20 octobre 2008
.
Croissance
externe
Kuehne+Nagel
rachète Alloin
Le groupe Helvétique Kuehne+Nagel qui cherchait à racheter une entreprise en France pour étoffer son réseau de messagerie a finalement porté son dévolu sur le groupe Alloin. Basée à Villefranche-sur-Saône près de Lyon, cette entreprise familiale de 3.000 personnes réalise un chiffre d'affaires annuel de 300 millions d'euros. Elle gère 53 plates-formes et traite quotidiennement 20.000 expéditions. Xavier Urbain, Directeur exécutif de Kuehne+Nagel en charge de la division Transport Route et Rail s'est félicité de cette opération : « L'acquisition du groupe Alloin va nous permettre de renforcer nos capacités à déployer des process et offrir des services logistiques standardisés dans toute l'Europe. De son côté Jean-Louis Alloin, qui conservera ses responsabilités, estime que cette opération est profitable « à la fois pour le groupe, ses collaborateurs et ses clients qui pourront bénéficier d'une gamme élargie de prestations ». L'entité Alloin restera juridiquement indépendante des autres sociétés du groupe. Cette transaction reste néanmoins soumise à l'approbation des autorités européennes. JPG
OCTOBRE

21 octobre
Forum du CXP
« Le progiciel
au service
de vos objectifs
métiers »

Pavillon Royal
Bois de Boulogne
(Entrée gratuite
pour les sociétés
utilisatrices et les
lecteurs de Supply
Chain Magazine)
Contact :
schahid@lecxp.com


Jeudi 23
Séminaire MÖBIUS
« Comment réduire
vos coûts jusqu’à
20 % en
optimisant
votre ADV ? »

de 9h à 13h30 à
l'hôtel Lotti
Paris 1e
r



NOVEMBRE

Mercredi 26
14e Séminaire
Transwide
« Collaboration
et visibilité au sein
de la Logistique »

à Paris La Défense,
Hôtel Novote
l


27 novembre
2e journée
régionale
Supply Chain

organisée à Lyon
(Espace Tête d’Or)
Par l'ARDI
Rhône-Alpes
Avec le soutien
de Supply Chain
Magazine

Dossier spécial
LE MAROC SE DOTE DE NOUVEAUX MOYENS LOGISTIQUES
Le Maroc réalise d'énormes investissements logistiques pour attirer
les entreprises et développer son économie.
Les travaux gigantesques entrepris au port de Tanger
en sont l'illustration.
Mais au-delà de l'apport qu'ils représentent au plan local,
ces aménagements pourraient influencer les stratégies
d'implantation de grandes entreprises européennes. Reportage.

TMSA
Un projet
de plus de
3 milliards
d'euros

A quelques kilomètres de Tanger, les projets portuaires Tanger Med1 et 2 sont le fer de lance de la politique marocaine visant à créer de nouvelles infrastructures logistiques pour développer l'économie. Un pari audacieux mais très réaliste. Pour Youssef Ben Chekroun, Directeur général de TMSA, les projets TangerMed 1 et 2 s'inscrivent dans un contexte extrêmement favorable : « Le transport maritime mondial augmente de 6% par an et le trafic de conteneurs croît encore plus vite. Les navires sont de plus en plus gigantesques. C'est un business qui résiste aux aléas de conjoncture. Dans ce contexte le détroit de Gibraltar est un point de convergence où passent des milliers de navires. Tanger s'inscrit dans une logique de captation du trafic qui permet aux chargeurs de gagner une semaine sur les ports d'Europe du nord. TangerMed 1, aura déjà réceptionné 1 million de conteneurs d'ici la fin de l'année. TangerMed 2, qui sera opérationnel bientôt, va augmenter considérablement les capacités actuelles. L'objectif est d'atteindre 8 millions de TEU d'ici 2015. Au total, 3 milliards d'euros ont été investis dans ce projet. Et l'ensemble des investissements industriels sur la zone (l'usine de Renault Nissan compris), s'élèvent à 7,5 milliards d'euros ». JPG
Témoignage
Une terre
d’accueil
pour des
relocalisations
« inter-
médiaires »
« Le Maroc constitue une excellente alternative aux délocalisations en Asie » confie un industriel du jouet, rencontré à Tanger. « Voici quelques années, poursuit-il, nous avons créé à Hong Kong une usine en joint venture avec une société locale. Mais depuis les salaires s'envolent. Rien que l'année dernière nous avons enregistré deux hausses : une première de 40% puis une autre de 30%. Sur place les autorités nous encouragent à nous installer plus loin, à l'intérieur des terres où les salaires sont encore très bas. Mais nous n'avons pas envie car les conditions de transport ne sont pas les mêmes, et rien ne nous garanti que nous ne serons pas confrontés à la même situation dans quelques années. C'est pourquoi le Maroc nous paraît un bon compromis. Jusqu'ici le foncier était élevé, les infrastructures logistiques faibles et le personnel insuffisamment qualifié. Mais aujourd'hui rien n'est plus comme avant. Le Maroc réalise des efforts considérables aussi bien en matière d'infrastructures que de formation ou d'urbanisme.De plus la zone franche offre des avantages en termes de coûts d'implantation et de franchise douanière, non négligeables. Les entreprises européennes (et plus particulièrement françaises) vont découvrir une nouvelle terre d'accueil plus proche géographiquement et culturellement et sans doute mieux encadrées au plan de la réglementation.
Une bonne opportunité pour des relocalisations intermédiaires »
. JPG
Ports
Arriver
dans les
12 premiers
au niveau
mondial


Pour Anouar Alasri, Directeur marketing et commercial de TMSA, l'objectif est clair : être dans les 12 premiers à l'horizon 2015 : « TangerMed 1 est déjà opérationnel. Deux terminaux sont exploités par Maersk, CMA-CGM et MSC. Derrière les terminaux maritimes, un terminal ferroviaire est en construction pour l'acheminement des voitures de l'usine Renault-Nissan, jusqu'aux bateaux. Nous sommes connectés à une cinquantaine de ports dans le monde avec des liaisons directes vers l'Asie, les Etats-Unis et l'Afrique, et des liaisons RO-RO notamment avec Marseille et Barcelone sont déjà mises en place ». Mais tout ceci n'est qu'un hors d'oeuvre. Car sur cette zone portuaire de 300 hectares, le deuxième volet du projet (TangerMed 2) va complètement transformer la physionomie du territoire : « A terme on parle de créer 5.000 emplois directs et 100.000 emplois indirects » confie encore Anouar Alasri en précisant que des villes entières vont être construites autour de la zone. Quant au financement de ce projet pharaonique, il sera couvert par les compagnies maritimes en échange d'une concession de 30 ans : « Si TangerMed 1 a pu bénéficier d'un apport financier de 500 millions d'euros de Dubaï, TangerMedII sera complètement autofinancé » assure le directeur marketing et commercial. Précisons que TMSA est une société privée de droit public. Son capital est principalement détenu par le Fond Hassan II qui en possède 99%. Mais une filialisation est en cours avec l'arrivée de la CDG (Caisse de Dépôts et de Gestion), qui pourrait prendre une participation de 30%. JPG
Photo : Anouar Alasri,
Directeur marketing et commercial de TMSA
Stratégie
Geodis
veut faire
de Tanger
le pivot de sa
Supply Chain
Présent depuis 20 ans sur le sol marocain, le groupe Geodis estime que cet enracinement lui donne quelques longueurs d'avances sur ses concurrents. L'ouverture dans quelques semaines d'une plate-forme de 7.000 m2 à l'intérieur de la zone franche du port de Tanger n'est que la poursuite d'une stratégie à long terme comme l'explique Jean-Paul Vignal, Directeur de la division logistique de Geodis : « Tanger représente pour Geodis une position stratégique. Ce nouveau port en Méditerranée, qui va bénéficier des équipements les plus modernes, est idéalement situé. La main d'oeuvre est bien formée et il est clair que le trafic mondial des conteneurs va s'y arrêter. De plus le Maroc se développe énormément.
Ce pays constitue une zone de délocalisation attractive pour l'industrie, et le marché local connaît une croissance importante. Pour toutes ces raisons, TangerMed doit être le Pivot de notre Supply Chain »
.
Au Maroc Geodis emploie 150 personnes et dispose de 25.000 m2 de plates-formes. Ses clients s'appellent Faurecia, Nexans, PPR, Unilever, Vivarte, Volvo, Wana, ZTE... JPG
Photo : Jean-Paul Vignal,
Directeur de la division logistique chez Geodis
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort

POUR FAIRE PARAÎTRE
DE LA PUBLICITÉ

dans « Supply Chain Magazine »
(sur le Web ou dans le mensuel papier)

CONTACTER Fabien Esnoult
,
Directeur commercial
Tél : 01 48 93 04 79
Mobile : 06 77 23 48 34
fabien.esnoult@scmag.fr

Nathalie Bier
, Assistante commerciale
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr

KIT MÉDIA 2008
(Contacter Nathalie Bier)
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : supplychain@wanadoo.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.