LinkedIn Twitter Facebook
 


Reportage :
funérailles
nationales
pour
le fondateur
de CMA CGM


Jacques Saadé :
décoré du
Mérite Libanais
à titre
posthume


Jacques Saadé :
l'hommage
rendu
au troisième
armateur
mondial


51.700
immatriculations
de VI prévues
en 2018
CMA CGM
Hommage au « parcours hors
du commun » de Jacques Saadé

Environ 4.000 personnes ont assisté aux obsèques de Jacques Saadé, président fondateur de CMA CGM, ce 29 juin à Marseille en la Cathédrale de la Major. Venus du monde entier, les armateurs ont témoigné de leur soutien à la famille de ce capitaine d'industrie disparu dimanche dernier à l'âge de 81 ans. Elisabeth Borne et Jean-Yves Le Drian, ministre des Transports et de la Défense, ont assisté à la cérémonie religieuse qui s'est déroulée dans la plus pure tradition orthodoxe.
29 juin, 10 heures, la tour CMA CGM est vide. Les salariés de la compagnie maritime, jeunes recrues et fidèles lieutenants de la première heure ont quitté leurs bureaux pour saluer la mémoire de leur dirigeant qui s'est éteint le 24 juin dernier. Après des applaudissements nourris, ils ont rejoint en procession la Cathédrale de La Major longeant les quais d'Arenc. A quelques mètres au large, cinq navires CMA CGM endeuillés, avaient hissé le pavillon noir et stationnaient sur la rade phocéenne embrumée. De la Cathédrale à la Joliette jusqu'à la tour CMA CGM, les navires pleurent leur capitaine Jacques Saadé. Un symbole fort, une communion entre la terre et la mer sur lequel il a bâti en 40 ans un véritable empire aux commandes de 489 navires.
Très rapidement, la foule est devenue compacte avec un cortège de voitures officielles. La ministre des Transports Elisabeth Borne et Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense ont fait le voyage tout comme les anciens ministres Dominique Bussereau, Christian Estrosi, Renaud Muselier. Environ 4.000 personnes se sont rassemblées dans la Cathédrale autour de son épouse Naïla et de leurs trois enfants Rodolphe, Tanya et Junior.
Au nom du président de la République et du gouvernement français, Jean-Yves le Drian, a rendu un vibrant hommage à cet exilé de Syrie puis du Liban en 1978. « En nous quittant, Jacques Saadé laisse dans son sillage l'héritage d'une entreprise exceptionnelle, le souvenir d'un parcours hors du commun et l'exemple d'une volonté qu'aucune épreuve ne pu jamais prendre en défaut », a déclaré le ministre Jean-Yves Le Drian. N.B.C.

   
  Près de 4000 personnes ont salué la mémoire de Jacques Saadé. De nombreuses personnalités du monde économique, politique et maritime avaient fait le déplacement. ©NBC  
 
 
 


« C'est un
grand seigneur
des mers qui
nous a quitté.
Marseille
sait ce qu'elle
lui doit »,


a déclaré
le Pdg de
la Méridionale
Marc
Rerverchon.
Jacques Saadé (suite)
Décoré du Mérite Libanais
à titre posthume

Si la France honore la perte de son plus grand armateur, le Liban a également salué les « nombreuses réalisations sur les plans économique, commercial et social », a déclaré Michel Pharaon, ministre d'Etat à la Planification du Liban. Sur le cercueil, le ministre a déposé la médaille du mérite libanais au nom du président de la République Michel Aoun.
Ému, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a rappelé la contribution de Jacques Saadé au développement de l'attractivité de Marseille et à la création de 2.500 emplois. Il est devenu le premier employeur privé de la ville.
« Il a eu le courage de déplacer le siège de la CGM de Suresnes », souligne le maire. Livrant quelques anecdotes, il rappelle qu'il s'était engagé à ce qu'aucune tour de la Skyline ne dépasse celle construite en 2011 par Zaha Hadid ! « Armateur respecté, vous êtes entré dans la mythologie des grandes familles marseillaises au même titre que Paul Ricard, Jean-Claude Beton (Orangina), Bernard Bellon (Sodexo) », a souligné le maire.
Embarqué dans l'aventure de l'armement dès l'origine en 1978, son beau-frère Farid Salem, toujours à la manœuvre, a assuré qu'il poursuivrait son œuvre aux côtés de Rodolphe son fils à qui il a confié la présidence de la compagnie fin 2017. La cérémonie s'est achevée sur un air de la Traviata de Verdi, opéra qu'il affectionnait. Durant quelques minutes, les cinq porte-conteneurs et rouliers ont fait sonner leurs cornes de brume en guise de dernier salut au président de la CMA CGM.
Marseille sera son dernier port d'attache. Le capitaine Jacques Saadé repose au cimetière Saint-Pierre où seront plantés des cèdres du Liban. N.B.C.
 
   
  Les navires CMA CGM Marco Polo, CMA CGM Leo, APL Gwan Gyang, Aknoul et Mont Ventoux ont hissé le pavois noir en hommage au président fondateur de CMA CGM. ©R.Rossi  
   
 


Jacques Saadé (suite)
L'hommage rendu au troisième
armateur mondial

« J'ai perdu un armateur que je respectais énormément. Nous avions d'excellentes relations, du respect mutuel, voire même de l'affection. C'était un homme généreux », a déclaré Gianlugi Aponte, Pdg de MSC. Le numéro deux mondial de lignes conteneurisées a fait le déplacement de Genève avec Diego Aponte. Vincent Clerc, vice-président de Maersk était également présent tout comme Rolf Habben Jansen, Pdg d'Hapag Lloyd. Ont également assisté à la cérémonie le groupe CIMC (fabricant de conteneurs), China Merchant, PSA venus de Chine et de Singapour. Les armateurs marseillais et la directrice du Grand port Maritime de Marseille assistaient à la cérémonie. « C'est un grand seigneur des mers qui nous a quitté. Marseille sait ce qu'elle lui doit », a déclaré le Pdg de la Méridionale Marc Rerverchon.
Pour Patrick Daher, chef d'entreprise marseillais aux racines levantines, Jacques Saadé incarne « un grand exemple d'entrepreneuriat dans une Cité qui avait tant besoin de renouveau ». N.B.C.
 
   
  Les cornes de brume des cinq navires ont retenti à midi et demie à l'issue de la cérémonie réligieuse. ©NBC  
 
 
 


51 700.
C'est le nombre
de véhicules
industriels de
plus de
5 tonnes
qui seront
immatriculés
cette année,
selon l'OVI.
Marché français
51.700 immatriculations
prévues en 2018

Les immatriculations de véhicules industriels de plus de 5 tonnes pour le deuxième semestre 2018 ont été revues à la hausse. Dans son étude de juin, que nous présentons en avant-première, L'OVI (Observatoire du véhicule industriel) estime à 28.000 et non plus à 26.000 les tracteurs qui seront vendus sur le marché français sur la période. Les tracteurs entraînent avec eux les semis, au sens propre comme au figuré, car les immatriculations de celles-ci seront également à la hausse. Pour les porteurs, les prévisions sont maintenues à 23.700 véhicules compte tenu de l'allongement des délais de livraison. Au total, le marché français s'apprête à dépasser le seuil des 50.000 unités immatriculées sur l'ensemble de l'année (contrairement à ce que nous indiquions dans notre édition de ce matin) avec, exactement, 51.700 unités contre 49.700 initialement prévues. Ces données viennent conforter les chiffres enregistrés depuis le début de l'année, qui faisaient déjà état d'une belle reprise. À l'instar du marché européen (*), l'Hexagone a enregistré un bond de 7,6% au 1er semestre. La hausse a bénéficié surtout aux tracteurs (+10%) qui pèsent désormais pour 55% des immatriculations. L'OVI parle de « début d'année « historique ». La politique de renouvellement du parc des entreprises à des intervalles plus courts se fait aussi sentir. En ce qui concerne les porteurs carrossés de plus de 5 t, ils ont également enregistré une progression des ventes, notamment pour le secteur du BTP, particulièrement dynamique cette année. Avec +12,3%, le segment VUL n'est pas en reste non plus. Au contraire, il serait proche de son plus haut niveau depuis 10 ans. Enfin, les remorques et les semi-remorques ont marqué un bond de presque 14%. Les segments dry, frigo et benne ont été les plus dynamiques.
Autre fait marquant pour l'OVI, les efforts faits par les constructeurs et les transporteurs pour obtenir des économies d'énergie, à la fois en jouant sur l'aérodynamique ou la résistance au roulement mais aussi via les apports de l'informatique embarquée ainsi que l'application de l'IoT et les essais de platooning. L'essor du gaz – et notamment du biométhane – mais aussi l'offre croissante de véhicules électriques sont des phénomènes qui deviennent significatifs, comme l'ont prouvé les nouveautés présentées depuis Solutrans. L'échéance réglementaire européenne de 2019 – obligation pour les constructeurs de déclarer les émissions de CO2 des nouveaux véhicules – y étant certainement pour beaucoup. S.L.G.
(*) Avec plus de 131 000 véhicules immatriculés en début d'année, l'Europe trouve les valeurs de 20.078. Si l'Allemagne se stabilise, la Pologne marque la progression la plus importante avec+19%.
 
 
Évolution des immatriculations des plus de 5 tonnes en France. Source OVI  
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin

Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°356
29 juin 2018
JUIN

Vendredi 29
La Nuit de l'Etoile
du Transport

Lille

 
SEPTEMBRE

Du lundi 10
au mercredi 12
Paris Retail Week
Paris


Du jeudi 20
au jeudi 27
IAA
Hanovre

Lundi 25
au mardi 26
8e Assises
du Port du futur

Paris

OCTOBRE

Du jeudi 11
au samedi 13
Technotrans
Nantes


Du mercredi 17
au jeudi 18
Top Transport
Europe

Marseille

NOVEMBRE

Mercredi 28
et jeudi 29
Riverdating
Strasbourg

DÉCEMBRE

Vendredi 7
au samedi 8
92e congrès
national
de la CSD

Biarritz