Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
Forum d'Eté
2016
Pourquoi
adhérer à
une association
professionnelle ?
Le 12 juillet prochain se tiendra le Forum d'été organisé par Supply Chain Magazine en partenariat avec ESCP-Europe. Le thème de cette journée de conférences et de débats sera « Les talents en Supply Chain ». Dans le cadre de cet événement aura lieu une table ronde à laquelle participeront plusieurs associations nationales et régionales de logistique et Supply Chain. Adhérents et responsables expliqueront pourquoi ils s'investissent dans une association. L'intérêt de promouvoir la logistique. La nécessité d'échanger autour des bonnes pratiques. L'importance au plan professionnel et personnel d'étendre son réseau. Rappelons que le Forum d'été commencera par une restitution de l'enquête sur les Talents en Supply Chain. Des résultats qui seront commentés et analysés par Valérie Moatti et Valentina Carbone, enseignants chercheurs à l'ESCP-Europe. Cette journée entièrement gratuite est ouverte à tous. Déjà plus de 300 inscrits.
Programme complet, renseignements pratiques
et inscription en ligne.

 
 
 
 
Conférence
du 17 juin
Du Big Data
au web
Herméneutique
Vendredi 17 juin s'est déroulée à l'Université Paris-Dauphine, la conférence « impact du big data sur la Supply Chain » organisée par TIP Trailer Services et Supply Chain Magazine en partenariat avec le Master Supply Chain de Paris Dauphine. 220 personnes s'étaient déplacées pour assister aux différentes présentations, à commencer par celle de Vincent Puig, cofondateur et directeur exécutif de l'IRI (Institut de recherche et d'Innovation) qui s'est appliqué à démontrer la manière dont le digital s'installe dans notre quotidien, par exemple en croisant une multitude d'informations permettant d'avoir un éclairage différent sur la réalité qui nous entoure. Mais plutôt que d'étouffer sous un déluge de données il nous invite, à l'instar du philosophe Bernard Stiegler, à penser un web herméneutique, comprenez une confrontation d'idées qui permet d'échapper à la dictature du nombre et à faire valoir la différence. Une différence que la société Uber exprime en d'autres termes pour parler de son business. Partant du constat que le monde contient 1 milliard de véhicules utilisés en moyenne 4% du temps, Alexandre Molla, DG Sud France d'Uber a expliqué comment son entreprise entend « redynamiser un tissu urbain et économique en réduisant le nombre de voitures individuelles et en créant des emplois de chauffeurs ». Quant à savoir si un jour les coffres de voitures pourraient transporter des marchandises en milieu urbain... Alexandre Molla ne s'est pas prononcé. James Newton, Senior Business Executive de Sigfox s'est pour sa part focalisé sur les objets connectés et sur les réseaux qui remontent l'information pour gérer des domaines aussi divers que le trafic routier, les stocks de marchandises, les unités de production ou les appareils ménagers. Naturellement ces bouleversements ne seront pas sans conséquence sur le transport routier, comme l'a souligné Fabien Esnoult, directeur délégué innovation de Géopost, qui a brossé un tableau réaliste de l'impact du Big Data sur deux niveaux : l'optimisation opérationnelle (gestion des événements, prises en compte des contraintes d'itinéraires, prédiction des horaires d'arrivée...) et l'optimisation tactique avec l'intégration de la planification court terme et celle des aléas liés au trafic ou à la météo. Fabien Esnoult voit pour les années à venir une prochaine étape : l'intelligence artificielle, avec le développement d'applis Big data pour le transactionnel et l'analytique. JPG  
   
  Alexandre Molla, DG Sud France d'Uber  
 
Conférence
Big data
(suite)
Maintenance
prédictive
et robotisation
de la logistique
Au cours de cette conférence, Didier Felice, Directeur Général de TIP Trailer Service a rappelé comment la technologie a permis en quelques années de passer d'une maintenance corrective (panne, puis réparation) à une maintenance préventive grâce aux capteurs et au suivi de l'état du véhicule (en l'occurrence des camions) en temps réel. « La technologie joue un rôle important dans l'évolution de la maintenance » a-t-il souligné, en indiquant comment la maintenance prédictive allait permettre d'anticiper les pannes grâce à un suivi de l'utilisation et de l'usure des pièces. En matière d'IoT le dirigeant s'est également livré à une description des applications déjà opérationnelles dans les transports comme la réalité augmenté, l'état du trafic en temps réel, le camion autonome ou encore les réservoirs connectés pour lutter contre le vol de carburant. Dans le prolongement de ces avancées technologiques, François Rochet associé du cabinet Diagma a évoqué la robotisation en logistique. Il a montré comment les premières réalisations robotisées (AGV, cobotique...) avaient apporté une amélioration en termes de réduction des tâches pénibles mais aussi en matière d'efficacité et de rentabilité. Il a également anticipé une croissance forte de la robotique même s'il constate qu'à ce jour « des acteurs de taille critique doivent émerger pour consolider ce secteur » et que d'importants progrès restent à accomplir notamment « pour une standardisation indispensable à l'efficacité optimale des flux robotisés ». Des systèmes d'information en manque d'intéropérabilité, c'est également le constat de Lucien Besse, co-Fondateur de la start-up Shippéo, dont la vocation vise précisément à mettre à disposition des transporteurs et des chargeurs des outils simples et largement diffusables. Objectif : partager des informations entre acteurs ayant des données et des indicateurs communs. Une méthode qui offre la possibilité de mieux anticiper les besoins par exemple pour fiabiliser les horaires et optimiser les espaces et les chargements de véhicules. Ces présentations ont été suivies d'un débat entre le public et les intervenants. Un peu plus tard les échanges se sont poursuivis autour d'un cocktail organisé par TIP Trailer services dans les locaux de l'Université Paris Dauphine. JPG
 
   
 
 
 
Formation
Méthodes
et pratiques
des prévisions
de ventes
les 13 et 14
octobre à Paris
Eurodecision, spécialiste des mathématiques décisionnelles, vous propose « Méthodes et pratiques de la prévision des ventes » une formation sur deux jours animée par Régis Bourbonnais. L'objectif de la formation est de découvrir les différentes méthodes de prévision des ventes, appréhender les limites et maîtriser l'utilisation d'un système de prévision afin de vous aider à mettre en place au sein de votre entreprise la technique de prévision la plus adaptée à votre secteur d'activité. Toutes les entreprises menant une réflexion sur le thème de la faisabilité des prévisions de ventes à partir d'outils statistiques ou désirant améliorer leur processus d'élaboration sont concernées. La pédagogie est interactive : afin d'illustrer le séminaire et de démontrer la facilité de mise en œuvre des outils présentés, chaque stagiaire utilisera un ordinateur ce qui lui permettra de résoudre par lui-même les études de cas sur le tableur Excel. Les participants peuvent apporter des historiques de ventes afin de les traiter en commun lors de la formation. Régis Bourbonnais est directeur du master Logistique à l'Université Paris-Dauphine. Il est également co-auteur de plusieurs ouvrages de référence dans le domaine des prévisions de vente.
Retrouvez le programme détaillé
de cette formation
 
 
Nos lecteurs
ont la parole
ADV et
Supply Chain,
un duo gagnant
au service de
la satisfaction
client !
Le délai de traitement des commandes est à l'origine de 33% des retards de livraison ! C'est le constat qui ressort du 2ème baromètre sur la gestion des commandes et litiges clients réalisé en 2015 par le CXP et Esker, en partenariat avec l'AFDCC. Emmanuel Olivier, DG d'Esker, nous livre à chaud les réflexions que lui inspirent ces résultats.
« Considéré comme stratégique par 82% des personnes interrogées, le processus de gestion des commandes reste pourtant trop administratif et peu optimisé. 24% des répondants sont ainsi souvent dans l'incapacité de saisir toutes leurs commandes en période de forte activité. Conséquences : retards de livraisons, erreurs, processus complexes et coûteux, avec à la clé une perte totale de maitrise de l'expérience client. Il existe donc un véritable fossé entre la réalité du traitement des commandes et les ambitions des entreprises en matière de satisfaction client. Face à l'augmentation constante des pressions concurrentielles, elles déploient des stratégies de plus en plus poussées au service de la « sacrosainte » satisfaction client : SLA (engagements de service), programmes de fidélisation, hotline et SAV, digitalisation, expérience client, etc… Ces stratégies sophistiquées constituent de véritables facteurs de différenciation compétitive. Mais, au risque d'un prosaïsme exacerbé, il semble néanmoins utile de rappeler que si le traitement de la commande n'est pas performant, la satisfaction client ne sera pas au rendez-vous ! Ceci quelle que soit la qualité des produits, la créativité des campagnes marketing ou les efforts des commerciaux ».
Pour lire la suite
de cet article.

 
 
 
 
Défi
Plus de
50 étudiants
ont participé
au Hackathon
« Unlock
Supply Chain »
de Louis Vuitton

Ce week-end, Louis Vuitton a organisé son deuxième Hackathon « Unlock Supply Chain » en partenariat avec Bemyapp et Anaplan, à l'Ecole 42. Pour l'occasion, Louis Vuitton a convié les étudiants à relever un défi inédit pendant trois jours en conditions réelles : créer une Supply Chain connectée. Avec une immersion grandeur nature dans l'univers de sa Supply Chain, Louis Vuitton a lançé un défi aux porteurs d'idées : inventer des applications aussi utiles qu'inédites à partir de données brutes et de la plateforme de planification Anaplan. « Les résultats sont incroyables, c'est impressionnant de voir ce que des porteurs d'idées peuvent réaliser en moins de trois jours, » a déclaré Franck Le Moal, Directeur des systèmes d'information chez Louis Vuitton. « Ce fut difficile pour le jury de choisir un vainqueur. Nous sommes étonnés des solutions apportées en si peu de temps. Certains étudiants n'avaient même jamais entendu parler de la Supply Chain avant ce challenge, » a commenté Vincent Barale, Directeur de la Supply Chain et de la logistique chez Louis Vuitton. Plus de 50 étudiants et diplômés des meilleures écoles françaises de commerce et d'ingénierie ont relevé le challenge. Le périmètre de ce hackathon se composait de 13 fournisseurs, 7 ateliers, un entrepôt central et 6 plateformes de distribution régionales. Le premier prix a été attribué à l'équipe PLAN!T (coach Gabriel Eteneau). Elle devait anticiper les besoins de production en fonction du niveau de vente journalier. L'objectif étant de simplifier les opérations, la planification et accélérer le processus d'information. Cette équipe a remporté un voyage à Los Angeles et des produits Louis Vuitton. C'est l'équipe Make It Easy (coach Soichiro Ando) qui a remporté le 2e prix. Son objectif était de rendre la Supply Chain plus simple et efficace tout en prenant en compte la volatilité de la demande et l'impact sur l'environnement. L'équipe qui s'est positionné sur la troisième marche du podium est Supply The Future (équipe du coach Xavier Rouault). Elle devait se servir des nouvelles technologies comme le RFID pour anticiper en temps réel les ventes à venir dans chacun des magasins Louis Vuitton. Un prix spécial Anaplan a été décerné à l'équipe Maru's Angels (coach Maru Vasquez). « Nous avons récompensé la pertinence du modèle construit par l'équipe Maru's Angels, note Jérémie Brunet, EMEA Senior Consultant Manager, Anaplan. Les étudiants ont été capables de s'approprier la puissance de notre plateforme en peu de temps pour produire une solution précise de Supply Chain ». JPG
 
   
  Antoine Chadoutaud (expert Anaplan)  
   
  Equipe Maru s Angel  
   
 
Chariots
Unicarriers
lance un outil
de gestion
de flotte
Après avoir proposé ce service via des logiciels tiers, Unicarriers propose enfin son propre logiciel de gestion de flotte de chariots élévateurs, le VOM (Vehicle and Operator Management). Capable de communiquer en GPRS ou en Wifi, accessible via un portail web, cet outil évalue en temps réel l'ensemble des données du par cet fournit des rapports quotidiens pour une gestion des ressources plus fine. S'inscrivant dans le « concept 360 » à travers lequel Unicarriers promet plus de transparence, cet outil non propriétaire est capable de collecter les données de machines de marque différentes et ouvre les portes au service de télémaintenance. Il est bien entendu muni d'un lecteur de badge/RFID, d'un détecteur de choc et d'une fonction de pre-diagnostique, donnant ainsi la responsabilité aux opérateurs de prendre soin de leur matériel et de déclarer tout incident ou mauvais fonctionnement avant d'en prendre les commandes en début de poste. « Les process dans un entrepôt ne peuvent être plus efficaces que si des données sont transparentes et disponibles » souligne Mikael Pålsson, Chef de la division produit chez UniCarriers Europe, « Le VOM est une première étape dans l'univers du management interactif de solutions manutention et un pas de plus vers la télémaintenance ». PM
 
   
 
INFOS INTERNATIONALES  

USA
L'ouverture
du Canal
de Panama ne
changera rien
à court terme
La fin tant attendue des travaux d'élargissement du Canal de Panama ne générera pas l'afflux escompté de nouveaux navires de 10.000 EVP dans l'immédiat, c'est du moins ce que pressent le Wall Street Journal. La raison ? Le projet consistant à rehausser la route traversant le pont Bayonne Bridge qui relie les Etats de New York et du New Jersey a lui aussi pris du retard et ne sera pas achevé avant fin 2017. Or les principaux marché américain de consommation et port de conteneurs, derrière ceux de Los Angeles, sont bien l'agglomération newyorkaise et son port. Dans l'état actuel des choses, les navires de 10.000 EVP ont une hauteur trop importante pour passer le pont en question et se retrouvent donc coincés à l'entrée du Port de New York/New Jersey. Les ports de Houston, Norfolk et Savannah respectivement 8ème, 5ème et 4ème et dont les volumes combinés équivalent à celui je NY / NJ suffiront-il à attirer une nouvelle génération de porte-conteneurs ? Seul l'avenir le dira. PM  
   
 

USA
Autorisations
ciblées pour
les drones
La Maison Blanche vient d'autoriser certains drones à voler dans conditions bien précises parmi lesquelles ne figurent pas la livraison de votre nouveau maillot de bain commandé sur internet. Sont donc autorisés à voler les drones utilisés dans le cadre de la recherche, à des fins éducatives et dans certains usages commerciaux tels que le contrôle des pipelines, des lignes à haute tension, des champs ou pour surveiller la vie sauvage depuis les airs. Il n'est dans tous les cas pas légal de survoler des êtres humains ou de s'approcher à moins de 8 km d'un aéroport, des accidents avec des avions de ligne ayant été évités de justesse il y a peu. Les drones devront voler à moins de 160 km/h et de 122 m d'altitude, peser moins de 25 kg, leur opérateur devra être âgé d'au moins 16 ans et maintenir un contrôle visuel avec sa machine à tout instant. Ses règles seront applicables dès le mois d'aout et sont récapitulées dans un document de 642 pages. Quant aux drones de livraison, tant attendus par Amazon, Alphabet (Google) et DHL notamment, ils devront faire l'objet d'une législation séparée et dont la date n'a pas encore été communiquée. Une résolution prochaine est néanmoins envisageable, la Maison Blanche estimant à 82 Md$ le potentiel économique du drone et à 100.000 le nombre d'emplois potentiellement créés par l'industrie du drone à horizon 2025. PM  
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
23 juin 2016

JUIN 2016

Vendredi 24

Evénement
QUINTIQ WORLD
TOUR 2016
« L'humain,
clé de l'agilité
des opérations »

Partenaire :
SCMagazine
De 9h15 à 16h00
Campus Dassault
Systèmes
Vélizy-Villacoublay



Jeudi 30
Séminaire
AMBER ROAD
« Commerce
International et
Grand Export,
2e Edition »

Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 18h
Cercle National
des Armées
Paris 8e


Jeudi 30
Séminaire
AMBER ROAD
« Commerce
International et
Grand Export,
2e Edition »

Partenaire :
SCMagazine
De 14h à 18h
Cercle National
des Armées
Paris 8e



JUILLET 2016

Mardi 5
Webinar
DYNASYS

« Prévisions et S&OP dans l'Industrie : Comment améliorez ses prévisions dans différents environnements de production»
De 17h à 18h



Mardi 12
FORUM D'ETE

« Les métiers de
la Supply Chain :
formation,
recrutement,
salaires, parcours,
perspectives... »

En partenariat avec
ESCP EUROPE
de 9h à 18h
Paris 11e

Partenaires




OCTOBRE 2016

Jeudi 13 et
vendredi 14

FORMATION
EURODECISION
« Formation
Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Courbevoie