait savoir qu'elle pourrait passer à l'acte en cas d'un trafic camion trop élevé. De manière concomitante, le ministère des Infrastructures travaille sur une interdiction des transports exceptionnels sur la N-240, avec un transfert sur l'AP-68 obligatoire (compensé par une baisse de tarif sur l'autoroute). GH
Pour en
savoir plus

 
   
  Alava, petite province basque autonome située au sud du Gipuzkoa, étudie la possibilité d'installer des portiques sur la N-240 pour obliger les poids lourds en transit à se reporter sur l'autoroute voisine AP-68. ©Adobe Stock  
 

Port de Marseille
La diversification permet
une quasi stabilité du trafic

Le Grand Port Maritime de Marseille a enregistré un repli de 0,4% en 2017, avec un trafic global de 80,6 Mt. Une tendance principalement imputable au recul attendu des hydrocarbures, affectés par l'arrêt des imports de brut à la raffinerie de Total La Mède. Globalement, la filière vracs liquides régresse de 5%, à 46,5 Mt. « C'est la seule filière dont les tonnages ont diminué, et les 2,7 MT que nous avons perdues ont sensiblement été compensées ailleurs », a indiqué Christine Cabau Woerhel, présidente du directoire du GPMM, lors de la présentation des résultats annuels. Les marchandises diverses, en particulier, se sont bien comportées.
Cette branche, en progression de 11%, franchit pour la première fois le cap des 20 Mt pour atteindre précisément 20,4 Mt. Les conteneurs en représentent plus de la moitié (13 Mt, en hausse de 10%) et totalisent 1,4 M EVP. Le trafic de remorques (+11% à 202.000 unités), les voitures (+18% à 198.800 unités) et le conventionnel ont également alimenté la croissance. Les vracs solides, enfin, progressent de 5% à 13,6 Mt. « Nous notons aussi un engouement sans précédent pour les espaces fonciers, avec 55 hectares de surfaces logistiques et entrepôts développés et commercialisés en 2017 », a ajouté la présidente du directoire. Christine Cabau Woerhel a enfin évoqué une nette progression du ferroviaire dans les pré et post-acheminements (+15% à 140.000 EVP, soit 10% des conteneurs traités). Le fluvial, en revanche, est en retrait (-5% à 79.000 EVP), mais une reprise est attendue en 2018. AK
Pour en
savoir plu
s
 
   
  L'activité conteneurs a connu sa 6e année consécutive de hausse en 2017. ©Port de Marseille  
 
 
 


10.
C'est, en millions
de tonnes,
l'objectif que
Michel Puyrazat,
directeur
président
du directoire de
Port Atlantique
La Rochelle,
n'hésite pas
à fixer
pour 2018.
Port de La Rochelle
Le trafic s'inscrit à nouveau
en baisse en 2017

Les années se suivent et se ressemblent pour le Port Atlantique La Rochelle. Il a enregistré une seconde année de baisse consécutive, à 8.566.352 tonnes. À 7,2%, le déclin du trafic est plus marqué qu'en 2016, où il avait atteint près de 6%. Ce sont encore une fois les céréales qui ont fortement impacté les résultats. Leur part dans le trafic ne représente plus que 37%. Pour expliquer ces mauvais résultats, la direction du port avance « la très mauvaise récolte de l'année précédente (...). Malgré une récolte de l'été 2017 laissant entrevoir de belles perspectives, la conjugaison des prix bas, de la parité euro/dollar et des excellentes récoltes de la mer Noire ont freiné les échanges commerciaux français sur ce type de produits au cours du deuxième semestre ». Les produits pétroliers ont souffert également mais dans une moindre mesure (-8,7%). « C'est là la conjonction de deux faits. (...) La baisse dans les trafics pétroliers n'est donc que conjoncturelle », explique Michel Puyrazat, président du directoire du port. Comme anticipé dès le début de l'exercice 2017, La Rochelle s'attend à ce que son trafic redevienne « normal » cette année. L'évolution des exportations de céréales ainsi que l'absence d'éléments conjoncturels sur la filière produits pétroliers devraient favoriser le retour à la croissance sensible des trafics. À telle enseigne que Michel Puyrazat n'hésite pas à fixer l'objectif de 10 millions de tonnes pour 2018. Ce sera alors un nouveau record pour le port puisque le précédent date de 2015, avec 9,8 millions de tonnes. Les investissements seront en revanche moins importants en 2018, inférieurs à la quinzaine de millions d'euros réalisés en 2017. Ce sera en effet une année de transition avant l'engagement des 80 millions d'euros prévus dans le cadre du projet Port Horizon 2025. OC
Pour en
savoir plus
 
   
  2018 marquera la fin des aménagements réalisés sur le port de service, visible au premier plan. ©Olivier Constant  
 

Carrosserie
Chéreau réinvente
la semi-remorque frigorifique

Révélée en juillet dernier, la semi-remorque NExT se caractérise par le multiplexage de ses circuits électriques et sera produite en série à partir de l'automne prochain. Elle concrétise la première brique technologique d'un projet beaucoup plus vaste qui représentera un bond technologique notable, mais dont le premier prototype ne sera pas visible avant mars 2019. Lancé depuis le 1er septembre 2016, le projet ROAD (Refrigerated Optimized Advanced Design) doit conduire en trois ans à une nouvelle semi-remorque frigorifique qui sera à la fois plus légère à robustesse égale, plus aérodynamique, mieux isolée thermiquement et plus respectueuse de l'environnement. Dans ce but elle évite le recours à un fluide frigorigène habituel (dont l'effet de serre est 4.000 fois supérieur à celui du CO2) et le remplace par du CO2 au prix d'un cycle compression-détente moins facile à maîtriser. Le moteur diesel du groupe disparaît au profit d'un moteur électrique alimenté par une pile à combustible, elle-même approvisionnée par un réservoir d'hydrogène autorisant 2,5 jours d'autonomie. Dès janvier 2018, les semi-remorques Chéreau profitent d'un allégement de 200 kg grâce aux études en cours. L'allégement pourra finalement atteindre 500 à 1.000 kg. Pour développer ROAD, Chéreau s'est entouré de nombreux partenaires, tant pour la simulation que pour l'adaptation des piles à combustibles et des convertisseurs de courant. Comme le montre NExT, les briques technologiques de ROAD pourront être commercialisées ensemble ou séparément, selon les attentes des clients. LF
 
   
  Le projet ROAD doit conduire en trois ans à une nouvelle semi-remorque frigorifique à la fois plus légère à robustesse égale, plus aérodynamique, mieux isolée thermiquement et plus respectueuse de l'environnement. ©DR  
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Anne Kerriou
Rédactrice en Chef
Actu-Transport-Logistique.fr
Tél. 01 81 69 85 64
a.kerriou@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°258
25 janvier 2018
FÉEVRIER

Mercredi 7
Fruit Logistica
Berlin


MARS

Mardi 13
au jeudi 15
Salon Logimat
Stuttgart


Mardi 20
au vendredi 23 Semaine
internationale
du transport et
de la logistique

Villepinte


Mardi 20
au vendredi 23
Intralogistics
Europe

Villepinte


Mardi 27
Salon Industrie
Villepinte