LinkedIn Twitter Facebook
 


L'aéroport
de Strasbourg
soigne le marché
pharma


Transporteur
de l'Année 2018 :
les 4 finalistes
en lice


Les Transports
Choquet
rejoignent
le groupement
Tred Union


Ferroviaire :
la formation
de conducteur
de GTIF inscrite
au RNCP


L'INTERVIEW
Jérôme Petit,
CEO Afrique de
Bolloré Logistics
Produits pharma
L'aéroport de Strasbourg se dote
d'entrepôts à température dirigée

La peinture est encore fraîche et les derniers équipements en cours de mise en place. Mais sans attendre, Heppner a convié ses clients du secteur pharmaceutique de la Région Grand Est à venir découvrir les nouvelles installations de l'aéroport de Strasbourg qui leur sont dédiées, le 15 mars dernier. L'aérogare de fret de 5.800 m2, exploitée par l'agent de handling WFS, compte désormais 700 m2 d'entrepôts à température dirigée : 500 m2 à 15 ° -25 ° et 200 m2 à 2° -8°. De quoi commencer à rivaliser avec le puissant voisin Bâle-Mulhouse pour capter le fret pharmaceutique.
« La réalisation de ce projet est un aboutissement pour nous, car le rôle d'un aéroport est de proposer des solutions de transport aux acteurs de son territoire, et avant tout aux entreprises. Nous avons beaucoup travaillé avec Heppner, mais aussi avec WFS et d'autres acteurs qui nous ont fait comprendre que la plate-forme n'était pas assez positionnée sur le fret aérien »
, a souligné Thomas Dubus, président du directoire de l'aéroport de Strasbourg, lors de la présentation des nouvelles installations.
L'aéroport a investi 1,5 million d'euros dans ce projet, pour la construction des entrepôts mais aussi la réalisation d'un nouveau bâtiment de bureaux qui a permis de libérer de la place dans l'aérogare de fret. AK
Pour en
savoir plus

 
  Le nouveau site dispose d'une zone fermée pour l'accueil des camions, afin de minimiser les écarts de température lors du chargement/déchargement. ©AK  
 
 
 

Transporteur de l'Année 2018
Les 4 finalistes en lice

Comme à l'accoutumée, quatre entreprises du transport routier de marchandises seront mises à l'honneur le 19 mars lors de l'élection du Transporteur de l'Année. Parmi ces transporteurs sélectionnés par le jury, trois se verront remettre une Palme du Transport. Le quatrième sera couronné du titre de Transporteur de l'Année 2018. Les finalistes ont pour nom Jean-Claude Brunier (groupe TAB – 34), Julien Depaeuw (Transports Depaeuw – 59), Laurent Galle (groupe Noblet – 77) et Patrice Jammet (Transports éponymes – 86). Le successeur de Philippe Doumen se trouve parmi ces 4 transporteurs émérites. SB
Pour en
savoir plus

 
   
  De gauche à droite : Laurent Galle (groupe Noblet – 77), Jean-Claude Brunier (groupe TAB – 34), Patrice Jammet (Transports éponymes – 86) et Julien Depaeuw (Transports Depaeuw – 59). ©DR  
 


« Nous déployons
un plan
d'investissements
ogistiques de
près de 100 M€
sur la période
2017-2018
pour implanter
des bâtiments
répondant
aux meilleurs
standards
internationaux
sur 8 hubs
régionaux
stratégiques :
le Maroc
(Tanger Med),
le Sénégal,
la Côte d'Ivoire,
le Nigéria,
le Ghana,
le Cameroun,
l'Afrique du Sud
et le Kenya »,

indique
Jérôme Petit,
CEO Afrique
de Bolloré
Logistics.

Groupement
Les Transports Choquet
rejoignent Tred Union

Les Transports Choquet, situés dans l'Oise, viennent de rejoindre Tred Union, groupement de transporteurs français, ce qui conforte la stratégie de développement à laquelle ils aspirent. Vincent Choquet et son frère Robin dirigent l'entreprise familiale, qui existe depuis plus de 35 ans. En échange, ils mettent notamment à la disposition des autres membres du groupement une nouvelle solution de stockage, un atelier mécanique interne, une station de lavage et un service de dépannage. Créé en 2009, le réseau Tred Union compte aujourd'hui 138 adhérents, 8.500 collaborateurs et 950.000 m2 de stockage. Il intervient dans 4 grands secteurs, le transport de fret palettisable en lots complets et partiels, la messagerie palette, la logistique et les métiers annexes tels que l'exceptionnel, la température dirigée, le levage et la manutention. Les Transports Choquet ont lancé, voici deux ans, un challenge interne, dans le cadre du programme « Objectif CO² », qui permet à leurs 75 conducteurs de mesurer et suivre les émissions de polluants atmosphériques de leur véhicule.
Avec des conséquences environnementales et économiques non négligeables puisque le parc de véhicules comprend 69 véhicules tracteurs et 85 semi-remorques.
Après avoir été formés, les conducteurs sont évalués sur 3 critères : la plus basse consommation de gazole, la meilleure progression en 3 mois (en termes de consommation) et l'implication au challenge. MHG
Pour en
savoir plus
 
 
  En rejoignant le réseau Tred Union, les Transports Choquet permettent à ce groupement national de transporteurs d'étoffer son réseau d'adhérents en se positionnant dans les Hauts-de-France, une région au tissu économique particulièrement dense. ©DR  
 
 
 


5.800.

C'est le nombre
de mètres carrés
qu'occupe
l'aérogare
de fret
de Strasbourg,
exploitée
par l'agent
de handling
WFS,
dont désormais
700 m2
d'entrepôts
à température
dirigée.
Fret ferroviaire
La formation de conducteur de GTIF
inscrite au RNCP

Le centre de formation ferroviaire indépendant de Montceau-les-Mines vient de voir sa formation de conducteur de train fret inscrite au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), à la faveur d'une arrêté paru au Journal Officielle du 8 février. Spécialisé dans la formation ferroviaire avec un effectif d'une vingtaine de personne renforcé par vingt formateurs vacataires, GTIF va ainsi pouvoir augmenter sa capacité de formation « aidée ».
Cette reconnaissance, à l'heure où « il existe une pénurie de conducteurs de train de fret, va par ailleurs permettre aux personnes suivant cette formation de bénéficier de financements mis en place par les Conseils Régionaux ou les Pôles Emploi dans le cadre d'un retour à l'emploi durable. Le montant de la formation d'une durée variant de six à neuf mois suivant le niveau d'aptitude et les prérequis de la personne à former excède, en effet, largement les 10.000 € », explique Philippe François, directeur général de GTIF. OC
Pour en
savoir plus
 
 
  La pénurie de conducteurs frappe le transport routier, mais aussi le fret ferroviaire. ©Olivier Constant  
 
L'I N T E R V I E W  

Jérôme Petit, CEO
Bolloré Logistics
Afrique
« En logistique,
le maillon le plus faible
conditionne l'efficacité
de l'ensemble »

La SITL a décidé de faire du thème de la logistique en Afrique un temps fort de son édition 2018, par le biais du African Logistics Forum organisé les 21 et 22 mars. Jérôme Petit, CEO Afrique de Bolloré Logistics depuis deux ans après avoir mené une partie de sa carrière en Asie, nous décrypte en avant-première les grandes tendances du continent.

Actu-Transport-Logistique.fr : Selon vous, quels sont les principaux défis logistiques que doit aujourd'hui relever le continent africain ?
Jérôme Petit
: Beaucoup d'investissements et de progrès ont été réalisés ces dernières années en matière d'infrastructures aéroportuaires et surtout portuaires. Le groupe Bolloré Transport & Logistics, qui exploite aujourd'hui 17 terminaux portuaires en Afrique, a d'ailleurs été l'un des moteurs de ce mouvement qui permet de réduire la congestion et d'accueillir des navires de plus en plus grands. En revanche, les autres maillons, en amont et en aval des terminaux, n'ont pas évolué au même rythme, et l'on constate de vrais problèmes d'engorgement et de congestion urbaine. Même chose sur la partie entreposage, où la mise à niveau n'est pas très rapide, comparativement à ce que l'on peut voir dans des pays comme Dubai ou la Chine. Or en logistique, le maillon le plus faible conditionne l'efficacité de l'ensemble. Parmi les défis à relever, on peut citer aussi le manque de fluidité documentaire, le degré limité d'externalisation, mais aussi la faible régionalisation des échanges. Si l'on compare la part du négoce intra-régional en Afrique, par rapport à l'Asie, on est dans un rapport de 1 à 3. L'intra-Afrique ne représente en valeur que 19% des échanges du continent contre 50% en Asie ou 68% en Europe. C'est symptomatique d'un manque d'industries de production ou de transformation, mais aussi d'un manque de fluidité.

ATL : Quels sont les leviers qu'il vous semble urgent d'actionner pour accélérer l'efficacité du système ?
J. P. :
La transformation passe d'abord par la poursuite des investissements dans les terminaux, qui permettent une réduction des coûts logistiques. Mais il faut aussi les intégrer dans un schéma d'ensemble, et c'est tout l'intérêt de l'approche verticale adoptée par le groupe Bolloré Transport & Logistics. Nous déployons un plan d'investissements logistiques de près de 100 M€ sur la période 2017-2018 pour implanter des bâtiments répondant aux meilleurs standards internationaux sur 8 hubs régionaux stratégiques : le Maroc (Tanger Med), le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Nigéria, le Ghana, le Cameroun, l'Afrique du Sud et le Kenya. On constate aussi une vraie prise de conscience des enjeux au niveau des autorités dans de nombreux pays.
Photo ©DR
Pour lire
la suite
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Anne Kerriou
Rédactrice en Chef
Actu-Transport-Logistique.fr
Tél. 01 81 69 85 64
a.kerriou@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°295
19 mars 2018
MARS

Mardi 20
au vendredi 23 Semaine
internationale
du transport et
de la logistique

Villepinte

Mardi 20
au vendredi 23
Intralogistics
Europe

Villepinte


Mardi 27
Salon Industrie
Villepinte


AVRIL

Mercredi 4
au jeudi 5
Rail Industry
Meetings

Valenciennes


MAI

Mardi 1er
au jeudi 3
Multimodal
Birmingham