LinkedIn Twitter Facebook
 


Autoroutes
ferroviaires :
VIIA démarre
Calais-Turin
en septembre


États-Unis :
Fedex travaille
avec
Volvo Trucks
sur le
platooning


Un dispositif
de prévention
santé pour
les salariés
non cadres
du transport
routier


Véhicules
électriques :
la crainte
d'une pénurie
de métaux rares
émerge

Retail :
Walmart songe
à guider
ses clients grâce
à des drones
Autoroutes ferroviaires
VIIA démarre Calais-Turin
en septembre 2018

Deux ans et demi après avoir lancé à ses propres risques la nouvelle ligne Calais-Le Boulou, VIIA reprend l'extension de son réseau d'autoroutes ferroviaires en créant la liaison Calais-Orbassano (Turin). Cette cinquième ligne deviendra opérationnelle au cours de la seconde quinzaine de septembre 2018. « Il s'agit pour nous de développer de nouveaux services sur les deux terminaux de Calais et Orbassano (Italie) et d'améliorer leur rentabilité. L'offre initiale consistera en un aller-retour par jour assuré, côté français, par Fret SNCF et Mercitalia (ex-Trenitalia – NDLR) côté italien. Puis nous pourrions passer à deux allers-retours quotidiens courant 2019, explique Thierry Le Guilloux, président de VIIA. Compte tenu des fortes rampes existant à partir de Saint-Jean-de-Maurienne, les compositions seront, dans un premier temps, limitées à douze wagons transportant tout aussi bien des caisses mobiles, des conteneurs, que des semi-remorques. Ce nombre sera accru de deux wagons par la suite. Nous attendons des taux de remplissage de 85 à 90% pour cette nouvelle ligne ». Un temps évoquée, la mise en place d'une sixième autoroute ferroviaire reliant Bettembourg à Turin ne constitue à présent qu'une hypothèse de travail. Au-delà de la mise en place, depuis avril 2018, de deux fréquences hebdomadaires Sète-Zeebrugge, venant ainsi s'ajouter aux deux fréquences existantes sur Sète-Noisy, l'autre actualité du moment est constituée par le lancement à venir de l'appel d'offres sur l'autoroute ferroviaire alpine (AFA). Déclaré infructueux il y a quelques années, ce nouvel appel d'offres pourrait être lancé dans le courant du second semestre 2018. VIIA se déclare d'ores et déjà candidat pour la mise en concurrence de l'AFA qui est actuellement desservie à raison de quatre allers-retours par jour. Son taux de remplissage est de 90 %, soit approximativement le même que celui enregistré sur Bettembourg-Le Boulou. OC
Pour lire
la suite

 
  Convoi de l'autoroute ferroviaire Bettembourg-Le Boulou circulant, ici, au nord de Lyon. ©O.Constant  
 
 
 

États-Unis
Fedex travaille avec Volvo Trucks
sur le platooning

Une première pour la branche américaine de Volvo Trucks. Le constructeur a lancé un convoi de camions en peloton sur une autoroute de Caroline du Nord pour le compte de Fedex en juin dernier. « C'est la première fois que la technologie du peloton est utilisée par un grand constructeur de camion pour le compte d'une entreprise de transport aux États-Unis », souligne-t-on chez le constructeur. Le peloton était composé de trois tracteurs Volvo VNL, chacun tractant deux remorques de 8,5 m, avec des chauffeurs présents à bord. Les tracteurs et les remorques sont restés en communication constante par le biais d'une communication sans fil CACC (Cooperative Adaptive Cruise Control) effectuée de véhicule à véhicule (V2V). L'ensemble a roulé à une vitesse pouvant atteindre 100 km/h tout en conservant un intervalle de 1,5 seconde entre chaque véhicule, une distance plus courte que d'ordinaire. Les deux sociétés ont commencé à collaborer sur cette technologie depuis avril 2018 en testant diverses combinaisons de remorques Fedex pour simuler des itinéraires réels et des charges, en travaillant notamment sur des schémas comportementaux face au freinage brutal. GH
Pour lire
la suite

 
   
  L'ensemble a roulé à une vitesse pouvant atteindre 100 km/h tout en conservant un intervalle de 1,5 seconde entre chaque véhicule, une distance plus courte que d'ordinaire. ©Volvo Trucks  
 


85 à 90%.

Il s'agit
des taux
de remplissage
attendus pour
la nouvelle ligne
d'autoroute
ferroviaire
Calais-Turin.
Prévention santé
Un dispositif pour les salariés
non cadres du transport routier

En adéquation avec la Stratégie nationale de santé 2018, qui donne la priorité à la prévention, le groupe de protection sociale Klesia et la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) ont signé un accord de collaboration en prévention santé dans un cadre professionnel. Lancé dans un premier temps auprès des salariés de la branche transport routier, ce dispositif vise à prendre en charge une consultation prévention et un suivi spécifique et pourra s'étendre à d'autres branches professionnelles. Les premières consultations sous ce dispositif devraient avoir lieu avant la fin 2018. En parallèle, des formations sous format e-learning favoriseront une mise en œuvre rapide. Tout le territoire devrait être couvert d'ici à 2019. La consultation de prévention pour la branche transport s'est organisée en priorité autour du risque cardiovasculaire. Elle couvre également des affections récurrentes dans le secteur comme les troubles ostéo-articulaires, psychiatriques, pulmonaires, neurologiques, endocriniens ou cancers. La visite médicale comportera trois phases : un entretien avec le patient, un examen clinique complet et, si besoin, des explorations complémentaires. À l'issue de cette consultation de prévention, une lettre de synthèse sera adressée au médecin traitant du patient. GI
Pour lire
la suite
 
   
  Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF (à gauche), et Christian Schmidt de la Brélie, directeur général du groupe Klesia. ©DR  
 
 
 


« Jusqu'en
2030,
les matières
premières
ne seront pas
un problème
pour
l'électrification
des
véhicules »,

Patrick Koller,
Pdg de
l'équipementier
automobile
Faurecia.
Il considère
que la moitié
du marché
automobile
sera électrifié
d'ici 2030.
Véhicules électriques
La crainte d'une pénurie
de métaux rares émerge

Disposera-t-on suffisamment de cobalt, de tungstène, voire même d'étain pour faire rouler tous les véhicules électriques ? Ces minerais figurent en tête des métaux dont l'approvisionnement pourrait devenir problématique, avec des incertitudes sur le futur des véhicules électriques et du stockage de l'énergie, selon des experts réunis la semaine dernière au Forum Mondial des Matériaux (WMF), organisé à Nancy. Patrick Koller, Pdg de l'équipementier automobile Faurecia, considère que la moitié du marché automobile sera « électrifié » d'ici 2030, dont 13% de véhicules purement électriques, tandis que la part du moteur thermique tombera, selon lui, de 95% en 2017 à 52% en 2030. Conséquences ? Une explosion de la demande de certains métaux utilisés dans les batteries, mais aussi les piles à combustibles des véhicules hydrogène, avec en premier lieu le cobalt et le nickel. Mais « jusqu'en 2030, les matières premières ne seront pas un problème pour l'électrification des véhicules », assure M. Koller. Le cobalt figure toutefois au premier rang des métaux « critiques », dans l'étude menée conjointement par le WMF, le BRGM (Bureau des recherches géologiques et minières) et les cabinets Mc Kinsey et CRU Consulting, présentée jeudi dernier. Ce minerai a été classé « rouge »sur une échelle qui passe du vert au rouge se basant sur six critères allant de l'estimation des réserves connues à la possibilité de substitution ou de recyclage du métal, et examinant aussi le « risque politique ». GH
Pour en
savoir plus
 
   
  On assiste à une explosion de la demande de certains métaux utilisés dans les batteries, mais aussi les piles à combustibles des véhicules hydrogène, avec en premier lieu le cobalt et le nickel. ©Faurecia  
 
  Retail
Walmart songe à guider
ses clients grâce à des drones

Tous ceux qui ont connu un jour l'immense désespoir d'être perdus dans les allées d'un supermarché pourraient bénir cette innovation. La chaîne américaine de supermarchés Walmart vient en effet de déposer un brevet pour développer des drones destinés à orienter les consommateurs dans ses magasins. Grâce à l'intermédiaire de son smartphone ou d'une tablette fournie à l'accueil, les clients pourraient envoyer un mini-drone volant vérifier un prix, voire les guider jusqu'au produit désiré. Un autre type de drone pourrait fournir une projection visuelle, destinée à indiquer le bon chemin d'accès. La chaîne de grande distribution américaine prévoit également de faire réagir les drones en fonction d'une liste de courses virtuelles remplie à l'avance par ses clients. Walmart n'a pas précisé quand elle comptait déployer ces drones et la façon dont elle comptait les opérer, ne serait-ce que pour éviter des collisions fatales en cas de succès. De même, il est possible que les engins volants remplacent des salariés en chair et en os. Pour l'instant, la chaîne se contente de déployer des robots inventoristes dans 50 de ses magasins, dont la mission consiste à scanner les allées afin de dresser un état des stocks en temps réel. GH
 
   
  Les clients pourraient envoyer un mini-drone volant vérifier un prix, voire les guider jusqu'au produit désiré. ©Adobe Stock  
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin

Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°359
9 juillet 2018
SEPTEMBRE

Du lundi 10
au mercredi 12
Paris Retail Week
Paris

 
Du jeudi 20
au jeudi 27
IAA
Hanovre

Lundi 25
au mardi 26
8e Assises
du Port du futur

Paris

OCTOBRE

Du jeudi 11
au samedi 13
Technotrans
Nantes


Du mercredi 17
au jeudi 18
Top Transport
Europe

Marseille

NOVEMBRE

Mercredi 28
et jeudi 29
Riverdating
Strasbourg

DÉCEMBRE

Vendredi 7
au samedi 8
92e congrès
national
de la CSD

Biarritz