LinkedIn Twitter Facebook
 


Perrenot reprend
les Transports
Lemonnier
et le B2C
de Maisons
du Monde


Étude CNR :
le coût du
personnel
de conduite
augmente de 2%


Le Sénat vote
la taxe sur
les livraisons
e-commerce


Le port de
Marseille-Fos
veut « gagner
en soutenabilité
sans perdre
en attractivité »


Les
transporteurs
italiens
se mettent
en grève dans
le port de Gênes
Acquisition
Les Transports Lemonnier et le B2C
de Maisons du Monde
         dans le giron du groupe Perrenot

Le groupe drômois Perrenot vient d'effectuer une double acquisition : les Transports Lemonnier, à Petit-Quevilly, et la filiale livraison en B2C de la chaîne de magasins Maisons du Monde. Depuis le 1er juillet, Perrenot s'est ainsi offert 100% des parts sociales des Transports Lemonnier. Cette entreprise est présente dans la citerne, le conditionné sur palettes (sec et frigo), l'exceptionnel et le levage-manutention. Le conditionné est développé sur un rayon d'action de 400 km au départ et à destination de Rouen, en tauts, fourgons et porteurs ; la citerne s'appuie sur la distribution de produits pétroliers, de lubrifiants et d'AdBlue ; l'exceptionnel opère dans le BTP et l'industrie. L'ensemble de ces spécialités de TRM génère un revenu de 25 M€. Perrenot intègre 250 salariés (près de 120 conducteurs) et met la main sur une flotte de 200 cartes grises/moteurs. Les Transports Lemonnier apportent également dans l'escarcelle, outre le siège de Petit-Quevilly, 4 autres sites implantés à Caen, Pithiviers, Saint-Laurent-de-Mur (69) et Rognac (13). Grâce à cette acquisition, Perrenot renforce encore davantage ses positions chez Casino et s'implante dans les « coops ». C'est également le 1er juillet que le duo Perrenot/Givone a finalisé le rachat d'une partie du fonds de commerce de Maisons du Monde au travers de la filiale transport en B2C (livraison sur la moitié sud de la France et traction) de la chaîne de magasins. Cette opération intègre dans le périmètre du groupe un lot de 6 plateformes basées à Bordeaux, Toulouse, Lyon, Saint-Quentin-Fallavier, Clermont-Ferrand et Arles. SB
Photo : « En l'espace de 10 ans, souligne Philippe Givone, l'associé de Jacky Perrenot, qui pilote la holding Zamenhof Exploitation (transport), le groupe drômois a enregistré une croissance de 1.150% ». ©D.Delion
Pour en
savoir plus

 
 
 


« Entre le
1er avril et le
1er juillet,
nous avons
intégré 500
personnes
et 50 M€
de chiffre
d'affaires
supplé-
mentaires »,


Philippe
Givone,

Perrenot.
Étude CNR
Le coût du personnel
de conduite augmente de 2%

En avril et mai 2018, le coût de personnel de conduite dans le transport routier de marchandises a augmenté de 2% en longue distance et de 2,1% en régional, indique le rapport du Comité national routier (CNR). Une évolution qui n'est pas sans conséquence pour les transporteurs, le personnel de conduite représentant le premier poste de coût d'exploitation d'un poids lourd. Il atteint désormais 36% du coût de revient global d'un ensemble articulé exploité en longue distance ou en régional. Première cause de cette hausse, les partenaires sociaux ont signé le 6 mars 2018 un l'accord revalorisant l'ensemble de la grille des rémunérations conventionnelles de 1,5%. Les nouveaux taux s'appliquent à compter du 1er avril 2018 pour les entreprises membres des organisations signataires. Systématiquement, les surcoûts apparaissent toutefois supérieurs à la revalorisation des taux horaires de rémunération. En cause, la diminution mécanique des allègements de charges « Fillon » lorsque les salaires augmentent, générant ainsi une inflation du taux global de cotisations employeurs (de l'ordre de +1 point avec cet accord). Puis un second accord, portant cette fois sur les indemnités de déplacement de la convention collective, a été conclu le 4 avril 2018. Les taux conventionnels sont ainsi relevés depuis le 1er mai 2018 de 1,2%. GI
 
 


E-commerce
Le Sénat vote la taxe sur les livraisons

Les professionnels du e-commerce sont vent debout contre le projet de loi visant à taxer les livraisons des produits achetés sur Internet. Le 20 juin dernier, les sénateurs ont en effet voté une taxe sur les livraisons e-commerce de 1% à 2% du montant de la commande selon la distance entre le dernier entrepôt et l'adresse de livraison : 1% en-deçà de 50 km, 1,5% jusqu'à 80 km, 2% au-delà, avec un minima porté à 1€. Les livraisons en provenance de l'étranger et qui n'ont pas d'entrepôt en France seront taxées à partir du point d'entrée de leurs colis sur le territoire, sachant que diverses exemptions sont prévues, comme pour les livres ou les produits agricoles locaux en circuit court. De même, cette taxe ne concerne que les livraisons dispensées à des adresses situées en zones Opération sauvegarde économique et revitalisation – OSER –, soit les centres-villes « à protéger ». Enfin, les transports opérés sans énergie fossile seraient exonérés, tout comme les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 50 M€. Initialement, la proposition de loi visait à taxer de 50 centimes chaque kilomètre de livraison ! Le travail de lobbying de la Fédération du e-commerce (Fevad) a permis d'atténuer cette mesure. « Il n'empêche : elle reste un non-sens total, économique et politique », s'indigne Marc Lolivier, son délégué général. Porté par les sénateurs Martial Bourquin (PS) et Rémy Pointereau (LR), le texte vise à inciter le e-commerce à se rapprocher de ses clients, en favorisant les commerçants locaux, qui « bénéficient généralement d'un maillage favorable du territoire, qui peut leur donner un avantage concurrentiel sur les géants du net », bref « rééquilibrer la concurrence entre le commerce physique et l'e-commerce ». En ligne de mire, les grosses enseignes de l'e-commerce type Amazon, Vente-Privée.com ou Cdiscount. GH
Pour lire
la suite
 
   
  Les sénateurs visent les géants du e-commerce, l'évasion fiscale pratiquée par ces compagnies, et la lenteur du processus européen pour les taxer sur le chiffre d'affaires. ©Adobe Stock  
 
 
 


2 %.
En avril et
mai 2018, c'est
l'augmentation
du coût
du personnel
de conduite
dans le transport
routier de
marchandises
en longue
distance, selon
le rapport du
Comité national
routier (CNR).
Marseille-Fos
Le port veut « gagner en soutenabilité
sans perdre en attractivité »

Réduction de la pollution des navires, regroupement des services administratifs sur le port, conflits sociaux des cheminots, projet stratégique du port, sans oublier la nécessaire amélioration des services fluviaux et le démarrage prochain d'une navette ferroviaire vers la Suisse… autant de sujets d'actualité qui animaient les professionnels portuaires phocéens, réunis le 20 juin dernier au palais du Pharo, à Marseille. « 145.000 personnes étaient concernées en Région PACA en 2017 par le dépassement des normes limites de pollution. La France encourt 100 M€ d'amende par an pour le non-respect de la directive européenne de 2010 », a expliqué Dominique Robin, directeur d'Air PACA aux professionnels maritimes et portuaires. Un état des lieux qui incite à mettre en place une série d'initiatives présentées à l'issue de l'assemblée générale de l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos. Les 400 entreprises adhérentes représentent 25.000 empois directs. Des petites actions invisibles comme le remplacement des ampoules dans les garages des navires, des peintures spécifiques et des investissements conséquents tels que le courant de quai déployé depuis 2017 par la Méridionale ou les études en cours pour permettre l'avitaillement au GNL des paquebots à Marseille en 2019... Ces actions que les professionnels connaissent bien sont souvent méconnues du grand public. « Nous devons faire savoir que nous travaillons sur des systèmes logistiques plus verts », explique Jean-Philippe Salducci, qui entame sa dernière année de présidence de l'UMF. NBC
Pour en
savoir plus
 
   
  De g. à dte : Ch. Seguinot, directeur technique de la Méridionale, D. Robin directeur d'Air PACA, F. Rychen, maître de conférence à l'université d'Aix-Marseille, Ch. Cabau Woehrel, présidente du directoire du port de Marseille-Fos, et J.-F. Suhas, chargé du Smartport à la Chambre de commerce et d'Industrie de Marseille-Provence. ©NBC  
 
  Italie
Les transporteurs se mettent
en grève dans le port de Gênes

Pour protester contre les temps d'attente trop longs devant le terminal de gestion de Voltri (Gênes) pour les opérations de chargement et déchargement des conteneurs, les transporteurs ont organisé un mouvement de grève. Pendant cinq jours, c'est-à-dire du 12 au 17 juillet prochain, ils éteindront leurs moteurs. « Les entreprises de transport s'insurgent contre les temps d'attente qui les empêchent de programmer leurs voyages et les livraisons, conditionnent les conditions de travail des chauffeurs et entraînent des pertes économiques importantes », estiment les principaux syndicats dans un communiqué officiel. Ceux-ci font état de nombreuses discussions avec l'autorité portuaire qui n'ont eu aucun débouché. AFD
Pour en
savoir plus
 
   
  D'autres ports comme Trieste, particulièrement vertueux dans la gestion des temps d'attente, demandent une remise à plat des procédures à Gênes pour éviter le blocus du port de la Ligurie et des retombées à l'échelle nationale. ©Adobe Stock  
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin

Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°358
4 juillet 2018
SEPTEMBRE

Du lundi 10
au mercredi 12
Paris Retail Week
Paris

 
Du jeudi 20
au jeudi 27
IAA
Hanovre

Lundi 25
au mardi 26
8e Assises
du Port du futur

Paris

OCTOBRE

Du jeudi 11
au samedi 13
Technotrans
Nantes


Du mercredi 17
au jeudi 18
Top Transport
Europe

Marseille

NOVEMBRE

Mercredi 28
et jeudi 29
Riverdating
Strasbourg

DÉCEMBRE

Vendredi 7
au samedi 8
92e congrès
national
de la CSD

Biarritz