LinkedIn Twitter Facebook
 


Matignon
dévoile
les premières
lignes
de sa réforme
ferroviaire


Ponts de mai :
l'UNTF plaide
pour un 10 mai
travaillé


Coursier.fr
passe
au big data


Premier
test réussi
pour le drone
de livraison
d'Airbus
à Singapour


L'embellie se
confirme pour
les armateurs
Politique
Matignon dévoile les premières lignes
de sa réforme ferroviaire

À chaque gouvernement sa réforme ferroviaire. Après celle du gouvernement Ayrault en 2014, c'est au tour de celle d'Édouard Philippe de débuter. Au fil des gouvernements et des réformes, un constat de départ similaire : l'opérateur historique se trouve dans une impasse financière, avec un réseau vieillissant et une qualité de service qui se dégrade. Si le gouvernement Ayrault estimait la dette ferroviaire entre 1 milliard d'euros (Md€) et 1,5 Md€ par an, « elle se creuse de 3 Md€ chaque année et est passée de 20 à 50 Md€ en 20 ans. La SNCF doit ainsi payer 1,5 Md€ pour le seul remboursement des intérêts financiers de sa dette », a rappelé Édouard Philippe. Là où le gouvernement précédent s'était attaché à créer un gestionnaire d'infrastructure unique (GIU) composé de trois EPIC (établissement public à caractère industriel et commercial) dans un souci de séparation comptable exigée par Bruxelles, le projet annoncé par Édouard Philippe s'oriente vers un modèle intégré, inspiré du système allemand. Néanmoins, aux yeux du Premier ministre, « examiner le sujet de la transformation de la SNCF en société nationale à capitaux publics serait l'inverse d'une privatisation, puisque l'État détiendrait des titres incessibles, et permettrait de sortir du piège d'une capacité d'endettement sans limite ». DIL
Pour en
savoir plus

 
  L'opérateur historique se trouve dans une impasse financière, avec un réseau vieillissant et une qualité de service qui se dégrade. ©DIL  
 
 
 


« Examiner
le sujet de la
transformation
de la SNCF en
société nationale
à capitaux publics
serait l'inverse
d'une
privatisation,
puisque l'État
détiendrait des
titres incessibles,
et permettrait
de sortir
du piège
d'une capacité
d'endettement
sans limite »
,

estime
Édouard Philippe,
Premier ministre.

Ponts de mai
L'UNTF plaide pour un 10 mai travaillé

En prévision des jours fériés qui morcelleront l'activité du mois de mai, l'Union nationale du transport frigorifique (UNTF) déclare maintenir sa recommandation de considérer le jeudi 10 mai comme une journée de travail comme les autres. Cette proposition s'inscrit dans « un souci d'optimisation des flux logistiques, tant de la filière amont que des enseignes de distribution qui devraient être fortement sollicitées à la fin de cette semaine 19 qui comptera 2 jours fériés, le mardi 8 et le jeudi 10 mai », plaide l'UNTF dans un communiqué de presse. Déjà, l'UNTF préconise que les denrées alimentaires, fraîches ou surgelées, nécessitant des réapprovisionnements fréquents et dont certaines ont une date limite de consommation courte, soient chargées chez leurs producteurs le 10 mai. DIL
 
 
  En réalité, le syndicat craint que la cacophonie qui a entouré les récents épisodes neigeux ne se reproduise. ©Adobe Stock  
 
  Digital
Coursier.fr passe au big data

3.000 courses par jour, 250 coursiers, 15 régulateurs... 101 400 possibilités de livraison. Pour continuer à croître, Coursier.fr ne pouvait se contenter d'embaucher de nouveaux répartiteurs, considérant la limite humaine atteinte pour gérer autant de données. « La clé de notre rentabilité, c'est la mutualisation des courses, puis leur répartition en fonction du coursier, de sa position géographique, de son véhicule (vélo, scooter ou camion), du trafic, du poids et du volume des colis, de l'optimisation de tournées... », détaille Yann Thebault, directeur informatique du groupe, embauché il y a un an et demi pour développer un nouvel algorithme. « Les seuls outils qui existent sur marché sont des optimisateurs de tournées. Or, nous voulions plus que cela », poursuit-il. Avec une nouvelle commande qui tombe toutes les 10 secondes, la meilleure répartition doit être recalculée en temps réel. Coursier.fr espère ainsi augmenter sa productivité de 20%. EL
Pour en
savoir plus
 
   
  L'algorithme de Coursier.fr prend en compte l'ensemble des données pour proposer plusieurs scénarios en temps réel aux régulateurs, en faisant varier les différents paramètres : coursier, situation géographique, trafic, véhicule utilisé, poids et volume transporté. ©DR  
 
 
 


20,98.
C'est en millions
d'EVP
les capacités
de transport
maritime au
niveau mondial
observées
l'an dernier
par Drury
Supply Chain
Advisors.
Innovation
Premier test réussi pour le drone
de livraison d'Airbus à Singapour

Airbus n'a pas l'intention de laisser filer le marché des drones pour la livraison de petit colis. Un drone baptisé Skyways a réalisé un premier vol autonome sur le site de l'Université nationale de Singapour : l'engin s'est posé sur le toit d'un bâtiment, avant d'être chargé par un bras robotisé et de repartir vers son point de livraison, un casier dont l'accès est accessible par un code d'accès. Le choix de Singapour n'est pas anodin. Les drones de Skyways sont avant tout destinés à être utilisé dans le milieu densément peuplé de la cité-État. « Ce projet contribuera à élaborer des règles novatrices pour soutenir le développement de l'industrie des avions sans pilote à Singapour », souligne Kevin Shum, directeur général de l'Autorité de l'aviation civile de Singapour (CAAS). GH
Pour en
savoir plus
 
   
  L'engin s'est posé sur le toit d'un bâtiment, avant d'être chargé par un bras robotisé et de repartir vers son point de livraison, un casier dont l'accès est accessible par un code d'accès. ©Airbus  
 


Tendances
L'embellie se confirme
pour les armateurs

Les bénéfices cumulés des acteurs du transport maritime ont atteint 7 Md$ en 2017 selon les analystes de Drury Supply Chain Advisors. Ces derniers prédisent une année 2018 du même acabit malgré la croissance continue des capacités de transport au niveau mondial. Elle a d'ailleurs atteint 20,98 MEVP l'an dernier (+10,8%). Ceci s'explique par la bonne tenue des échanges internationaux qui devraient se traduire par une croissance de 4,3% en 2018 des volumes pour le secteur maritime. Les tarifs spot suivent également cette tendance haussière : le transport d'un conteneur EVP au départ de l'Asie se négocie actuellement au Shanghai Containerized Freight Index à 912 USD en direction de l'Europe du Nord et 797 USD (+3,2%) vers la Méditerranée, celui d'un 40 pieds sera facturé 1.552 USD en direction de la côte ouest des USA (+6,5%) et 2.843 USD vers la côte est (+3%). PM
 
   
  Les analystes de Drury Supply Chain Advisors prédisent une année 2018 du même acabit malgré la croissance continue des capacités de transport au niveau mondiale. ©The Loadstar  
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Anne Kerriou
Rédactrice en Chef
Actu-Transport-Logistique.fr
Tél. 01 81 69 85 64
a.kerriou@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°281
27 février 2018
MARS

Mardi 13
au jeudi 15
Salon Logimat
Stuttgart

Mardi 13
au jeudi 15
Wold Cargo Symposium IATA
Dallas


Mardi 20
au vendredi 23 Semaine
internationale
du transport et
de la logistique

Villepinte


Mardi 20
au vendredi 23
Intralogistics
Europe

Villepinte


Mardi 27
Salon Industrie
Villepinte


AVRIL

Mercredi 4
au jeudi 5
Rail Industry
Meetings

Valenciennes


MAI

Mardi 1er
au jeudi 3
Multimodal
Birmingham