Immobilier
Une plate-forme
de 117.000 m²
à Honfleur !
L'Agence Franc, (architectes, spécialisée dans la logistique) annonce la signature d'un permis de construire pour la construction d'une plate-forme multimodale de 117.000 m² à Honfleur. Le programme compte au total dix-neuf cellules logistiques consacrées au stockage et à la préparation de commandes, plus 2.500 m² de bureaux. Ce permis a été déposé pour le groupe Concerto Ed sur des terrains placés en bord d'estuaire. « C'est un projet en gris qui va permettre de massifier des produits d'import avant de les redistribuer via les différents modes de transport présents sur le site », précise Jean-Paul Rival, DGA de Concerto. Une première cellule de ce vaste ensemble pourrait être construite dès la signature du premier client. « Il s'agit pour nous d'un véritable pari technique et esthétique », précise Gabriel franc Dirigeant de l'Agence Franc. « Nous avons beaucoup travaillé sur la conception du projet en amont, pour proposer des solutions concrètes et économiquement viables. Du renforcement des sols à la conception de bassins de rétention en cas de pluies décennales... jusqu'à l'aspect de la façade qui rappellera la palette de couleurs des « Nymphéas » de Monet. » On a hâte de voir ça ! JPG
Photo : la future plate-forme multimodale d'Honfleur ©Agence Franc/Architectes
 
   
 
 
 
Peak
Collaborative
Index
Plus que
2 jours
pour participer !
Dejà plus de 200 personnes (une centaine côté fournisseurs et autant côté clients) – contre 120 l'année dernière – ont répondu au questionnaire destiné à élaborer le Peak Collaborative Index 2014 ! Pour mémoire, ce dispositif d'évaluation de la qualité de la relation entre clients et fournisseurs permet de se comparer aux autres sociétés qui ont répondu. Il est basé sur les normes de comportement identifiées par la recherche et qui conditionnent la collaboration entre partenaires. Cette 3ème édition du Peak Collaborative Index est une étude Thésame conçue avec le Cabinet Socrates, dans le cadre du programme Peak. Elle est soutenue par de nombreux partenaires institutionnels, éducatifs et industriels. A la fin de votre évaluation, vous pouvez consulter vos résultats et les comparer à ceux des autres répondants. Vos réponses sont traitées de façon anonyme. Vous pouvez aussi inviter vos partenaires à évaluer la relation qu'ils entretiennent avec vous et obtenir sur demande vos résultats personnalisés. Pour cela, envoyez à vos partenaires le code parrainage qui vous sera donné en fin d'évaluation. L'enquête est ouverte jusqu'à demain, vendredi 11 avril 2014.
Alors, répondez sans tarder ! CP
Pour répondre, CLIQUEZ ICI
 
 
Témoignages
Une matinée
entièrement
consacrée au
S&OP
C'est à l'initiative de Métis Consulting que s'est déroulée hier une matinée de conférences entièrement consacrée au S&OP. En ouverture et devant une salle bien remplie, Jean-Marc Soulier, Président du cabinet a planté de décor : « Les défis actuels nécessitent de gérer la complexité : augmentation de l'offre produits, multiplicité et internationalisation des canaux de vente et de distribution, mondialisation des réseaux de sourcing et pression sur les résultats imposés par les actionnaires ». Dans ce contexte une question se pose : A quoi sert un S&0P ? Jean-Marc Soulier avance une première réponse : « C'est un processus de décision qui permet à une direction générale de vérifier que les plans et les objectifs des différentes fonctions soient bien alignés entre eux et supportent la stratégie de l'entreprise ». Une définition qu'il complète en ajoutant les différents types de S&OP (local avec un seul niveau de consolidation, mondial avec deux ou trois niveaux de consolidation de la demande et de la Supply Chain), ou encore en dressant une grille de maturité qui distingue 5 niveaux différents. Enfin le président de Métis liste quelques facteurs de succès : établir un processus pertinent, adopter un langage business, simplifier, faire des réunions à un rythme régulier (1 mois) mais à un horizon de 18 mois, s'assurer de l'unicité et la fraîcheur des données, soigner la préparation des réunions et impliquer le Top Management. « Mais avant toute chose un projet S&OP c'est d'abord un projet de conduite du changement », conclut-il. S'inspirant de l'US Army War College, Alain Perrot, Senior Advisor, Métis Consulting, estime que nous sommes désormais dans un monde V.I.C.A. (comprenez : Volatile, Incertain, Complexe, Ambigüe). Et le S&OP est l'un des moyens qui permet d'y faire face. Rappelant par ailleurs que le concept a été inventé voici une trentaine d'années, il estime que le Supply Chain Manager doit être perçu comme un business leader qui doit être plus qu'impliqué : « Il faut qu'il soit engagé ! » JPG  
   
  Alain Perrot, Senior Advisor, Métis Consulting  
 
 
 
Matinée S&OP
(suite)
Danone
et Essilor
apportent leurs
témoignages
« Le monde change ! » s'est exclamé Gustavo Redondo, VP Supply Chain Monde de Danone Produits Frais. « En 1996, 77% de nos produits étaient vendus en Europe. Aujourd'hui l'Europe ne représente plus que 34% des ventes contre 53% pour les pays émergents ». Puis Gustavo Redondo s'est attaché à décrire les grandes tendances qui impactent (ou vont impacter) la Supply Chain : « Une population de plus en plus urbanisée et vieillissante, (le nombre des + de 60 ans devrait doubler entre 2007 et 2050), des consommateurs exigeants qui veulent des produits bio, mieux tracés, mais qui ne sont pas prêts à payer pour ça, des consommateurs qui ont de plus en plus recours à la technologie pour acheter, une technologie qui évolue sans cesse et qui désormais touche toutes les parties du monde. Bref, un bouleversement permanent que l'on doit prendre en compte dans nos processus de transformation ». Chez Danone Produits Frais le S&OP est un véritable instrument de pilotage. D'ailleurs on l'appelle GPS. Mais Gustavo Redondo considère qu'il n'est pas qu'un outil : « Le S&OP sert aussi à faire progresser les esprits et à les faire adhérer aux réalités de l'entreprise ». Et paraphrasant Einstein : « La pire des bêtises c'est de toujours faire la même chose en espérant obtenir un résultat différent ». D'ailleurs Gérard Tourenq, VP Supply Chain Monde d'Essilor ne dit pas autre chose. Pour lui, le S&OP est un formidable levier de compétitivité à condition qu'il soit en phase avec les évolutions du monde qui l'entoure. Chez Essilor les enjeux sont multiples : l'anticipation des besoins de capacité, le sourcing au meilleur coût, le lancement de nouveaux produits, la maîtrise des coûts et des stocks… Pour coller au plus près de ces objectifs, l'entreprise a complètement revu son processus : « cette entreprise connait une croissance externe extrêmement forte et nous avions du mal à obtenir une vision globale », admet Gérard Tourenq. Avec l'aide de Métis Consulting le groupe s'est donc attaché à revoir l'ensemble de sa Supply Chain en y intégrant l'ensemble des marchés et de ses partenaires. « Il fallait être plus réactifs dans les ajustements capacitaires pour répondre aux aléas et aux fluctuations du marché » ajoute Gérard Tourenq qui reconnait que dans cette nouvelle approche, le gros du travail a été « de vendre le processus S&OP à tous les Managers ». Une réflexion qui revient souvent dans la bouche des Supply Chain Managers dont une grande partie de leur réussite consiste à mettre tous les acteurs concernés autour d'une même table. JPG  
   
  Gustavo Redondo, VP Supply Chain Monde de Danone Produits Frais  
   
  Gérard Tourenq, VP Supply Chain Monde d'Essilor  
 
Logistique
urbaine
Un concept
innovant
de caisses
multimodales
sur le fleuve
Le projet Ludeb (Logistique Urbaine Durable pour les Equipements de Bureaux), présenté lors d'une conférence sur la SITL, entre dès cette semaine dans une première phase de tests, avec le concours de la société de mobilier de bureaux Steelcase. C'est l'une des trois initiatives du Cluster Logistique urbaine durable (coordonné par la CCI des Hauts-de-Seine, la préfecture de la région Ile-de-France, Ports et Paris et l'AFT-Iftim) qui donneront lieu cette année à des expérimentations. Une première étude a permis d'inventer et de faire réaliser une caisse multimodale de 20 m3, et de 3,5 t de chargement  (soit 7 à 8 palettes 80 x 120) afin d'optimiser l'usage de péniche de type Freycinet (18 caisses par bateau) et de semi-remorques en pré et post acheminement (un semi peut transporter trois caisses). Grutables et empilables, ces caisses sont également démontables (ce qui libère 70% des cales sur le flux retour) et utilisables en unité de stockage avancé sur le site client. Car le modèle économique envisagé prévoit d'optimiser les processus sur toute la chaîne : avec un chargement imaginé au plus proche des sites industriels (en l'occurrence pour Steelcase, à Strasbourg), un grutage par le batelier pour éviter les intermédiaires, un accès aux 70 ports de Paris en chargement et déchargement, une livraison en camions de 7,5 t et même l'utilisation de la péniche comme un atelier flottant de démantèlement de mobilier en fin de vie et de recyclage des déchets (avec Valdelia) sur le trajet retour (15 jours entre Paris et Strasbourg, avec le passage de 180 écluses).Les premiers essais vont tout d'abord concerner le sanglage et de l'arrimage de mobilier dans ces caisses et la livraison dès la mi-mai de certains clients de Steelcase sur le 8ème, 15ème et 16ème arrondissement ainsi que la Défense. « 2014 sera consacrée à la validation du modèle technique de façon à pouvoir proposer un modèle économique plus précis d'ici à fin 2014 » nous a confié Marc Bazenet, conseiller cluster logistique urbaine durable à la CCI 92. JPG
Photo : ©JL.Rognon
 
   
 
 
 
Palettes
Chep et Ifco
signent un
contrat avec
le distributeur
portugais
Sonae MC
Chep et Ifco, deux sociétés du groupe Brambles, deviennent les principaux prestataires de services de Sonae MC, acteur majeur du marché portugais de la distribution de produits alimentaires. Ils ont signé chacun un contrat de services TEMS (Total Equipment Management Services) qui assure la gestion des équipements avec les centres de traitement localisés sur les plates-formes du distributeur. Concrètement Chep fournira les palettes et gérera les centres de services sur les entrepôtsd tandis qu'IFCO approvisionnera les bacs en plastique utilisés par les fournisseurs pour la livraison des produits frais dans les magasins. « Cette nouvelle coopération a pour but d'améliorer notre position face à la concurrence en réduisant nos dépenses de gestion de palettes et de bacs plastique réutilisables. La qualité et la robustesse de ces équipements jouent un rôle crucial pour garantir l'efficacité et la sécurité de l'ensemble de nos opérations. Les accidents sont évités et les dommages produits sont réduits » affirme José Casimiro Ferreira, Directeur logistique de Sonae MC. Développés par Chep, les services TEMS gèrent le tri, l'inspection et la réparation des palettes et des bacs plastique dans les usines, directement sur les sites des clients ou à proximité. Les palettes et les bacs conformes aux spécifications sont ainsi immédiatement réintroduits dans la chaîne logistique et l'équipement endommagé est remis en état sur site. JPG
 
 
KPI
Les
coopératives
agricoles se
benchmarkent




Supply Chain Meter, portail de benchmarking des performances logistiques, remonte la Supply Chain vers l'amont agricole en proposant ses services à Coop de France. Après l'industrie agroalimentaire (épicerie sèche, produits frais, surgelés, glaces, vin), les coopératives agricoles souhaitent mesurer la qualité de leurs flux et en améliorer la maîtrise par l'adoption d'un jeu d'indicateurs communs jusque-là peu répandus. Selon Kristell Rougé, Chef de projet chez Services Coop de France : « Beaucoup d'économies potentielles résident dans l'optimisation des collectes de céréales, la rotation des stocks, la fiabilisation des flux. Après avoir défini un jeu d'indicateurs pertinents avec nos adhérents et Supply Chain Meter, nous offrons à toutes les coopératives la possibilité de se comparer les unes aux autres et d'améliorer la gestion de leurs actifs ». Et Florent Varin, Directeur opérationnel chez Services Coop de France, d'ajouter que : « les enjeux sont colossaux quand on connaît l'importance des budgets consacrés à la logistique lors des campagnes de moisson ainsi qu'au jour le jour pour répondre à la demande d'agrofournitures de plusieurs milliers d'adhérents sur toute la France ». Pour sa part, Thierry Jouenne, Directeur de Supply Chain Meter, indique que cette demande a été aussi inattendue que rapide à mettre en œuvre : « Moins de 4 mois se sont écoulés entre les premiers contacts, la définition concertée des indicateurs-clés et leur mise en production ». Compte-tenu des attentes fortes du secteur, un espace de délégation a même été aménagé pour permettre à Services Coop de France de piloter les benchmarks en toute autonomie dans tous les domaines d'activité de Coop de France. JPG
Pour connaître la liste des indicateurs
retenus dans l'amont agricole, CLIQUEZ ICI

 Photo : Thierry Jouenne, Directeur de Supply Chain Meter
 
 
ECR France
La Supply Chain
collaborative
progresse
dans plusieurs
secteurs
Les fabricants et distributeurs de produits électroménager, électronique et photo se sont regroupés sous l'égide d'ECR France pour élaborer conjointement un « Guide de bonnes pratiques logistiques ». Le premier projet collaboratif industriel-distributeur dans ce secteur a démarré en juin 2013 à l'initiative des associations professionnelles de fabricants (Gifam, Simavelec et Sipec) et grâce à la participation active des responsables Supply Chain de 7 distributeurs, spécialistes et généralistes, et d'une quinzaine de fabricants. Ce guide a pour objectif d'harmoniser les pratiques et les processus relatifs à l'exécution opérationnelle du cycle commande-livraison : identification des unités logistiques, moyens de manutention recommandés, préparation des commandes, prise de rendez-vous, livraison, gestion des litiges, gestion des retours et analyse de la performance. Pour Francis Claudon, Directeur Supply Chain de Boulanger et co-président distributeur du groupe « En moins de 6 séances de travail nous sommes parvenus, facilement, à nous mettre d'accord sur cet ensemble de bonnes pratiques logistiques. Ces séances s'étant déroulées dans un excellent état d'esprit, nous allons poursuivre ce processus collaboratif sur d'autres sujets afin d'améliorer au global le fonctionnement de nos Supply Chain communes, pour le plus grand bénéfice de nos clients finaux ». Gabriel Schumacher, Directeur Supply Chain de BSH et co-président industriel du groupe, souligne « après l'élaboration d'une maquette par les producteurs au sein de la Commission Logistique du GIFAM, il n'allait pas de soi de faire évoluer et de faire accepter un guide auprès de nos clients distributeurs. C'est auprès d'ECR que la médiation a pu avoir lieu dans un climat de concertation, d'écoute des problématiques particulières de chacun et de respect des opinions. Le mode d'action sous forme de réunions de travail et de validations progressives a permis non seulement de réaliser un guide accepté par chacun mais aussi de bâtir une base pour de futurs projets aux intérêts communs toujours orientés client». Un nouveau projet sera lancé en juin pour définir conjointement les « Indicateurs de Performance
Supply Chain ». JPG
Le guide de bonnes pratiques logistiques complet
est téléchargeable sur le site d'ECR France
(www.ecr-france.org)
 
 
INFOS INTERNATIONALES  
Indochine
Yusen Logistics
lance un service
terrestre en
Asie du Sud-Est
Yusen Logistics annonce le lancement d'un nouveau service en « Indochine », le South East Asia Link service, ou SEAL. Il s'agit d'un couloir routier reliant Singapour, la Malaisie, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, moitié moins cher que le fret aérien et de 10 jours plus rapide que le maritime. Le service est proposé et en camion complet comme en groupage, il reliera Singapour et la Malaisie cinq fois par semaine et la Malaisie avec Bangkok et Hanoï deux à trois fois par semaine. Dans un souci de qualité et de suivi du statut des expéditions, les camions seront équipés d'un GPS. Ce service répond à une demande croissante de volume et exigeant une palette de prestations plus variée. PM  
 
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.
FORMULAIRE D'ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
10 avril 2014

MAI 2014

Jeudi 15 et
Vendredi 16

Formation
EURODECISION

« Méthodes et
pratiques
de la prévision
des ventes »

De 9h00 à 17h00
Paris-La Défense


Vendredi 23
Conférence
PEA Consulting et
TIP Trailer Services
« L'impact
de la révolution
numérique sur
le transport »

Partenaires :
Université Paris Dauphine,
SCMagazine
De 14h à 16h35
Université
Paris Dauphine
Paris 16e