LinkedIn Twitter Facebook
 


Londres bannit
les camions
hors Euro VI


Angle mort :
deux nouveaux
amendements

Captrain
Belgium et
Railtraxx
unissent
leurs forces


Les transitaires
marseillais
résolus à
contrer les
difficultés
opérationnelles


Transuniverse
Forwarding
débarque
en France et
au Maroc


L’interview
L'arrivée
d'Uber Freight
vue par Everoad
Zone ultra basse émission
Londres bannit les camions
hors Euro VI

Après s'être attelé au problème de sécurité avec les usagers vulnérables, Londres a inauguré le 8 avril sa « Ultra Low Emission Zone », baptisée ULEZ, une zone où les véhicules les plus polluants ne pourront entrer qu'en payant le prix fort. Cette mesure anti-pollution doit permettre d'assainir la qualité de l'air londonien et devrait réduire les émissions NOx « jusqu'à 45% », selon la mairie de Londres. Selon une étude mise en avant par la municipalité, la moitié des émissions NOx de la ville proviendrait des véhicules en circulation. La taxe anti-pollution sera applicable dans le même périmètre que celui de la « Congestion charge », le péage urbain instauré dès 2003 dans le cœur de la capitale. GH
Pour en
savoir plus

 
Le 8 avril, Londres a ouvert sa « Ultra Low Emission Zone », baptisée ULEZ, une zone où les véhicules les plus polluants ne pourront entrer qu'en payant le prix fort. ©DR  
 
 
 
  Sécurité routière
Angle mort :
deux nouveaux amendements

Mardi 9 avril, des députés ont installé une bicyclette blanche devant le palais Bourbon pour saluer la mémoire d'Armelle Cizeron, collaboratrice parlementaire décédée il y a un an lors d'une collision avec un camion. À cette occasion, les parlementaires ont indiqué que deux nouveaux amendements, portés par 177 députés, seront déposés à la loi mobilité pour assurer une plus grande protection aux cyclistes et aux piétons en ville. Le premier amendement veut rendre obligatoire la mise en place d'autocollant sur les poids lourds pour indiquer les angles morts aux usagers. Ces derniers pourront ainsi savoir s'ils sont visibles, ou non, du conducteur, et s'ils doivent se déplacer dans une zone plus sûre. Les cyclistes n'ayant pas leur permis sont les plus vulnérables car ils n'ont pas forcément la notion d'angle mort. Un second amendement sera déposé pour « permettre aux maires, dans certains périmètres de la ville, d'interdire les poids lourds supérieurs à 3,5 tonnes qui n'auraient pas un dispositif, une sorte de radar, qui indique au chauffeur la présence d'un piéton ou d'un cycliste dans son angle mort », selon Erwan Balanant, député du Modem du Finistère et cosignataire des deux amendements. GH
Pour en
savoir plus

 
   
  Le premier amendement veut rendre obligatoire la mise en place d'autocollant sur les poids lourds pour indiquer les angles morts aux usagers. ©DR  
 


« Si CMA CGM
rachète Ceva,
que DSV
met la main
sur Panalpina,
c'est la preuve
que ce métier
attire  »,


a commenté
Stéphane
Salvetat,

qui a été élu à
l'unanimité
président
du Syndicat
des Transitaires
de Marseille-Fos
(STM).
Ferroviaire
Captrain Belgium et Railtraxx
unissent leurs forces

Douze ans après sa création, Captrain Belgium a souhaité ne plus faire cavalier seul en Belgique. C'est la raison pour laquelle la filiale de SNCF Logistics s'est rapprochée de la société de fret ferroviaire belge Railtraxx pour ne plus former qu'une seule entité opérant sous le nom de Railtraxx. La SNCF devient toutefois actionnaire de la nouvelle entité intégrée. Ainsi que l'explique un communiqué de presse, Railtraxx et Captrain Belgium étudiaient depuis quelque temps déjà les possibilités de partenariat. Elles n'étaient clairement pas de taille pour se développer seules face à des concurrents aussi puissants que Lineas. Objectif : augmenter le transfert modal vers le rail. Fondée en 2009, Railtraxx va donc apporter son positionnement dans les hubs industriels belges dont le port d'Anvers et le réseau reliant cet ensemble aux principales plateformes logistiques européennes. OC
Pour en
savoir plus
 
 
  Railtraxx et Captrain Belgium étudiaient depuis quelque temps déjà les possibilités de partenariat. ©Infrabel  
 


45%.
C'est le
pourcentage
de réduction
des émissions
de NOx que
la mairie de
Londres espère
obtenir avec
la mise en place
de la « Ultra Low
Emission Zone »,
baptisée ULEZ,
nouvelle mesure
anti-pollution.
Profession
Les transitaires marseillais résolus
à contrer les difficultés opérationnelles

Pour la quatrième année consécutive, le président de LAM France, Stéphane Salvetat, a été élu à l'unanimité président du Syndicat des Transitaires de Marseille-Fos (STM). La profession va s'atteler à résoudre cette année encore des difficultés opérationnelles sur le port. Dans la chaîne internationale de transport, les transitaires affirment leur rôle clé. « Si CMA CGM rachète Ceva, que DSV met la main sur Panalpina, c'est la preuve que ce métier, qui se trouve au cœur des échanges, attire. Notre profession apporte de la valeur ajoutée et n'est pas prête de disparaître », a commenté, le 5 avril 2019, Stéphane Salvetat. Parmi les dossiers en haut de la pile du Syndicat des Transitaires de Marseille-Fos (STM), la création d'une zone sous douane (IST), près du terminal à conteneurs de Seayard à Fos, destinée au stockage des conteneurs en attente de contrôle. Une zone visant à réduire au maximum les opérations de brouettage. Gestionnaires depuis 2017 du point d'entrée communautaire et poste d'inspection frontalier (PEC/ PIF), un bâtiment de 1.000 m2 où sont contrôlées les denrées périssables importées, les transitaires de Marseille-Fos disent rencontrer au quotidien des difficultés opérationnelles aussi bien dans les bassins Est qu'à l'Ouest. NBC
Pour en
savoir plus
 
   
  Stéphane Salvetat, réélu pour la quatrième fois par ses pairs, président du Syndicat des Transitaires de Marseille-Fos. ©NBC  
 
 
 

Commission de transport
Transuniverse Forwarding ouvre
des filiales en France et au Maroc

Le commissionnaire de transport belge Transuniverse Forwarding vient d'ouvrir deux nouvelles filiales, en France et au Maroc. Opérationnelles depuis peu, ces filiales regroupent des bureaux et des centres de cross-docking. Dans un pays comme dans l'autre, l'idée était d'accompagner la montée en puissance de l'activité. En France, c'est en Ile-de-France, précisément à Garonor, le long de l'A1, que Transuniverse Forwarding a ouvert un siège social et un centre de transbordement destiné au marché français, mais pas uniquement. En effet, ce site « permettra d'assurer la poursuite de la croissance du trafic de groupage entre la Belgique et la France et d'être davantage présent dans les trafics entre la France et le reste de l'Europe », précise Frank Adins, président de Transuniverse Forwarding. DIL
Pour en
savoir plus
 
   
  Dans un pays comme dans l'autre, l'idée était d'accompagner la montée en puissance de l'activité. ©Transuniverse  
 
L’I N T E R V I E W
 
Maxime Legardez, Everoad :
« L'arrivée d'Uber est une très bonne chose ! »

La plateforme Uber Freight arrive en Europe en démarrant par les Pays-Bas. Comment cette arrivée est-elle vécue par les acteurs européens déjà en place ? Le point avec Maxime Legardez, fondateur et Pdg d'Everoad, plate-forme de mise en relation entre expéditeurs et transporteurs.

Actu Transport & Logistique : Comment analysez-vous l'arrivée d'Uber Freight en Europe ?
Maxime Legardez :
Cette arrivée s'effectue dans un contexte de digitalisation croissante du marché du transport routier de marchandises, un marché qui pèse plus de 300 milliards d'euros en Europe. Je soulignerai également qu'en 2017 Goldman Sachs a publié une étude selon laquelle le marché du fret était 5 à 7 fois plus conséquent que celui des taxis et des VTC. L'arrivée d'Uber apparaît donc comme une très bonne chose et nous ne pouvons que nous en réjouir. Nous sommes fiers qu'un géant américain investisse le marché européen, trois ans après nous. Everoad a été précurseur en la matière.

ATL : Aux États-Unis, Uber Freight compte un grand nombre de patrons-chauffeurs parmi ses utilisateurs, pensez-vous qu'il adopte la même approche en Europe ?

M.L. :
C'est le cas aux États-Unis, où effectivement le marché est très fragmenté. C'est moins le cas en Europe et rien ne dit qu'Uber adopte cette stratégie.
Propos recueillis par GH

Photo : Maxime Legardez, fondateur et Pdg d'Everoad. ©Everoad
Pour en
savoir plus

 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 

N°422
17 avril 2019
MAI

Du mercredi 15
au vendredi 17
SELFI
Salon exclusif
froid innovation

Marseille


MAI

Du jeudi 16
au vendredi 17
Les Rendez-Vous
de la Chaîne
Logistique
du Froid

Marseille

JUIN

Du mardi 04 au
vendredi 07
Transport Logistic
Munich

Du mardi 04 au
vendredi 07
Air Cargo Europe
Munich

OCTOBRE

Du mercredi 16
au jeudi 17
Top transport
Europe

Marseille

NOVEMBRE

Du mardi 19
au jeudi 21
Transports
& Logistics
Meetings

Cannes

Du mardi 19
au samedi 23
Solutrans
Lyon

Du vendredi 22
au samedi 23
93e congrès
national
de la Chambre
Syndicale

Saint-Malo