Ce que
rapporte la
Supply Chain

Pour atteindre un bon niveau de performance, chaque entreprise doit investir dans des moyens matériels et humains. Et pourtant l'investissement consenti pour mettre en place ou améliorer la Supply Chain est plus souvent considéré comme une dépense (certes nécessaire), que comme un levier de rentabilité. Alors prenons 3 exemples qui démontrent précisément le contraire. 1) La réduction des stocks : impact direct sur le BFR et libération de cash. 2) L'optimisation des flux physique, tant en aval qu'en amont de la production : réduction significative des coûts d'entreposage et de transport. 3) Amélioration de l'efficience opérationnelle : gains de parts de marché et augmentation du chiffre d'affaires. Les effets bénéfiques d'une Supply Chain parfaitement maitrisée ne se réduisent naturellement pas à ces trois exemples. Mais pour convaincre les directions financières, il est parfois utile de rappeler que la Supply Chain n'est pas une sorte de mal nécessaire, mais bien une arme efficace au service du compte de résultat. Cette approche financière sera d'ailleurs le thème central des conférences du prochain salon Supply Chain Event, lequel se tiendra les 26 et 27 novembre prochain au CNIT de Paris la Défense (1). Vous pourrez venir avec vos directeurs financiers. Le meilleur accueil leur sera réservé. JPG
(1) La 2ème édition du Salon Supply Chain Event
organisé
conjointement par Reed Expositions
et Supply Chain Magazine.
Contact commercial :
iskander.lazali@reedexpo.fr
 
 
 
 
RFID
Twiister
relocalise
sa production
en France

Après avoir racheté le 31 décembre dernier l'éditeur de solutions informatiques Cubes Technology, Twiister annonce son intention d'abandonner son sous-traitant chinois pour fabriquer ses propres tags en France. Il s'agit d'équipements qui permettent de sceller les containers maritimes et les camions tout en assurant la traçabilité du fret : « Nous avons travaillé sur ce projet pendant un an avec un cabinet », raconte Ludovic Desmaretz, Président de l'entreprise. « Dans une zone portuaire, ces tags peuvent être lus à 500 mètres de distance, ce qui est énorme pour de la RFID. Dès qu'un container est manœuvré, on peut lire en temps réel son positionnement, son changement de place avec des remontées d'alertes et une alarme sonore en cas de rupture de scellée. Par ailleurs un système de LED haute performance permet de visualiser quel container est concerné. Hors zone, le tag va être couplé à de la géolocalisation et l'information pourra être transmise via internet. Tout au long du voyage le tag enregistrera les informations et établira à l'arrivée un historique complet ».
Twiister est une PME lyonnaise qui existe depuis 2008. Présente dans le domaine de la traçabilité elle se spécialise de plus en plus dans la RFID. Son dernier gros contrat a été signé voici quelques semaines avec une société strasbourgeoise spécialisée dans la fabrication de bijoux. Pour tracer sa production à base de métaux précieux, Twiister a mis en place 26 lecteurs RFID. Une première ! Inventive et innovante l'entreprise présentera lors de la SITL un portique RFID mobile destiné aux quais de chargement des véhicules. JPG
Photo : Ludovic Desmaretz, Président de Twilster
 
 
 
 
Prestataires
Logistiques
Ressons, un site
FM Logistic
multi-labellisé

De l'extérieur, la plate-forme logistique de Ressons-sur-Matz, inaugurée par FM Logistic en octobre dernier (voir NL 1495), ressemble à beaucoup d'autres entrepôts du groupe. Pourtant, ce bâtiment de 27.000 m² situé dans l'Oise à une quinzaine de km de Compiègne sort de l'ordinaire, tant sur le plan environnemental que sur celui de la prévention des risques. Il vient en effet de recevoir de la part de Certivea le label NF HQE (Haute Qualité Environnementale) avec la mention « Exceptionnel », décernée pour la première fois pour un bâtiment logistique (58 bâtiments certifiés HQE à ce jour) : quatre étoiles en environnement, trois étoiles en énergie, santé et confort. Le site de Ressons-sur-Matz a également reçu le label BBC (aspect énergétique) et l'attestation « trois étoiles » d'Afilog (qui montre que le bâtiment est conforme aux bonnes pratiques Afilog sur les deux thèmes conditions de travail et adaptation du bâtiment au process). Il faut dire que NG Concept, la filiale d'ingénierie du groupe, avait un cahier des charges ambitieux : géothermie verticale pour le chauffage et le rafraîchissement des bureaux, pompe à chaleur haute performance, charpente en bois (dans les bureaux), éclairage 100% LED partout (premier site en France), « hôtel à insectes », isolation thermique, plantations d'arbres et d'arbustes, etc. Au total, le projet a coûté 18 M€, et le surcoût lié aux exigences HQE est estimé globalement à environ 7%, qui devrait être en partie compensé sur la durée par les économies de 50% en énergie et en eau (soit un gain attendu de 50.000 € par an), ainsi que par une augmentation de 5% du loyer que paye FM Logistics à son prestataire interne NG Concept. « Ce sont des ROI longs, entre 7 et 10 ans selon la nature des équipements mis en place, mais cela rentre complètement dans les critères d'investissement acceptables chez FM Logistic » précise Pierre Orsatti, Directeur de NG Concept. JLR
Photo : Pierre Orsatti, Directeur
de NG Concept ©FM Logistic
Photo ci-dessous : ©JLR
 
   
 
 
 
Prestataires
logistiques
(suite)
FM Logistic
dans
une stratégie
d'excellence
de son parc

Ressons-sur-Matz devient donc la vitrine de FM Logistic en matière de respect, voire du dépassement, des exigences réglementaires et environnementales. Mais le groupe, qui est propriétaire d'environ la moitié de ses plates-formes logistiques (24 sites en France), ne compte pas s'arrêter là. Sa volonté est de labelliser tous ses nouveaux sites. Il prévoit dans un avenir proche trois nouvelles certifications HQE de bâtiments existants en France et deux certifications Leed (équivalent de HQE à l'international) au Brésil et en Russie. « Un site certifié offre des avantages économiques, réglementaires et en termes d'image » déclare Eric Decroix, DG de FM Logistic France. La stratégie de différenciation va également passer par une autre labellisation, le RHP ou Risque Hautement Protégé, un label décerné par son assureur américain depuis trois ans, FM Global, dont le nom n'a rien à avoir avec FM Logistic (FM signifie Factory Mutual pour l'un, Faure & Machet pour l'autre). Ce label, qui récompense l'excellence de la prévention des risques pour un site industriel, a aussi été obtenu pour le site de Ressons-sur-Matz. Un travail d'autant plus compliqué qu'il s'agissait d'un site classé Seveso seuil haut (avec des clients comme Henkel pour toute sa gamme de colles et Scaparf pour tous les produits cosmétiques des magasins Leclerc). Certains produits ont un fort taux d'alcool, sont non miscibles à l'eau, stockés dans des contenants plastiques jusqu'à 5 litres et sur des racks à 13 m 50 sous plafond. Or le label RHP impose de prévoir des solutions techniques pour réduire les risques au maximum, avec un seuil de sinistre potentiel résiduel de 10 M€. Les ingénieurs de FM Global et de NG Concept ont donc longuement travaillé avec FM Logistic pour déterminer les solutions techniques adéquates : cloisonnements, multiplication de sprinklers à réponse rapide à l'intérieur même de certains casiers, et surtout utilisation de liquide moussant pour étouffer automatiquement tout début d'incendie. Aujourd'hui, seuls 16% des capitaux de FM Logistic seraient qualifiés RHP avec 6 sites labellisés.
Cette proportion devrait s'élever à 60% en 2016 selon la feuille de route définie avec FM Global, qui a déjà fait 27 visites de sites et 5.000 heures d'ingénierie pour son client. Outre une meilleure prévention des risques vis-à-vis de ses clients, cette démarche pourrait également permettre à FM Logistic à terme de faire baisser ses taux d'assurances ou d'augmenter ses capacités. JLR
Photo : Eric Decroix, Directeur Général
de FM Logistic France ©FM Logistic
Photo ci-dessous: ©JLR
 
   
 
 
 
Résultats
Manhattan
poursuit sa
progression
en 2012
Manhattan Associates a enregistré un chiffre d'affaires global de 376.2 millions de dollars en 2012, soit une augmentation de 14.% par rapport au chiffre d'affaires 2011. Le CA du 4ème trimestre est également en augmentation de 14% par rapport à la même période de l'année 2011. Avec une croissance de 23% du chiffre d'affaires sur la zone EMEA (qui fait suite à une progression de 19% en 2011), Manhattan Associates continue de renforcer ses positions en Europe. Ces bons résultats sont liés notamment à la vente de licences avec notamment : Bison Stores, Empire Express, Essilor International, Hirschbach Motor Lines, Legacy Supply Chain Services, NTT Data China Outsourcing, Optimist Logistic, Pearson Educacion de Mexico, Rhee Brothers, Southern States Cooperative and Zongbao District (Beijing) International Pharmaceutical Distribution Center. Au cours du 4eme trimestre 2012, Manhattan Associates a également étendu les contrats signés avec plusieurs clients existants dont : Acco Brands Benelux, Alliance Healthcare, Essilor of America, Exel, Leroy Merlin France, etc. JPG  
 
Nomination
Olivier
Mercuriot,
Directeur du
développement
international
de Pick-up
Le réseau de relais Pick-up, annonce la nomination d'Olivier Mercuriot en tant que directeur du développement International. Il sera chargé d'exporter le savoir-faire de l'entreprise dans chacun des pays où GeoPost est présent avec comme priorité l'Allemagne et le Benelux. Cet ingénieur Arts et Métiers a débuté sa carrière dans la logistique et les services clients, chez Redcats, en France et au Portugal. Après avoir participé à la création de houra.fr, il rejoint Sitel, spécialiste de l'outsourcing de la relation clients. Olivier Mercuriot entre ensuite chez McKinsey, avant de travailler 3 ans comme directeur de la Relation client d'Outremer Telecom depuis Paris. En mars 2011 il est nommé Directeur des Opérations de Showroomprivé.com. C'est à ce poste qu'il fait la connaissance de Pickup. JPG  
 
Immobilier
Tetrosyl loue
15.000 m²
d'entrepôt
à Orchies
Parcolog (Groupe Generali France) a signé un nouveau bail sur son bâtiment logistique à Orchies (59) avec la société Tetrosyl, fabricant et fournisseur de produits d'entretien automobile en Europe. Le site sera exploité par la société SNS Logistics, filiale de Tetrosyl, tant pour les besoins du groupe en Europe que pour d'autres clients. Cette plateforme logistique indépendante est située en sortie d'autoroute A23, entre Lille et Valenciennes. Le site dispose d'une autorisation d'exploiter ICPE avec plusieurs rubriques pour le stockage de produits dangereux. La location porte sur la totalité des 15.209 m² d'entrepôt et de bureaux avec un bail commercial 6 ans fermes. JPG  
   
 
Nos lecteurs
ont la parole
Thierry Vasseur
s'interroge
sur la portée
véritable
de l'Internet
des Objets

Dans une tribune publiée sur www.SupplyChainMagazine.fr, Thierry Vasseur, directeur commercial Europe du sud Afrique et Moyen Orient de Zebra Technologies, s'interroge sur l'avenir de ce qu'il est désormais convenu d'appeler « l'Internet des Objets » : « Il y a près de 15 ans, Kevin Ashton, pionnier de la technologie RFID, inventait l'expression Internet des objets, convaincu que l'on pouvait changer le monde « avec des ordinateurs capables de connaître tout ce qu'il y a à savoir sur les objets qui nous entourent ». Ce discours est aussi puissant maintenant qu'il l'était à l'époque. La définition d'Internet des objets conserve une part de mystère, même si l'expression est de plus en plus usitée. L'Internet des objets consiste à utiliser des données pour rendre les objets plus intelligents et plus réactifs aux besoins des consommateurs. Je considère également l'Internet des objets (IdO) comme un moyen de relever des défis d'entreprise majeurs et de répondre aux grands enjeux mondiaux. Et si c'était possible de connecter Internet aux objets d'un hôpital, médicaments et équipements aussi essentiels que coûteux, pour améliorer la sécurité des patients et pour garantir la disponibilité des bons outils en fonction des besoins des médecins ? Et si c'était possible de connecter Internet au contenu de son assiette ? Assurer la traçabilité des aliments depuis la ferme jusqu'au placard de la cuisine ou jusqu'à la table d'un restaurant changerait la donne des rappels de produits alimentaires. Voilà l'Internet des objets dans les grandes lignes. Mais ces idées sont-elles réalistes ? »
Pour lire la suite de cet article, CLIQUEZ ICI
 
 
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire ab onner)
vos collaborateurs et amis.
FORMULAIRE D'ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
4 février 2013


FÉVRIER


Mardi 12
DynaSys
Demand &
Supply Chain
Planning Days
« L’APS au cœur
de la
Supply Chain »

En partenariat
avec : QAD, MGCM,
Möbius, Preactor,
WestMonroe
Partners, Viseo
et SCMagazine
De 8h30 à 17h30
Disneyland Par
is


Jeudi 28

Conférence
DELOITTE
« Matinée
Supply Chain :
S&OP, IBP,
Planification
collaborative »

En partenariat
avec : ORACLE et
SCMagazine
De 8h30 à 12h
Deloitte -
Auditorium
Neuilly-sur-Seine
(92)


MARS


Mardi 26
au Jeudi 28

Salon SITL
« Agir ensemble
pour conquérir
les marchés
d’aujourd'hui »

Partenaire :
SCMagazine
Paris Nord
Villepinte
Hall
4