Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Evénement
Supply Chain
Event
prend
une nouvelle
dimension
Avec un nombre croissant d'exposants et de visiteurs (3.472 soit +15%), Supply Chain Event s'est installé comme le salon de référence pour la communauté Supply Chain. Au cours de ces deux jours, des salles de conférences (plénières et ateliers) bondées, de nouveaux espaces (Agora Lounge) pour accueillir les visiteurs, des avant-premières, un cocktail musical, une ambiance business et des contacts constructifs entre des exposants à l'écoute et des décideurs de l'industrie et de la distribution porteurs de projets. Autant d'éléments qui permettent aux organisateurs (Reed Expositions et Supply Chain Magazine) d'envisager sereinement la 4ème édition. « Notre volonté est de donner à cette événement une nouvelle dimension », a déclaré Alain Bagnaud. Pour ce faire, un comité de pilotage va être constitué, et plusieurs initiatives visant à élargir le périmètre du salon (notamment à l'international) vont être annoncées prochainement. Supply Chain Event 2015 se tiendra les 17 et 18 novembre dans un nouvel espace : le hall 5 de la Porte de Versailles. JPG
 
   
  Des salles de conférences qui n'ont pas désempli
pensant 2 jours
 
   
  Mercredi soir pendant le cocktail musical  
   
  L’Agora Lounge, un espace de convivialité sur SCE pour faciliter les échanges et les contacts
 
   
  Augustin Gueldry anime la conférence Aslog : « Comment être à la fois omnicanal et multi-pays »  
 
 
 
Supply Chain
Event
Dynasys
rebaptise et
relooke
sa solution
L'éditeur de solution de planification avancée Dynasys, intégré au groupe QAD, poursuit son développement à l'international et annonce une nouvelle version de sa solution rebaptisée Dynasys DSCP pour janvier 2015. « Le développement à l'international donne de vrais résultats. Nous avons renforcé l'équipe en France et ouvert un bureau à Birmingham. Nous distribuons nos solutions via des distributeurs au Danemark, en Suède et en Norvège et via notre partenaire West Monroe, au Canada, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Nous voulons poursuivre cette stratégie avec le support de QAD », déclare Ariel Weil, DG de Dynasys. Par ailleurs, l'éditeur annonce pour janvier 2015 une nouvelle version de sa solution N-Skep, rebaptisée DSCP. « Notre offre a été intégrée à celle de QAD via des connecteurs que nous avons développés. Pour les clients de QAD, elle s'appelle QAD DSCP. En parallèle, nous proposons aux autres sociétés Dynasys DSCP. A partir de 2015, les versions de ces deux solutions vont évoluer en même temps », explique Arnaud Hédoux, Corporate Marketing Manager chez Dynasys. L'éditeur qui a développé des verticaux dans les secteurs CPG/Alimentaire, Lifescience, Luxe et Retail compte renforcer son offre dans le secteur automobile, sur lequel QAD est particulièrement bien implanté avec son ERP. « Aujourd'hui, nous poussons le cloud. Le Royaume Uni est très mature et la France depuis six mois y arrive car les gens comprennent l'intérêt du cloud en termes de facilité d'utilisation, de mise en place rapide et de sécurité (SLA garanti, professionnels impliqués de par le monde, etc.). Cela fait une dizaine d'année que QAD investit dans le cloud et nous avons mis en place une organisation dédiée avec des Cloud Solution Architects (qui gèrent les opérations au quotidien) et des Cloud Engagement Managers (qui s'assurent que les engagement SLA sont tenus) », explique Ariel Weil. De plus, pour répondre aux besoins d'accéder à la solution par tablette ou smartphone, la solution va être relookée pour simplifier les écrans. « Nous nous étions beaucoup concentrés sur les processus et l'optimisation des algorithmes. Notre solution accusait une certaine ancienneté. Avec son nouveau look & feel, on a gagné 10 ans ! », se réjouit le DG. Au niveau du contenu, l'éditeur travaille à améliorer son module promotion et la planification des retours (demandes UK). Il a également perfectionné l'algorithme du plan d'approvisionnement pour choisir les meilleurs fournisseurs (proposition aux industriels de bonnes pratiques issues du monde du retail). La nouvelle ergonomie vise aussi à simplifier le paramétrage pour faciliter son évolution. CP
 
   
  Arnaud Hédoux et Ariel Weil de Dynasys ©C.Polge  
 
Supply Chain
Event
Casio lance
le smartphone
durci IT-G500
A l'occasion du salon Supply Chain Event, Casio France a annoné le lancement du smartphone durci IT-G500, destiné aux secteurs du transport et de la logistique. Soucieux de s'adapter aux différents usages, les opérateurs les plus jeunes étant plus performants avec des écrans tactiles et les moins jeunes préférant les claviers à touche, l'IT-G500 est mixte et peut être utilisé des deux façons, y compris avec des gants. Parmi les autres avantages présentés par le constructeur, notons sa performance avec un processeur ARM Cortex 4,5 Ghz et ses 4GB de mémoire ROM, son poids de seulement 270 grammes, son appareil photo 5 mégapixels et son écran de 4,3 pouces, l'un des plus grands de sa catégorie, une batterie offrant une autonomie théorique largement suffisante pour un shift de préparateur et une excellente ergonomie grâce au grip placé à l'arrière. Robuste, il est certifié IP67 (hermétique à la poussière et protégé contre l'eau), peut être utilisé dans des températures allant de -20°c à +50°c et est équipé du système d'exploitation Windows Emdeded handheld 6.5. Eifin, il est équipé d'origine d'un lecteur NFC, d'un code-barres 1D, un lecteur 2D étant proposé sur certaines versions. PM
 
   
 
 
 
Choc de
simplification
Thierry Mandon
dresse
un premier
bilan orienté
logistique
Simplification administrative et compétitivité, où en est-on ? Invité par l'association Afilog hier pour répondre à cette question d'actualité, Thierry Mandon commence par souligner que le processus n'a démarré qu'en janvier 2014, même si l'annonce faite par François Hollande au sujet du choc de simplification remonte à 18 mois. A ceux qui s'impatientent, le Secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification leur propose de relativiser : « si on se place du point de vue de l'administration, à qui on demande de changer ses habitudes, ce qui est en train de se passer est supersonique » note-t-il. D'autant que pour modifier le « stock de réglementations », cela nécessite bien souvent des interventions du législateur, soit un délai de 18 mois (comprenant le vote et la parution du décret d'application), même si certaines mesures sont également prises par ordonnance (ce qui fait gagner 6 mois). « Sur trois ans, vous allez voir, cela va être une révolution dans la gestion administrative du pays, et sur les sujets qui vous concernent » affirme-t-il, en précisant que plusieurs propositions faites par Afilog étaient déjà mises en œuvre (voir brève ci-dessous), et d'autres en cours de traitement. Un nouveau paquet de 50 mesures est en préparation pour le mois d'avril 2015 et d'autres paquets suivront tous les six mois. « Tous ceux qui ont envie de participer à ce process, à cette fabrique de simplification, d'investir de l'énergie dans les groupes de travail, sont les bienvenus. Les entreprises sont le moteur de la politique de simplification » a-t-il insisté. D'ailleurs, Thierry Mandon a annoncé à ce sujet la mise en place au premier janvier 2015 d'une autorité indépendante composée de neuf représentants d'entreprise (« nous veillerons à ce que le secteur de la logistique soit représenté »). Celle-ci aura pour double mission de donner son avis préalable, avant que le législateur ne légifère, à tout nouveau projet de loi ou décret créant des obligations ou des charges nouvelles pour les entreprises, et le cas échéant, si l'obligation ou la nouvelle charge nouvelle est créée, d'en mesurer l'impact réel sur la vie microéconomique. Sur la question d'un éventuel moratoire ou en tous cas d'une stabilisation du nombre de normes et réglementations, le Secrétaire d'Etat a également souligné que désormais, à chaque nouvelle obligation ou charge, « l'exécutif ou le gouvernement proposerait le retrait de normes existantes de même montant afin que le niveau de charges supporté pour les entreprises soit gelé ». Et cette nouvelle autorité indépendante sera aussi chargée de vérifier que c'est bien le cas. JLR  
   
  Thierry Mandon, Secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification.
 
 
Choc de
simplification
(suite)
6 mois
de délais pour
un permis
de construire
fin 2015
Un certain nombre de mesures de simplification, dont certaines ont été inspirées par les propositions faites par le groupe de travail au sein d'Afilog, ont déjà été adoptées. C'est notamment le cas pour la mutualisation des études d'impact et des évaluations environnementales (prévue pour fin 2015), l'allègement de l'enquête publique (pour la mi 2016), ou encore la création d'un permis environnemental unique (pour le 2ème trimestre 2016). Thierry Mandon, qui n'a pas pour habitude de faire des effets d'annonces, a tout de même laissé entendre que l'un de ses objectifs était d'arriver d'ici fin 2015 à réduire à six mois le délai d'obtention d'autorisation d'exploiter pour un bâtiment logistique. « Et je parle bien d'un délai d'obtention et pas d'instruction » a-t-il insisté. Quant au principe du « silence vaut accord » en vigueur depuis le 12 novembre 2014 sur 1.200 demandes administratives (sur un total de 1.800), il a rappelé que l'idée n'était pas que « l'administration continue à garder le silence, mais bien qu'elle s'organise pour répondre systématiquement », et que la même règle s'appliquerait aux collectivités en novembre 2015. La « certification de projet » est une autre mesure qui devrait se généraliser d'ici à fin 2015 : elle permet aux investisseurs immobiliers d'avoir la garantie qu'à partir du moment où il dépose leur demande d'autorisation pour leur projet, le droit et les évolutions de normes seront « figés » pendant deux ans. Un décret devrait également sortir prochainement en ce qui concerne une exemption de l'étude d'impact si le projet logistique s'intègre dans une ZAC existante. D'autres propositions d'Afilog semblent aussi figurer dans l'agenda du secrétaire d'Etat, comme la non rétroactivité des modifications réglementaires ICPE, qu'il considère comme « une mesure intelligente ». JLR  
 
 
 
RFID
Embitrolley,
une solution de
lecture mobile,
primée
lors des RFID
Awards
Lors du RFID Congress Embisphere a présenté sa nouvelle solution de lecture RFID mobile : embiTrolley qui du reste, a remporté l'un des RFID Awards. Ce chariot mobile est équipé d'une intelligence embarquée, d'un écran tactile, d'une connexion Wifi, et d'un système de lecture de tags RFID UHF. Il dispose d'une batterie qui lui accorde 12 heures d'autonomie. 6 roues et un système de blocage lui confèrent une grande maniabilité dans l'entrepôt et une stabilité pendant la lecture et le stationnement. La solution de confinement est facile à manipuler par l'opérateur et permet de ne lire que le carton souhaité. Son lecteur RFID peut saisir, sans ouvrir le carton, 140 articles en moins de 2 secondes. La société Embisphere était également présente sur le salon Supply Chain Event mercredi et jeudi. JPG  
   
 
Matelas
Une nouvelle
unité de
production et
de distribution
pour Cofel
Cofel, filiale du Groupe espagnol Pikolin détenteur des marques de literies Epeda, Bultex et Merinos, a confié la réalisation de sa nouvelle unité de production et de distribution française à Gemfi. Après l'étude de différentes solutions, dont le transfert de la fabrication en Espagne, faisant suite à sa volonté de redéployer son ancien site devenu obsolète de Perriers-sur-Andelle (Eure), c'est au final le site logistique et industriel du Bosc Hétrel développé par Gemfi à Criquebeuf-sur-Seine (27), en façade d'autoroute A13, qui a été retenu. Les autres filiales du groupe (Architecture Espace et Gicram) assurent la conception et la construction de la nouvelle unité de production et de distribution développant plus de 37.700 m² dont 16.000 m² environ d'atelier, 3.970 m² de bureaux et show-room et plus de 17.700 m² d'entrepôt. Ce nouveau site, qui représente un investissement immobilier de l'ordre de 23 millions d'euros devrait permettre de doubler la rentabilité de l'outil de production. Il sera livré au 1er trimestre 2016. Gicram Groupe boucle ainsi, avec ce cinquième bâtiment, la réalisation de son Parc « Bosc Hétrel 1 », qui développe désormais plus de 115.000 m² construits, le site comptant à ce jour 2 plates-formes logistiques et 2 plates-formes de messagerie, toutes en exploitation. JPG  
   
 
INFOS INTERNATIONALES  
Suisse
Des puces
à l'hôpital de
Neuchâtel
L'hôpital La Providence de Neuchâtel vient d'adopter une solution de traçabilité des poches de sang par puce électronique conçue par Biolog-id. Cette nouvelle technologie permet d'assurer de manière optimale la chaîne transfusionnelle et de certifier une traçabilité des produits sanguins. Il s'agit d'une vraie innovation dans la mesure où la technologie RFID permet au réfrigérateur de détecter tout déplacement de poche et assure ainsi toute erreur humaine dans le traitement. De plus, grâce au suivi continu des températures qui sont enregistrées au cours des différents flux, notamment durant les phases de transport et de stockage, la qualité et la sécurité de la conservation de produits sanguins depuis le donneur jusqu'au receveur se seraient très fortement améliorées. Ce procédé a également l'avantage de faciliter les échanges d'informations entre le service régional neuchâtelois et jurassien de transfusion sanguine de La Chaux-de-Fonds, la banque de sang du laboratoire Synlab où sont stockées les poches de sang, et les services hospitaliers de l'hôpital de la Providence. Le Centre de transfusion peut ainsi connaître en temps réel l'état du stock et le statut de chaque poche de sang conservée. Il peut remettre en stock les poches de sang non utilisées en apportant la preuve de leur maintien dans des conditions de conservation réglementaires et les réaffecter à un patient qui en a besoin. Cet outil de contrôle permet d'éviter tout gaspillage d'un produit rare, précieux et périssable. JPG  
 
ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.
 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
28 novembre 2014

DECEMBRE 2014

Mercredi 3 au
vendredi 5
SIMI
« Le Salon de l'immobilier d'entreprise »
Près de 25 000 professionnels et
440 exposants
Palais
des Congrès
Porte de Maillot

Paris


Mardi 9
Conférence
DIAGMA
« E-commerce
et VAD :
comment gagner
en réactivité
Supply Chain
pour répondre
au mieux à
une demande
plus exigeante
et diversifiée ? »

Témoignage de
la société RAJA
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 11h0
0
Paris 5e