Conjoncture
La manutention
tire profit du
e-commerce
Dans un contexte économique plutôt maussade en 2013, le secteur de la manutention tire relativement bien son épingle du jeu. C'est ce qu'indique le Cisma (1), qui souligne que cette relative embellie est tirée en partie par le e-commerce (1.000 drive installés en France, automatisation des plates-formes, ouverture de nouveaux sites logistiques...). La production sur le territoire national enregistre une progression de 0,8% tandis que les ventes ont connu une augmentation de 10,6%. A l'inverse, le secteur enregistre une diminution des ventes hors de France : « Les biens d'équipements de manutention ont par ailleurs diminué à l'international avec un recul de 3,3% des exportations », note Renaud Buronfosse, Délégué Général. Compte tenu des cycles d'activité des différentes gammes de produits, le Cisma prévoit que les industriels de la manutention devraient « moins souffrir » en 2014 que ses autres composantes que sont le BTP et la métallurgie. JPG
(1) Le Cisma est le syndicat des équipements pour Construction, Infrastructures, Sidérurgie et Manutention.
 
   
  Philippe Frantz, président du Cisma et
Renaud Buronfosse, délégué général.
 
 
 
 
Résultats
financiers
Dachser France
renoue avec
les bénéfices
Mission accomplie pour l'équipe de direction de Dachser France aux commandes du prestataire depuis début 2011. En trois ans, le résultant courant s'est amélioré de 36 M€, dans un contexte économique pourtant peu dynamique et l'année 2013 marque le retour aux bénéfices, avec un résultat avant impôts de 2,6 M€ sur un CA en hausse de +5,7% à 526,5 M€. La filiale française du groupe familial allemand Dachser (CA 2013 de 4,99 Mds€, +13,2%, 24.900 collaborateurs) emploie dans l'Hexagone 3.135 personnes. L'activité logistique contractuelle, qui représente grosso modo 15% du CA, connaît une forte croissance de 23%, grâce notamment à l'ouverture des sites de Savigny-sur-Clairis dans l'Yonne (35.000 m², pour le client Brevidex, spécialisé dans les meubles de bureau)et de Pierrelaye dans le Val d'Oise (15.000 m² dont 6.000 m² pour un premier client, Chubb Sicli -groupe UTC). « Nous attendons le même niveau de croissance en 2014, avec l'ouverture de 40.000 m² supplémentaires, dont 60% sont déjà placés » a indiqué Vincent Hahn, Directeur commercial et Logistique de Dachser France. A noter également que l'activité de groupage export progresse notablement (+16,3%), et que les services sur la CEI, la Turquie ainsi que le FTL (Full Truck Load) paneuropéen connaissent des croissances de 30%. En revanche, le groupage domestique reste encore déficitaire, même si son niveau de marge s'est nettement amélioré. L'activité Air & Sea est profitable, mais son CA chute de 5%. Et pour 2014 ? Pas question de changer de cap. « Le début d'année 2014 est très prometteur, déclare Frédéric Dumort, Président de Dachser France. Nous agissons sur les mêmes leviers que l'année passée : le développement à l'export en messagerie et en affrètement, le redressement de l'activité domestique, le développement de la logistique contractuelle et les activités Cargoplus. » JLR  
   
  Frédéric Dumort, Président, et Vincent Hahn, Directeur commercial et Logistique de Dachser France  
 
Chariots
A chaque besoin
son V-Modular

Comme son nom l'indique, le V-Modular, le nouveau préparateur de commandes à moyenne et grande hauteur (jusqu'à 12 m) signé Fenwick, est conçu pour être entièrement modulable, personnalisable en fonction des caractéristiques de l'entrepôt et des besoins du client. Que ce soit au niveau du châssis, de la cabine, ou encore de la motorisation 24V ou 48V. Principal point commun entre toutes les versions possibles : la cabine, spacieuse, qui dispose d'un seuil bas, et d'un revêtement anti-vibrations. Le chariot peut par exemple être doté de barrières inclinables, de 10°, afin que le préparateur puisse, en s'y appuyant, accéder à des colis jusqu'à 50 cm plus loin dans le rayonnage sans accroître le risque de troubles musculo-squelettiques.
Ces barrières se verrouillent dès que le chariot entre en mouvement. Autre possibilité, parmi de nombreuses autres, un contrôleur intelligent qui gère automatiquement les vitesses du chariot en fonction de l'angle de virage et de la hauteur de la cabine. « Après une étude approfondie de son application, chaque client se voit proposer son propre V-Modular grâce à une sélection très fine des éléments qui le composent. Ainsi, avec ce nouveau préparateur de commandes nous répondons aux problématiques très diversifiées de nombreux acteurs de l'industrie et de la logistique eux-mêmes confrontés à l'essor du E-business et du drive » déclare Benoît Waquet, chef de produits préparateurs de commandes en hauteur Fenwick. JLR
 
 
 
 
Chariots
Un préparateur
de commandes
à plate-forme
mobile
Le fabricant OMG sort une nouvelle génération de préparateur de commandes, la gamme 620 P.ac, avec une capacité de 2 ou 2,5 t, direction assistée et extraction latérale. Outre le fait que la plate-forme a été entièrement repensée (marche basse, système anti-vibrations, tapis de sol amortisseur de chocs, dossier lombaire réglable en hauteur, guidon ergonomique, etc), la principale originalité est qu'elle existe en deux modèles de base : l'un avec une plate-forme cariste fixe (620 PF), et l'autre avec une plate-forme mobile (jusqu'à 1,2 m), qui permet au préparateur d'atteindre les produits en hauteur, sans pour autant quitter son véhicule. La gamme est par ailleurs dotée d'un système breveté par OMG de compensation latérale de stabilité pour maintenir l'adhérence au sol de l'engin lors des changements de direction. Comme toujours chez OMG, le 620 P.ac est extrêmement personnalisable, il peut par exemple être décliné dans une version avec fourches FEM (620 PFS. ac) pour porter tout type de palettes, qu'elles soient fermées, plus petites ou diférentes de la norme Europe (palettes chinoises, par exemple), une version avec un petit mât (620 PF-M.ac), ou encore une version tracteur (620PF-T.ac) pour l'acheminement de charges sur de longues distances. JLR  
   
 
Chariots
Des frontaux
électriques
25% moins
gourmands
Chez Mitsubishi Forklift Trucks, la nouvelle série FB 40-50
de chariots frontaux électriques 80 volts, sur pneus pleins
souples, est déclinée en sept modèles disponibles en version
compacte, standard ou spéciale, avec des capacités de levage de 4 à 5 tonnes.
Au menu beaucoup de choses classiques, un châssis très robuste, une bonne visibilité de la cabine, un compartiment cariste suspendu, un nouveau tableau de bord, ou encore l'extraction latérale de la batterie. C'est qui l'est moins, c'est que le constructeur annonce que cette série présente une baisse de consommation d'énergie de 25 % par rapport à la précédente ! Les chariots FB 40-50 peuvent par ailleurs être adaptés à divers environnements d'utilisation : grand froid, extérieur ou même milieu tropical. JLR
 
   
 
 
 
Manutention
Q Pall lance
la palette
Budget
Q Pall, fabricant hollandais de palettes, en bois à l'origine mais désormais également en plastique, présentait sa gamme plastique lors du dernier salon SITL. Cette gamme très complète comprend trois qualités de palettes, à savoir Premium (matière vierge ou de première fusion) pour les charges lourdes, Regular (matière recyclée de bonne qualité) et, la dernière en date, la Budget constituée d'un mélange de matières recyclées et destinée à supporter des charges moins lourdes. Garanties sans émanation d'odeur, ses palettes peuvent être, selon le modèle, disponibles en version légère, medium et lourdes (3, 5 ou 6 semelles) et en dimensions allant de 600X400 à 1300X1100. Elles sont commercialisées en France par Bac-Land et proposées à la location comme à la vente. Comptez entre 6€ à 25€ la palette selon le modèle. PM
Photo : Q Pall Budget (©Pierre Monceaux)
 
   
 
Evénement
Mel Nelson,
un gourou
du S&OP en
France

Il y a déjà 8 ans, dans l'une de ses premières Newsletters, Supply Chain Magazine relayait la conférence que Tom Wallace, le « gourou » du S&OP avait prononcée dans un grand hôtel parisien. Ce même soir, les 180 participants avaient aussi également apprécié la présentation de Jean-Pierre Delattre sur le S&OP chez Michelin. Ces dernier jours c'est l'américain Mel Nelson qui reprenait le flambeau. Lors de formations organisée par MGCM à Genève et Nanterre, il venait, chiffres à l'appui, confirmer l'impérieuse nécessité, non seulement de mettre en place un S&OP, mais surtout d'y impliquer la Direction Générale évoquant comme exemple la planification un an à l'avance des Executive S&OP meetings mensuels. Lorsqu'il apprit que, 17 ans plus tôt, SNR avait déjà mis en place cette procédure, l'orateur californien reconnut que l'innovation ne venait pas toujours des Etats-Unis. MG  
   
  Mel Nelson, le porte étendard du S&OP  
 
INFOS INTERNATIONALES  
Manutention
Loadhog
présente
les caisses
vraiment
empilables
Loadhog, fabricant britannique spécialisé dans les conteneurs en plastique, présentait sur la SITL une nouvelle caisse empilable. Le secret de cette innovation brevetée réside dans le fait que les couvercles sont conçus pour s'emboiter parfaitement ce qui a le double avantage de générer un gain de place de 10% (volume libéré sur les côtés) et de limiter la casse. Damien Montagne, son Directeur des ventes pour l'Europe, fait remarquer qu'un couvercle cassé signifiant la mise au rebut de la caisse, cette réduction de la casse devrait logiquement engendrer assez rapidement des économies en dépenses de matériel. Par ailleurs, des coiffes équipées de sangles peuvent également être achetées séparément, offrant une plus grande sécurité pendant le transport. Le lancement mondial de ce produit est prévu mi-avril, il sera distribué aussi bien en direct qu'en indirect. PM
Photo : loadhog (©Pierre Monceaux)
 
   
 
Gestion
du risque
Des pertes
de 58 M£ sur la
Supply Chain au
Royaume-Uni
Selon une étude réalisée par le cabinet anglais Achilles, spécialisé dans la gestion du risque, les incidents dans la Supply Chain ont couté à l'industrie manufacturière du Royaume Uni un total de 58 M£ (70 M€) en 2013, dont une grande partie aurait pu être évitée. Le cout moyen d'un incident s'élèverait à 105 K£ (127 K€) par industriel. Avec un coût de 20,1 M£ (24,3 M€), la première cause de perte de revenus serait l'incapacité d'un fournisseur de livrer ses produits dans des quantités suffisantes, une mésaventure qui toucherait 61% des industriels et leur a couté en moyenne 91K£ (110 K€) par incident. La deuxième cause de dépense imprévue serait l'incapacité des fournisseurs de livrer les produits en temps et en heure, un phénomène impactant 42% des industriels, la facture s'élevant à 17,2 M£ (20,8 M€) soit 55 K£ (66,5 K€) par incident. La troisième perturbation la plus commune (32%) et la plus coûteuse (39K£ en moyenne, 7M£ au total) n'est autre que la disparition pure et simple d'un fournisseur. A noter que le coût lié à la perte d'image, s'il figure au bas de la liste, est tout de même estimé à 2,4 M£ (2,9 M€) pour l'ensemble du secteur. Et Adrian Chamberlain, Chief Executive d'Achilles, de noter que les secteurs qui ont su bâtir une SC intégrée (oil & gas par exemple) sont les moins impactés par ses ruptures de la chaîne. PM  
 
Santé
UPS déploie
son offre santé
en Amérique
Latine
80% des industriels du secteur pharmaceutique souhaitent conquérir de nouveaux marchés, c'est un des besoins identifiés par UPS dans son étude intitulée Pain in the (Supply) Chain publiée l'hiver dernier. L'un des marchés les plus prometteurs pour les professionnels de ce secteur étant l'Amérique Latine, UPS a décidé d'y ouvrir trois nouvelles plates-formes dédiées en 2014. D'une surface de 23.600 m², la première, située à Cuautitlan Izcalli dans l'Etat de Mexico, a été inaugurée la semaine dernière. Deux autres suivront cette année, une de plus de 24.000 m² à proximité de Sao Paulo au Brésil et prévue pour le troisième trimestre ainsi qu'une autre de 6.400 m² à Santiago au Chili, prévue pour le dernier trimestre. Ces plates-formes respecteront les législations mondiales, régionales et locales spécifiques au secteur pharmaceutique et accueilleront produits et matériels médicaux pour un entreposage à température ambiante. PM  
 
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.
FORMULAIRE D'ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
11 avril 2014

MAI 2014

Jeudi 15 et
Vendredi 16

Formation
EURODECISION

« Méthodes et
pratiques
de la prévision
des ventes »

De 9h00 à 17h00
Paris-La Défense


Vendredi 23
Conférence
PEA Consulting et
TIP Trailer Services
« L'impact
de la révolution
numérique sur
le transport »

Partenaires :
Université Paris Dauphine,
SCMagazine
De 14h à 16h35
Université
Paris Dauphine
Paris 16e