LinkedIn Twitter Facebook
 


Perspectives
et coûts
du transport
routier : le
ralentissement
se poursuit,
selon le CNR


La succession
est en marche
chez
GT Solutions


Lineas augmente
ses capacités
au départ
d'Anvers


Le service fluvial
FlexiLoire évacue
des déblais
urbains nantais


Fret aérien :
les volumes
transportés
ont ralenti
en 2018


L'interview
Aline Mesples,
OTRE :
«  Nous allons
devoir adopter
une position
défensive
pour tenter
de préserver
la compétitivité
des
entreprises »
Perspectives et coûts du transport routier
Le ralentissement se poursuit,
selon le CNR

Après un premier ralentissement de la croissance économique en 2018 en France, à 1,7%, la tendance semble se poursuivre. Marquée par la conjoncture et les conflits sociaux, l'activité du transport routier de marchandises (TRM) s'essouffle également mais les transporteurs restent optimistes et investissent, selon une étude du Comité national routier (CNR). Conflit commercial États-Unis/Chine, échéance du Brexit, baisse du marché automobile... Le ralentissement économique s'est accentué en 2019 dans un contexte de tensions aggravées. L'affaiblissement de la croissance mondiale, amorcée en 2018 avec +3,8%, s'amplifie et oscillera autour de +3,2% en 2019, indique le premier volet du rapport du CNR consacré aux perspectives éco¬nomiques et coûts du TRM. Un ralentissement qui concerne éga¬lement la zone euro, dont la croissance devrait se situer autour de +1,2% en 2019, et le PIB français qui devrait ainsi connaître une croissance de +1,3% en 2019 après +1,7% en 2018. « Un rebond aux troisième et quatrième tri¬mestres reste possible », tempère le CNR. Plusieurs facteurs pourraient inverser la tendance, notamment les investissements, qui se maintiennent à un rythme suffisant, les indices de confiance des ménages, des entreprises qui se redressent depuis le début de l'année et la baisse du chômage qui se poursuit. GI
Pour en
savoir plus

 
L'affaiblissement de la croissance mondiale, amorcée en 2018 avec +3,8%, s'amplifie et oscillera autour de +3,2% en 2019, indique le CNR. ©Adobe Stock  
 
 
 

Location de véhicules,
transport routier et distribution

La succession est en marche
         chez GT Solutions

Comme si son papa avait voulu le préserver. Mathieu Sarrat est présent dans l'entreprise familiale depuis 4 ans, mais son existence dans le giron de GT Solutions (202 M€ de CA – +40%, dont 10% en organique par rapport à 2018), et surtout son profil de futur dirigeant du groupe, n'ont été rendus publics que le 10 septembre. À l'écouter s'exprimer, ce HEC pur sucre, également diplômé de Sciences Po, semble pourtant graviter dans le microcosme du transport routier de marchandises (TRM) depuis toujours. Le nouveau directeur général de GT Solutions a, en fait, effectué ses premières armes professionnelles dans l'univers du consulting (en stratégie) chez Oliver Wyman. SB
Pour en
savoir plus

 
   
  Mathieu Sarrat (à droite), futur dirigeant du groupe GT Solutions, et Michel Sarrat, son père et actuel dirigeant, qui restera par la suite président du conseil d'administration. ©GT Solutions  
 


« Si nous
voulons
accompagner
nos entreprises
dans leur
développement,
il nous faut
prendre à
bras-le-corps
trois sujets :
le recrutement,
la transition
énergétique
et notre avenir
dans
l'Europe »,


rapelle
Aline Mesples,
présidente
de l'OTRE.
Fret ferroviaire
Lineas augmente ses capacités
au départ d'Anvers

Place majeure dans le réseau de Lineas, Anvers va le devenir encore plus à la faveur des nouveaux développements annoncés par l'opérateur belge. Afin de réduire les engorgements routiers liés aux travaux d'Oosterweel (périphérique d'Anvers), il a en effet prévu de doubler la capacité de ses trains de fret depuis et vers Anvers. Plus en détail, c'est un doublement de la capacité qui est prévu vers La Louvière, Genk et Zeebrugge tandis que de nouvelles liaisons seront créées sur Temeuzen et Gand. Ces dessertes permettront de porter le nombre de camions retirés des embouteillages de 2.600 à 5.300 au profit du rail. Elles relieront les villes belges précitées aux principaux quais de la rive gauche et de la rive droite via le hub principal d'Anvers, d'où partent les trains pour se rendre dans le reste de l'Europe (dont la France). OC
Pour en
savoir plus

 
 
  C'est un doublement de la capacité qui est prévu vers La Louvière, Genk et Zeebrugge tandis que de nouvelles liaisons seront créées sur Temeuzen et Gand. ©Lineas  
 

Initiative
Le service fluvial FlexiLoire évacue
des déblais urbains nantais

Face à l'engorgement des axes routiers, le recours au transport fluvial continue de se développer dans l'agglomération nantaise. Après la mise en œuvre de la desserte FlexiLoire au début de l'année 2018 et son inauguration le 18 avril de la même année, c'est un nouveau trafic – ponctuel cette fois – qui a été organisé en septembre 2019. Fruit d'une collaboration entre Nantes Métropole, l'entreprise Charier, Nantes Saint-Nazaire Port, la Compagnie Ligérienne des Transports (CLT) et des acteurs de la logistique portuaire, il a consisté en l'évacuation de déblais liés au chantier de déconstruction du bas-Chantenay. Provenant du démantèlement des parkings silos du garage Renault et d'un bâtiment de la carrière Misery, ces matériaux ont, tout d'abord, été concassés avant d'être chargés sur la barge Pacifique – adaptée au transport de vracs solides – à partir du quai Saint-Louis. Une fois la barge arrivée sur l'autre rive de la Loire, les déblais ont été pris en charge par Nantes Port Terminal, filiale de Nantes Saint-Nazaire Port, et la société Nantes Manutention. Le dernier chargement a été réalisé le 10 septembre. Au global, ce sont ainsi 6.000 tonnes de déblais qui ont été évacués par voie fluviale. OC
Pour en
savoir plus
 
   
  Une fois la barge arrivée sur l'autre rive de la Loire, les déblais ont été pris en charge par Nantes Port Terminal. ©Ville de Saint-Nazaire - Helène Defoy  
 
 
 


6.000.

C'est le tonnage
du dernier
chargement
de déblais
évacués par
voie fluviale
le 10
septembre
sur la desserte
FlexiLoire
à Nantes-Saint-
Nazaire.
Fret aérien
Les volumes transportés
ont ralenti en 2018

Le volume de fret aérien ralentit en 2018. C'est, en deux mots, ce qu'il faut retenir du rapport annuel de l'Association du transport aérien international (IATA). Malgré une diminution du coût du transport aérien de moitié au cours des 20 dernières années à environ 78 cents US par tonne kilomètre payante (RTK), les volumes enregistrés, en tonnes-kilomètres n'ont progressé que de 3,4%, contre 9,7% en 2017. Une tendance qui semble se poursuivre en 2019 puisque l'IATA anticipe une croissance de 2% du tonnage kilomètre de fret sur l'ensemble de l'année. Si, selon l'étude, « la montée des politiques protectionnistes pèse lourdement sur le secteur », d'autres facteurs, comme la fin du cycle de réapprovisionnement des entreprises, la faible activité économique mondiale, la contraction des carnets de commandes à l'exportation de tous les principaux pays exportateurs, à l'exception des États-Unis, semblent avoir pesé dans la balance. DIL
Pour en
savoir plus
 
 
  Malgré une diminution du coût du transport aérien de moitié au cours des 20 dernières années, les volumes enregistrés, en tonnes-kilomètres, n'ont progressé que de 3,4%, contre 9,7% en 2017. ©Adobe Stock  
 
L’I N T E R V I E W  
Aline Mesples, OTRE :
« Nous allons devoir adopter une position défensive pour tenter de préserver la compétitivité des entreprises »

Les annonces gouvernementales du début de l'été continuent d'agiter le Landerneau du transport routier de marchandises. Le train de mesures annoncées constitue une menace sérieuse pour la compétitivité des entreprises, estiment les fédérations professionnelles. Le point avec Aline Mesples, présidente de l'OTRE.

L'Officiel des transporteurs : Comment votre fédération accueille-t-elle le train de mesures en direction du transport routier de marchandises (TRM) que le gouvernement a annoncé au début de l'été ? En clair, comment l'OTRE aborde-t-elle cette rentrée ?
Aline Mesples :
Je tiens au préalable à rappeler que si nous voulons accompagner nos entreprises dans leur développement, il nous faut prendre à bras-le-corps trois sujets : le recrutement, la transition énergétique et notre avenir dans l'Europe. Or, nous nous rendons compte, en cette rentrée, nous organisations patronales et entreprises, que nous allons devoir adopter une position défensive pour tenter de préserver, de notre mieux possible, la compétitivité des entreprises françaises.

L'O.T. : Votre organisation évoque « une colère qui grandit ». Les fédérations professionnelles (OTRE, FNTR, TLF, Unostra, CSD, Ndlr) sont-elles amenées à se rapprocher pour constituer une sorte de front commun dans les jours à venir ?
Aline Mesples :
Notre philosophie consiste à travailler ensemble et à parler d'une même voix. Notre objectif ? Obtenir ce que l'on veut pour notre profession, pas ce que l'on souhaite. Si nous n'obtenons pas ce que nous voulons, nous passerons à une troisième étape : nous discuterons ensemble sur un ou des modes d'action. Les échanges ont déjà lieu entre nous. SB
Photo : Aline Mesples, présidente de l'OTRE. ©LB
Pour en
savoir plus
 
 

Silvia Le Goff
Rédactrice en Chef
Officiel des Transporteurs
Tél : 01 81 69 85 67
s.legoff@info6tm.com

Sandrine Papin
Directrice Commerciale
Tél. 06 11 72 34 33
s.papin@info6tm.com
 
Faites profiter de vos « scoops » écrivez à la rédaction.
Cette Newsletter touche quotidiennement 20.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble
de la communauté.
 
 
Pour vous inscrire ou modifier vos coordonnées : cliquez ici
Pour toute autre demande, adressez un e-mail à : abonlf@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
N°449
16 septembre 2019
SEPTEMBRE

Du mardi 17
au jeudi 19
ITS4 Congress
Bordeaux


SEPTEMBRE

Du Mercredi 18
au vendredi 20
ICBR - Congrès
international
pour le recyclage
des batteries

Lyon

Le jeudi 19
Rendez-vous
du transport et
de la logistique
éco-responsables

Paris

Du mardi 24
au jeudi 26
Paris Retail Week
Paris

Du mardi 24
au mercredi 25
9e Assises
Port du futur 2019

Lille

Jeudi 26
74e Congrès FNTR
Monrouge

Du mercredi 25
au vendredi 27
JDL - Salon
des matériels
pour le travail
en hauteur et
le transport lourd

Beaune

Du samedi 28
au dimanche 29
24 Heures Camions Le Mans

OCTOBRE

Du lundi 30/09
au jeudi 03
octobre
Smart Rivers 2019
Lyon

Mardi 8
19e Congrès OTRE
Paris

Du mercredi 16
au jeudi 17
Top transport
Europe

Marseille

Du mercredi 16
au jeudi 17
Autonomy
PARIS

NOVEMBRE

Du mardi 19
au jeudi 21
Transports
& Logistics
Meetings

Cannes

Du mardi 19
au samedi 23
Solutrans
Lyon

Du vendredi 22
au samedi 23
93e congrès
national
de la Chambre
Syndicale

Saint-Malo

Mardi 26
61e Congrès Unostra
Marne-la-Vallée

Du mercredi 27
au jeudi 28
Riverdating
Liège (Belgique)

DÉCEMBRE

Du mardi 3
au mercredi 4 Assises
de l'Économie
de la Mer

Montpellier

FÉVRIER 2020

Du mardi 04
au jeudi 06
Euromaritime
Marseille