Transport
routier
Report en
janvier 2014
de la taxe
poids lourd…


« Le 1er janvier 2014, l'écotaxe poids lourds sera mise en application. D'ici là, l'optimisation technique du dispositif sera avérée. D'ici là, l'information sera complète, d'ici là les transporteurs seront incités non seulement à s'inscrire, mais aussi à participer à la marche à blanc du dispositif » a indiqué anaphoriquement Frédéric Cuvillier lors d'une conférence de presse hier à 17 heures. L'entrée en vigueur de l'écotaxe poids lourd est donc reportée du 1er octobre 2013 au 1er janvier 2014. Le Gouvernement a en effet considéré qu'il ne disposait pas de toutes les garanties pour une « mise en œuvre entièrement sécurisée », un état des lieux du système opérationnel livré par le consortium privé Ecomouv' (collecte, information et contrôle automatique) ayant révélé « des dysfonctionnements persistants qui doivent être impérativement corrigés ». L'Etat prévoit d'appliquer, au terme du processus, « les dispositions contractuelles prévues en cas de retard dans la livraison finale ». Jusqu'à présent 2.000 camions ont testé le dispositif en marche à blanc, avec un total de 60.000 transactions en conditions réelles (sans facturation effective). Seuls 20.000 dossiers ont été enregistrés à ce jour (sur 30.000 dossiers reçus), dont 55% issus de transporteurs étrangers. Un bilan bien faible comparé aux plus de 800.000 véhicules qui seront assujetis à l'écotaxe.
Le Ministre du transport a néanmoins indiqué que les personnes affectées par Ecomouv aux enregistrements étaient en nombre suffisant. JLR
Photo : Frédéric Cuvillier
 
 
 
 
Transport
routier (suite)
... La faute
à des
«anomalies»,
et au
précédent
gouvernement
Difficile de se faire une idée précise des fameux « dysfonctionnements persistants » invoqués par le Ministre, parfois également qualifiés d'anomalies majeures. Il s'agirait de problèmes d'enregistrement, de cohérence des informations (adresse de l'entreprise, extrait de Kbis etc), de conditions d'informations et de facturation, notamment pour les transporteurs étrangers. A une question plus précise d'un journaliste sur ce sujet, le Ministre a finalement rétorqué : « il faudra demander à Ecomouv, je ne suis pas le Ministre des anomalies. L'anomalie, c'est d'avoir signé un contrat en 2011, comme l'a fait le précédent gouvernement, pour un système qui n'était pas fiable, qui n'était pas établi ». A plusieurs reprises dans son discours, Frédéric Cuvillier a en effet rappelé qu'il avait « hérité » de ce projet, « issu d'un décret qui date du jour du deuxième tour de l'élection présidentielle » et que le précédent gouvernement avait décidé de le mettre en place « dans des dates intenables, en plein milieu de l'été le 20 juillet dans des conditions où techniquement le dispositif n'était pas prêt ». « Il a donc fallu en moins d'un an rebâtir le système par une voie législative, prendre les décrets d'application, faire en sorte que l'inscription puisse avoir lieu, sécuriser le dispositif technique qui ne l'était pas. Bref, faire ce que les autres n'ont pas fait. Et s'assurer que cela ne se fasse pas au détriment de l'emploi des routiers, de l'activité des transporteurs dans un contexte de fragilité » a déclaré Frédéric Cuvillier. JLR
Photo : Frédéric Cuvillier
 
   
 
Transport
routier (suite)
... Un appel
du pied aux
transporteurs
Le Ministre a précisé qu'il rencontrerait très rapidement les professionnels du transport pour examiner avec eux « les difficultés qui peuvent être rencontrées », notamment pour les transporteurs individuels qui ne sont pas encore enregistrés et pour lesquels il faudra « sans doute apporter plus de simplification ». Il semble assez confiant sur les enregistrements des véhicules d'ici janvier, précisant que « la période estivale n'était pas la plus propice ». « Il n'y a pas de mauvaise volonté de la part des transporteurs mais une crainte majeure compte tenu de la façon dont les choses avaient été engagées par mes prédécesseurs » répond-t-il même à une question d'une journaliste. Au-delà de l'ecotaxe Poids lourds, le ministre a également rappelé l'importance de la table ronde sur l'avenir du transport routier prévue le 26 septembre. « Depuis que je suis aux responsabilités, non seulement j'ai œuvré au niveau européen pour éviter la libéralisation supplémentaire du cabotage routier mais aussi pour garantir que l'écotaxe poids lourds soit instaurée dans des conditions qui ne soient pas pénalisante et ne déstabilisent pas les 40.000 entreprises ni les 400.000 emplois concernés ». « La profession a fait beaucoup d'efforts, je tiens à le souligner » a-t-il ajouté. Reste à savoir comment les organisations de transporteurs réagiront à ces manifestations de soutien. Pour sa part, l'OTRE a d'ores et dejà donné son avis sur ce report de l'écotaxe : « il ne règle rien des dysfonctionnements et problèmes techniques rencontrés par les transporteurs ». Elle s'annonce à l'avance certaine qu'Ecomouv ne pourra pas faire la preuve du bon fonctionnement du système avant son entrée en vigueur et annonce qu'elle va demander au Ministre la remise à plat du dossier taxe poids lourds en envisageant la dénonciation du contrat liant l'État à Écomouv'. De plus, elle réitère son appel aux transporteurs « de ne pas enregistrer leurs véhicules tant que les garanties d'un fonctionnement fiable et viable n'auront pas été apportées ». La table ronde du 26 septembre s'annonce passionnante ! JLR  
 
 
 
Relais
de proximité
Denis Payre
passe le relais

Il n'accordait plus d'interviews depuis quelques mois déjà. C'est officiel, Denis Payre a quitté Kiala, société qu'il a fondée en 2000 avec Marc Fourier, et qu'il a vendue début 2012 à UPS. C'était apparemment prévu dans le contrat d'acquisition, le PDG de Kiala ayant accepté de garder ses fonctions pour une durée déterminée, le temps d'apporter son expertise à UPS et de l'aider dans le processus d'intégration. L'homme qui est responsable des déploiements des points d'accès UPS (UPS Access Points) à l'échelle mondiale s'appelle maintenant Joe Mozzali. Il était auparavant vice-président en charge de la stratégie d'UPS en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, et a supervisé l'intégration de Kiala et piloté la stratégie de commerce électronique de détail d'UPS en Europe.
Kiala, c'est actuellement plus de 7.500 points de collecte dans cinq pays d'Europe (Belgique, Espagne, France, Luxembourg et Pays-Bas). Le modèle a également été déployé par UPS au Royaume-Uni et en Allemagne sous les enseignes respectives UPS Access PointTM et UPS Paket Shop. Au total, UPS dispose ainsi d'un réseau européen de près de 11 000 relais de proximité dans sept pays. JLR
Photo ci-contre : Denis Payre
Photo ci-dessous  :
Joe Mozzali, Responsable
des déploiements des points d'accès UPS au niveau mondial
 
   
 
Gestion
des risques
Les entreprises
européennes
doivent mieux
protéger leur
Supply Chain
Entre mars 2012 et mars 2013, 63% des sociétés européennes ont eu à affronter des problèmes de ruptures ou à de grosses perturbations dans leur Supply Chain à cause d'évènements imprévus et hors de leur contrôle, qu'ils soient liés à un contexte économique (24%), à des conditions climatiques (19%) ou aux difficultés financières d'un sous traitant (16%). C'est ce que révèle la récente étude «Managing the Value Chain in Turbulent Times» réalisée par la société Dynamic Markets pour le compte d'Oracle auprès de 677 décideurs d'entreprises de plus de 250 employés dans neuf zones géographiques de la région EMEA (Royaume-Uni, France, Allemagne, Russie, Scandinavie, Pays-Bas, Pologne, Turquie and the Emirats Arabes Unis). Plus alarmant, il apparaît que pour les entreprises concernées par ces incidents, la durée moyenne de retour à la normale des opérations s'élève à 63 jours, avec un coût moyen de 520.000 € en comptant les ventes ratées, les clients perdus, le rappel des produits, et les ressources consacrée au rétablissement de la Supply Chain. 75% d'entre elles reconnaissent que ces coûts correspondent à des pertes financières car elles n'ont pas réalisé d'évaluation des risques sur tous les éléments de la Supply Chain. Toujours d'après cette étude, l'autre grand défi est de mettre en place aux sein de leurs organisation et de leurs Supply Chains les moyens adéquats en matière de communication et de collaboration : 82% des décideurs considèrent qu'ils ne sont pas tenus suffisamment bien informés en interne et en externe, ou trop tard, sur les aléas possibles intervenant dans leur Supply Chain. 56% des personnes interrogées pensent que cela peut être lié à des problèmes de données et de technologies inappropriées. Du pain sur la planche pour Oracle et ses confrères... JLR
 
 
 
 
Palettes
Weetabix
renouvelle
avec LPR
La marque de céréales la plus vendue au Royaume-Uni, Weetabix, renouvelle son contrat avec La Palette Rouge (LPR) spécialiste européen de la location-gestion de palettes, pour trois années supplémentaires. LPR continuera de gérer jusqu'en 2016 les palettes du dépôt de Weetabix, basé à Burton Latimer (UK), après y avoir installé en 2011 une chaîne automatisée permettant de trier et réparer plus de 25.000 palettes par semaine. Concrètement, le personnel de Weetabix, formé pour la vérification de la conformité des palettes, renvoie directement les palettes vers les centres de distribution des détaillants, après avoir effectué d'éventuelles réparations. Weetabix n'a ainsi plus besoin d'aller récupérer les palettes sur des sites de traitement externes, lui permettant de réduire considérablement le nombre de véhicules sur les routes. PM  
   
 
Fret maritime
Hausse
des tarifs
trans-
pacifiques
100 dollars, c'est la hausse tarifaire minimum préconisée par la Transpacific Stabilization Agreement (TSA) pour l'envoi d'un container de 40 pieds par voie maritime entre les USA et l'Asie. Ce forum de discussion et de recherche, regroupant la majorité des acteurs du fret maritime international dont Maersk, Huyndai et CMA-CGM, indique qu'après des mois de fluctuation et de baisse des tarifs, il est urgent ce d'inverser la vapeur : « Les tarifs ont plongé encore plus qu'à l'accoutumé durant la période creuse de l'été, la situation est intenable » a indiqué Brian Conrad, Administrateur Exécutif de TWS Westbound. « Non seulement nous entrons dans la période la plus active de l'année, mais des signes indiquent une reprise des exports des USA vers l'Asie dans les mois à venir » a-t-il ajouté. Si certains membres ont déjà procédé à des révisions tarifaires, une hausse généralisée devrait avoir lieu au 1er octobre 2013. PM
Photo : Rohlig Maritime ©DR
 
   
 
 
 
Canada
Une association
Supply Chain
de 8.000
membres
Ils sont 8,000 managers Supply Chain et acheteurs canadiens à être désormais rassemblés sous la bannière de l'Association de la gestion de la chaîne d'approvisionnement (AGCA). Connue dans la zone anglophone sous le sigle SCMA, pour Supply Chain Management Association, elle est le fruit de la fusion entre l'association d'acheteurs PMAC (Purchasing Management Association of Canada) et l'association de supply chain et logistique SCL (Supply Chain & Logistics Association of Canada). Sa création a été sanctionnée par un vote massif des deux associations le 12 juin dernier. « L'AGCA est un organisme véritablement national qui représente les spécialistes de la Supply Chain dans tous les domaines, à toutes les étapes de leur carrière » a déclaré Mike Whelan, Président du Conseil d'Administration National de l'AGCA. Celle-ci conserve l'infrastructure professionnelle de la PMAC, à savoir un siège social et 10 instituts, et continuera de proposer des évènements de perfectionnement professionnel, formations, et autres occasions de « réseautage ». PM  
 
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.
FORMULAIRE D'ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
   

6 septembre 2013

SEPTEMBRE

Mardi 17
Thématique
Hub One
« L'omnilogistique
au service
du commerce
connecté »

Animée par
Olivier Moreau,
Orium
Table ronde avec
Kuehne+Nagel,
Cegid, Orium
et Hub One.
De 15h30 à 19h
Ice Bäar,
Champs Elysées

Mardi 17
Séminaire
e2Open
« Une tour
de contrôle pour
Piloter votre
Supply Chain
« étendue » ? »

Témoignage de
L'Oreal
De 8h30 à 11h00
Hôtel George V
Paris 8
e



Vendredi 20
Petit déjeuner
thématique
FREELOG
« Réussir
son projet de
transformation
dans un contexte
international
multi culturel »

Partenaires :
AirBusiness
Academy
et SCMagazine
De 10h00 à 11h30
Toulouse, Blagna
c



Lundi 23
et mardi 24

Gartner.
Supply Chain
Executive
Conference
«Reimagine
Supply Chain:
Fast, Forward, Focus »

De 07.30 à 19.15
Hyde Par
k
Londres




OCTOBRE

Jeudi 3
et vendredi 4

Formation
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

De 9h à 17h30
Paris La Défen
se



Mardi 22

Conférence
thématique Retail
et Mode GT Nexus
« Solving
the Paradox
of global Sourcing
in Retail »

Témoignage
de DIM/DBA
& Inditex/Zara
De 11h à 16h
Lill
e