Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 
Si les camions
n'étaient
pas là…
Taxer les routes pour favoriser les transports alternatifs moins polluants partait d'une bonne intention. Et pourtant, dès le départ, le projet Ecotaxe contenait tous les ingrédients qui allaient le conduire dans le mur. D'abord un dispositif complexe, souvent décrit comme « une usine à gaz ». Ensuite un manque de crédibilité dans la mesure où toutes les simulations montraient qu'il n'y aurait pas de transfert vers les modes « propres » mais plutôt un report en faveur de l'autoroute. On nous a alors expliqué qu'il s'agissait de collecter des fonds pour financer les infrastructures. Mais lesquelles précisément ? A aucun moment l'Ecotaxe n'a été présenté comme un outil au service d'une grande cause nationale : le financement d'une vaste projet multimodal, le développement d'un axe ferroviaire dédié au fret, le creusement d'un canal à grand gabarit… bref, en l'absence de perspectives nobles, ambitieuses et surtout concrètes, l'Ecotaxe a été compris comme « un impôt de plus » qui au mieux permettrait de réaliser quelques travaux d'aménagement, au pire irait se perdre dans les abysses du déficit budgétaire. Enfin, l'erreur fatale est d'avoir voulu, dans sa version dite « péage de transit poids-lourd », stigmatiser le transport routier au nom du principe pollueurs-payeurs. Car il faut tout de même une bonne dose d'hypocrisie ou d'inconscience pour croire (ou laisser croire) que les transporteurs ne rouleraient que pour eux-mêmes. Qu'y aurait-il dans les rayons des supermarchés ou dans les boutiques des centres commerciaux si les camions n'étaient pas là ? La vérité est que la responsabilité est collective et qu'il ne pourra y avoir de solutions au problème bien réel des infrastructures sans une vaste concertation impliquant sur le long terme toutes les parties prenantes, à savoir, producteurs, distributeurs, transporteurs, sans oublier les donneurs d'ordres que sont les consommateurs. Repenser tous ensemble les transports de demain et leurs financements à travers un débat national, et tiens... pourquoi pas, un référendum ? JPG  
 
 
 
WMS et Order
Management
IBM devient
l'intégrateur
mondial
de la solution
Reflex
IBM et Hardis Group viennent d'annoncer la signature d'un contrat pour déployer, de façon industrialisée le WMS Reflex au niveau mondial. Le géant américain mettra à disposition des ressources et des compétences en termes de conseils, de services d'intégration et de capacités de maintenance applicative dans plus de 150 pays. Une équipe dédiée est constituée au centre de services IBM de Lille et des consultants sont formés. Ils collaborent sur les projets avec les équipes IBM services dans les pays cibles, afin de prendre en compte les spécificités locales juridiques et fiscales. De plus, l'éditeur grenoblois a choisi la solution IBM Sterling Order Management en complément de son WMS Reflex pour répondre aux problématiques d'omnicanalité. En mode SaaS, ces solutions seront hébergées sur la plateforme Cloud IBM Softlayer, disponible à terme à travers 40 datacenters dans le monde. « Notre société a pour ambition de devenir un leader de la transformation digitale et omnicanale des entreprises et de multiplier par deux son chiffre d'affaires licences d'ici trois ans. Avec notre partenaire stratégique, nous voulons conquérir de nouveaux clients et accélérer notre développement à l'échelle Européenne, dans les BRICS et partout dans le monde grâce à l'expertise et aux potentialités offertes par un géant du secteur comme IBM », a déclaré Nicolas Odet, directeur général adjoint de la société Hardis Group. JPG
 
 
UNE DIFFUSION EXCEPTIONNELLE
POUR SUPPLY CHAIN MAGAZINE DE NOVEMBRE !
 
Ne ratez surtout pas Supply Chain Magazine du mois de novembre qui comportera le guide des nouveautés présentées les 26 et 27 novembre dans le cadre de Supply Chain Event. Dans ce même numéro une grande enquête sur le secteur automobile, une Table Ronde « Chariots élévateurs » et un dossier immobilier logistique. En outre, ce magazine de 118 pages bénéficiera en plus de sa diffusion normale aux abonnés d'une distribution sur les salons Manutention/Emballage, Supply Chain Event et SIMI.
Pour être associé en tant qu'annonceur à ce numéro vraiment exceptionnel de par sa diffusion et son contenu :
Audrey Zugmeyer : 01 42 78 31 41 / audrey.zugmeyer@scmag.fr
 
 
 
 
Prestataires
logistiques
Geodis insiste
sur son
approche
client


« Nous sommes un logisticien avec des opérations de transport, ce sont de plus en plus les valeurs de la marque Geodis que nous mettons en avant. Notre mission est de concevoir et d'exécuter la meilleure solution Supply Chain pour nos clients » a déclaré ce matin Marie-Christine Lombard, face à la presse spécialisée. Depuis son arrivée à la tête du groupe il y a un an et demi, la Présidente du Directoire de Geodis a notamment cherché à intensifier le lien avec les clients, avec la mise en place d'un processus spécifique (comprendre, concevoir, exécuter, mesurer, améliorer) et des enquêtes de satisfaction annuelles destinées à déclencher des plans d'actions, avec les investissements correspondants. La dernière en date, réalisée cet été, a d'ailleurs fait remonter un taux de satisfaction de 86% (avec un taux de réponse de 10% sur les 100.000 questionnaires envoyés), et a permis d'identifier les domaines où il reste le plus d'efforts à accomplir en termes de satisfaction (facturation et gestion des réclamations). Autre point saillant de la stratégie client de Geodis, les solutions dédiées par marché : e-commerce, automotive, grande consommation, high tech, santé, aérospatial & défense, et industrie. L'e-commerce figure également parmi les quatre sujets que Geodis compte suivre de près en matière d'innovation (avec l'impression 3D, la logistique des grandes métropoles et le Big Data). « C'est un marché fondamental, avec des pure players comme Amazon ou QVC mais aussi des distributeurs classiques qui entrent en force sur le on-line sale, et dont nous serons les partenaires comme nous le sommes sur le marché de la distribution » a insisté Marie-Christine Lombard. JLR
(voir suite ci-dessous)
Photo : Marie-Christine Lombard ©Geodis
 
 
Prestataires
logistiques
(suite)
Geodis :
CA mondial en
hausse de 1%
au premier
semestre 2014
Au premier semestre 2014, le groupe reste sur la route de la croissance, avec un CA en hausse de +1% à 3,464 Mds€. Sa réparation par activités ? 37% dans le freight forwarding, 25% en messagerie, 17% en logistique, 11% en transport routier et 10% en pilotage et optimisation de la Supply Chain (activité SCO). D'un point de vue géographique , la France représente 45,5% du CA (mais l'activité est en recul de -1,9%), les autres pays européens pèsent pour 31,4%, puis viennent les Amériques (11,1%, en progression globale de +10% sur ce semestre, avec un record sur le Brésil à +23%) et l'Asie, dont la part de CA s'établit à 10,6%, avec une progression de +7,2% (notamment en Chine, avec +15,3%). « Notre activité est en croissance malgré un marché domestique difficile parce que nous proposons non pas des produits mais des solutions innovantes pour lesquelles nous avons la capacité d'assembler tous nos savoir-faire » déclare Marie-Christine Lombard. Et de citer l'exemple de la messagerie, activité « fondamentale » sur laquelle Geodis est leader en France. « Sans avoir ce savoir-faire d'opérateur, nous ne pourrions pas par exemple maîtriser la sous-traitance de la distribution en Chine, définir les bons indicateurs ». Geodis vient d'ailleurs d'ouvrir à Pékin un second entrepôt de 7.000 m², en plus de celui de Shanghai, pour le compte de la filiale chinoise d'un leader des cosmétiques pour laquelle elle assure la préparation de commandes et le pilotage des livraisons dans les points de vente et à domicile. C'est également son savoir-faire de pilotage qui lui a permis de remporter en juillet dernier un contrat de 5 ans portant sur la gestion des flux de transport en Europe pour un « leader des produits d'entretien et d'hygiène ». Une tour de contrôle dédiée d'une quinzaine de personnes a été créée à Budapest, pour gérer un flux de 40.000 camions par an depuis plus de 100 sous-traitants. JLR  
 
 
 
Logistique
Zooplus choisit
Rhenus Logistics
France pour
son activité
e-commerce

Le Groupe Rhenus, déjà prestataire logistique de Zooplus
à Hoerselgau en Allemagne et à Tilburg au Pays-Bas,
gérera, à partir du 1er janvier 2015, les activités
de l'e-commerçant pour les marchés français et espagnol. L'ouverture de cette nouvelle plate-forme partiellement automatisée à Sevrey (71) permet au prestataire d'enrichir très significativement son offre de prestations pour le e‑commerce et de conquérir de nouveaux territoires. Il disposera d'une surface de plus 22.500 m²  au sud de Chalon-sur-Saône et y emploiera en moyenne 200 salariés. Cette plate-forme logistique, propriété de Foncière des Régions, sera le centre de distribution des produits proposés par Zooplus en France et en Espagne.
La transaction a été réalisée avec l'aide de la société SLDI Lyon, qui était conseil du bailleur et du preneur. Jusqu'à la fin de l'année 2014, les commandes restent expédiées au départ de l'Allemagne et des Pays-Bas. « L'obtention de ce contrat est le résultat d'un travail commun de longue haleine des équipes françaises et allemandes de Rhenus avec le soutien de Sébastien Martin, Président du Grand Chalon, et d'Agnès Ramillon, directrice Economie, Recherche et Enseignement Supérieur. Leur implication dans ce dossier a fortement contribué à la réussite de cette nouvelle activité logistique en Bourgogne », confie Egbert Maagd, Président de Rhenus Logistics France. JPG
Photo : Egbert Maagd
 
 
APS
Dynasys
innove en SC

Mardi dernier, à l'hôtel New York de Disneyland Paris, Dynasys a convié clients et prospects à assister à une journée de conférences en partenariat avec Supply Chain Magazine sur le thème : « Pourquoi l'APS est-il au service de l'innovation de la SC ? ». Après un mot de bienvenue d'Ariel Weil, DG de Dynasys et de Jean-Claude Walravens, VP EMEA de QAD (qui a acquis Dynasys il y a deux ans), Cathy Polge, DG et Rédactrice en Chef de SCMag a introduit le sujet de la journée. « Dans un mode qui change profondément et irrémédiablement, les entreprises n'ont d'autre choix que de s'adapter. Et les APS, qui ne cessent d'innover sur le plan fonctionnel, technique et de la mise en œuvre, sont là pour les aider à anticiper, planifier et synchroniser leurs opérations et à continuer à gagner en performance dans un univers de plus en plus complexe », a-t-elle déclaré. Yanick Thibault, Architecte Senior chez West Monroe Partners a quant à lui comparé les SC Nord-Américaines et Européennes en matière d'adoption du Cloud, le taux étant, sans surprise, plus élevé aux Etats-Unis. « Le cloud est plus qu'une mode. C'est un mouvement très vaste qui se marie très bien avec le monde de la SC. L'Europe va rattraper son retard sur les Etats-Unis parce que le cloud devient indispensable », a-t-il soutenu. CP
Photo ci-contre : Ariel Weil, DG de Dynasys ©C.Polge
 
 
  De gauche à droite : Jean-Claude Walravens, VP EMEA
de QAD –
Yanick Thibault, Architecte Senior chez West Monroe Partners ©C.Polge
 
 
Dynasys
(suite)
1M€ de gain
potentiel
sur le stock
de Stäubli
Faverges



Thierry Vieille, Chef de projet IT et Jean-Paul Flament, Responsable de gestion de production chez Stäubli Faverges sont venus témoigner de la mise en œuvre de la solution de prévisions de Dynasys, intégrée par Viseo. Fondé en Suisse en 1892, le groupe a commencé par fabriquer des machines et accessoires pour le tissage. Aujourd'hui, il réalise un CA de plus d'1Md CHF, emploie 4.000 collaborateurs dans le monde et compte trois divisions : Machines textiles, Connecteurs et Robotique. « Nous avions un processus de prévisions lourd, complexe et peu réactif aux fluctuations en cours d'année (cycle trimestriel), résume Jean-Paul Flament. Après consultation du marché, nous avons retenu trois éditeurs et sélectionné Dynasys pour sa réponse rapide et claire à notre problématique agrégée, la capacité de N.Skep à intégrer notre processus actuel, à gérer des imports/exports sous Excel et à répondre sans spécifique. » « Le module prévisions a été installé dans la division connecteurs en quatre mois sans douleur », se félicite Thierry Vieille. En termes de résultats, le taux de service a gagné 1 point en 2013 tandis que la valeur du stock a chuté de 10%. Utiliser la fiabilisation des prévisions pour calculer les stocks de sécurité devrait aussi faire économiser 1M€ sur le stock cette année. Enfin, le nombre de ruptures a été divisé par 1,5 en trois mois. Pascal Garsmeur, Business Consultant chez Dynasys, a clos la matinée par un exposé sur les bénéfices de la mise en œuvre d'un processus de Sales & Operations Planning. « Le processus S&OP fournit une tour de contrôle pour permettre à un groupe de responsables de prendre des décsions objectives », a-t-il rappelé. CP
Photo ci-contre :
Pascal Garsmeur, Business Consultant chez Dynasys ©C.Polge
 
   
  Thierry Vieille, Chef de projet IT et
Jean-Paul Flament
, Responsable de gestion de production chez Stäubli Faverges ©C.Polge
 
 
Dynasys
(suite)
Amvac opte
pour le mode
cloud
En début d'après-midi, Gilles Pérez, Project Manager chez Viseo, a évoqué les enjeux, démarches et gains potentiels d'un projet APS. « 30% des échecs de projets APS sont liés à des problématiques de cadrage et d'initialisation du projet », souligne-t-il, loin devant la définition des besoins initiaux et ultérieurs, l'implication des utilisateurs et la gestion de projet (à égalité à 15% des causes d'échec), ainsi que le soutien des sponsors (10%). Et de prodiguer quelques conseil avisés : « Ne choisissez pas la solution avant d'avoir défini le besoin. Considérez l'application APS future dans la stratégie générale d'évolution de l'entreprise. Faites un projet APS pour des besoins stratégiques réels. Ne considérez pas que l'outil va mettre en place un processus dans l'entreprise et pensez à la maintenance dès le départ ». Yanick Thibault (West Monroe) a ensuite présenté le cas d'Amvac (Division d'Amvac Chemical Corporation), qui s'occupe de protection des cultures, d'agriculture ornementale, de gazon et d'application de santé publique. Elle a déployé Demand Planning de Dynasys dans le monde, avec l'aide de West Monroe, en mode cloud pour mettre en place un processus collaboratif d'élaboration des prévisions. « L'enjeu était de capturer la bonne vision de la demande des agriculteurs et d'instaurer un processus collaboratif qui s'assure que toutes les personnes impliquées vérifient les prévisions », relève le Consultant. Le processus a été déployé en trois mois mais est encore trop récent pour fournir des résultats chiffrés. CP  
   
  De gauche à droite : Gilles Pérez, Project Manager
chez Viseo –
Yanick Thibault, Architecte Senior
chez West Monroe Partners ©C.Polge
 
 
Dynasys
(fin)
La Brosse
& Dupont
optimise ses
prévisions et
ses appro- visionnements


Leader européen de la gestion des gammes longues pour la grande distribution, La Brosse et Dupont génère un CA de 125 M€ avec 750 employés (dont 250 commerciaux terrain). Il est présent dans 20 pays à travers six filiales, compte cinq sites logistiques et vend 70 M d'unités consommateurs (coiffure, hygiène et beauté, mercerie/chaussant et maison) par an. « Nous proposons une prestation de service unique, clé en main, avec la maîtrise de toute la chaîne, de la conception à la mise en rayon », présente Antoine d'Hérouville, DSI Groupe de la Brosse et Dupont. En 2008, il est envisagé de mettre en œuvre un ERP du marché, mais la société jette l'éponge trois ans plus tard et revient à ses besoins fondamentaux : fiabiliser ses prévisions de ventes de produits saisonniers et de gammes longues, optimiser la couverture de stock par catégorie ABC, réduire l'obsolescence et aligner les processus sur l'organisation. D'où la recherche d'un APS. Finalement, à l'issue d'un appel d'offre, La Brosse et Dupont retient Dynasys face à Futurmaster. Après la mise en œuvre, la société bénéficie de premiers retours : « Les prévisions de vente sont sous contrôle, la baisse de la couverture des produits de classe C est en cours, les tensions de fin de mois ont diminué et nous avons une meilleure visibilité sur la difficulté des prévisions de ventes et du plan d'approvisionnement, se réjouit Antoine d'Hérouville qui poursuit : Pour tirer profit d'un APS comme N.Skep, il faut traiter sa mise en place comme un projet d'entreprise sponsorisé par la Direction Générale, se fixer des objectifs évolutifs atteignables, sensibiliser les utilisateurs dès le choix de la solution sur les nouvelles possibilités qu'offre un APS de travailler autrement, sans oublier de se concentrer sur les bénéfices attendus et les méthodes de travail car il y a peu de limites techniques. » CP
Antoine d'Hérouville, DSI Groupe de la Brosse
et Dupont ©C.Polge
 
 
RFID
Checkpoint
expose ses
solutions
antivol
traçabilité
Lors du Congrès du CNRFID qui s'est déroulé la semaine derniére à Marseille, Checkpoint a présenté ses dernières solutions de traçabilité et de lutte contre le vol. Principalement vouée au textile, la première se nomme Overhead 2.0. Il s'agit d'une antenne RFID d'une portée de 11 m, conçue pour être intégrée au plafond des magasins et donc invisible. Plus qu'une solution antivol, celle-ci suit en direct les sorties de marchandises dans les magasins, contribuant ainsi à connaitre en temps réel les niveaux de stocks. La seconde, l'antenne Evolve E10 RFID, suit la même logique. Signalant les vols par une alarme et identifiant les objets volés, elle aide à prévoir les ruptures de stock avant qu'elles n'arrivent. 3 technologies sont disponibles pour ce nouvel équipement : RF, RFID et RF/RFID. Ces antennes sont toutes deux équipées de la technologie Wirama Radar brevetée par Checkpoint Systems et qui réduit les fausses alarmes. Reliées à la suite logicielle RFID OAT 8.2 de Checkpoint, elles fournissent en temps réel les données recherchées et facilitent le maintien d'un inventaire précis et de la disponibilité des marchandises en rayon. PM  
 
Lobbying
Placer
la logistique
au coeur
des débats en
Europe
Lors d'une convention tenue à Bruxelles le 8 octobre dernier, l'AEL (Alliance for European Logistics) a réitéré devant Ismail Ertug, coordinateur social-démocrate pour le Comité de Transport du Parlement Européen, sa volonté de placer la logistique au cœur des préoccupations politique européennes. « Les membres de l'AEL appellent la Commission et le Parlement Européens à prendre les mesures qui permettront au secteur de la logistique de pleinement contribuer à la stratégie Europe 2020 » indique un communiqué. « Nous devons travailler de manière plus étroite avec les législateurs européens pour obtenir un agenda politique plus intégré. Si l'Europe veut demeurer un marché compétitif, la logistique doit occuper le devant de la scène » a déclaré Fank Appel, CEO de DHL et membre de l'AEL. Plus spécifiquement, l'association demande à l'UE de simplifier les procédures administratives et de garantir le respect de la législation. Elle demande d'autre part que le transport fasse l'objet d'une attention particulière sur les cinq prochaines années et vise une plus grande flexibilité à travers les différents modes de transport. « Un réseau de transport multimodal efficace est la clef d'une Europe compétitive » évoque Erich Staake, CEO de Duisport (Port de Duisburg). Et de poursuivre : « Alors que les fonds sont limités, les investissements en infrastructures devraient être faits en fonction de critères objectifs et répondre aux besoins du marché. Avec des solutions multimodales intelligentes, l'industrie européenne pourra continuer d'invertir en Europe, au bénéfice de l'économie toute entière ». PM  
 
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.
FORMULAIRE D'ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
13 octobre 2014

OCTOBRE 2014

Mercredi 15
Table ronde
organisée par
l'École des
Ponts Business
School,
L'AFT-IFTIM
& L'IML
« L'innovation
création
de valeur »

à 17h30 à la
CCIR Rhône-Alpes

LYON


Jeudi 16
Conférence
JUNGHEINRICH
« Solutions
logistiques et
investissements,
comment faire
les bons choix ? »

Partenaire
SCMagazine
De 9h00 à 12h00
Maison
de la Mécanique

Courbevoie



Jeudi 16 et
vendredi 17
Formation EURODECISION
« Méthodes et pratiques de la prévision des ventes »
De 9h00 à 17h00
Paris-La Défen
se



NOVEMBRE 2014

Mardi 4
Conférence et
table ronde SC de
LLamasoft et Deloitte
« Supply Chain Design :
une approche
pour réduire
les coûts de votre Supply Chain »

Partenaire :
SCMagazine
De 9h00 à 11h00
Neuilly-sur-S
eine



Mercredi 5

Matinée B2G
« Comment définir
une stratégie Supply Chain
gagnante
pour les pays
émergents ? »

Partenaires :
SCB et
SCMagazine
De 8h30 à 12h30 Hôtel
Prince de Galles

Paris 8e



Jeudi 6
Journée OFP
« Réformes,
conférences...
que deviennent
le fret ferroviaire
et les OFP ? »

De 8h30 à 18h
Salon d'honneur
Mairie
de Levallo
is



Jeudi 13
Séminaire du Club
de la logistique
de Seine-et-Marne
« Innovation et
emploi
logistique en
Seine-et-Marne »

De 15h00 à 17h30
à l'IUT
de Sénart

Fontainebleau


Mercredi 26 et
jeudi 27
Supply Chain
Event

au CNIT de
Paris La Défense
Pour obtenir votre badge gratuit
CLIQUEZ IC
I



DECEMBRE 2014

Mercredi 3 au
vendredi 5
SIMI
« Le Salon de l'immobilier d'entreprise »
Près de 25 000 professionnels et
440 exposants
Palais
des Congrès
Porte de Maillot

Paris