LinkedIn Twitter Facebook
 

Taxation
du transport
routier de
marchandises :
« pas de
concertation »
pour les
organisations
professionnelles

L'Europe sort
sa redevance
routière


L'armateur
CMA CGM lance
une OPA sur
Ceva Logistics


L'usine Perrier
de Vergèze
renoue
avec le rail


Le gouvernement
lance un appel
à projets pour le
développement
de l'hydrogène


L'interview
Xavier Bertrand :
« Brexit :
2 minutes
de contrôle
supplémentaire
par camion
génèrent 27 km
de bouchon »
Fiscalité
Taxation du transport routier
de marchandises :
         « pas de concertation » pour
         les organisations professionnelles

Après avoir été reçues au sujet de la vignette temporelle et de la TICPE le 19 octobre, les fédérations professionnelles du transport routier étaient comme prévu conviées au ministère, cette fois pour une réunion dite « technique » avec les membres du cabinet d'Élisabeth Borne, le 23 octobre dernier. La ministre des Transports était passée en audition ce même jour devant la Commission Développement durable de l'Assemblée nationale. Pour une fois rassemblées, les organisations professionnelles ont élevé leur voix contre lespropos de la ministre, et elles ne mâchent pas leurs mots. « Nous attendions que l'on vienne nous présenter un certain nombre d'éléments chiffrés susceptibles de nous permettre de comprendre les analyses du ministère et les orientations qu'il souhaite prendre, indique Jean-Marc Rivera, secrétaire général de l'OTRE. Lequel estime que les pistes avancées ne « sont que des hypothèses, même si elles prennent forme. » Le dirigeant fédéral souligne que les fédérations du TRM présentes ont rappelé aux membres du cabinet d'Élisabeth Borne qu'il était « hors de question de travailler sur des chiffres qui avaient comme seul objectif de servir de base pour établir les montants sur lesquels nous serions taxés ». L'ensemble des acteurs présents à cette seconde réunion (FNTR, TLF, Unostra, CSD et OTRE), échaudés par les déclarations de la ministre devant la commission développement durable, se sont fendus d'un communiqué commun laissant exprimer une colère qui est montée d'un cran... SB-MHG
Photo : « Le TRM est loin de couvrir les coûts externes de la route », a déclaré Elisabeth Borne, ministre des transports, devant la Commission développement durable à l'Assemblée nationale le 23 octobre. ©Sylvie Mugular
Pour en
savoir plus


 
 
 

Coût d'infrastructures
L'Europe sort sa redevance routière

La députée européenne Christine Revault-d'Allonnes l'avait rappelé récemment, au moment où François de Rugy, ministre de la Transition écologique, avait évoqué l'hypothèse d'une vignette sur les routes françaises. « Pas euro-compatible, avait-elle déclaré. Nous travaillons sur un système de redevances routières qui sera étendu à l'ensemble de l'Union européenne. » Le vote au Parlement européen vient d'avoir lieu, jeudi 25 octobre. Une large majorité des députés (398 contre 79 et 32 abstentions) s'est prononcée pour la mise en place de redevances routières, fondées sur la distance et non plus sur le temps, comme c'est en vigueur dans certains pays. Les camions et les bus devront s'en acquitter à partir de 2023 et les camionnettes à partir de 2027.
Objectif mis en avant : réduire les émissions de l'Union européenne pour le secteur des transports et rendre les redevances routières plus équitables. SB
Pour en
savoir plus
 
   
  Objectif decette eurotaxe : réduire les émissions de l'Union européenne pour le secteur des transports et rendre les redevances routières plus équitables. ©Adobe Stock  
 


« Nous
attendions
que l'on vienne
nous présenter
un certain
nombre
d'éléments
chiffrés
susceptibles
de nous
permettre
de comprendre
les analyses
du ministère
et les
orientations
qu'il souhaite
prendre,
»

indique
Jean-Marc
Rivera
,
secrétaire
général de
l'OTRE,
à propos
de sa dernière
rencontre avec
les membres
du cabinet
d'Elisabeth
Borne,
le 23 octobre.
Actionnariat
L'armateur CMA CGM
lance une OPA
                          sur Ceva Logistics

Le feuilleton Ceva Logistics continue. Alors que DSV jetait l'éponge sur l'offre de reprise présentée à son conseil d'administration il y a quelques jours, c'est le groupe CMA CGM qui reprend la main en annonçant une OPA sur le groupe suisse. Au-delà de cette opération, c'est une stratégie de redressement que l'armateur entend déployer. « Ce projet industriel va permettre d'accélérer sa transformation, et d'en faire un leader de la logistique plus performant, au bénéfice de ses clients, ses employés et ses actionnaires. Il positionne CMA CGM comme un actionnaire de référence et un partenaire industriel de long terme », a résumé Rodolphe Saadé, président du groupe CMA CGM, dans un communiqué de presse. L'accord conclu entre les deux acteurs le 24 octobre prévoit notamment une OPA portant sur une valeur 30 CHF par action pour les porteurs désireux de céder leurs titres et « de ne pas attendre la création de valeur découlant du plan proposé par CMA CGM », qui sera dévoilé au plus tard le 30 novembre. DIL
Pour en
savoir plus
 
 
  Au-delà de cette OPA, c'est un projet industriel que l'armateur entend déployer. ©Ceva Logistics  
 
  Fret ferroviaire
L'usine Perrier de Vergèze
renoue avec le rail

En dépit de l'impact très défavorable des mouvements sociaux du printemps 2018, le rail multiplie les signes de regain d'intérêt. Le dernier en date a été constitué par l'inauguration de la nouvelle desserte ferroviaire Vergèze (Gard)/Fos-sur-Mer, le 17 octobre 2018.
Un projet rondement mené. « Ce nouveau service a été mis en place en un temps record », se félicite Jean-François Lagane, responsable ferroviaire zone Europe du Nord de Nestlé Waters. « Il nous a fallu tout juste un an pour monter le projet. Une partie de l'explication réside dans le fait que nous avions maintenu l'installation terminale embranchée en sommeil auprès de SNCF Réseau. Nous avons remis à niveau toutes les installations qui avaient été utilisées jusqu'en 2007, année d'interruption des circulations ferroviaires. Les principaux travaux ont résidé dans la création d'une dalle de 7.000 m² et de quatre voies de 175 m de longueur en lieu et place d'un ancien faisceau de 6 voies. Sur les 2 millions d'euros d'investissements réalisés à cette occasion, 10% ont fait l'objet d'une subvention de la part du Conseil Régional d'Occitanie. » OC
Pour en
savoir plus
 
   
  Pour l'heure, ce sont 5 trains complets hebdomadaires qui circulent sur un parcours d'une centaine de kilomètres. D'une longueur de 750 m, ils transportent 54 conteneurs répartis sur 27 wagons. ©Perrier  
 
 
 


2.
C'est, en millions
d'euros,
l'investissement
qui a été
nécessaire à la
mise en place
de la nouvelle
desserte
ferroviaire
Vergèze (Gard)/
Fos-sur-Mer de
l'Usine Perrier.
Politique
Le gouvernement lance un appel
à projets pour le développement
        de l'hydrogène

S'inscrivant dans le cadre du plan hydrogène dévoilé début juin dernier, l'appel à projets « d'écosystèmes de mobilité hydrogène », qui vient d'être lancé conjointement par le ministère de la Transition écologique et solidaire et le ministère des Transports, « participe à la volonté de l'Etat de s'engager pour une mobilité sans CO2 d'ici 2040 ». Concernant des véhicules d'entreprises, des véhicules utilitaires, des autobus, des poids lourds, des navettes fluviales ou maritimes, des engins logistiques, etc., cet appel ambitionne de créer des écosystèmes territoriaux de mobilité en constituant des flottes professionnelles pour le transport de personnes ou de marchandises. DIL
Photo : cet appel à projets vise à constituer des flottes professionnelles pour le transport de voyageurs et de marchandises. ©DR
Pour en
savoir plus

 
 
L'I N T E R V I E W
 
Xavier Bertrand :
« Brexit : 2 minutes de contrôle supplémentaire
par camion génèrent 27 km de bouchon »


L'O.T. : Que pouvez-vous dire au secteur de
la logistique et du transport,très inquiet ?
X.B. :
Nous travaillons déjà avec ce secteur main dans la main depuis des mois afin de trouver des solutions pour maintenir la fluidité sur les ports et dans le tunnel sous la Manche. Nous œuvrons également depuis longtemps avec le secteur du transport britannique. La question de la fluidité reste essentielle car, derrière elle, ce sont des dizaines d'emplois en jeu. Deux minutes de contrôle supplémentaire par camion signifient 27 km de bouchon, par conséquent une économie complètement à l'arrêt. Ce qui se traduit par un problème d'approvisionnement, de sécurité civile et des blocages sur plusieurs jours. Je veux éviter cela. Nous avons donc demandé au ministère des Douanes de prendre en compte ce problème... SW
Photo : « Nous travaillons déjà avec ce secteur main dans la main depuis des mois afin de trouver des solutions pour maintenir la fluidité sur les ports et dans le tunnel sous la Manche », Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France. ©Aldo Soares
Pour en
savoir plus
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°379
29 octobre 2018
NOVEMBRE

Du mardi 27
au mercredi 28
Assises
de l'Économie
de la Mer

Brest


NOVEMBRE

Mercredi 28
et jeudi 29
Riverdating
Strasbourg

DÉCEMBRE

Vendredi 7
au samedi 8
92e congrès
national
de la CSD

Biarritz


Du mardi 11
au mercredi 12
Supply Chain
Event 2018

Paris