Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Logistique et
Supply Chain
Participez à
la consultation
nationale !
Alain Vidalies et Emmanuel Macron ont pris l’initiative d’organiser une conférence nationale sur la logistique et la Supply Chain (Cf. les newsletters 2029 et 2030). L’objectif est de débattre avec les acteurs économiques, sociaux et politiques concernés, à la lumière des expériences internationales, des actions à mener par tous en faveur d’une compétitivité accrue des chaînes logistiques en France, au sein des territoires. Pour préparer cette conférence, une large consultation vient d’être lancée. Elle s’adresse à tous les acteurs concernés : entreprises, PME ou non, clients, transporteurs, gestionnaires des flux au sein de l’entreprise, organisations professionnelles, promoteurs de l’immobilier d’entreprises, collectivités territoriales, chercheurs, formateurs, etc. Il est possible d'y répondre au titre d’une organisation et/ou à titre personnel.  Alors n’hésitez-pas. Faites remonter vos suggestions !
Cette consultation est disponible en ligne,
jusqu’au 15 mai 2015
 
   
  Emmanuel Macron et Alain Vidalies  
 
 
 
Conférence
Amber Road
Comment éviter
les pièges de
l’import-export




Hier la société Amber Road organisait à Paris une conférence sur le thème « enjeux et pratiques du Global Trade Management ». Après une courte introduction de Paul Simon Thomas, son représentant français, Ludovic Subran, Economiste en chef chez Euler Hermes s’est appuyé sur les dernières études du cabinet pour dresser un rapide tableau des échanges internationaux : « S’il est vrai que le commerce international connait en volume une croissance de 15% celle-ci n’est en valeur que de 1,8% à cause de la dépréciation des monnaies » a-t-il rappelé. Cette situation liée à différents facteurs (prix du pétrole, planches à billets...), fragilise l’économie de certains pays et accroit le risque en matière d’exportation. Dans ce contexte, l’économiste a évoqué, tableaux à l’appui, les pays qui restent intéressants en termes de business et ceux qu’il convient d’éviter. Simon Daboussy, avocat spécialisé dans le contrôle des exportations chez Baker & Mc Kenzie, s’est pour sa part attaché à commenter la complexité de la gestion des échanges internationaux, évoquant à titre d’exemple les failles qu’il peut y avoir dans un ERP lorsqu’il s’agit de produits très particuliers. Des dysfonctionnements qui peuvent avoir de graves répercussions sur l’entreprise, même si la douane française est relativement souple par rapport à d’autres : « nous n’avons pas la culture de la sanction comme aux USA. La douane française a une volonté de contrôle, ce qui est légitime, mais elle ne veut pas non plus être un frein aux exportations », estime-t-il. Après ces propos préliminaires, Claire Mosnier, juriste pour Michelin et Philippe Chaix, responsable des données référentielles clients également chez Michelin, sont intervenus successivement pour aborder la gestion des connaissances dans le domaine de l’import-export : origine des produits, mesures d’embargo (total ou partiel), données financières, personnes black listées, etc. Une somme considérable d’informations à traiter, et qui réclame de l’expertise mais aussi du temps et de l’énergie. Pour surmonter cette difficulté, Michelin a mis en œuvre le projet « Clean Files » pour nettoyer l’ensemble des données et faire le point tous les sujets touchant à l’import-export : « Nous avons choisi un provider, en l’occurrence Amber Road, explique Philippe Chaix. C’est une société qui permet de faire de la veille sur un maximum de réglementations. La solution nous permet de passer chaque client international à la moulinette : il est clean ou il ne l’est pas. En 2014 nous avons mis en place un pilote qui couvre 80% des pays à risque. En juin 2014 nous avons créé un poste plein temps de Group Expert Control Officer qui rapporte au directeur douane du groupe. Et entre 2015 et 2016 la solution Amber Road sera déployée sur l’ensemble du groupe pour avoir une vision complète sur l’ensemble des paramètres qu’il convient de contrôler ». JPG
Photo ci-contre : Ludovic Subran
 
   
  Paul Simon Thomas
 
   
  Philippe Chaix et Claire Mosnier  
 
 
 
Amber Road
Again
Des difficultés
à déterminer
l’origine
d’un produit
« L’indication made-in ne suffit pas à indiquer l’origine d’un produit dont les composants sont multiples et proviennent de différents endroits », rappelle Arne Mielken, Expert Trade et Douane UE d’Amber Road en évoquant les ALE (accords de libre-échange) qui permettent avec la notion « d’origine préférentielle » d’obtenir en fonction des pays concernés, des droits de douane non moins préférentiels. Encore faut-il être en mesure de prouver ce que l’on avance et maitriser tous les éléments qui déterminer (par exemple) si un produit est totalement originaire de l’Union Européenne ou s’il vient d’un pays hors de l’UE. Mais pour Marc Tertrais, Directeur des affaires douanières chez Areva « la culture française n’était pas tournée à l’origine vers le commerce international. Ce qui explique (mis à part les cadres des douanes) un déficit de formation dans ce domaine ». Le directeur des affaires douanières considèrent que cette fonction est sous-estimée dans la plupart des cas : « il est nécessaire de mettre en œuvre une politique douanière dans les entreprises et de lui donner une substance juridique comme gage d’efficacité. C’est une fonction importante dont il faut accepter le cout ». Et d’ailleurs plus de cout, ne faut-il pas considérer  le gain que peut générer une parfaite maitrise des opérations douanières ? C’est ce que pense Nick Boland, directeur Trade Consulting Europe d’Amber Road, estimant « que la compliance doit être traitée comme un centre de profit et non plus subit comme un poste de dépenses ».  De fait, si un seul enseignement devait être tiré de cet après-midi de conférences, il serait de souligner l’intérêt de maitriser les règles du commerce international : changeantes, compliquées, multiples, elles peuvent être un véritable casse-tête pour les responsables de la Supply Chain et des fonctions import-export. Mais elles peuvent également représenter un atout considérable si l’on accepte de s’en donner les moyens. JPG  
   
  La salle de conférence  
   
  Arne Mielken, Nick Boland et Mark Tertrais  
 
 
 
INFOS INTERNATIONALES  
Inde
Menlo ouvre
une plate-forme
de pièces
détachées
à New Delhi
Le 3PL américain Menlo Logistics vient d’ouvrir une plate-forme de pièces détachées dédiée au secteur automobile à Dharuhera près de New Delhi en Inde. Située à 66 km de l’aéroport Delhi International Airport, elle mesure 3.846 m² et abritera les pièces d’un grand constructeur international. « Les opérations de nos clients sont en croissance en Inde du fait de la croissance des ventes de voitures et de camions, c’est pourquoi nous avons emménagé dans une structure plus grande. Nous prévoyons par ailleurs la certification Lean Bronze de cette plate-forme d’ici le troisième trimestre 2015 » annonce Amit Dhingra, Directeur des Opérations pour Menlo Logistics Inde. Menlo prévoit également de certifier ses process Lean dans la nouvelle usine de fabrication de camions d’un autre grand constructeur à Rudrapur dans l’Etatde d’Uttarakhand. PM  
 
Danemark
Damco gère
les imports
asiatiques
de Coop
Coop, l’un des principaux détaillants au Danemark, vient de signer un accord avec son compatriote Damco, une filiale de Maersk, autour de la gestion de ses marchandises en provenance d’Asie. Travaillant déjà avec Coop depuis 2009, le 3PL a obtenu à la suite d’un appel d’offres la gestion de la totalité des flux asiatiques du retailer, son excellence opérationnelle, ses capacités en Supply Chain Management et informatique ayant fait la différence. « Nous sommes partenaires de plusieurs grands retailers à travers le monde depuis des années, nous sommes confiants dans le fait de pouvoir aider Coop à atteindre ses objectifs stratégiques dans les années à venir » déclare Mads Drejer, Chief Commercial Officer chez Damco Nordics. Coop regroupe six enseignes au Danemark ainsi que sites sites internet (coop.dk et irma.dk) pour un CA de 6,7 Md€, le groupe compte 1.200 points de vente et emploie 36.000 collaborateurs. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Audrey Zugmeyer,
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Jean-Philippe Guillaume,
Directeur des rédactions
Envoyez vos informations

et vos scoops à

jph.guillaume@scmag.fr

Nathalie Bier
Chef de publicité
Tél : 01 43 76 64 53
nathalie.bier@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »
écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs. Son but est d'apporter une information rapide et synthétique à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
9 avril 2015


AVRIL
2015

Mercredi 8
Séminaire
AMBER ROAD
« Commerce
International
et Grand
Export »

Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 18h
Les Salons de
l’Aéro-Club
de France
Paris
16e


JUIN 2015

Jeudi 4
et vendredi 5

Formation
EURODECISION
« Méthodes et
pratiques de la
prévision
des ventes »

De 9h00 à 17h00
Paris-La Défense
(session sui
vante
8-9 octobre)




JUILLET 2015

Jeudi 9
FORUM D'ÉTÉ
SCMagazine
En partenariat
avec
ESCP Europe
« La Green
Supply Chain
Avons-nous encore
le choix ? »

De 8h45 à 18h
ESCP, Paris 11e
INSCRIPTION :
à partir
du 1er juin