Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Immobilier
logistique
Barjane
développe un
nouveau projet
près de
Roissy CDG

Visiblement, la proximité immédiate de Roissy Charles de Gaulle est un critère de choix pour Barjane. Après s'être positionnée au sud de l'aéroport, sur la zone AéroliansParis (commune de Tremblay-en-France) avec un entrepôt de 42.000 m2 en cours de commercialisation et un autre en cours de construction, la société vient d'annoncer le développement d'un bâtiment logistique de 30.000 m2 sur un foncier de 8 ha au nord de Roissy CDG, sur la commune de Louvres, au sein du nouveau Parc d'activités de la Butte aux Bergers. Situé à 20 km de Paris, ce nouveau parc de 44 ha est réalisé par Grand Paris Aménagement. Un échangeur financé par la Communauté d'Agglomération Roissy Pays de France, la Région et le Conseil Départemental sera créé spécialement sur la Francilienne pour lui donner un accès direct aux axes routiers et autoroutiers majeurs (A1, A104, Nationale 2). Barjane vise une livraison clés-en-main de son bâtiment pour la fin 2017. Ni le permis de construire, ni les autorisations administratives n'ont encore été délivrées, mais la commercialisation des 30.000 m2 divisibles est déjà lancée. D'une hauteur sous poutre de 10,5 m, l'entrepôt sera traversant, avec deux cours de manœuvre de part et d'autre, de nombreuses portes à quai, et des espaces de stationnement « conséquents ». L'objectif de Barjane est d'obtenir pour ce site une double certification ISO 14001 d'une part et HQE Excellent ou BREEAM Very Good d'autre part, avec plusieurs actions prévues en matière de conservation de la biodiversité, de gestion alternative des eaux pluviales, et de chantier à faible impact environnemental. JLR  
   
 
 
 
Interview
FuturMaster :
« Pour un
éditeur d'APS,
l'international
c'est la survie »
Michel Ramis, VP Sales & Marketing de FuturMaster, éditeur d'APS français qui se déploie à l'international, revient sur les temps forts de 2015, sa vision du marché chinois et les axes de développement pour 2016/2020.
Supply Chain Magazine : Quels sont les faits
marquants pour Futurmaster en 2015 ?

Michel Ramis : Nous avons réalisé chiffre d'affaires de 14,3 M€ en 2015 (contre 12,9 M€ en 2014) soit une croissance de 15 à 20% conforme à notre feuille de route [NDLR : une croissance de 10,8%, en fait]. Et notre CA a augmenté de 50% en 3 ans. Notre croissance est peu tirée par le marché français (+9%), mais plus par nos filiales (21% de de notre CA). Nous avons ouvert au 1er trimestre 2015 une filiale en Chine, où nous étions présents en R&D depuis 2008. Voir l'interview complète à la fin de cette Newsletter. CP
Suite en fin de la Newsletter
 
 
Alternative
au diesel
Sotradel teste
deux camions
au GNC sur
le Grand Lyon
C'est parti ! En inaugurant officiellement le 15 mars sa station de gaz naturel comprimé (GNC) dédiée sur l'un de ses sites d'exploitation à Arnas (69), Sotradel Transports est entré en phase de tests de deux premiers véhicules roulant au GNC dont il a fait l'acquisition début 2016. Il s'agit d'un porteur Renault trucks de 19 t (voir NL 2092) et d'un tracteur 44 t, de marque Scania. Exploités sur le territoire du Grand Lyon, pour des missions de type « distribution urbaine et régionale », les deux engins sont équipés par le CRMT (Centre de Recherches en Machines Thermiques de Dardilly) d'une série de capteurs qui collecteront les données nécessaires au Projet Equilibre, qui associe les transporteurs Megevand, Magnin, Prabel, Sotradel, Jacky Perrenot et Transalliance dans une expérimentation de nouvelles technologies en vue de remplacer le gasoil par le GNV (Gaz Naturel de Véhicule). JLR  
   
   
 
 
 
Avant-première
SITL
Un PC tactile
mais incassable
chez JLT
Le spécialiste suédois des PC durcis JLT Mobile Computers va présenter la semaine prochaine sur le salon SITL Europe sa nouvelle génération d'ordinateurs durcis, conçus notamment pour des applications logistiques particulièrement exigeantes telles que l'entreposage et la distribution de produits alimentaires, le stockage en entrepôts frigorifiques, ou le cross-docking. Il s'agit de l'ordinateur JLT1214P, développé sur une plate-forme JLT1214, avec processeur 64 bits Intel e3845 quadri cœurs et avec une particularité : son écran tactile capacitif durci, « pratiquement incassable », basé sur une technologie dite PCT (Projective Capacitive Touch). Selon JLT, il combine les avantages des écrans tactiles résistifs utilisés par les précédentes générations d'ordinateurs durcis (utilisable avec différents types de gants et dans des conditions d'humidité) avec l'ergonomie et le confort d'utilisation des écrans tactiles capacitifs(ceux des appareils grand public). Et sa protection par une plaque de verre trempé de 1,8 mm d'épaisseur le rend beaucoup plus solide et résistant aux rayures et aux éraflures qu'un écran tactile résistif. Rien ne lui fait peur, pas même une boule d'acier de 500 g lâchée d'une hauteur de 1,2 m. Il peut fonctionner à des températures comprises entre -35° et +55°, et résiste à la poussière et à l'eau selon la norme IP65. A voir sur le stand C59.  
   
 
Avant-première
SITL
Signature
Logistic
fait dans le
sur-mesure
Signature Logistic exposera trois chariots à roulettes utilisés pour la préparation de commandes multiclients, dont deux nouveautés, pendant la SITL. L'un est un chariot acier KM300 de Kongamek qui a été doté d'afficheurs « put to light », de blocs énergie et d'interface de communication. Modulaire, il permet d'intégrer un nombre variable de bacs et peut recevoir 6 niveaux de pose. Signature Logistic propose aussi des chariots « sur mesure » en profilé d'aluminium. Deux modèles seront visibles sur le salon – dont un à chargement facial intégrant 6 positions de pose – tout en sachant que le chariot peut être complétement repensé et modifié en fonction des besoins du client. A voir sur le stand N63. NB  
   
 
 
 
Sécurité
Un butoir
tout acier
pour protéger
les quais
La société Pommier lance sur le marché une nouvelle gamme de butoirs absorbeurs de chocs étudiés pour protéger les quais et les véhicules sur les différents sites de stockage de marchandises (entrepôts, points de ventes, plates-formes logistiques). Développée sur la même base que la série Butdock 90, la gamme Butdock 110 Mobile est entièrement conçue en acier galvanisé, sans aucune pièce d'usure en caoutchouc, afin de maximiser sa robustesse et sa longévité. En option, le butoir peut être équipé d'un dispositif de suivi de montée et de descente du véhicule grâce à un système de réhausse de 100 ou 200 mm. Cela permet de protéger le véhicule en résistant aux frottements lors de la montée et de la descente des chariots pendant le chargement ou le déchargement à quai. Grâce aux différentes réhausses, la gamme peut également s'adapter à tous les types de quais, les neufs comme les endommagés. JLR
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
Rewe Dortmund
optimise son
agencement
avec JDA
Le distributeur indépendant allemand Rewe Dortmund a retenu la solution de Category Management de JDA Software pour créer des planogrammes (représentation visuelle de l'implantation d'un rayon ou gondole dans un point de vente) adaptés aux besoins de chacun de ses 300 points de ventes. La filiale de Rewe Group disposait auparavant de solutions manuelles avec des planogrammes pour les assortiments produits et pour l'agencement en magasin créés sur tableur. Il entend ainsi optimiser les assortiments produits et augmenter son chiffre d'affaires. « Le seul fait de pouvoir automatiser et homogénéiser beaucoup de processus nous libèrera du temps pour pouvoir nous concentrer sur l'évolution de chaque magasin et être plus agile pour nous adapter aux besoins et optimiser l'espace en temps réel » déclare Martina Reisch, membre du comité exécutif de Rewe Dortmund. Le cabinet de conseil allemand Strategix assurera le déploiement et l'accompagnement pour la mise en place de JDA Category Management. PM  
 

Autriche
500 Man
d'un coup chez
Quehenberger
Logistics
Man vient de signer avec le prestataire Quehenberger Logistics un contrat portant 500 camions en leasing opérationnel pour une durée d'utilisation de 36 mois avec 150.000 Km//an. Ce ne sont pas moins de 500 Man TGX (en version tracteur routier suspension à lames, pneumatique intégrale et caisse mobile 3 essieux), qui vont rejoindre la flotte du transporteur autrichien. Tous les véhiculent fonctionnent au biodiesel et sont équipés de nombreux composants de la gamme EfficientLine du constructeur, afin de réduire la consommation en carburant. Le régulateur de distance inter-véhicule, l'avertisseur de sortie de voie et l'assistant de freinage d'urgence, vont également être installés sur la totalité du parc. La livraison des camions est prévue en 2016 et 2017. NB  
   
 

Japon
Un PPP pose
les briques
d'une SC de
l'hydrogène
Un partenariat public-privé a été signé lundi dernier entre le gouvernement préfectoral de Kanagawa, les administrations municipales des villes de Yokohama et Kawasaki et trois entreprises du secteur privé, dont Toyota Motor Corp, pour tester et mettre en œuvre une Supply Chain end-to-end de l'hydrogène à faible teneur en CO2. L'électricité produite pour électrolyser l'hydrogène, le comprimer et le stocker sera de source éolienne et produite par Hama Wing à Yokohama, le carburant propre sera ensuite transporté par un camion fonctionnant à l'hydrogène pour alimenter des chariots élévateurs à pile à combustible de marque Toyota tournant sur quatre sites: une usine, un marché de fruits et légumes, et deux entrepôts. Cette Supply Chain propre de l'hydrogène devrait réduire les émissions de CO2 d'au moins 80% par rapport à une SC ayant recours à des chariots élévateurs thermiques ou électriques et dont l'électricité provient du réseau classique (nucléaire). L'objectif du projet est d'étudier les coûts et d'estimer les réductions potentielles de CO2 d'une SC de l'hyrogène de bout-en-bout. PM  
 

Mexique
Yusen construit
une plate-forme
automobile
à Celaya
Le prestataire japonais Yusen Logistics vient de poser la première pierre de ce qui sera sa nouvelle plate-forme logistique dédiée à l'industrie automobile mexicaine. Située dans le « Bajio » (bassin) de Celaya dans l'Amistad Industrial Park, à 200 km environ de la capitale Mexico, elle mesurera 5.000 m² (dont 1.000 m² de bureaux) et bénéficiera d'un accès direct aux réseaux routier et ferroviaire du pays. « L'industrie automobile connait une croissance à un rythme effréné au Mexique. Au cours des dernières années, un certain nombre de grands constructeurs automobiles ont investi dans de grandes usines d'assemblage dans la zone de Bajio. Cela attire aussi de nombreux fournisseurs de rang 1 et 2 dans la région », a déclaré Kunihiko Miyoshi, Chief Regional Officer pour Yusen Logistics Americas, « Notre centre logistique Bajio est idéalement situé pour répondre aux besoins logistiques de ces entreprises et nous positionne comme un 3PL clé. Nous sommes impatients de servir nos clients du secteur automobile ainsi que la communauté de Celaya ». Les services disponibles sur ce site incluent entreposage et services connexes, livraison just-in-time, transport routier, ferroviaire et multimodal, freight forwarding international, services import/export et trade compliance. PM
 
   
  De gauche à droite : Fabiola Flores, Manager RH ; Jose Coeto, Directeur Division International ; Jordan Dewart, Président de Yusen Logistics (Mexique) ; Kunihiko Miyoshi, Chief Regional Officer de Yusen Logistics (Americas) ; Rodrigo Lazarini, CFO ; et Hugo Jimenez, Directeur Contract Logistics.  
 
INTERVIEW  
Michel Ramis,
VP Sales
& Marketing
FuturMaster

(suite)





« Pour un éditeur d'APS,
l'international c'est la survie »

Michel Ramis, VP Sales & Marketing de FuturMaster, éditeur d'APS français qui se déploie à l'international, revient sur les temps forts de 2015, sa vision du marché chinois et les axes de développement pour 2016/2020.
Supply Chain Magazine : Quels sont les faits marquants pour Futurmaster en 2015 ?
Michel Ramis : Nous avons réalisé chiffre d'affaires de 14,3 M€ en 2015 (contre 12,9 M€ en 2014) soit une croissance de 15 à 20% conforme à notre feuille de route [NDLR : une croissance de 10,8%, en fait]. Et notre CA a augmenté de 50% en 3 ans. Notre croissance est peu tirée par le marché français (+9%), mais plus par nos filiales (21% de de notre CA). Nous avons ouvert au 1er trimestre 2015 une filiale en Chine, où nous étions présents en R&D depuis 2008. Nous y avons 2 Avant-vente, 7 Consultants, 1 Responsable Marketing et 1 Directeur Commercial. Nous avons aussi fait notre entrée dans le Magic Quadrant du Gartner, ce qui nous apporte des consultations que nous n'aurions pas eu auparavant.
SCMag : Le marché chinois est-il prêt
à déployer des APS ?

M.R. : En Chine, le territoire est maillé, les distances sont très importantes. Il y a des problèmes d'optimisation de marge, beaucoup de casse. Le schéma de distribution n'est pas le même qu'en France où la Grande Distribution est très puissante. En Chine, le négoce est très important et constitue un maillon intermédiaire vers une foule de détaillants ou d'e-commerçants. C'est aussi le royaume d'Alibaba. L'industrie est en train de passer du Make to Order au Make to Stock, avec le besoin d'optimiser la productivité, les marges et le BFR. Nous sommes dans la même situation vis-à-vis des APS qu'en France il y a 15 ans.
SCMag : Et quelle est votre cible ?
M.R. : Nous en avons deux : des filiales de grands groupes internationaux (européens et américains) et des sociétés chinoises, comme la 1ère société agroalimentaire avec laquelle nous avons signé, sachant que tout notre support est en Mandarin. Plus largement, via notre filiale de Singapour, nous sommes présents en Thaïlande, au Vietnam et en Indonésie, et avons signé avec 3 nouveaux clients (contre 7 clients en France). Nous avons aussi un distributeur à Sydney, en Australie, dont le marché est proche de celui de l'Afrique du Sud et du Royaume Uni (par exemple, au niveau des promotions). Nous avions aussi signé avec le groupe IBTC, 1er producteur de whisky en Birmanie (Prévisions, DRP et Supply) grâce notamment à notre référence Heineken, qui détient la marque de bière phare (Tiger). L'Asie est un marché d'équipement et non de renouvellement par rapport aux APS. On y trouve moins de concurrents qu'en Europe.
SCMag : Et où en est votre filiale au Brésil ?
M.R. : Nous avons 1 Country Manager français, 2 Consultants brésiliens, 1 Directeur Commercial (ancien d'Oracle et d'I2 Technologies) et nous recrutons en Avant-Vente. Le Brésil est au même niveau que la Chine, c'est un grand pays très protectionniste, mais sans croissance. Nous visons l'industrie de process (Cosmétique, Agroalimentaire, Santé/Pharma, Luxe et Retail, à un degré moindre). A l'instar des Etats-Unis, qui est un modèle pour le Brésil, on trouve beaucoup de sociétés dans ces secteurs. Nous avons démarré notre CA avec le déploiement de nos solutions pour L'Oréal en Amérique Latine (Brésil, Mexique, Argentine).
SCMag : Quelle est votre politique de mise
en œuvre : en propre ou sous-traitée ?

M.R. : Nous avons 66 Consultants dans le monde et privilégions la mise en œuvre en propre. Nous en sommes à 90% à ce jour. Mais nous envisageons de nous recentrer sur notre métier d'éditeur. La signature d'un partenariat à l'international (France, Allemagne et bientôt Chine) avec Bearing Point (formation de 6/7 Consultants qui travaillent avec nos équipes) devrait y contribuer, de même que celle en cours avec une autre société qui devrait aboutir en 2016.
SCMag : Pourquoi souhaitez-vous vous recentrer
sur votre métier d'éditeur ?

M.R. : Pour deux raisons : d'une part parce que les grands comptes veulent travailler avec une société qui a une renommée mondiale, d'autre part pour des raisons de rentabilité. Si avoir la même société éditeur/intégrateur peut être rassurant pour un client, nous avons aussi besoin d'améliorer notre cash-flow pour supporter notre croissance. La 1ère étape de transformation a été technologique. Nous avons porté toutes nos solutions (Planning, DRP, Prévisions, Promotions...) sur base de données Oracle, ce qui représente un coût substantiel mais c'était nécessaire car nous ne pouvions pas approcher des grands comptes comme la SNCF, L'Oreal, Sanofi... avec une BDD propriétaire. De plus, cela nous apporte de l'évolutivité et de la performance (capacité de traiter des millions de références comme les pièces détachées de la SNCF). La 2nde étape va porter sur la refonte de l'interface utilisateur pour aller vers le full web en passant sur du HTML5, indispensable pour être accessible depuis des i-Pad, des smartphones… Ces investissements sont obligatoires pour développer notre offre dans le Cloud, ce qui est un prérequis pour s'attaquer aux marchés des BRICS, qui, s'ils sont 15 ans en arrière en termes de maturité de process, ont démarré tout de suite avec les nouvelles technologies. Sur le plan fonctionnel, nous complétons aussi notre offre via un partenariat avec Ortems.
SCMag : En quoi consiste ce partenariat ?
M.R. : Fin novembre 2015, j'ai contacté René Desvignes d'Ortems pour que nous constituions une solution end-to-end planning. Nous avons 3 appels d'offres en cours, des clients en commun... Lorsque nous recevons des appels d'offres portant sur du planning et du scheduling, nous cherchons à répondre en commun, sauf si nous sommes en concurrence. C'est un partenariat commercial qui va déboucher sur un partenariat technologique et la mise en œuvre d'une méthodologie de projet commune et d'une seule gouvernance commerciale & projet, afin de répondre aux attentes des clients.
SCMag : Quel est votre plan de route
pour 2016 et au-delà ?

M.R. : Pour 2016/2020, nous avons plusieurs axes d'investissement : développer une solution Saas, poursuivre notre développement à l'international (Asie, Amérique Latine et Amérique du Nord d'ici 2 ans) pour être un acteur global (nous avons déjà 2 Consultants Futurmaster basés à Houston), nouer un contrat avec un nouvel intégrateur mondial, sûrement en 2016, et faire évoluer notre offre produit, d'un point de vue technologique et métier. Nous allons revoir notamment les algorithmes. Par rapport aux prévisions, nous avons un client avec 29.000 points de vente, d'où de gros volumes de données à traiter. Nous allons travailler sur le Big Data, le Machine Learning et la partie corrélative, l'élaboration de promotions par rapport aux habitudes de consommation des marques et la gestion des lancements... C'est dans ce secteur que nous allons investir : nous avons recruté 2 Data Scientists et travaillons avec l'Université de Beijing. En 2020, on ne s'appuiera plus sur des modèles de prévisions basés sur des historiques nettoyés des événements exceptionnels, complétés par l'analyse de la tendance et de la saisonnalité, mais davantage sur des données de sale-out. Tous les projets (UK, Grandes Surfaces Spécialisées, Electronique Grand Public...) parlent de sale-out aujourd'hui.
SCMag : Sur quels moyens allez-vous
vous appuyer pour assurer ces développements ?

M.R. : Pour affirmer notre changement de cap et de clientèle (plutôt des entreprises de plus d'1 Md€ de CA, mais aussi de plus petites si elles sont matures), et gagner en crédit dans des pays comme le Brésil, le Royaume Uni ou la Chine, nous comptons recruter des Seniors (plus de 50 ans). Au niveau des moyens financiers, nous ne sommes que 4 personnes au Codir. La croissance organique, c'est bien mais ce n'est pas suffisant. Nous allons devoir trouver des moyens additionnels pour rester dans la course à la taille critique – sachant qu'il ne reste plus beaucoup d'éditeurs d'APS indépendants – et être légitimes vis-à-vis de grands comptes comme P&G, Unilever, Heineken... , pour qui une présence à l'international est aussi rassurante. Pour un éditeur d'APS, l'international c'est la survie.
Propos recueillis par Cathy Polge
Photo : Michel Ramis, VP Sales & Marketing
FuturMaster ©Futurmaster
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
17 mars 2016
 

MARS 2016

Mardi 22 au
vendredi 25
SITL Europe
«Le rendez-vous
international
du transport,
du Freight
Forwarding
et de la chaîne
logistique »

De 9h à 18h
(vendredi 17h)
Paris Nord
Villepinte
Hall 6

Jeudi 24
DYNASYS
« Journée Demand
& Supply Chain
Planning
4e édition »

Best Practice et
nouvelles tendances
Témoignage :
SICPA et SODEBO
Partenaires :
Axoma Consultants,
Möbius, Viseo et
Supply Chain
Magazine
De 8h30 à 17h15
Maison de
l'Amérique Latine
Paris 7e

Jusqu'au
jeudi 31 mars

« Enquête
Européenne
sur le degré
de conformité
réglementaire des entreprises au niveau de la Douane et des contrôles des Exportations »

Organisateur :
AMBER ROAD
Partenaire :
SCMagazine



AVRIL 2016

Mardi 12 à 16 h
Evénement
QUINTIQ
WEBINAIRE
« Transformer
sans gaspiller,
un défi pour votre
industrie ? »

Produire de façon
optimale à l’aide
d’une solution
de planification
adaptée

Partenaire :
SCMagazine



JUIN 2016

Jeudi 2 et
vendredi 3
FORMATION
EURODECISION
« Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
De 9h à 17h
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Paris-La Défense