Transport
LPR et
Coca-Cola
mutualisent
certains flux
Ce qui était un vœu pieux il y a encore deux ans commence à se concrétiser : la mutualisation du transport entre les loueurs de palettes et leurs clients. En région Midi-Pyrénées, LPR-La Palette Rouge a ainsi mis en place depuis six mois un projet pilote avec l'usine Coca-Cola Entreprise de Castanet Tolosan. L'idée est simple : plutôt que les camions du transporteur Norbert Dentressangle, une fois chargés de 416 palettes LPR, reviennent à vide de chez le client (35 km), ils sont rechargés avec 24 à 28 palettes de bouteilles et poursuivent leur trajet vers le site MGF de Fondeyre, dans la banlieue de Toulouse, qui sert d'entrepôt de débord, avant de rentrer à leur base. Le nouveau schéma de transport permet de faire baisser le kilométrage à vide de 113 km à 10 km. Certes, cela ne concerne qu'un seizième des camions (416 divisé par 26) qui font la navette, soit 770 camions par an, mais c'est tout de même une réduction de 50 t de CO2 rejetées chaque année. Les trois entreprises travaillent sur d'autres schémas sur de plus longues distance. LPR a par ailleurs des projets d'optimisation du transport en opérations avec d'autres clients, notamment Nestlé dans l'Est, Saint Amand en Région Rhône Alpes, et les eaux de Mont Roucous à Lacaune, dans le Parc naturel du Haut Languedoc. « Nous avons désormais tous conscience que l'on doit aller de l'avant sur ce type de projet, et les distributeurs sont aussi prêts à en discuter pour faciliter la modification des horaires de livraison ou d'enlèvement de palettes » a déclaré Pascal Mondet, Directeur Logistique et des Opérations de LPR France. JLR  
   
 
 
 
Colloque
Université
de Nantes
Une logistique
urbaine
en gestation
Plus d'une centaine de personnes sont venues assister aux conférences et tables rondes sur le thème de la logistique urbaine dans le cadre du colloque organisé hier par l'Université de Nantes et l'IUT de Saint-Nazaire.
Le matin était plutôt dédié à des présentations académiques avec des réflexions notamment sur la mutualisation des livraisons urbaines (par Marie-Pascale Senkel et Bruno Durand de l'Université de Nantes). Une mutualisation qui semble « indispensable mais pas toujours possible en raison de freins tels que le besoin de mutualiser des ressources immobilières, le mode de gouvernance en suspens dans les collectivités et le fait que les entreprises ne sont pas toujours prêtes à partager des fichiers ». Alain Mounis, Directeur Logistique de Sodebo et Philippe Antoine, du Groupe de transport éponyme, ont exposé leur projet de livraison de produits frais dans Paris au moyen d'un camion électrique (Modec) intégrant une caisse frigorifique isolante aux couleurs de Sodebo. D'autres initiatives privées ont été mises en avant comme Distripolis de SNCF Geodis (voir NL 1226 d'hier), ou Cityssimo de Coliposte, qui propose des systèmes de consignes avec code pour récupérer son colis sous 10 jours. Un projet de livraison à la personne par des commis livreurs porté notamment par Diagma et L'Ecole Centrale est aussi en cours de test sur Paris. Pour 2€, les marchandises collectées auprès de commerçants pourraient être livrées aux seniors de 8H à 20H. Deux tables rondes animées par Supply Chain Magazine réunissant des collectivités locales (Nantes, Montpellier) et des offreurs privés(Coliposte, Colizen, Deret, SCE, SNAT, SNCF Geodis, Sogaris) ont montré que les initiatives étaient encore essentiellement privées et très disparates d'une ville à l'autre, même si les collectivités prennent globalement de plus en plus conscience de la nécessité de trouver des solutions aux problèmes d'engorgement, de pollution et d'optimisation des dessertes de cœurs de ville rendus souvent piétons. CP
Photo 1 : Bruno Durand et Marie-Pascale Senkel, Université de Nantes ©C.Polge
Photo 2 : de gauche à droite :
Jean-Michel Genestier (SNCF-Geodis), Vincent Meyer (Ville de Montpellier), Isabelle de Loisy (ColiPoste), Jean-Philippe Guillaume (SCMAG), Fabien Esnoult (Colizen), Eric Chevalier (Nantes-Métropole) et Jean-Luc Fournier (Deret) © C.Polge
 
   
   
 
Fédération
TLF :
la nouvelle
organisation
sera effective
le 1er juillet

C'est au cours d'une conférence de presse qui s'est tenue hier que TLF a fait un point trois mois après sa réorganisation et la mise en place d'une nouvelle gouvernance à la fois « politique – métiers » (overseas, terrestre, multimodal, Supply Chain – logistique, location de véhicules industriels) et « transverse – supports » (social, communication, relations extérieures, développement durable, partenariats, gestion, etc.). « Un mode de gouvernance désormais calqué sur celui de ses entreprises adhérentes qui tient compte de la pluralité de leurs activités ». L'organisation globale sera déployée dès le 1er juillet 2011 afin d'être entièrement opérationnelle dès début septembre. En outre, il est prévu de renforcer les synergies entre les délégations régionales et les équipes à Paris. « La fédération entend renforcer sa spécificité de représentation de l'ensemble des maillons de la chaîne transport et logistique et conforter son poids et sa présence dans les sphères décisionnelles nationales et communautaires », explique Patrick Bouchez, Président Délégué Général de la fédération. TLF s'est fixé de nombreux objectifs pour les 18 mois à venir : accroître la performance et la compétitivité de l'ensemble des ses adhérents sur le plan national et international, intervenir contre une fiscalité excessive, intégrer les nouvelles technologies de l'information et le la communication, promouvoir le rôle des activités douanières, sécuriser la Supply Chain, obtenir des conditions optimales de mise en œuvre du « 44 tonnes » et relever les enjeux sociaux. JF
Photo : Patrick Bouchez, Président Délégué Général
de TLF ©JF
 
 
 
 
Cross canal
Santa's
Kingdom,
une société
« modèle »




Jeudi dernier, l'éditeur Manhattan Associates organisait à Paris une conférence sur le cross-canal. Afin d'illustrer le propos, l'équipe informatique s'était mise dans la peau des dirigeants d'une société complètement imaginaire (Santa's Kingdom), spécialisée dans la distribution de jouets. Eric Leprêtre, Directeur commercial de Manhattan, jouait le rôle du PDG de cette entreprise florissante (20% de croissance), mais avec une forte saisonnalité : 80% de l'activité se concentrait sur trois mois ! Cette histoire n'était pas complètement inventée. L'éditeur s'était naturellement inspiré de l'expérience acquise auprès de nombreuses entreprises clientes pour les besoins de sa démonstration. En fait, l'idée était de prouver au public qu'il ne s'agit pas de vendre à travers différents canaux (catalogue, boutique, vente en ligne...) pour faire du cross-canal. « Souvent les différents canaux de vente correspondent à des étapes de développement successifs et sont organisés en silos, a commenté Eric Leprêtre. L'intérêt du cross-canal est de décloisonner ces silos pour leur permettre de communiquer entre eux et ainsi créer de la valeur. » Au centre du dispositif, l'outil d'Order Management qui coordonne précisément l'ensemble des activités de l'entreprise, en évitant les télescopages malheureux entre deux canaux de vente : « par exemple la personne qui vient rapporter au magasin une marchandise défectueuse achetée sur le web, et qui se voit opposer un refus du pauvre vendeur complètement impuissant face à l'inadaptation du système en place. Une lacune dont ne souffre pas Santa's Kingdom, qui après un large appel d'offres, a sélectionné l'Order Management de... Manhattan Associates », a expliqué Eric Leprêtre non sans une pointe d'humour. Après cette brillante intervention de Santa's Kingdom, ce fut au tour du cabinet Javelin Group de brosser un tableau, cette fois-ci bien réel, du e-commerce en Grande Bretagne, « le pays le plus avancé dans ce domaine ». Selon le cabinet, la croissance de la vente en ligne serait telle Outre-Manche que le taux d'inoccupation des magasins aurait triplé en quelques années. Aujourd'hui plus d'une boutique sur sept serait vide en Grande-Bretagne. Et la plupart ne rouvriront jamais ! De même, la tendance serait à la réduction des surfaces de vente. Le distributeur Halfords aurait déjà diminué de 15% ses espaces en magasins. « Les loyers en entrepôts coûtent moins cher que ceux des points de vente », constate encore Javelin. Pour finir cette matinée, un large débat a donné l'occasion aux participants d'échanger avec les intervenants de la matinée. Et à Henri Seroux (DG de Manhattan) d'expliquer qu'avec son logiciel d'Order Management, le Père Noël peut partir à la retraite, le cross-canal de Santa's Kingdom (et des autres) sera bien géré. JPG
Photo : Henri Seroux, DG de Manhattan
 
 

Palettes
Un nouveau
dépôt
de palettes
LPR en Midi
Pyrénées

C'est à Castelnau d'Estrefonds, sur « Eurocentre », la plus grosse zone logistique de Toulouse à 20 km au nord de la ville que LPR a ouvert son nouveau dépôt de palettes, sous traité à la société TSP (Toulouse Services Palettes). Ouvert fin février, ce site de 12.000 m2 dont 2.000 m2 de bâtiment remplace celui de Portet-sur-Garonne, situé à une trentaine de km au sud, et qui était saturé. 1 à 1,2 M de palettes y seront traitées cette année par la trentaine de personnes qui y travaillent, en deux équipes. Sa capacité maximale s'élève à 2 M de palettes traitées annuellement. JLR  
   
 
Immobilier
logistique
Kuehne+Nagel
loue
14.512 m2
à Gennevilliers
Kuehne+Nagel vient de prendre à bail un entrepôt
de 14.512 m2 sur le site Eurostore à Gennevilliers (92), situé à proximité immédiate des axes autoroutiers A86 et A15. Ce bâtiment est la propriété de Foncière Europe Logistique. CB Richard Ellis a conseillé les deux parties pour cette transaction. JF
Photo : entrepôt à Gennevilliers ©CBRE
 
   
 
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner. Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner) vos collaborateurs et amis.
FORMULAIRE D'ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
29 juin 2011

JUIN


Jeudi 30

Petit déjeuner
Mazars ToolsGroup
« Supply Chain :
gagner en agilité
et profitabilité
par un meilleur
couplage entre
la finance et
les opérations »

Partenariat SCMag
De 8h30 à 11h00
Tours Mazars
Paris La Défens
e



JUILLET

Mercredi 6

Le FORUM D'ETE
De 8h30 à 17h30
« Quelles
prévisions pour
quels produits ? »

Avec Essilor,
Louis Vuitton,
Groupe Renault,
Sanofi Aventis,
ESCP-Europe,
Lectra, etc.
Et le soutien
des sociétés :

Acteos, Aperia,
Citwell,
DDS Logistics, Dynasys
Generix Group,
Metnext, MGCM,
OM Partners,
SAP, Terra
Technology,
TXT e-Solutions.
Organisation :
Supply Chain

Magazine




SEPTEMBRE

Mardi 27
Journée d'échanges
organisée par GENERIX GROUP
« Adoptez la collaborative attitude pour placer la satisfaction du consommateur au centre de votre relation client »
Partenaires :
Aslog, Kurt Salmon,
SCMagazine
de 8h30 à 16h
Arpège Services
Trocadéro
Par
is 16e



OCTOBRE

Jeudi 6 et
vendredi 7
Formation
EURODECISION
« Méthodes et
pratiques de
la prévision
des ventes »

De 9h à 17h
Paris-La-Défense


Tour de France
PREACTOR
« Planification &
Ordonnancement»

7 villes / 7 dates
Nantes 7 avril
Bordeaux 12 mai
Toulouse 26 mai
Lyon 23 juin
Strasbourg
13 octobre

Lille 17 novembre
Paris 8 décembr
e