LinkedIn Twitter Facebook
 

Un marché
poids lourds 2019
orienté
à la baisse


Fret ferroviaire :
Euro Cargo Rail
démarre bien
l'année 2019


Fret aérien :
l'aéroport de
Toulouse-Blagnac
a reculé en 2018


PortSynergy
commande
six portiques pour
Fos et Le Havre


Overseas :
Rhenus Logistics
ouvre une agence à
Lyon-Saint Exupéry


Interview
Claude Blot,
président de TLF :
 « Pour organiser
l'OPCO, nous avons
adopté un système
"bottom up" »
Véhicules industriels
Un marché poids lourds 2019
orienté à la baisse

Lendemain de fête. Après une année 2018 euphorique, l'année 2019 sera placée sous le signe de la régression. Le marché français des véhicules industriels de plus de 5 tonnes devrait baisser de 5,5% en 2019, tout en restant à un niveau « solide », selon une prévision de l'Observatoire du véhicule industriel (OVI) de BNP Paribas. Sur la base des chiffres des 11 premiers mois, l'OVI estime que les immatriculations de véhicules industriels ont été en hausse de 7% en France sur 2018, à 54.000 camions neufs immatriculés. Cela « en fera un exercice qui s'inscrira parmi les meilleurs scores des 20 dernières années », a estimé Jean-Michel Mercier, directeur de l'OVI, lors d'un point presse début janvier. Le marché s'est même situé au-delà du seuil normal de renouvellement des véhicules, souligne-t-il. « Le fort taux de renouvellement s'explique par l'excellent TCO (total cost of ownership - coût de détention) des nouvelles gammes. Quand on voit le gain que cela peut apporter en termes de consommation, alors que les taux du crédit sont à zéro et que les entreprises de transport moyennes et grandes bénéficient d'une bonne capacité d'endettement, c'est une bonne attitude de gestion que de penser à renouveler », explique ce financier. GH
Photo : Jean-Michel Mercier – L'OVI note que des « inquiétudes se font jour sur la croissance », mais estime aussi que  « le secteur du transport routier de marchandises est dans une situation financière qui s'est assainie et consolidée depuis plusieurs années ». ©Grégoire Hamon
Pour en
savoir plus


 
 
 

Fret ferroviaire
Euro Cargo Rail
démarre bien l'année 2019

Treize ans après la circulation d'un premier train assuré par un opérateur alternatif (ECR), l'année 2018 ne sera assurément pas à marquer d'une pierre blanche pour le fret ferroviaire français. Contrairement à ses prévisions, Euro Cargo Rail vient d'annoncer un recul de 2% de son chiffre d'affaires pour cet exercice à 146 millions d'euros (M€). Elle conserve cependant ses 20% de parts de marché environ. À en juger par son niveau de recrutements, ECR a toutefois plus que jamais confiance dans le développement de ses activités au cours des prochaines années. Il recrute et forme 95 nouveaux conducteurs et 43 agents au sol sur les exercices 2018/2019. « Nous anticipons la croissance, celle-ci devant être comprise entre 5 et 10 % par an au cours des prochaines années », souligne Gottfried Eymer, président-directeur-général d'Euro Cargo Rail. Et cette confiance a également quelque chose à voir avec les nouveaux trafics débutés en janvier 2019. L'opérateur a remporté trois contrats majeurs, lesquels ont été signés au cours du dernier trimestre 2018. OC
Pour en
savoir plus
 
   
  ECR aligne une flotte de 155 locomotives électriques et Diesel. Les premières commencent à être équipées d'un logiciel qui va prévoir et anticiper leur maintenance. ©OC  
 


« Le fort taux de
renouvellement
s'explique
par l'excellent
coût
de détention
des nouvelles
gammes.
Quand on voit
le gain que cela
peut apporter
en termes de
consommation,
c'est une
bonne attitude
que de penser
à renouveler »,


explique
Jean-Michel
Mercier,

directeur
de l'OVI.

Fret aérien
L'aéroport de Toulouse-Blagnac
a reculé en 2018

Les années se suivent et ne ressemblent pas pour l'Aéroport Toulouse-Blagnac. Envolée la croissance de près de 10% en 2017, place à un recul de 5,7%, à 67.081 tonnes, en 2018. L'export a représenté 24.217 tonnes, en baisse de 9,1% d'une année sur l'autre, tandis que l'import a diminué de 3,7% à 42.864 tonnes. Tous les trafics ont baissé en 2018, à l'exception des vols militaires, qui progressent de... 4 tonnes. C'est en premier lieu vrai pour les vols constructeurs qui représentent à eux seuls 71% du trafic de la plateforme. À 47.581 tonnes, le recul est de 5,9%. En dépit de cadences record de livraisons, des soucis d'approvisionnement concernant la chaîne des Airbus A350 ont pesé sur les tonnages reçus ou expédiés par voie aérienne. Autre vecteur stable de croissance du trafic en 2017, le fret express a régressé mais dans des proportions moindres. Les 17.120 tonnes traitées, dont 6.084 tonnes (+2,2%) pour la seule TNT Airways S.A., ont marqué une baisse de 2,8%. La progression des tonnages liée au développement de l'e-commerce n'a pas encore produit tous ses effets en terre occitane. OC
Pour en
savoir plus
 
 
  Tous les trafics ont baissé en 2018, à l'exception des vols militaires, qui progressent de… 4 tonnes. ©ATB/G. Serpault  
 
  Manutention portuaire
PortSynergy commande six portiques
pour Fos et Le Havre

PortSynergy lance en 2019 un nouveau programme d'investissement de 115 millions d'euros pour ses deux terminaux au Havre et à Fos. Le groupe annonce la commande de six portiques à conteneurs auprès de ZPMC pour une enveloppe globale de près de 60 M€. Mesurant 54 m de haut, les portiques disposeront d'une portée de 72 mètres permettant de traiter 26 rangées de conteneurs. Construits à Shanghai, ces engins de manutention arriveront montés au cours du premier semestre 2020 dans les deux ports français. Quatre seront destinés au Havre, portant à 14 le nombre de portiques alignés sur les trois terminaux normands (Terminal de l'Europe, Quai des Amériques et Terminal de France). Sans attendre la livraison de ces nouveaux portiques, le Terminal du Havre (PortSynergy - GMP) a d'ores et déjà entamé des travaux destinés à augmenter de 9 mètres la hauteur de quatre portiques de quai. Avec cette nouvelle commande, Eurofos disposera de neuf portiques en 2020.Les deux engins étant principalement dédiés à intervenir sur la rotule (qui sépare Eurofos de Seayard) en cours d'aménagement. NBC
Pour en
savoir plus
 
   
  Construits à Shanghai, ces engins de manutention arriveront montés au cours du premier semestre 2020 dans les deux ports français. ©NBC  
 
 
 


146.

C'est, en millions
d'euros, le chiffre
d'affaires
de l'opérateur
ferroviaire
Euro Cargo Rail
pour l'exercice
2018.
Bien qu'en recul,
il conserve
cependant
ses 20%
de parts
de marché
environ.
Overseas
Rhenus Logistics ouvre une agence
à Lyon-Saint Exupéry

Le 1er février, Rhenus Logistics a ouvert une agence dédiée au transport aérien de marchandises à l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry. Agréée IATA, elle complète ainsi le réseau existant Air & Ocean de Rhenus Logistics en France : Roissy-Charles de Gaulle, Rouen, Strasbourg et Marseille. Selon le groupe allemand, cette ouverture « s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de développement des activités Air & Ocean initiée il y a maintenant trois ans en France », précise Christophe Barreau, directeur Air & Ocean France chez Rhenus Logistics.
« Nous offrons ainsi aux chargeurs de la Région Auvergne-Rhône-Alpes des prestations de transport aérien qui s'appuient sur le réseau international des agences du groupe Rhenus Logistics, présent partout dans le monde ».
DIL
 
 
  Cette ouverture « s'inscrit dans le cadre d'une stratégie de développement des activités Air & Ocean initiée il y a maintenant trois ans en France », précise Christophe Barreau, directeur Air & Ocean France. ©Rhenus  
 
L'I N T E R V I E W  
Claude Blot, président de TLF :
« Pour organiser l'OPCO, nous avons adopté
un système "bottom up" »

Le projet d'accord constitutif de l'Opco Mobilité (Opérateur de compétences) n'ayant pas obtenu assez de signatures côté syndical dans la branche transport routier de marchandises, le secteur ne dispose pas actuellement de représentation au sein de l'organisme qui régit les formations. Les syndicats non signataires demandent une renégociation. Claude Blot, président L'Union TLF, exprime sa vision des choses.

L'Officiel des transporteurs : Le projet d'accord constitutif
de l'OPCO Mobilité reste pour l'instant en suspens, l'aval de la seule
CGT n'atteignant pas les 30% requis. Quelle vision portez-vous
sur ce blocage ?

Claude Blot :
Les échéances étaient trop rapprochées. Nous avons commencé les travaux en septembre et nous devions trouver un accord avant le 31 décembre. Nous aurions probablement pu parvenir à un accord si nous avions eu quinze jours supplémentaires. Par ailleurs, des malentendus se sont ajoutés. Pour constituer l'Opco, il nous a fallu définir un périmètre, ce qui impliquait beaucoup de travaux, de rencontres avec des partenaires éventuels et de nouvelles négociations.

L'OT : Les syndicats déplorent par ailleurs
la représentation par conseil de métier
et non par organisations syndicales.
Que leur répondez-vous ?

C. B. :
Pour organiser l'Opco, nous avons adopté, avec la FNTR, un système « bottom up ». Nous l'avons bâti à partir des conseils de métier et avons réfléchi à leur représentation dans l'assemblée générale et le conseil d'administration. Cela nous semble un modèle d'organisation qui prend en compte mieux que tout autre la réalité du travail à accomplir. Propos recueillis par GI
Photo : « Pour constituer l'Opco, il nous a fallu définir un périmètre, ce qui impliquait beaucoup de travaux, de rencontres avec des partenaires éventuels et de nouvelles négociations », Claude Blot. ©DR
Pour en
savoir plus

 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°402
6 février 2019
MARS

Du mardi 26
au jeudi 28
SIFER 2019,
11e Salon
international
de l'industrie
ferroviaire

Lille


MARS

Du mardi 26
au jeudi 28
SITL
Paris

OCTOBRE

Du mercredi 16
au jeudi 17
Top transport
Europe

Marseille

NOVEMBRE

Du mardi 19
au jeudi 21
Transports
& Logistics
Meetings

Cannes

Du mardi 19
au samedi 23
Solutrans
Lyon