SITL Europe
Villepinte
au centre de
la logistique
mondiale
« La logistique et le transport sont vraiment les vecteurs du développement économique. Sans logistique, il n'y a pas de développement durable » a déclaré hier matin Alain Bagnaud, Directeur Général de la SITL Europe (1-4 avril au Parc des expositions de Villepinte) lors de la conférence plénière qui ouvrait également la première édition du World Transport & Logistics Forum, un évènement international destinés aux investisseurs dans le domaine de la logistique internationale. « Si l'on diminuait de moitié les goulets d'étranglement de la Supply Chain mondiale, cela engendrerait une augmentation de 15% des échanges commerciaux et de 5% la production » estime de son côté Jean-François Arvis, Senior Economist à la Banque Mondiale. Cette dernière vient de publier la semaine dernière son enquête 2014 sur la compétitivité logistique dans 160 pays, réalisée en interrogeant plus d'un millier de freight forwarders. A chaque pays est attribué une note globale comprise entre 1 et 5, le LPI (Logistics Performance Index), qui tient compte de la qualité des infrastructures, du niveau de développement des services et de la fluidité des procédures douanières. Selon la Banque mondiale, le premier de la classe cette année est l'Allemagne (avec 4,1) devant les Pays-Bas, la Belgique, le Royaume-Uni, Singapour, la Suède, la Norvège ou encore le Luxembourg. La France arrive en 13ème position (elle était 12ème en 2012) avec un score de 3,8.
« La bonne nouvelle c'est que tous les pays progressent régulièrement depuis notre première étude, en 2007, en particulier en matière de douanes et de logistique portuaire. En effet, alors qu'il y a 10 ans, il était courant que des conteneurs puissent être immobilisés dans certains ports pendant deux mois, il semble qu'aujourd'hui, en moyenne, un blocage de deux semaines dans un port soit une exception » note Jean-François Arvis. JLR
 
   
  Alain Bagnaud, Directeur Général de la SITL Europe  
   
  Jean-François Arvis, Senior Economist
à la Banque mondiale
 
 
 
 
1er avril
Pas de drone,
ni de
kangourou…
Il y a fort longtemps l'humoriste Francis Blanche animait une émission de radio intitulée « Les kangourous n'ont pas d'arête ». Dans la Newsletter d'hier les nôtres en avaient : il s'agissait d'un grossier canular du 1er avril. Donc pas de drones pour livrer les particuliers dans Paris ni de charmants livreurs déguisés. Merci à tous pour vos nombreuses réactions et votre humour. Et pardon à ceux qui ont cru aux livraisons en 30 minutes dans Paris. Il est vrai que les progrès technologiques sont tels, que plus rien ne nous étonne vraiment... JPG  
 
SITL Europe
(suite)
Petit tour
du monde des
investissements
logistiques
La première table ronde de ce World Transport & Logistics Forum était consacrée aux stratégies logistiques de différents pays visant à soutenir la croissance, de la Russie à la Chine, en passant par l'Indonésie, le Brésil ou encore les Etats-Unis. Alexeï Sambouievitch Tsydenov, le vice-ministre russe des transports a souligné que les partenariats public-privé étaient une priorité dans le domaine du transport en Russie, en citant par exemple les deux accords de projets de concessions d'autoroutes payantes faisant intervenir des entreprises françaises, mais aussi de nombreux projets dans le domaine du ferroviaire et du portuaire. A commencer par la société commune UTLC créée par les compagnies ferroviaires de Russie, du Kazakhstan et de Biélorussie pour investir conjointement dans des locomotives, des wagons et des conteneurs. M. Tsydenov a également mentionné la voie maritime du Nord, utilisée depuis quelques années pour le transport du gaz liquéfié et du pétrole pour relier l'Asie à l'Europe. « Etant donné que le climat se réchauffe, la partie du trajet à travers les glaces est minimale. Nous disposons maintenant d'une nouvelle voie Asie-Europe. Plusieurs pays de l'Asie Pacifique se sont montrés intéressés, et les volumes vont croître » a -t-il affirmé. De son côté, He Mingke, vice-président de la fédération chinoise de logistique a rappelé les investissements très importants consentis par la Chine depuis 2008 pour moderniser ses infrastructures terrestres, notamment les autoroutes et le plus grand réseau de train à grande vitesse du monde, réalisé en moins de 5 ans. L'Indonésien Akbar Djohan, dirigeant du logisticien Max-Logistics & Distribution, a pour sa part détaillé le plan Sislognas, lancé en 2012, et qui a pour objectif de renforcer et d'accélérer le système national logistique indonésien à l'horizon 2025. Au Brésil, c'est un programme d'investissement de 50 Mds US $ qui a été lancé par le gouvernement ces dernières années, notamment pour construire 10.000 km de nouvelles routes (dont 7000 déjà terminées), et 1.500 km de chemin de fer. « Malgré les efforts entrepris, le gouvernement sait qu'il n'est pas capable de gérer tout cela seul et en appelle à la participation du secteur privé pour investir 100 Mds US $ dans les prochaines années. Pour un pays de dimension continentale tel que le Brésil, il est impératif que l'on puisse disposer d'une logistique avec les mêmes standards que les pays les plus développés » a déclaré Paolo Sergio Passos, Président d'EPL, l'Agence nationale de logistique brésilienne. Enfin pour l'Américain Chip White, professeur au Georgia Institute of Technology, la grande question qui va se poser dans les années qui viennent tourne autour de la logistique urbaine. « Où sont les clients ? De plus en plus dans les villes, qui rassemblent aujourd'hui 50% de la population mondiale et 7 personnes sur 10 en 2050 » a-t-il fait remarquer. JLR  
   
  Alexeï Sambouievitch Tsydenov, le vice-ministre russe des transports ©JL.Rognon  
De gauche à droite : Jean-François Arvis (Banque Mondiale), Chip White (Etats-Unis), Paolo Sergio Passos (Brésil), Akbar Djohan (Indonésie)
et
He Mingke (Chine). ©JL.Rognon
 
 
 
 
SITL Europe
(suite)
Les paradoxes
des prestataires
Casting de rêve pour la seconde table ronde du World Transport & Logistics Forum, qui réunissait des directeurs Supply Chain (Areva et Louis Vuitton) et les dirigeants de prestataires d'envergure internationale (Geodis, Norbert Dentressangle, Ceva Logistics, ID Logistics). « Le paradoxe, c'est que le métier de prestataire est d'abord local, mais qu'il nous faut aussi répondre à une demande de pilotage global » note Hervé Montjotin, Président du Directoire de Norbert Dentressangle. « La logistique, c'est avant tout de l'exécution » lui répond Xavier Urbain, CEO de Ceva Logistics pour qui la clé réside dans des organisations matricielles pour faciliter la mise en oeuvre d'une approche globale s'appuyant sur des compétences opérationnelles en local. Mais la perle du paradoxe de cette table ronde revient à Vincent Barale, Directeur Supply Chain chez Louis Vuitton. Interrogé sur les meilleurs indicateurs (KPI) à suivre pour estimer la performance d'un prestataire, il répond sous forme de boutade : « le meilleur KPI que peut nous fournir un prestataire, c'est de n'en entendre jamais parler ». JLR  
 
De gauche à droite : Eric Hémar, PDG d'ID Logistics,
Xavier Urbain
, CEO de Ceva Logistics, Marie-Christine Lombard, Présidente du directoire de Geodis,
Hervé Montjotin, Président du directoire de Norbert Dentressangle, François Peignès, vp Supply Chain Operations chez Areva et Vincent Barale, Directeur Supply Chain de Louis Vuitton Malletier. ©JL.Rognon
 
 
Automation
Fives imagine
l'entrepôt
connecté
du futur
Fives Cinetic, concepteur de solutions de préparation de commandes et de systèmes de tri, simplifie son nom pour devenir Fives et poursuit ses innovations. Après avoir créé Cit'e-drive, une solution globale de mécanisation des drives entrepôt, la division du groupe industriel et international Fives lance Trace 3.0, un nouveau système de pilotage en temps réel des activités en entrepôt (WCS). Avec cette nouvelle solution, un responsable d'entrepôt ou un directeur d'exploitation pourra depuis un PC, une tablette ou un smartphone rester connecté à l'entrepôt, contrôler sa productivité, accéder aux données techniques, détecter les pannes et prendre les bonnes décisions quel que soit l'endroit où il se trouve. « Plutôt que de fournir des statistiques figées à nos clients, nous leur donnons des outils pour qu'ils construisent leurs propres écrans avec un dictionnaire de widgets adapté à leurs besoins. Cela peut concerner l'état d'avancement du portefeuille de commandes ou bien des données plus techniques sur le mode de pilotage. Détecter précisément où se situe une panne dans un grand entrepôt, le taux de bonnes ou de mauvaises lectures d'un scanner ou encore le bon cadencement d'alimentation des trieurs est fondamental pour un responsable d'exploitation », précise David Zak, Directeur technique chez Fives. L'accès aux informations pour chaque compte utilisateur est sécurisé par mot de passe et les alertes sont paramétrables. « Tout est géré à travers des comptes utilisateurs et des droits sont attribués à chacun pour construire les interfaces », ajoute David Zak. Ce système paramétrable destiné à rendre l'entrepôt 100% connecté pour améliorer ses performances est déjà en service dans le nouveau centre logistique de Schneider Electric à Évreux. Fives a également enrichi Trace d'un outil de lancement intelligent des commandes. Celui-ci choisit le chemin le plus rapide pour optimiser la préparation des commandes en se basant sur des prévisions et des prédictions. « Un algorithme calcule la charge de l'entrepôt et tous les mouvements à venir. Il anticipe la production par zone et peut limiter artificiellement les flux pour au final apporter un gain de temps de préparation. Le mécanisme calcule à chaque point l'ensemble des choix disponibles et donne le meilleur choix. Les parcours physiques sont optimisés », souligne David Zak. Enfin, toujours en vue d'optimiser les performances et de faciliter l'exploitation des entrepôts, Fives propose à ses clients de tableaux de bord et outils d'analyses conçus avec les données collectées par Trace. « Notre groupe a investi 28 M€ en R&D en 2013 et déposé une centaine de brevets en trois ans, rappelle Philippe Verne, Directeur Général de la filiale française du pôle logistique de Fives. L'innovation, ce n'est pas seulement mobiliser des moyens financiers, c'est écouter nos clients et anticiper en leur apportant des solutions avant même que leurs besoins ne soient connus et c'est aussi émuler la créativité de nos ingénieurs. Tous les ans, nous organisons un concours de l'innovation au sein de chaque filiale ». Le groupe, inventeur des trieurs Cross Belt en 1982, copilote aujourd'hui avec Dassault Systèmes le 34ème plan destiné à imaginer l'usine du futur, un plan lancé en novembre dernier par le Ministère du Redressement productif dans le cadre de la « Nouvelle France industrielle ». PJ  
 
 
 
Informatique
Akanea
Développement
ouvre
son WMS
à de nouveaux
horizons
« Il ne s'agit pas d'une révolution, mais de l'intégration de nouvelles fonctionnalités qui optimisent le décloisonnement entre WMS, TMS et Douane » précise Jean-Marc Roche, Chef de marché de l'activité Transport International, Douane et Logistique d'Akanea Développement au sujet de la nouvelle version V14 d'Akanea WMS, présentée sur le stand F81 de la SITL. Au menu des nouveautés, tout d'abord un périmètre fonctionnel élargi, avec l'apparition d'un module e-commerce intégré en standard, conçu pour les prestataires logistiques, industriels ou encore distributeurs dont une partie de l'activité est caractérisée par de nombreuses commandes portant sur un faible nombre d'articles. Ce module permet de gérer un processus de prélèvement massifié pour la préparation des commandes appartenant à cette typologie, avant d'affecter chaque article à sa commande au niveau du poste de colisage. Ce processus, paramétrable, peut être combiné avec un processus plus standard de préparation de commandes. Les autres évolutions du WMS concernent des développements pour rendre le progiciel encore plus communicant avec son écosystème. C'est le cas pour le nouveau module de gestion des alcools, qui calcule non seulement les droits d'accises mais aussi automatise, sans ressaisie, les sorties des marchandises de l'entrepôt directement dans le logiciel douane pour être ensuite traitées dans le respect des procédures douanières règlementaires Gamma. « Ce nouveau module intègre dans le même processus, la partie stockage réception expéditions et la partie documentation douanière, ce qui est inédit en France chez un éditeur de WMS » insiste Jean-Marc Roche. Akanea WMS peut par ailleurs désormais s'interfacer en standard avec les plateformes d'expédition comme Colissimo, TNT, ou Gefco, sans double saisie, ainsi qu'avec la plate-forme de gestion des flux portuaires AP+. Parallèlement, Akanea a développé sa propre station chargeur, qui permet aux donneurs d'ordre des transporteurs d'importer les bons de livraison issus d'applications tierces (gestion commerciale ou ERP), de transmettre leurs ordres de transport, d'éditer leurs étiquettes transport et d'accéder pour chaque ligne de commande aux différents statuts de livraison.
Akanea TMS Station Chargeur est un logiciel autonome proposé aux transporteurs en mode Saas, selon une tarification basée non pas sur le nombre de licence, mais sur le volume global d'ordres de transport gérés. JLR
 
   
  Jean-Marc Roche, Chef de marché Transport inter logistique et douane  
   
  Module e-commerce WMS V14  
 
Logistique
du froid
Un capteur
sans fil ni piles
signé
Greensystech
La start-up normande innovante Greensystech (6 personnes) présente sur la SITL un prototype de capteur de température d'air (-40°C à +70°C) répondant à la norme EN12830, obligatoire en France pour les transports de denrées surgelées et de viandes hachées. L'avantage de cet équipement est sa simplicité d'installation (en deux minutes) et d'utilisation (pas de maintenance), grâce à une absence non seulement de fil, mais également de piles, puisqu'il s'appuie sur un système breveté de « récupération d'énergies ambiantes ». Les données sont enregistrées toutes les 5 minutes et un historique de 60 jours d'opérations peut être stocké dans l'appareil. La récupération des données peut s'effectuer par USB ou par voie cellulaire. Ce boîtier autonome en énergie, baptisé Fly-board, est testé depuis neuf mois par un transporteur de la région de Caen. Sa commercialisation est prévue pour septembre. « Actuellement, le coût du prototype est de l'ordre de 600 €, mais le prix va diminuer très vite en fonction des volumes commandés » nous a confié Mohamed Fall, le PDG de Greensystech. JLR  
   
  Mohamed Fall Greensystech ©JL.Rognon  
 
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.
FORMULAIRE D'ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
2 avril 2014

AVRIL 2014

Mardi 1 au
vendredi 4

Salon
SITL Europe

« Le rendez-vous international
du Transport,
de la Logistique
et du freight Forwarding »

Paris Nord
Villepinte

Hall 6




Mercredi 9

Conférence METIS
« S&OP :
le processus
business clé
pour piloter
une croissance
rentable »

Témoignages :
Danone et Essilor
Partenaire :
SCMagazine
De 8h45 à 12h30
Maison
des Centraliens
Paris 8
e




MAI 2014


Jeudi 15 et
Vendredi 16

Formation
EURODECISION
« Méthodes et
pratiques
de la prévision
des ventes »

De 9h00 à 17h00

Paris-La Défense