Partager sur
LinkedIn Twitter Facebook
 

Quand
l'informatique
plombe
les résultats
de l'entreprise
On ne le répétera jamais assez : il ne suffit pas de mettre en place un logiciel pour résoudre tous les problèmes. Si l'informatique est indispensable pour optimiser les processus et les ressources de l'entreprise, elle peut également représenter un risque conséquent si sa mise en œuvre n'est pas réalisée dans des conditions parfaites. Stallergenes, spécialiste du traitement contre les allergies, vient d'en faire l'amère expérience. Ce laboratoire français avait installé en aout 2015 sur son site de production d'Antony, l'outil Hana de SAP. Quelques semaines après cette implémentation, le système avait généré de graves erreurs de préparation, au point que l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament s'en serait émue et aurait obligé l'entreprise à stopper certaines chaines de production. S'en était suivie une crise de plusieurs mois, entrainant sur le premier semestre 2016 une perte financière de 39 M€ (chiffres annoncés lors de la publication des résultats la semaine dernière). Depuis, l'entreprise a élaboré un plan d'action qui concerne la production, le service commercial et la logistique. Les dirigeants espèrent restaurer la confiance des partenaires et des clients. Reste que cet épisode douloureux attribué à « un bug », prouve que le risque informatique n'est pas anodin et ne peut être négligé, y compris lorsque l'on a retenu une solution crédible, performante et déjà éprouvée dans de nombreux secteurs industriels. JPG
 
 
 
 
Freight
Forwarding
Un premier
semestre
stable pour
Clasquin
L'évolution du chiffre d'affaires au premier semestre 2016, en baisse de 5% à 107,1 M€, pourrait faire croire à un recul de l'activité du groupe Clasquin. En fait, c'est le contraire : le nombre d'opérations est en croissance de +11,1% à 108.949 dont 48.907 pour le fret maritime (+2,6%) et 47.653 pour le fret aérien (+4,1%) et la marge commerciale brute a augmenté de +5,2% à 27,7 M€. Cela dit, à périmètre et changes comparables, cette marge brute est restée stable au premier semestre (-1,0% au T2/+1,4% au T1 2016). Comme le rappelle souvent le groupe lyonnais, spécialiste de l'ingénierie en transport aérien et maritime et en logistique overseas, le chiffre d'affaires n'est pas un indicateur pertinent de l'évolution de l'activité dans son secteur, car il est impacté de manière très significative par l'évolution des taux de fret maritime, aérien, des surcharges fuel et des taux de change. La pression sur les marges a été particulièrement forte dans le fret aérien, où la marge commerciale brute de Clasquin a chuté de -10,7% (avec des volumes en augmentation de +4,8%) alors que dans le maritime, où les taux de fret se sont stabilisés, la marge commerciale brute a augmenté de +2,3% (avec des volumes en hausse de +20,6%). Pour 2016, les perspectives de croissance de Clasquin se résument à un seul mot : « flat ». Ce qui n'empêche évidemment pas le groupe présent dans 20 pays (55 bureaux) de poursuivre ses projets de développement, comme la réorganisation de son équipe de management en Allemagne, et le déploiement à partir du printemps 2017 du TMS Cargowise de l'éditeur américain Wisetech. JLR  
 
Systèmes
d'information
Un connecteur
pour relier
facilement
les outils de
PTV et SAP
PTV Group met sur le marché le « Business Connector », un outil qu'il a fait développer spécialement par un prestataire informatique, et qui permet d'intégrer facilement des données géographiques PTV dans un environnement SAP, afin de résoudre des problématiques transport et logistique. La solution propose en standard des fonctions prédéfinies d'analyse qui s'appuient sur les données géographiques transférées au « Business Connector » via PTV xServer pour déterminer par exemple si une route est adaptée ou non pour les camions (restrictions poids/hauteur/largeurs, transport de matières dangereuses). Outre le connecteur technique, il existe également des connecteurs fonctionnels, disponibles pour différentes applications SAP (validation d'adresses, planification d'itinéraires, etc). JLR
 
 
 
 
Immobilier
L'e-commerce
booste
les résultats
de Prologis
Les indicateurs sont au vert pour Prologis qui clôture son second trimestre 2016 avec des recettes de 602 M$ contre 510 M$ au Q2 2015. Grâce à la croissance des besoins liés au e-commerce, le taux d'occupation de ses bâtiments culminent à 96,1% (95,4% au 2Q15), le taux de rétention des clients grimpe à 82,6% (79% 2Q15) et les nouveaux baux totalisent 4,552 millions de m² (4,180 millions m² 2Q15). « La demande demeure supérieure à l'offre aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe et les taux de vacance sont historiquement bas » confirme Hamid Moghadam, Président et CEO de Prologis, « Malgré le Brexit, les facteurs tirant l'activité sont intacts et nous n'anticipons pas d'impact matériel sur le plan opérationnel. Les consommateurs continuent de migrer vers le e-commerce et les entreprises ont encore besoin d'adapter leurs stratégies Supply Chain, ce qui tire la demande en bâtiments logistiques de qualités et bien situés ». Enfin, les liquidités de Prologis atteignent elles aussi un niveau record : 3,7 Md$. PM  
 
Résultats
Bon début
d'année
pour le groupe
Kion

Malgré le manque de dynamisme du marché, excepté en Europe de l'Ouest, le groupe Kion (Still, Fenwick-Linde...) enregistre des résultats très satisfaisants au second trimestre 2016. Entre avril et juin dernier, la prise de commandes du groupe allemand a augmenté de 8,3% par rapport au Q2 2015 pour atteindre 1,427 Md€, dont notamment 45.600 chariots élévateurs (+3,9%). Son carnet de commandes au 30 juin culminait à 1,009 Md€ soit 16,8% au-dessus du niveau de décembre 2015, avec notamment une croissance de 4,7% des commandes provenant d'Europe de l'Ouest. Son EBIT s'est également amélioré de 20,9% à 140,8 M€, ce que le groupe attribue en partie au succès de ses solutions intralogistiques, lesquelles comptent désormais Dematic et Egemin. « L'acquisition de Dematic annoncée en juin va faire de nous l'un des leaders des solutions end-to-end pour l'intralogistique 4.0 » commente Gordon Riske, CEO de Kion Group, « Ainsi nous sommes positionné au mieux pour profiter de la croissance attractive et rentable issue des grandes tendances telles de l'industrie 4.0, la digitalisation et le e-commerce ».
Quelques jours avant la publication de ces résultats trimestriels, Gordon Riske était récompensé pour son succès et reconduit à son poste de CEO jusqu'en 2022. PM
Photo : Gordon Riske
 
 
INFOS INTERNATIONALES  

Etats-Unis
Trek cherche
à automatiser
certains de
ses processus
Supply Chain
Trek Bikes, le fabricant et distributeur américain de vélos et d'équipements pour le cyclisme (5.000 revendeurs dans plus de 90 pays), met en place la solution Trade Automation d'Amber Road, avec l'objectif de réduire les coûts de revient et d'accroitre la visibilité de sa Supply Chain mondiale. Cette solution centralisée de gestion du commerce mondial, basé sur le cloud, doit lui permettre entre autres de réaliser des gains en productivité du côté de ses fournisseurs, mais aussi de réduire le recours aux transports express, les stocks de marchandises en transit, et le montant des taxes d'immobilisation et des surestaries grâce à une amélioration du suivi et de la gestion des commandes confirmées à toutes les étapes du cycle d'achat. Le retour sur investissement estimé de l'opération : trois ans. « Trek a hâte de réduire sa dépendance à l'égard des envois accélérés par messagerie, de même que de diminuer ses frais de transport et de limiter ses opérations manuelles, mais aussi d'améliorer l'efficacité de la gestion des coûts de revient grâce à son partenariat avec Amber Road » a déclaré Roger Gierhart, Vice-Président en charge de la Supply Chain chez Trek Bikes. JLR  
   
 

Autriche
Des navettes
flexibles
pour l'usine
de composants
de Pankl Racing
Systems
Ce sont des navettes flexibles de Knapp qui équiperont, dès 2017, la nouvelle usine de composants de Pankl Racing Systems à Kapfenberg (Autriche). Pankl conçoit et crée des moteurs et des systèmes d'entrainement pour la course automobile et l'aérospatiale. Pour gérer les nombreuses références de pièces fabriquées dans ce nouveau site de production, l'industriel a choisi le concept Knapp, un système extensible à l'infini de navettes Ylog-Shuttle automatisé, avec connexion directe aux postes de travail. Un contrôle de sécurité effectué selon un processus en 3 étapes au niveau des postes de travail Pick-it-Easy, permet la traçabilité de chaque composant. Le système Pick-to-Light indique à l'opérateur l'article à prélever, dont le numéro de série est enregistré via un procédé de reconnaissance d'image. « Le système Knapp est pour nous une solution d'avenir vers l'industrie 4.0, qui dépasse largement le cadre des exigences classiques de la logistique d'entrepôts. Il s'agit d'une interaction à valeur ajoutée entre l'homme et la machine », déclare Stefan Zinner, Chef de la production en série chez Pankl. NB  
 

Madagascar
DHL signe
un contrat
nickel avec
Ambatovy
DHL Global Forwarding a décroché un contrat de trois ans avec Ambatovy, une joint-venture entre Sherritt International Corporation, Sumitomo Corporation et Korea Resources Corporation spécialisée dans l'extraction minière. Basée à Antananarivo, elle devrait à terme produire annuellement 5.600 t de Cobalt raffiné, 60.000 t de nickel raffiné ainsi que 210.000 de sulfate d'ammonium.
Supervisé par DHL Industrial Projects, l'équipe en charge des projets de logistique complexe et en vrac, ce projet comprend en réalité deux contrats. En effet, un contrat off-shore confie au prestataire allemand la responsabilité d'importer sur l'Ile de Madagascar les équipements miniers via les centres de consolidations de Shanghai, Johannesburg, Anvers, Montréal et Houston, des importations qui seront suivies en direct par le système de suivi maison Material Management System (MMS), alors qu'un contrat On-shore confie à DHL la gestion des procédures douanières d'importations des pièces détachées destinées aux sites d'extraction d'Anatananarivo, Moramanga et Toamasina. PM
 
 

ABONNEMENT GRATUIT : CLIQUEZ ICI
Le lien quotidien qui vous relie à la communauté Supply Chain
Si l'on vous a transféré cette lettre, n'hésitez pas à vous abonner.
Si vous êtes déjà abonné, n'hésitez pas à abonner (ou à faire abonner)
vos collaborateurs et amis.

 
 
Jean-Philippe Guillaume
Directeur des rédactions
Faites profiter la communauté logistique de vos « scoops »

écrivez à la rédaction : jph.guillaume@scmag.fr
Cette Newsletter touche quotidiennement 50.000 lecteurs.
Son but est d'apporter une information rapide et synthétique
à l'ensemble de la communauté logistique.
 
Contacts, POUR FAIRE PARAÎTRE DE LA PUBLICITÉ
dans « Supply Chain Magazine » (sur le Web ou dans le mensuel papier)
 

Karine Dino
Attachée commerciale
Tél. 01 48 93 26 87
karine.dino@scmag.fr

Audrey Zugmeyer
Directrice de la publicité
Tél : 01 41 79 56 21
audrey.zugmeyer@scmag.fr

Tom Sénateur
Chef de publicité
Tél : 01 80 91 56 30
tom.senateur@scmag.fr
 
 
Pour modifier vos coordonnées ou vous désabonner, adressez un e-mail à :
abonnement@scmag.fr
 
Portail web : SupplyChainMagazine.fr
Supply Chain Magazine SAS - 19 rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort
 
 
29 août 2016

SEPTEMBRE 2016


Jeudi 22
Conférence
ZETES
« Optimiser Traçabilité et Visibilité Supply Chain »
Découvrez les
nouveaux défis
liés à la
Supply Chain
et comment les
surmonter grâce
à des solutions
innovantes.
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 14h30
Espace St Martin
Paris 3e



Jeudi 29
SSI SCHÄFER
 «Visite du centre Logistique de Longchamp »
Partenaires
Vinci Consulting
SCMagazine
de 10h à 15h30
Segré (45500)



Vendredi 30
Conférence
INTERLOG
« Faites de vos transports
un vecteur
de croissance ! »

Participation de Schneider Electric
Partenaire :
SCMagazine
De 8h30 à 10h45
Club Confair
Paris 9e




OCTOBRE 2016

Jeudi 6
Paris-Dauphine
« Supply chain connectée et stratégie digitale »
Organisé par CCM Benchmark
et Supply Chain Magazine


Jeudi 13 et
vendredi 14

FORMATION
EURODECISION
« Formation
Méthodes
et pratiques
de la prévision
des ventes »

Intervenant :
Régis Bourbonnais
Pôle Universitaire
Léonard de Vinci
Courbevoie