Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Supply Chain
Magazine
Le Top 150
des 3PL est
en ligne !
Supply Chain Magazine de juin est en ligne et en accès libre dans son intégralité. Vous pourrez découvrir dans ce numéro de 112 pages, le TOP 150 des prestataires logistiques (les 3PL) avec les chiffres d'affaires, les secteurs d'expertises, les surfaces d'entreposage, les prestations à valeur ajoutée, les principales références, etc. mais également un article sur la manière dont ces entreprises innovent. Et pour illustrer le propos, de nombreuses interviews de dirigeant(e)s dont Marie-Christine Lombard (Geodis), Stéphane Point (K+N), Steve Belot (XPO Logistics), Ludovic Lamaud (ID Logistics)… Un dossier signé Jean-Luc Rognon. A ne pas rater ! Et dans ce même numéro des reportages chez Amazon, Le Groupe Cercle Vert, Happychic, GMPP ainsi qu'une grande enquête Retail (du click & Mortar à l'omnicanal) et un dossier sur les zones logistiques (40 ans de structuration). Bonne lecture !
Pour accéder directement
au magazine en ligne.

 
 
 
 
Supply chain
Magazine
Abonnez-vous
gratuitement
au mensuel !
Certains d'entre vous ne le savent pas encore : Supply Chain Magazine est entièrement gratuit. Pour le recevoir chez vous ou sur votre lieu de travail il vous suffit de vous abonner en ligne sur www.supplychainmagazine. En entrant vos coordonnées grâce au bulletin d'abonnement prévu à cet effet, vous recevrez chaque mois, sans engagement, votre mensuel papier.
Pour accéder directement
au bulletin d'abonnement.
 
 
Les enjeux
e-commerce
de la Fevad
Le commerce
de demain
n'aura pas
les mêmes
valeurs
Le digital a déjà commencé à transformer le commerce, mais il modifie aussi en profondeur les modèles économiques, les schémas d'organisation et les systèmes de valeurs. C'est autour de ce thème que la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) a organisé mardi à Paris sa journée annuelle des « enjeux e-commerce », avec de nombreux intervenants prestigieux. Selon Jacques Attali, Président de Positive Planet (anciennement PlaNet Finance), la révolution digitale doit composer avec les deux grands mouvements idéologiques actuels, qui sont le « moi d'abord » et le « c'était mieux avant ». Dans ce monde nouveau, « où nous serons tous des intermittents du spectacle », il faudra opérer un renversement de perspective, où l'important deviendra la découverte de soi-même et la réalisation personnelle. Le commerce devient de plus en plus sur mesure grâce à l'internet des objets, qui permet par ailleurs de gérer les prix et les stocks en temps réel. Mais pour Jacques Attali, qui qualifie les Microsoft et autres Linkedin de « géants d'avant » qui profitent d'une rente de situation, les technologies de demain résident surtout dans les imprimantes 3D, les biotechnologies, les nanotechnologies, ou encore les neurosciences au service de l'intelligence artificielle. « Dans la relation entre le consommateur et le vendeur, la valeur économique n'est plus la seule et l'unique, il y a la valeur confiance, la valeur partage, et la responsabilité individuelle et collective » fait remarquer de son côté Marc Lolivier, le Délégué général de la Fevad. JLR
 
 
 
 
Les enjeux
e-commerce
de la Fevad
(suite)
Les
conséquences
de la
digitalisation
sur l'emploi
Le e-commerce se porte bien en France : 450 M de colis livrés l'an dernier, provenant de plus de 180.000 sites marchands, sans doute la barre des 200.000 sera-t-elle d'ailleurs dépassé avant septembre prochain. En 2014, la Fevad estime que l'e-commerce représentait 112.000 emplois directs. Mais la digitalisation créera-t-elle réellement des emplois ? Pour l'économiste Nicolas Bouzou, adepte de la « destruction créatrice », pas de doute, nous sommes en train de vivre la plus grande vague de mutation « schumpeterienne » depuis l'époque de la Renaissance. Et même si l'on ne connaît pas encore le « point d'aboutissement », il considère que le potentiel d'emploi est énorme, dans « tout ce que demain l'homme fera mieux que l'intelligence artificielle ». Cela dit, il reconnaît également que lors de ces périodes de progrès qui changent la conception du monde, et font s'écrouler un ancien monde, il faut pouvoir donner de la flexibilité mais aussi de la « réassurance » au gens dont l'emploi est menacé. « Google Trucks arrive aux Etats-Unis dans 5 ans et il va supprimer 400.000 emplois » déclare Nicolas Bouzou qui prédit, avec un zeste de provocation, que « les emplois de chauffeurs seront même interdits d'ici 10 à 15 ans ». La Députée de l'Eure et Loire Laure de la Raudière met les pieds dans le plat : « la classe politique ne dit pas la vérité aux Français sur la mutation des métiers, sur les modèles économiques et sur les politiques publiques qui vont être transformées par les enjeux du numérique. Les start-up et le haut débit ne sont que la partie émergée de l'iceberg mais il y aura des mutations en profondeur de la société dans la santé, l'éducation, la sécurité, la justice, etc. ».
Sa position : plutôt que de surprotéger l'ancien monde, il vaut mieux contribuer à construire le nouveau, celui où les consommateurs veulent aller, et encourage la création de nouveaux emplois en France. Stéphane Treppoz, le PDG de Sarenza.com, milite également pour une simplification des contraintes règlementaires des entreprises de l'économie digitale et la mise en place d'un cadre de concurrence équitable. Cela dit, même si Sarenza.com a créé des emplois, il ne cache pas ses doute quant à la capacité du numérique à créer plus d'emplois qu'il en détruit. JLR
 
 
Les enjeux
e-commerce
de la Fevad
(suite)
Les témoignages
de la SNCF et
de La Redoute
Quel meilleur témoin de la transformation digitale que la SNCF, « une industrie du XIXe siècle qui a survécu au XXe et au XXIe siècle » selon les propres termes de son PDG Guillaume Pépy, qui rappelle que l'entreprise est aussi le premier site français de e-commerce avec 4,3 Mds € de CA. En s'ouvrant vers l'extérieur et en collaborant avec de nombreux partenaires, la SNCF a largement dépassé le cadre ferroviaire en devenant une « plate-forme de solutions de mobilité » qui intègre du train bien sûr mais également d'autres moyens de transport comme le co-voiturage, le VTC, le vélo électrique, etc. Guillaume Pépy donne un autre exemple concret de la stratégie de « digitalisation » de l'entreprise : la SNCF va équiper 10.000 poteaux avec des capteurs Sigfox (monde de l'Internet des objets) afin de détecter et d'anticiper (grâce au Big Data) les pannes de caténaires. « C'est la fin des pannes de caténaires d'ici 3 à 5 ans » a-t-il lancé. Une autre technologie pourrait bien faire une entrée remarquée dans le monde du e-commerce et de la Supply Chain, la Blockchain, protocole de transmission public qui permet de créer de manière décentralisée une chaîne qui stocke tout l'historique des transactions entre deux utilisateurs. « L'avantage de cette technologie, c'est la traçabilité et la confiance parce que le registre n'est pas conservé sur un seul serveur, mais distribué simultanément sur des milliers de nœuds dans le monde » explique Antoine Yeretzian, co-Fondateur de Blockchain France, le hub de référence en France. En reconnaissant tout de même qu'au-delà de l'engouement médiatique, cette technologie Blockchain n'est pas encore assez mature pour prévoir avec précision ce qu'elle sera dans 10 ans. A noter que la Fevad avait aussi invité un autre témoin emblématique du passage à l'ère du digital. « Notre sujet principal a été la capacité des équipes de se remettre en question après un passé glorieux » a précisé Nathalie Balla, co-Présidente de la Redoute. « L'évènement fondateur a été, une fois le projet financé, la mise en place d'un collectif des collaborateurs pour assurer la signature de l'accord de PSE, ce qui a permis de sauver l'entreprise ». JLR
 
 
Rayonnage
SSI Schäfer
répond
promptement
à l'appétit de
BienManger.com
Ce n'est pas parce que l'épicerie fine en ligne BienManger.com figure parmi les très belles réussites françaises sur le web, avec une croissance à deux chiffres, que la société fondée il y a 15 ans par les frères Caplat va pour autant renoncer à son cher terroir. Sa nouvelle plate-forme logistique, avec plus de 5.000 références (chocolats, foie gras, charcuteries et fromages, plats cuisinés, miel et confitures, thés et cafés, vins et alcools) a vu le jour en septembre dernier en Lozère, à La Tieule. A proximité directe de l'autoroute A75, ce bâtiment de 1.800 m2 a entièrement été équipé par SSI Schäfer (tout comme le précédent, situé dans le département voisin de l'Aveyron), durant la période estivale de 2015, dans des délais très serrés et en concertation avec les autres corps de métier. L'équipementier a notamment installé deux niveaux de mezzanine, 42 travées de rayonnages, 10.830 mètres linéaires de stockage et un palettier PR 600 de 324 emplacements palettes de 1000 kg. Le site reçoit actuellement entre 15 et 45 palettes de produits par jour et expédie entre 400 et 4.000 colis quotidiennement, selon la période de l'année, en France et dans le monde entier. Pour l'instant, seul le rez-de chaussée est complètement utilisé, l'entrepôt étant actuellement occupé à 40%, ce qui laisse à la logistique de BienManger.com une belle marge de progression. Une étude est en cours pour installer un système de convoyage entre les différents étages de la plateforme. JLR  
   
   
 
AGV
Un nouvel
adepte
d'AutoStore
dans le textile
C'est dans une PME française qu'Egemin Automation réalise son troisième déploiement en Europe du système AutoStore de stockage et de préparation de commandes. Le côté compact et évolutif de la solution a séduit un acteur du e-commerce textile qui préfère rester discret, vu l'avantage concurrentiel attendu de cet investissement de plusieurs centaines de milliers d'euros. L'AutoStore en question n'occupera qu'une surface de 12 m par 12 m dans son entrepôt mais accueillera pas moins de 4.300 bacs sur 12 niveaux de stockage et 6, 2m de hauteur. Dans une logique « goods-to-man », six robots achemineront les produits à la préparation de commandes, qui gagnera en productivité et en fiabilité. « Dans cette configuration, le client pourra préparer, en moyenne, 300 commandes quotidiennement. Constatant une augmentation de ses ventes de 20% chaque année, il aura la possibilité de doubler la capacité de stockage du magasin, tout en conservant son entrepôt », fait valoir Egemin, qui distribue depuis deux ans ce matériel du fabricant norvégien Hatteland. Pour que la bascule ne vienne pas perturber le pic d'activité des fêtes de fin d'année, l'installation n'entrera en application qu'en janvier 2017. MR  
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

Allemagne
DHL ouvre
son plus grand
centre de tri
37.000 m², c'est la surface du nouveau centre de tri qu'a ouvert DP DHL à Obertshausen près de Francfort. 2.000 tonnes d'acier, le tiers du poids de la Tour Eiffel, soutiennent l'énorme structure de 6 km de convoyeurs et 400 gares de sorties. Ces équipements lui confèrent une capacité de tri de 50.000 colis heure contre 30 à 40.000 habituellement. Conçu pour la première fois en interne par les équipes de DHL, ce centre de tri, le 34e de DHL en Allemagne, répond selon l'expressiste à une croissance continue des volumes dans le pays. Il contribuera à la création de 600 emplois, une partie des collaborateurs travailleront dans le centre de tri proprement dit et une autre sera affectée à la livraison des colis. PM  
 

Allemagne
Zalando vend
en ligne le stock
d'une boutique
Adidas
Depuis le 9 juin dernier, les clients de Zalando à Berlin peuvent acheter en ligne les produits disponibles dans le magasin physique Adidas Performance Store situé au centre de la capitale allemande, Tauentzienstraße. En achetant des articles avec l'application mobile ZipCart de Zalando, qui propose uniquement des produits à même d'être livrés le jour même, les produits commandés en ligne sont directement livrés depuis le magasin traditionnel le jour même entre 7h et 21h, sous réserve d'une commande passée avant 15h. « Nous sommes très heureux de cette collaboration avec adidas pour ce premier pilote qui s'inscrit dans notre logique d'Integrated Commerce. Aujourd'hui, alors que la majorité des consommateurs utilisent internet pour faire leurs achats, la plupart des stocks se trouvent dans les magasins traditionnels locaux. Nous avons l'ambition de permettre à nos clients d'accéder à l'ensemble des articles de mode, peu importe où ils se trouvent, en connectant les magasins traditionnels locaux avec leurs clients digitaux d'une manière innovante » explique David Schneider, co-Fondateur et PDG de Zalando. Le succès de ce pilote déterminera l'éventuelle suite que Zalando pourra donner à l'établissement d'un réseau de boutiques partenaires au niveau européen. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
16 juin 2016

JUIN 2016

Jeudi 16

Conférence
CEREZA
« Besoins
et solutions de
traçabilité dans
le transport :
enquête et
témoignages »

Témoignages :
Shippeo et
Objenious
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 12h
Paris 8e



Jeudi 16
Matinale
CITWELL
« Conduite
du changement,
clé de réussite
des projets
Supply Chain »

Témoignage :
RATP
De 8h30 à 11h45
Hôtel Raphaël
Paris 16e


Vendredi 17
Conférence
TIP
« Comment
le Big Data
va transformer
la Supply »

Partenaire :
SCMagazine
De 14h00 à 16h50
Université
Paris Dauphine
Paris 16e



Mardi 21
Webinar
TXT Retail
« Le magasin
au cœur
de l'Omnicanal.
Les meilleures pratiques pour planifier et maximiser
sa rentabilité »

A 16 heures
Durée :
40 minutes


Vendredi 24
Evénement
QUINTIQ WORLD
TOUR 2016
« L'humain,
clé de l'agilité
des opérations »

Partenaire :
SCMagazine
De 9h15 à 16h00
Campus Dassault
Systèmes
Vélizy-Villacoublay



Jeudi 30
Séminaire
AMBER ROAD
« Commerce
International et
Grand Export,
2e Edition »

Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 18h
Cercle National
des Armées
Paris 8e



JUILLET 2016

Mardi 5
Webinar
DYNASYS

« Prévisions et S&OP dans l'Industrie : Comment améliorez ses prévisions dans différents environnements de production»
De 17h à 18h



Mardi 12
FORUM D'ETE

« Les métiers de
la Supply Chain :
formation,
recrutement,
salaires, parcours,
perspectives... »

En partenariat avec
ESCP EUROPE
de 9h à 18h
Paris 11e

Partenaires




OCTOBRE 2016

Jeudi 13 et
vendredi 14

FORMATION
EURODECISION
« Formation
Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Courbevoie